En tant que fondatrice d'Aboneobio, j'ai eu la chance d'avoir participé à un autre projet avec les fondateurs d'ECHOPPE, Bev et Olivier et j'avais envie de vous faire partager l'action de cette ONG.

L'aventure d'ECHOPPE a commencé dans les rues de Lomé (Togo). Pour sortir les enfants de la rue, il fallait aussi se préoccuper du contexte familial et de la question du revenu d'activité. A partir du concept du microcrédit pour aider à démarrer de petites activités économiques, ECHOPPE a mis en place un programme d'accompagnement global avec alphabétisation, campagne sur l'hygiène, pédagogie de responsabilisation sociale, participation citoyenne, ...A ce jour plus de 18 30 000 prêts ont été accordés en Afrique, à Lomé (Togo), Cotonou (Bénin) et Bamako (Mali), principalement à des femmes.



Micro crédit ?

ECHOPPE accorde une série de petits prêts (six consécutifs maximum) aux femmes qui souhaitent développer une activité génératrice de revenus. Les prêts les aident à se lancer et à survivre. Obtenir de l'argent liquide accroit leur pouvoir d'achat et leur stabilité financière. Les prêts successifs permettent aux femmes de vivre leur aventure d'entrepreneurs.

Pour assumer leur famille et démarrer une activité professionnelle, les femmes accompagnées par ECHOPPE se lancent souvent dans une activité de commerce lié à l'alimentation. Dès 2000 ECHOPPE constate que le mécanisme de microcrédit encourage les revendeuses en ville de produits importés au détriment des produits locaux. ECHOPPE observe que les agriculteurs locaux peinent à développer l'agriculture vivrière, qu'ils l'abandonnent progressivement soit au profit de la production d'ananas ou de mangues soit quittent leur campagne pour venir grossir les bataillons des migrants en ville.
Comment faire pour que ces femmes arrivent à vendre du maïs ou du riz produits localement ?
ECHOPPE se met à beaucoup travailler sur cette problématique, mais les mécanismes sont complexes entre les paysans, les femmes, les intermédiaires, ....



Janvier 2008, ECHOPPE reçoit le soutien de l'Union Européenne et peut enfin démarrer son programme "Ville Campagne" au Togo : des groupes de femmes, bénéficiaires des micro prêts ECHOPPE, ont accès à une plateforme d'achats qui les met en contact direct avec les producteurs locaux sans passer par les négociants intermédiaires. Les producteurs, assurés d'écouler leur production à un prix juste, accèdent alors également au programme de microcrédit.



Aujourd'hui, à l'heure du sommet de la FAO, à l'aube d'une vraie crise alimentaire mondiale, où le monde a besoin de 30 milliards de dollars par an pour éradiquer le fléau de la faim, il est clair que la question de l'accès à l'alimentation est crutiale.

La Carte de la Faim, FAO

Ce programme "Ville Campagne" d'ECHOPPE soutient au Togo 300 paysans en 2008, 600 en 2009, et 1000 en 2010. Avec une question majeure qui reste à traiter sur l'accès aux semences, quant l'Etat a décidé de fermer depuis quelques années toutes les fermes semencières et qu'il faut repartir sur un programme initial de cultures de semences.

Je profite de ce billet pour rappeler qu'en France, du 03 au 07 juin, c'est la semaine du microcrédit afin de présenter le dispositif d'accompagnement de l'ADIE aux porteurs de projets qui ne peuvent pas accéder aux prêts classiques, parce qu'ils sont demandeurs d'emploi ou allocataires du RMI, par exemple. En 2008, près de 10 000 micro-entreprises seront créées par des personnes en difficulté avec l'aide de l'ADIE, avec un taux de pérennité de ces entreprises du même ordre que la moyenne nationale soit 65% sur deux ans. Un chiffre encourageant : plus de 18% des micro-entrepreneurs financés par l’Adie savent à peine lire, écrire, compter ou sont illettrés. Ils réussissent aussi bien que les 22% qui ont fait des études universitaires.

En Afrique mais aussi en France, des projets méritent d'être soutenus. Ils paraissent parfois utopiques mais répondent à un changement profond de pratiques nécessaires pour donner une chance à tous d'accéder à un mieux être. A nous d'y être peut être plus attentif et de savoir les soutenir....

++ www.echoppe.org
++ FAO, Organisation des Nations Unis pour l'alimentation et l'agriculture
++CFSI, Comité Français pour la Solidarité Internationale
++ Le commerce équitable ou l'enjeu du partage de la valeur ajoutée
++ Terre et Terroirs