Après le succès des clichés de Yann Arthus Bertrand, des images vues du ciel et de son film Home, j'ai fait la rencontre sur le web d'un autre photographe de talent, Jéremie Lenoir. Pour son travail de fin d'étude aux Beaux-Arts d'Orléans, il a fait de belles prises de vue d'avion dans une région entre Blois, Poitiers et Nantes. Il s'est intéressé aux paysages envahis et détruits par l'occupation humaine pour en sortir un livre "Territoires occupés". Il s'agit d'une étude sociologique dans laquelle l'écologie à une place inévitable et son approche globale reste plus artistique que militante ou activiste.

Jeremie lenoir

  • ++ Acheter le livre "Territoires occupés". Bel ouvrage de 144 pages dont 100 clichés, paru en novembre 2009, publié chez LME , une idée cadeau originale à 35 euros.
  • ++ Vous pouvez acheter ce livre sur le site de Jéremy ou sur le site du livre http://www.territoiresoccupes.com, également accessible à la Fnac et dans quelques (bonnes) librairies.


Jeremie lenoir

En savoir plus sur la démarche de Jérémie Lenoir et son rapport à l'image ou la photo :

"Avant de réaliser une épreuve, le photographe américain Ernest Withers se posait trois questions : Est ce blessant ? Est-ce vrai ? Est-ce bénéfique ?
Je ne suis pas convaincu que ces problématiques, pourtant primordiales, soient toujours au coeur des préoccupations du marché de l’image. Elles le sont en revanche dans les réflexions artistiques, et ce quelle que soit l’inflexion des réponses proposées.

Jeremie lenoir

Une photographie nous touche dès lors qu’elle établit un lien de proximité, qu’elle nous concerne ou que nous pouvons nous l’approprier :
Où sommes-nous ? Que possédons-nous ? Qu’en faisons-nous ?

C’est en mettant en avant ces interrogations qu’un engagement par l’image devient constructif, dépassant le constat au profit du plaidoyer, déplaçant le documentaire vers le sensible.

Jeremie lenoir

J’ai souhaité faire témoigner de ses souffrances une Terre qui, comme le déplore Pablo Néruda, «s’est imposé l’Homme pour châtiment» ; une Terre fatiguée et meurtrie qui semble aujourd’hui vaincue dans le rapport de forces que nous lui imposons.

J’ai souhaité révéler les relations que nous entretenons avec nos paysages, dans l’antagonisme des pratiques et les oppositions de discours.

Jamais nous n’avons autant parlé d’écologie, ni dans le même temps, autant émis de poison pour notre planète. Jamais nous n’avons autant contesté nos modèles libéraux, ni autant consommé et envisagé l’objet comme une finalité.

Jeremie lenoir

Du ciel, loin de la sueur et des homélies, ces considérations prennent forme dans un théâtre de géométries inconnues et mésestimées que je tente de mettre en lumière. Le paysage est le médium par lequel nous pouvons lire et déceler les désirs de notre société.

Pour les mettre en lumière, je n’ai retenu photographiquement que des fenêtres restreintes de la surface terrestre. Le cadrage est en cela déterminant, volontairement désorientant, extrémiste jusqu’à l’abstraction. La suppression d’éléments majeurs – le ciel, la ligne d’horizon ou les infrastructures identifiables – nous perd dans un univers irréel que nous ne parvenons plus à reconstituer mentalement de notre point de vue familier.

Les perspectives abruptes ou les détails singuliers emprisonnent le regard dans la contemplation d’un monde troublant ; c’est le nôtre, mais nous ne le re-connaissons pas. Il ne s’incarne plus dans une belle vue commune et banale mais dans un assemblage où les formes se répètent et s’accumulent jusqu’à perdre leur sens. Ce qu’il reste de la réalité, ce sont des géométries radicales ou des aplats indécis, des lignes totalitaires ou des frontières confuses.

Jeremie lenoir

Je me suis focalisé sur des « patterns », ces formes artificielles, aseptisées et déshumanisées de nos paysages dont il s’avère déroutant d’observer la dimension esthétique. Mes photographies tentent de dévoiler un monde à notre image, un paysage miroir de notre société. Ces textures à la précision chirurgicale ou ces motifs aux allures de fractales incarnent alors une sorte de revers machiavélique : la beauté du diable.

Jeremie lenoir

Le voyage que je propose est ainsi à la confluence de l’anecdote et de l’empirisme, de l’anomalie et de l’ubiquité, du tangible et de l’abstrait.
Revendiquant son indépendance à la vulgate écologique et son appartenance aux problématiques sociologiques, il se veut alerte des mutations profondes de notre monde et de notre civilisation.

Jérémie a du talent, c'est indéniable.
Il travaille et vit entre Orléans (45) et Tours (37). Vous pouvez le contacter pour une mission :
jeremielenoir@aol.com
ou (+0033) 6.28.23.13.27

Lire d'autres articles sur Abonéobio sur la sensibilisation par la photographie et l'image à la beauté de la nature, à notre empreinte écologique et au péril de cette terre, aux enjeux du développement durable sur notre planète.

++ Coline Serreau et Colibris, réparer la Terre qui est morte !
++ Il y aura un avant et un après HOME, le film de Yann Arthus Bertrand
++ Le syndrome du Titanic, documentaire de Nicolas Hulot
++ No hunger peut être le prochain film de Al Gore et de Action contre la Faim
++ Nous resterons sur Terre, sortie en Avril avec la participation de Wangari Maathai
++ La Terre vue de la Terre, documentaire de Coline Serreau
++ Biutiful Cauntri, le désastre de l'environnement en Italie
++ Herbe, le raid movie paysan
++ Au coeur des arbres, le secret des écorces
++ Nos enfants nous accuseront
++ La terre, l'agrobiologie, des solutions locales pour un désordre global