La préservation de la ressource en eau potable est une préoccupation grandissante. Denrée rare et précieux dans certains pays, elle est en France disponible et parfois négligée. Dans certaines communes les pollutions se répètent. Concerné à plusieurs reprises et passionné par le sujet, un citoyen a compilé une centaine de coupures de presse traitant du sujet pour en partager le constat et dresser la carte de la pollution de l'eau potable en France, accessible à tous depuis une simple adresse google maps. Chacun peut ainsi se faire rapporteur d'une pollution proche de son lieu d'habitation pour compléter la cartographie. Parce que l'eau et la soif du monde nous concerne tous, aboneobio souhaite encourager cette initiative en lui donnant un écho sur notre blog. Nous avons rencontré l'auteur de cette démarche informative, Pascal D, pour en savoir un peu plus sur les enjeux.

l'eau de ma commune est polluée

Pourquoi est ce important de préserver la ressource en eau ?

Tout d'abord, on ne manque pas d'eau en France. Si certains prédisent une pénurie au cours de ce siècle, on en est encore loin et cela dépendra surtout du rythme du réchauffement climatique. Mais en France, la ressource en eau est aujourd'hui menacée sur plusieurs fronts : l'agriculture qui rejette des produits phytosanitaires et pesticides, l'industrie lourde qui génère des pollutions chimiques, le secteur pharmaceutique qui génère des rejets de résidus médicamenteux et le secteur du forage des sous-sols, du type de celui nécessaire à l'exploitation du gaz de schiste, qui souhaite utiliser et polluer des quantités invraisemblables d'eau pour percer la roche. Il faut comprendre que toutes les pollutions rejetées dans la nature finissent un jour par se trouver dans notre eau. Si la France a la chance - comparée à de nombreux pays du Tiers Monde - d'avoir un système de traitement qui nous protège des risques sanitaires immédiats, nous sommes tout de même exposés à une variété de pollutions présentes à très faible dose dans notre eau, qui à long terme, ne sont à mon avis pas neutre sur le plan sanitaire.

Quel est l'état de pollution actuelle de la France ?

La France est la première puissance agricole d'Europe et le premier utilisateur de pesticides et nitrates du continent. C'est le point noir de la carte : ces pollutions sont loin d'être contrôlées et des dépassements de normes persistent dans le temps, surtout dans la moitié ouest de la France. Paradoxalement les pollutions bactériologiques, celle qui font le plus de bruit médiatiquement, sont plutôt bien maîtrisées : l'eau est coupée pour prévenir tout risque d'épidémie. Ces problèmes sont ponctuels et ne devraient pas inquiéter outre mesure. Plus préoccupantes sont les pollutions liées à des déchets industriels car elles sont souvent détectées tardivement. Il vaut mieux dans ce cas là chercher à évaluer notre durée d'exposition à ces polluants. Je pense particulièrement aux pollutions aux perchlorures d'ammonium qui ont été détectées presque par hasard à Bordeaux et dans le Pas de Calais. Pas très rassurant ! Pour moi, ce type de pollution devraient tout de suite déclencher une étude d'impact sanitaire.

Comment chaque citoyen peut agir ?

Pour moi, les cartes participatives peuvent devenir un puissant outil de mobilisation. Elles permettent à chacun de poster une information et de rendre compte en temps réels des risques de pollutions. On pourrait faire la même carte sur la pollution atmosphérique d'ailleurs. Mais ce qui serait passionnant, ce serait de croiser la carte des pollutions avec la carte des maladies (par exemple des cancers) dont on soupçonne qu'ils peuvent être liés à des expositions de longue durée à des polluants, même à faibles doses. On pourrait aussi croiser cette carte avec les entreprises industrielles et agricoles dont on sait qu'elle contribue à polluer notre eau...

Quels sont les enjeux économiques derrière ce constat ?

Au delà de la question public privé, on parle en ce moment d'économiser en mettant en place une tarification progressive. Pour moi, l'idée d'économiser l'eau n'est pas le plus urgent : ce qu'il faut c'est désigner clairement les responsables des pollutions et les dissuader de recommencer.

Pascal, qui êtes-vous ?

J'ai 37 ans et je suis originaire de Bretagne. Je vis à Rambouillet depuis 7 ans, dans les Yvelines. Je suis marié et j'ai deux enfants. Je suis agent de maîtrise dans le secteur industriel, actuellement en recherche d'emploi.

Pourquoi s'intéresser à ce sujet ?

Pendant une longue période de ma vie bretonne, j'ai régulièrement été confronté à des pollutions de l'eau potable.J'ai connu aussi pas mal de personnes qui ont eu des pépins de santé. Face à cette situation insupportable, j'ai souhaité savoir si ce genre d’évènement était spécifique à ma région ou si d'autres communes connaissaient le même problème. Au départ, il s'agissait de recherches personnelles pour essayer de comprendre les origines et les raisons des pollutions de l'eau. Puis j'ai créé mon blog d'information et j'ai eu l'idée de faire une carte sur la pollution de l'eau potable en France.

Quelle est la prochaine étape ?

Au sujet de la pollution de l'eau, je continue à compiler les alertes en espérant que d'autres internautes vont m'aider à mettre la carte à jour. Je songe aussi de plus en plus à faire une carte des plans sociaux en France, dès que je pourrais me libérer du temps.