Chez Google le restaurant a été baptisé le café 150 en référence aux aliments consommés qui proviennent d'un rayon de 150 miles soit 240 kilomètres. Réduire la distance parcourue entre la fourche et la fourchette, voilà ce qui motive une nouvelle "race" de consommateurs créatifs appelés les locavores. Sortir de la mondialisation et de l'uniformisation, pour penser global et agir local via ses choix de consommation. Cette démarche est aussi l'occasion de retrouver le lien à la terre, à la saisonnalité, au goût, de redécouvrir ce qu'appréciaient nos aînés qui n'avaient pas le choix et consommaient forcément dans le cadre de circuits courts (où l'on réduit les intermédiaires, et si possible les distances parcourues par les produits aussi !). Anne Sophie Novel, docteur en économie et bloggueuse passionnée, fondatrice d'Ecoloinfo, a étudié ce mouvement né chez nos voisins anglo-saxons et nous propose de partager sa pratique dans l'excellent Guide du locavore, aux éditions Eyrolles collection Femininbio, complété de très bonnes adresses pour comprendre et avancer dans la pratique du locavorisme.



En parcourant le livre, on comprend aisément que l'on peut contribuer à sauver la planète en modifiant son alimentation et ses modes de consommation, et sans pour autant augmenter son budget. C'est le contenu du panier qui change en se concentrant sur l'essentiel et en éliminant le superflu. On n'achète plus les emballages et on privilégie les achats en gros. C'est à la portée de tous, comme en témoignent les 10 commandements du locavore :

  • Tes kilomètres alimentaires tu limiteras
  • Les Amap et les marchés tu fréquenteras
  • De saison tu mangeras
  • Le bio tu favoriseras
  • La cuisine maison tu réaliseras
  • Le temps des saveurs tu chériras
  • L'économie locale tu soutiendras
  • L'éco-tourisme du préfèreras
  • Sans cesse tu t'interrogeras


Evidemment si on fait dans la pratique extrémiste, devenir locavore à 100 % implique de renoncer à certains plaisirs , comme le chocolat (Aïe !), le café, le thé, ....puisque ces ingrédients viennent de trop loin. Mais on peut tendre à...et faire déjà le maximum pour tous les produits frais. En étant adhérent à un système de paniers fruits et légumes local, on peut se considérer déjà comme un locavore en devenir. Cette démarche implique de poser aussi des questions : par exemple d'où vient la farine de mon boulanger ?. Pour le reste (et notamment l'épicerie) personnellement je préfère croiser la démarche locavore et la coupler avec le soutien au commerce équitable.



Au sommaire du Guide du Locavore deux parties (153 pages, 12.90 €) :

Du global au local

  • Pourquoi changer ? (une partie très intéressante sur la malbouffe et la perte de contrôle de l'alimentation, avec une liste des additifs ou ingrédients à fuir, des réflexions sur le temps et les distances, les impacts de l'agriculture intensive, les enjeux des OGM, et une partie sur les critiques que l'on entend régulièrement sur le mouvement locavores...)
  • Le guide du parfait petit locavore (des pages où l'on partage l'expérience d'Anne Sophie qui pratique le locavorisme depuis décembre 2008. Elle insiste sur le partage de la motivation au sein de la famille (et oui cela demande des efforts de s'attacher à devenir locarore !). Avec l'auteure, on commence par faire le point sur son alimentation, ses pratiques, et on s'intéresse aux étiquettes carbone des produits, aux labels, on se réapproprie les saisons, on réinvesti la cuisine, on fait des recettes maison, on cultive son jardin, on se ballade, on crée du lien....)

Méthodologie pour locavore appliqué

  • Plus d’un tour dans mon sac (un récapitulatif pour vous aider à calculer le poids en carbone de vos courses, des précisions sur comment s'approvisionner dans les marchés, bien choisir son panier bio de produits frais, mieux comprendre les amap, faire la différence avec les supermarchés bio, se rendre à la ferme, ...des pistes pour apprendre à cuisiner autrement, des liens sur d'excellents blogs et des bonnes adresses, et une partie sur le retour aux sources et l'éco-tourisme...)
  • Le mémo pratique du locavore ( un calendrier des saisonnalités, et des infos utiles pour choisir son poisson, ...)
  • Sélection de livres et Sélection de sites Internet


Pour aller plus loin : la définition de Local food sur wikipédia et un article sur Eco sapiens : Les consommateurs citoyens défendent l avenir-des-paysans-en-soutenant-les-circuits-courts.html, ..

Lire d'autres articles sur aboneobio sur le mouvement des locavores, sur l'alimentation bio, sur les circuits courts de distribution et les dernières tendance en matières de consommation, sur les amap, sur l'abonnement aux paniers bio, le soutien aux producteurs locaux, le choix de consommer local et de saison avec si possible des produits bio, ...

++ Plus de bio mais au goût amer en grandes surfaces
++ Acheter Lohas, moins et mieux
++ Vous mangez local et de saison ? Vous êtes un locavore !
++ Faire ses courses sans OGM
++ Et si on aidait les agriculteurs bio ?
++ Les Amap vous connaissez ?
++ Epargne solidaire : soutenir le projet d'un agriculteur bio via Terre de Liens
++ Préserver le sens de l'abonnement aux paniers des Amap
++ Consommer bio rassure un français sur deux
++ Le bio progresse fortement mais profite aux importations
++ Le label Bio Cohérence : du bio pur !
++ Du local dans mon panier
++ Le bio au beau fixe, plus de produits bio à la maison et à la cantine mais plus d'importations aussi !
++ Le fast food bio version Marc Veyrat
++ Plus de producteurs bio en France
++ Cuisiner bio les fruits de saison
++ La consommation de produits bio progresse en 2009
++ Abonnons nous au bio !
++ Les marges s'envolent dans la grande distribution, plus rien pour les producteurs
++ Le bio plus cher ? Le prix écologique le choix du citoyen
++ OGM mesurons d'abord les risques
++ C'est quoi l'alimentation durable ?
++ Plus de consommation verte chez les 25 49 ans
++ Charlotte Normand se met au vert à Paris pour la fête des Amap
++ Terrena veut faire de l'agriculture intensive écolo
++ Tripler les surfaces bio à Paris, ambition affichée par la région