Avec la crise économique, de nouvelles habitudes de consommation se sont installées. On préfère louer plutôt que d'acheter, on privilégie les articles d'occasion et les circuits courts, on rejette les biberons aux bisphénols (loi anti BPA), on fait des économies d'énergies, certaines collectivités installent des fontaines à eau pour éviter le recours aux bouteilles...Bref on consomme moins mais utile ! Et ce 4ème rapport édité par Mes courses pour la planète permet de faire le point sur les chiffres clés de la consommation responsable en 2010.

les chiffres de la consommation responsable

Compte tenu de l'activité de la boutique d'aboneobio, je vais me concentrer uniquement sur les tendances en matière de produits bio pour le corps et pour la maison

Chiffres clés de la consommation durable des produits d'entretien écologiques :

  • 77 % des Français reconnaissent que l’usage des produits ménagers peut avoir des conséquences sur leur santé (23 % de graves incidents et 54 % une incidence minime) selon une étude menée par le CRÉDOC pour Ecover en 2009.
  • Et pourtant leur critère d'achat reste l'efficacité (79 %) (il faut savoir que les vrais produits ménagers écologiques sont tout autant efficace que les produits conventionnels !) et le prix (53 %) (là aussi les vrais produits ménagers écolos sont concentrés et donc économiques à l'usage).
  • Fin 2008, on comptait 68 entreprises de détergents labellisées contre 40 en 2007, avec un chiffre d'affaires en hausse de 65 %. Ces produits écolabels sont vendus à des prix équivalents aux détergents classiques (mais leur qualité n'a rien à voir avec les produits certifiés détergence écologique par Ecocert, voir mon article sur les produits d'entretien écolos séduisent pour mieux comprendre en quoi l'Ecolabel est insuffisant pour les produits de ménage bio).

Les chiffres clés des cosmétiques naturels et biologiques

  • Le marché des produits cosmétiques bio et naturels ne cesse de croitre. Avec en moyenne + 30 % par an depuis 2004, ce marché pèse plus de 280 millions d’euros en France en 2008 (+ 11 % par rapport à 2008 %).
  • Si cela ne représentait que 4 % des ventes totales de cosmétiques en 2008, ce sera 10 % du marché en 2010-2012 et 30 % en 2015, selon les analystes d’Organic Monitor.
  • L'offre se développe, les adeptes plus nombreux, la gamme s'élargie (elle n'est plus limitée aux soins qui représente 50 % du marché), et les marques n'hésitent plus à dédier des budgets marketing importants.
  • C'est surtout l'entrée des marques classiques sur le marché du bio (Nivea, Vademecum, Sephora, Yves Rocher, ...) et l'arrivée des marques distributeurs en grandes surfaces (Monoprix, Carrefour Agir.... ) qui marque la tendance cette année. Les ventes de cosmétiques bio ont progressé de + 46% en GMS alors qu'elles chutaient de -38% en magasins bio et -14 % en pharmacie !
  • On ne peut pas être bon partout : la France est en retard pour le maquillage bio (3% des ventes de cosmétiques traditionnels), contrairement au Royaume Uni où la consommation se développe.


Le détail de l'étude est disponible sur le site mescoursespourlaplanète