Et si changer nos pratiques nous rapportait de l'argent ? Et si les efforts étaient enfin récompensés ? C'est le concept du « compte épargne CO2 » : vous remplacez votre chaudière au fioul par une chaudière au bois ? Voilà 7 000 kg de CO2 économisés par an. Comment cette économie peut elle vous rapporter ? Il suffit d'ouvrir un compte épargne CO2, de déclarer la situation avant changement, puis ensuite de calculer les économies CO2 réalisées, sur la base des deux années précédentes. Ces kilos de carbone seront ensuite soit revendus à des entreprises qui veulent racheter des crédits carbone (pour compenser leur activité, pour aller vers la neutralité carbone) soit ces crédits seront échangés contre l'achat de biens et services (un peu à l'instar des Miles) pour un trajet en train, une place de spectacle, un vélo électrique ...et peut être demain aussi permettre de régler une partie de son impôt sur le revenu ?. C'est déjà le cas dans le Finistère, où le consommateur peut régler avec ces Kilos de CO2 économisés, ses frais dossiers au Crédit Mutuel, un billet de train IDTGV pendant la semaine du développement durable, une place de spectacle auprès de Brest Métropole, ...Les économies d'énergie pouvant être créditées sur un compte épargne CO2 concernent le secteur de l'habitat (remplacer son moyen de chauffage, mieux isoler ses fenêtres, ...) et des transports de personnes et de marchandises (changer sa voiture pour un modèle électrique, supprimer l'usage de sa voiture pour recourir aux transports en commun ou au covoiturage, ....). Ne plus voir l'écologie comme une contrainte avec son lot de taxation (cf Ecotaxe), de règlements, d'interdictions, de coûts supplémentaires, ...Mais bien comme une opportunité de changer durablement nos pratiques tout en économisant financièrement. Changer le signal pour se mettre en mouvement, ensemble.

compte epargne carbone

Du coté de l'entreprise, le compte épargne CO2 c'est aussi l'opportunité d'offrir à ses salariés tout ou partie du crédit de kilos de Co2 économisés. Sans fiscalité, ce don peut être un avantage non négligeable pour le salarié, un bonus salarial apprécié. L'entreprise peut aussi décider de les garder pour acheter des biens et services au sein d'une économie circulaire locale. L'entreprise peut également donner ses CO2 à ses clients dans le cadre d'un programme de fidélité ou d'acquisition de nouveaux clients (comme les cartes des enseignes commerciales). Pour les sociétés qui sont contraintes à la compensation carbone, au lieu de se lancer sur des projets de plantations à l'autre bout de la planète, elles peuvent désormais consacrer une partie de leur budget "économies carbone" à une action locale, à proximité de leur lieu de production par exemple, valorisant ainsi des entreprises vertueuses, dans le cadre du Made in France.


Mars 2014 voit le lancement d'une économie circulaire bas carbone en Anjou : Le CJD d'Angers (Centre des Jeunes Dirigeants ) comprenant 65 Entrepreneurs, travaille en commission depuis septembre 2013 sur ce projet. Plus de 20 entreprises volontaires sont engagées dans le processus, d'autres sont en train de les rejoindre. Dans le cadre du Défi Famille à énergie positive, plus de 6000 foyers en Pays de la Loire se sont mobilisés pour réduire leur consommation, sous l'impulsion du CPIE (Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement) Loire et Mauges basé à Beaupréau. Arrivé à la 3ème année du dispositif, le CPIE peut désormais accompagner les familles sur l'ouverture de leur compte épargne carbone et les aider à valoriser les économies réalisées. Le CJD et le CPIE sont aujourd'hui réunis pour expérimenter, dès à présent, la circulation, dans le département du Maine et Loire, d'une nouvelle monnaie basée sur le CO2 économisé, par les particuliers et les entreprises. Expérimenter pour faire de l'Anjou un territoire exemplaire ! Imaginons un jour visiter le Terra Botanica, voir un concert à l’abbaye de Fontevraud ou prendre le tram avec des kg de CO2 ! De son coté, le Groupe Nature et Stratégie étudie pour ces marques PURE, Coslys et Etamine du Lys la possibilité d’utiliser cette monnaie dans les départements concernés.

Les collectivités locales sont elles aussi concernées par ce dispositif. A ce jour, l'Etat, qui s'est engagé à réduire de 20 % les émissions de CO2 d'ici 2020 (accord Kyoto), offre de nombreuses aides publiques pour accompagner la transition énergétique. Cependant, la cours des comptes a rappelé récemment que 20 millions d'euros d'avantages était sans véritable contrôle. Il est vrai que le crédit d'impôts n'implique pas de garantie sur l'usage. Le principe permettrait un meilleur pilotage des économies tout en récompensant les efforts réels des ménages et entreprises des territoires. Nous serions alors dans une logique "Mesurable", "Reportable" et "Vérifiable" afin d’alimenter les Plans Climat Energie Territoriaux ( PCET) en cours de lancement grâce aux efforts des différentes parties prenantes.

Depuis le 25 novembre 2013, chacun peut ouvrir un compte épargne Co2 partout en France. Certains parlementaires s'engagent déjà à compenser leurs émissions de CO2 auprès des citoyens de leur territoire.

A l'initiative de la start up 450, le dispositif a reçu le soutien de Michel Rocard, notamment.

En savoir plus : compteepargneco2.com
Le site dédié aux entreprises : www.compteepargneco2.com/pro/



On en parle :

http://www.ouest-france.fr/le-compte-epargne-co2-vu-par-les-jeunes-dirigeants-1974738