rirenvert.PNGUne nouvelle génération arrive, avec un regard nouveau sur l'écologie et la certitude que l'avenir sera vert ou ne sera pas. Ils ont grandit avec les ravages de l’agriculture intensive, la peur du trou dans la couche d’ozone, ont appris à parler avec la définition du mot “Développement Durable” (rapport Bruntland, 1987), et ont toujours connu le port obligatoire de la ceinture et les casques à vélo. Une génération d’enfant traumatisée par l’avenir, donc.

La nature humaine ayant cette fabuleuse capacité de relativiser grâce à l'humour, le sujet “écolo” se taille une place dans les sujets de sociétés qui font rire, en changeant de perspective!

Pendant longtemps, l’écolo est resté le dindon de la farce, si on me passe l’expression. C’est qu’il est facile de critiquer son engagement : ses T-shirts à message en coton bio, sa ration de graine germée, son cabas piqué à grand-mère, son amour pour le bicarbonate de soude et son aversion pour le nutella ou son refus quasi systématique de prendre un sac plastique à usage unique en caisse. Plus facile de critiquer que de faire soi-même quelque chose, n’est-ce pas ?!

Bridget Kyoto, mieux vaut en rire qu’en pleurer

Cette austérité de façade, dans un monde fait de sur-consommation, inquiète ou interroge, voire dérange. Les individus lambda ont rapidement fait de vous classer parmi les gens “ennuyeux”, puisque nos plaisirs sont clairement ailleurs que dans un bonheur en solde, vendu à prompt renfort de marketing. D’ailleurs, la première “youtubeuse” bio, Bridget Kyoto en a fait un sketch sur “comment rester écolo sans devenir dépressif ? ” Tout un programme.
bridgetkyoto2.jpg https://www.youtube.com/watch?v=lbxexMb06iA

Ancienne journaliste spécialisée dans l’environnement l’alter-ego de Bridget Kyoto a décidé un jour de ne plus employer le “journalistiquement correct” et d’exprimer avec ironie les paradoxes et les scandales environnementaux dont elle avait connaissance. Elle publiera sur YouTube une dizaine de vidéo dès 2011, avant de raccrocher et de relancer une mini série dédiée à la COP21 en décembre dernier. Heureusement sa page facebook est très active, et elle décrypte avec humour 2.0 (en 140 caractères) l’actualité de l’environnement.

L’humour “vert” est-il noir?

Autres journalistes, mais un peu plus acteurs, l’équipe du professeur Feuillage a choisi de faire de la vulgarisation écologique, en mode “potache”. Les guillemets sont indispensables pour comprendre que “potache” inclus des bruits de pets et autres visuels en dessous de la ceinture. Cela n’enlève rien à la véracité des chiffres et des explications données, quoiqu’on ait du mal à imaginer le croisement d’un “C’est pas sorcier” avec “le journal du hard”. A la différence des militants historiques qui ne plaisante pas avec des sujets aussi grave, le professeur Feuillage essaye au contraire de dérider un sujet qui fait peur, trop moralisateur, trop ennuyeux. Sa cible, les "geek" (sic), en gros les jeunes avec un compte YouTube.
Professeur_feuillage2.jpg
gif-1.gif Pour cibler un (vrai) public geek, GreenPeace a tout compris avec une campagne très bien réussie WinterIsNotComing. Reprenant la phrase culte de la série médieval-apocalyptico-fantasy Games of Throne, l'association a pensé une bande annonce et 6 gif animés indispensables pour égayer vos réseaux sociaux!

https://www.youtube.com/watch?v=ffWUwNJRrQI

Mais, après tout, il va falloir s’habituer à rire, d’une manière ou d’une autre de la fin du monde, car, à la fin, on le sait... tout le monde meurt ! On a bien des films d’horreur qui font rire, comme l’attaque de la moussaka géante ou le Jour d’Après. Là encore, Bridget Kyoto a encore la solution pour réussir une bonne fin du monde (mieux que Jake Gyllenhal).

https://www.youtube.com/watch?v=RFLSz2G_naA

Bio’nd, James Bio’nd

Pas facile, en effet de sauver le monde face aux hordes de Dr Nooooo (le réchauffement climatique? noooooo; le bio plus sain que le conventionnel ? nooooooo, etc). Tout le monde n’a pas le bagout et la carrure d’un 007, façon Roger Moore, impeccablement brossé, qui lancerait une remarque grivoise sur le s maillot de bain de sa James Bond Girl, après l'avoir sauvée d’une marée noire. Il n’y a bien que Nicolas Hulot, entouré par la crème des YouTubeurs, pour son clip pré-COP21, qui a réussi à dérider au-delà de l’écolo convaincu. NicolasHulot_break.jpg

Eh oui, à en croire beaucoup, l’écologie ce n’est pas pour les petits rigolos! D’ailleurs, le grand truc des réfractaires à la cause environnementale, que ce soit le climat ou la santé, c’est de dire “oh la la, tout ça ça me fait peur”. Et de ressortir un joli mot de 5 syllabes, ça fait toujours plus classe dans un dîner en ville “l’écologie c’est anxiogène”.

Auto-dérision et caricature

famille0dechets.jpgMais comme la peur n’évite pas le danger, comme on dit, pourquoi s’auto-censurer? Surtout si cela est fait avec intelligence. Pour la famille Zero Déchet qui a sorti un livre plein de conseil, et illustré par une jeune graphiste, cela passe aussi par une bonne dose d’auto-dérision. Qui n’a jamais vécu un grand moment de solitude tiraillé entre le monde actuel et ses convictions intimes? Au lieu de se flageller, on relativise et on prend le parti d’en rire! Et donc de rire de nous même. D’une part, ça soulage, de l’autre on passe pour des écolos un peu timbrés, certes, mais rigolos et “pas comme l’autre qui passe son temps à nous faire la morale” (ndlr : du vécu). Bref, on est cool, on est drôle et en plus on sauve le monde. Niveau estime de soi, on ne fait pas mieux!

https://www.facebook.com/famillezerodechet/

Guillaume Meurice, chroniqueur sur France Inter, n’hésite pas à mettre les pollueurs, lobbyistes et autres industriels devant leurs paradoxes, avec des questions simples et des réponses qui ne lassent pas de faire rire, commentées par l’humoriste. Son billet démonte avec ironie et mordant les travers de la société : une bouffée de bonne humeur à chaque fois, que l’on partage de plus en plus souvent avec vous sur la page facebook d’abonéobio. GMeurice_sinistre-ecologie.jpg

Ses chroniques ne sont pas toutes engagées sur le plan environnemental, et cela leur donne, à mon sens, plus de légitimité.

Car oui, l’écologie est un sujet avec lequel on peut rire des “conventionnels”: leur aveuglement face au nucléaire, leur attachement au pétrole et aux énergies fossiles, les discours insensés d’une agriculture intensive qui n’arrive pas à se défaire des pesticides … ob_87d971_spirou-blog-vert.gif