Selon une étude TNS/Sofres, la crise actuelle médiatisée autour du symptôme des banques est en fait vécu par le consommateur depuis plus d'un an. Une fracture réelle entre une élite jusqu'à présent épargnée et le consommateur moyen qui lui souffre depuis un an. Dominique Lévy, directrice associée de l'institut d'études TNS Sofres, précise que "la crise n'a pas commencé au mois d'août, elle a commencé bien avant. Cette crise financière qui éclate et affole les élites, c'est un abcès qui crève (...) pour le consommateur c'est la crise depuis longtemps", a-t-elle déclaré lors d'un colloque de l'Internet Advertising Bureau. L'état d'esprit du consommateur peut se résumer ainsi : "il y a un moment que l'on rame, maintenant c'est votre tour".


Crédit Reuters

"Les gens se posent des questions sur le sens de la consommation" avec le sentiment que "c'est l'accélération de la consommation qui a conduit à cet emballement de l'économie qui nous tombe sur la tête", a observé Dominique Lévy.

La dé-consommation, pour faire écho à la décroissance, est elle en marche ? Consommer moins mais mieux. Donner du sens à sa consommation. Défendre le vouloir d'achat (on s'y efforce chez Abonéobio^^). Arbitrer.

Percevez vous aussi dans votre entourage ce changement ? Pensez vous que nos comportements d'achats vont durablement changer ? Personnellement qu'avez vous changé ces derniers mois ?

A la maison, nous avons fait le choix de ne pas renouveler les achats d'impulsion en textile (pas simple avec des adolescentes ^^), à privilégier les pièces de qualité et si possible en coton bio et équitable. J'ai aussi perçu une inquiétude plus grandes dans les questions des enfants, je pense qu'il serait aussi intéressant de les interroger sur leur perception.