Il y a le ciel, le soleil et la mer ....



Et 890 millions d'arrivées en 2007 (dont 80 millions en France), vous imaginez l'impact écologique du tourisme mondial ?

Le tourisme est responsable (entre autres) de 5% des émissions de CO2.
L'envie d'aller sans cesse de plus en plus loin ne peut pas être comblé : l’efficacité énergétique s’améliore de 1% par an quand le trafic augmente de 5%. C’est mathématiquement incompatible avec les objectifs d’émissions. Et la compensation des émissions de carbone n'y suffira pas. Le transport ne sera pas propre ! Il faudra apprendre à aller moins loin, probablement plus souvent et pour y faire d'autres choses, ...à la découverte de l'autre et de soi.

Le tourisme mondial est dépendant aussi du climat. Or, avec le réchauffement climatique, c'est des parties entières du globe qui vont changer de physionomie : la fonte des glaces et la montée des eaux vont recouvrir une partie des atolls et des plages et plus proche de nous, la montage connait déjà des saisons difficiles avec un enneigement moindre.



Certaines zones de la planète sont particulièrement touchée par ces bouleversements écologiques : la Méditerranée, l’Asie du Sud-Est et les Caraïbes.

Et pourtant, il faut s'imaginer que les flux vont doubler d'ici 20 ans (voir même tripler selon certaines prévisions) ! Rien qu'en Méditerranée, aujourd'hui 2300 touristes accueillis au km et 30% de ses côtes déjà bétonnées. C'est toute une filière qui doit passer de manière urgente aux pratiques durables ! Que penser de taux insignifiant de bâtiments écologiques dans l'industrie du tourisme ? De 1 à 10% des hébergements sont éco-labellisés en Europe et rien aux USA !

Certes les campagnes pour mobiliser les touristes citoyens sont importantes, comme la démarche d'Accor qui incite à ne plus mettre sa serviette à laver, mais il faudrait frapper plus fort et vite !
Que pensez des consommations d'énergie et d'eau dans des pays déjà fortement déficitaire ? Que pensez des constructions effarantes à Dubaï, aux prix de sacrifices humains terribles, proches de l'esclavage ?
Que pensez aussi du partage de la valeur ajoutée quand on sait que sur 100 dépensés par un touriste via un tour Opérateur, seulement 20 sont réinvestis dans l'économie globale.
Où est l'éthique ?

Source : Novethic