Le marché du bio est en progression, et désormais 64 % des français ont consommé bio en 2012 et 43 % de manière régulière. Manger bio une fois par mois, c'est le cas d'un consommateur sur cinq. Manger bio une fois par semaine concerne 15% des français. Manger bio occasionnellement concerne plus de un français sur quatre. Le frein majeur reste le prix (pour 77 % des non acheteurs) même si un français sur quatre juge normal de payer plus cher des produits bio. Autre frein : le manque de réflexe chez les consommateurs occasionnels (pour 65 %). Certes les catégories CSP+ restent majoritairement les acheteurs du bio mais il est intéressant de noter qu'en 2012 les achats ont davantage concerné les catégories socioprofessionnelles inactives (36% en 2012 contre 11 % en 2011). Le changement de pratique se met en place doucement : 49 % des consommateurs achètent des produits bio hors alimentaires, tels que les produits entretien écologiques (38 % des français ont acheté des produits entretien bio en 2012 / 66 % des consommateurs bio) et les cosmétiques bio : produits de cosmétiques bio] (28 % des français / 51 % des consommateurs bio) contre 44 % en 2011. Il nécessite d'être soutenu : le consommateur se préoccupe de l'impact sur sa santé des produits du quotidien, de la préservation de l'environnement mais aussi des conditions de production et de la protection de l'économie locale. C'est vraiment l'approche globale qui le touche. Pour cela il reste à le rassurer, à lui confirmer que les produits bio achetés sont bien contrôlés, présentent un bénéfice santé, un impact minime sur l'environnement, et une proximité du lieu de production.

consommation produits bio logo ab agriculture biologique

Pourquoi acheter bio en 2012 ?

  • Pour prendre soin de ma santé et celle de mes proches : « préserver ma santé » (90%), « pour ma sécurité, être certain que les produits sont sains » (87%). A noter que 67% des parents consommateurs de produits biologiques le font pour leurs enfants.
  • Pour le goût et la qualité des produits (87% )
  • Pour préserver l'environnement (84 %)
  • Pour le bien être animal (72 %)
  • Pour des raisons éthiques (56 %)
  • Moins de gaspillage (89%)...

L'alimentation bio pesait 4.1 milliards d'euros l'année passée, ce qui reste faible au regard de la part du total alimentaire (2.4 %) mais en progression (1.3% en 2007). La dynamique s'appuie sur le besoin de protéger l'environnement, la bio permettant de préserver, de toute pollution, les sols et la ressource en eau selon 86 % des français qui gardent une image positive de la bio.

On termine sur une note encourageante dans un contexte de crise : 8 acheteurs de bio sur 10 déclaraient fin 2012 qu’ils maintiendront leur consommation de produits biologiques au cours des 6 prochains mois.

Source : baromètre agence bio CSA