Les collectivités achètent des produits ménagers pour l'entretien de leurs locaux, qu'il s'agisse des bureaux de la mairie, des écoles, salles de réunions, complexes sportifs, ...Dans le Nord une initiative intéressante a permis à de petites communes de réaliser une économie de 50 % sur leurs budgets d'achat (soit 10 000 euros par an) tout en évitant le recours à des produits d'entretien nocifs pour la santé et l'environnement. En Europe, nous consommons 11 kilos de produits ménagers par personne chaque année et nous rejetons 6 kilos par personne d'emballages et de déchets liés à cette consommation. Par ailleurs, comme nous passons 80 % de notre temps à l'intérieur de bâtiments (maison, bureau, voiture, ...) la manière dont nous faisons le ménage a un impact évident sur notre santé. Les substances chimiques entrainent une accumulation dans l'organisme. Les effets cocktails de certaines molécules qui se trouvent ainsi associées peuvent se révéler très dangereux pour notre organisme. L'eau de javel associé à un détartrant peut provoquer des émanations de chlore et engendrer des crises d'asthmes chez les sujets sensibles ou des bronchites toxiques chez n'importe qui. Plus on évite tôt le recours à ces produits ménagers nocifs mieux c'est. D'autant qu'il existe des solutions alternatives avec, soit des recettes de grand mère comprenant du vinaigre blanc, du bicarbonate, du citron, ... soit des produits entretien bio déjà prêts à l'usage, agréables à utiliser et très efficaces.


produits ménagers toxiques pour la santé et l'environnement


Le résultat sans l'impact nuisible sur la santé et l'environnement, c'est la ligne de conduite affichée par le Programme Local de Prévention des Déchets dans le Nord de la France. Ce programme appelé Boréal accompagne 217 communes et 10 intercommunalités dans la mise en place de ces gestes simples pour réduire les déchets et de leur toxicité.

La première étape est celle de la prise de conscience et de la réflexion sur les produits consommés à outrance, les nombreuses références en stock, sur les problèmes engendrés par ces produits nocifs mais aussi sur la manière de les utiliser par les agents. Ensuite vient la phase de la concertation, de l'appel d'offres où le choix s'est porté sur une commande de matériel réutilisables et durables, (les microfibres, ...), de produits ménagers multi usages, concentrés, présentés en grands conditionnements (cf nos recharges de 5 litres de produits ménagers) et bénéficiant d'un label ou certification écologique. Afin d'éviter le surdosage à l'usage, ces communes ont demandé l'installation de stations de dilution pour une meilleure utilisation de ces produits concentrés. Elles permettent à l'agent d'entretien de savoir exactement la quantité nécessaire, avec l'ajout d'un code couleur très simple sur les pompes et les vaporisateurs : rouge pour les sanitaires, bleu pour tout ce qui n'est pas sanitaire. La formation du personnel reste une clé qui conditionne la réussite. Prévoir du temps de formation pour rappeler que l'absence de mousse ou d'odeur liée à un parfum de synthèse ne signifie pas que la surface n'est pas propre. Changer les habitudes nécessite un nouvel apprentissage, et en mettant du sens à l'acte on a plus de chance d'y arriver. Bravo à ces communes du Nord qui nous montrent l'exemple !

Et dans votre commune ça se passe comment ? Le ménage de la crèche, de la garderie, de l'école, de la salle de sport, ...est fait avec quels produits ? Peut être qu'un dialogue peut s'installer avec l'équipe municipale pour aller dans ce sens aussi chez vous ?