C’est une première mondiale ! Une centrale néerlandaise produit de l'énergie verte en recyclant des déchets de l’industrie brésilienne du café, à la place de charbon. Pour cet essai, la matière première était des rebuts séchés et compressés de café équitable, en provenance des petites plantations du Brésil via l’association Solidaridad

La principale société d’électricité des Pays-Bas, Essent indique que cette source d’énergie végétale permettrait d’économiser jusqu’à 90 % des émissions moyennes de carbone des centrales électriques néerlandaises fonctionnant au carbone fossile.

La démarche est intéressante car elle permet de valoriser des déchets abondants (un million de tonnes annuelles) et très bon marché.
Les 150 000 à 200 000 tonnes disponibles chaque année au Brésil permettrait de couvrir les besoins d'une grande ville (100 000 personnes)



Le groupe s'engage à importer avec des garanties de respect du développement durable (la biodiversité, économie locale,..). Le projet permet d'accroitre les revenus des producteurs qui sont sous certificat Utz (créé par le géant néerlandais de la grande distribution Ahold), qui garantit l’origine équitable du café. Ces mêmes producteurs seront en outre les copropriétaires de Fair Biomass Brazil, une société spécialement montée pour exporter aux Pays-Bas.

Après le café, le cacao.
Essent s'intéresse de très près aux déchets végétaux issus de la production mondiale agricole ou forestière, disponibles et à priori suffisants (700 millions de tonnes de rebuts secs) pour éclairer toute l'Europe, selon l’organisation Worldwatch Institute.

Source : libération.fr