Café, thé, chocolat, riz, jus de fruits, épices mais aussi jeans, tee-shirts, couettes, ou encore gel douche, des centaines de produits du quotidien, souvent distribués en grande surface, sont estampillés « commerce équitable ». Or, devant la multitude des marques fleurant bon l’alter-mondialisme et l’exotisme bio, il arrive au consommateur de douter : l’étiquette « commerce équitable » ne serait elle pas une invention marketing destinée à glisser quelques kilos de bonne conscience dans les rayonnages des supermarchés ?



Joaquin Muñoz, directeur général de Max Havelaar - France, organisation non gouvernementale dont le logo est aujourd’hui présent sur plus de 2000 produits, répond sans langue de bois aux multiples interrogations suscitées par cette nouvelle utopie concrète. Enjeux et impacts mais aussi polémiques et avenir, cet essai pratique et dictatique décrypte le commerce équitable pour nous permettre d’en faire une réalité durable. Fairtrade est présent auprès des consommateurs de 21 pays en Europe, aux États-Unis, au Mexique, au Japon, en Australie.

Sortie le 16 octobre, 16 euros, aux Editions Michalon

Voir d'autres articles d'Abonéobio permettant de comprendre les enjeux du commerce équitable :

++ Guayapi tropical : 10 000 indiens ont gagné leur indépendance grâce au commerce équitable
++ le coton bio ou la fibre équitable de la Bretagne
++ le commerce équitable ou l'enjeu du partage de la valeur ajoutée