Dans les rayons les cosmétiques bio affichent aujourd'hui le label Cosmebio (Français), Bdih (Allemand), Soil association (Anglais)... mais ne bénéficient pas d'une règlementation européenne. Des rapprochements entre Cosmebio et Bdih ont donné naissance à COSMOS (COSMetic Organic Standard) standard européen pour les cosmétiques bio et naturels, impliquant 6 organismes (Cosmebio, Ecocert, Bdih, Bioforum, Icea, Soil Association) représentant plus de 1000 fabricants de cosmétiques, fournissant plus de 11000 produits dans plus de 40 pays. Sauf que certains fabricants de l'association allemande IKW sous Bdih (Laverana/Lavera, Logocos/Logona, Primavera, Santaverde, WALA/Dr. Hauschka, Weleda) ont quitté Cosmos pour créer NaTrue.

NaTrue

Que propose NaTrue ?

  • Le label NaTrue existe depuis 2008 propriété de l'European Natural and Organic Cosmetics Interest Grouping
  • Comme pour l'hôtellerie on retrouve un classement par étoile (1 à 3) selon le niveau d'exigence
  • Il n'autorise que les matières premières naturelles (botaniques, minérales inorganiques ou animales), issues de la synthèse, mais identiques à celles qu'on trouve à l'état naturel et transformées par des procédés acceptés (. l'hydrolyse (y compris la saponification), la neutralisation, la condensation avec élimination d'eau, l'estérification, la transestérification, l'hydrogénation, la glycosidation, la phosphorylation, la sulfatation, l'acylation, l'amidation et l'oxydation (avec oxygène, ozone et peroxydes). Les traitements par ionisation ou le recours à la chimie du chlore sont interdits).
  • Les parfums et huiles essentielles doivent être naturelles et les tensioactifs biodégradables.
  • Il tolère 6 conservateurs de synthèse : les acides benzoïque, formique, propionique, salicylique et sorbique, ainsi que l'alcool benzylique.

Source : L'Observatoire des Cosmétiques

Que propose Cosmos ?

  • Un principe de précaution à tous les niveaux de la chaîne de production, des matières premières aux produits finis, ainsi qu’un souci de totale transparence vis-à-vis du consommateur.
  • Le respect de la biodiversité (c'est important quand on connait les effets de la piraterie du bio !) et la responsabilité dans l'utilisation et la transformation des matières premières dans l'esprit du développement durable.
  • Des produits obligatoirement certifiés par des organismes agréés indépendants.
  • Une classification des ingrédients en cinq catégories : l’eau et les ingrédients minéraux (naturels non certifiables bio), les agro-ingrédients physiquement transformés ( peuvent être certifiés bio), les agro-ingrédients chimiquement transformés ( doivent se conformer aux 12 principes de la Chimie Verte. A noter que même transformée par chimie ou synthèse, une matière première pourra être qualifiée de biologique ! Donc la mention issu de l'agriculture biologique ne suffira plus, il faudra se reporter à la liste des ingrédients ) et les autres ingrédients (conservateurs, ...)
  • 20% d’ingrédients bio (sauf pour les produits qui se rincent, comme les gels douche ou shampoings qui ont beaucoup d'eau non certifiable !) c'est quand même le double de l'exigence actuelle de Cosmébio (10% d'ingrédients bio). Pour chaque catégorie d'ingrédients, il faudra que 95 % des ingrédients physiquement transformés soient bio. Par contre, il n'y a plus de limite maximale affichée sur le pourcentage d'ingrédients chimiques acceptés (pour mémo 5 % toléré dans Cosmébio parmi une liste positive), ainsi le fabricant ne sera pas poussé à profiter de cette marge de tolérance
  • Si les premières certifications Cosmos vont arriver en septembre 2009, le référentiel Cosmos ne s'appliquera réellement qu'à compter de la rentrée 2012, d'ici là chacun s'adapte, avec des dérogations temporaires qui seront tolérés pour l'emploi de substances pas vraiment top (des solvants pour obtenir du tocophérol naturel ou de gommes carraghénane ou xanthane, le tensio actif bétaïne, ...)
  • Coté communication le logo n'est pas encore décidé. Probablement pas de logo d'ailleurs
  • Coté mention, 2 catégories : Cosmos-Organic et Cosmos-Natural (moins exigeant)

Source L'observatoire des Cosmétiques

En résumé, on va avoir une certification Cosmos qui vise à harmoniser l'offre des labels européens et à pousser à terme les producteurs à faire plus de qualité. Mais en attendant que le référentiel s'applique réellement (septembre 2012) on risque d'avoir un peu de mal en tant que consommateur à s'y retrouver !
Il faudra encore bien lire les étiquettes et faire confiance à son distributeur !

Lire d'autres articles sur Abonéobio sur la cosmétique bio, les labels et certifications bio, les cosmétiques bio pour toute la famille, sur les effets des cosmétiques,

++ Les cosmétiques ont des effets indésirables
++ La piraterie du bio !
++ Des cosmétiques bio pour mon bébé
++ La valse des logos et labels bio
++ Le guide bio de la future maman
++ Pourquoi changer de produits et passer au bio ?
++ Les cosmétiques sont ils dangereux ?
++ Echantillons de cosmétiques pour bébé à la maternité : cadeaux empoisonnés !
++ Protéger les femmes enceintes, un logo sur les cosmétiques pour alerter
++ Les cosmétiques bio : le bonheur est il dans le pot sur Envoyé Spécial France 2
++ Les phtalates dans les crèmes, mâles en péril...
++ Cosmétiques bio, le bonheur est il dans le pot ? Droit de réponse à Cosmébio suite au reportage Envoyé Spécial
++ Du bio pour la peau des hommes
++ Aboneobio fete les mamans avec du bio !
++ La cosmétique solaire et bio, efficace et saine !