L' étude réalisée en septembre 2007 portait sur l'analyse de 33 rouges à lèvres achetés à Boston (Massachusetts), Hartford (Connecticut), San Francisco (Californie) et Minneapolis (Minnesota), en d’autres termes, dans des régions diverses et éloignées les unes des autres.

D'après le communiqué de l'organisation américaine "Campaign for safe cosmetics", les tests qui ont mené à ces résultats ont été réalisés par "un laboratoire indépendant".

D'après les données obtenues, 61% des marques testés présentaient des niveaux de plomb de 0,03 à 0,65 parts par million (ppm). Cependant, aucun de ces produits ne précisaient le plomb dans la liste de ses composants.

Toujours selon l'enquête de The Campaign for Safe Cosmetics, un tiers des rouges à lèvres testés présentait des taux de plomb supérieurs au niveau autorisé par l'autorité de santé américaine (FDA), fixé à 0,1ppm. Ce taux est destiné à protéger les enfants de l'ingestion de plomb. Les rouges à lèvres sont concernés. Selon le communiqué de l'association américaine, "comme les bonbons, ils sont directement ingérés".



Parmi les rouges à lèvres de marque contenant une grande quantité de plomb, l'association cite "True Red", de L'Oréal Colour riche (0,65 ppm), "Classic Wine" de L'Oréal Colour Riche (0,58 ppm), "Lipcolor Maximum Red" de Cover Girl (0,56 ppm), ainsi que "Positive Red", de Christian Dior Addict.

Pour mémoire, le plomb est un neurotoxique. Il peut causer "des troubles de l'apprentissage, du langage et du comportement, comme un quotient intellectuel (QI) amoindri, des résultats scolaires bas, et un comportement agressif", précise le communiqué de l'association. Les femmes enceintes et les enfants sont particulièrement à risque. Plusieurs études ont également montré que le plomb peut être responsable de fausses couches, d'une baisse de la fertilité des hommes et des femmes, de changements hormonaux, de menstruations irrégulières, ainsi que d'une puberté décalée.

D'après The Campaign for Safe Cosmetics, "le plomb se loge dans le corps avec le temps (il tend à se fixer sur les os) et les rouges à lèvres contenant du plomb, appliqués plusieurs fois par jour, chaque jour, combinés au plomb présent dans l'eau et ailleurs, peuvent entraîner de forte expositions".

En Europe et en France, qu'en est il ?

La Fédération française des industries de la parfumerie (FIP) précise :
« En Europe, la Directive cosmétique interdit formellement l'utilisation du plomb comme ingrédient cosmétique. Elle précise que, si subsiste des traces – quand elles sont techniquement inévitables –, elles doivent être sans risque pour le consommateur ». Source http://www.emballagedigest.fr/blog.php?2007/12/06/6489-le-plomb-interdit-dans-les-rouges-a-levres-en-europe-et-en-france>

(1) . Article 4.2 : "La présence de traces de substances énumérées à l’Annexe II liste des substances interdites en cosmétique est tolérée à condition qu’elle soit techniquement inévitable dans de Bonnes Pratiques de Fabrication, et qu’elle soit conforme à l’article 2" . Par ailleurs, la FIP précise aussi que « le phénomène des traces concerne de nombreux produits de consommation courante, y compris la nourriture et l'eau. Selon l'OMS, la dose journalière de plomb admissible (2) pour un adulte est de 210 micro-grammes. Ainsi, les concentrations relevées aux États-Unis dans certains rouges à lèvres (entre 0,03 et 0,65 ppm) sont environ 8 000 fois inférieures à cette dose journalière admissible ».

(1) • Article 2 "Les produits cosmétiques mis sur le marché à l'intérieur de la Communauté ne doivent pas nuire à la santé humaine lorsqu'ils sont appliqués dans les conditions normales ou raisonnablement prévisibles d'utilisation, compte tenu notamment de la présentation du produit, de son étiquetage, des instructions éventuelles concernant son utilisation et son élimination ainsi que de toute autre indication ou information émanant du fabricant ou de son mandataire ou de tout autre responsable de la mise sur le marché communautaire de ces produits."

(2) La dose journalière admissible est l'estimation de la quantité d'une substance présente dans les aliments ou l'eau de boisson, exprimée en fonction du poids corporel (mg/kg ou µg/kg de poids corporel), qui peut être ingérée quotidiennement pendant toute la vie sans risque appréciable pour la santé. Source: Codex Alimentarius

Et sinon, vous l'aimez comment votre rouge à lèvres ?