chat-antiparasite-naturel.jpgCela n’aura échappé à personne : 2016 sera une année à insectes et autres parasites ! Si vous avez un jardin ou que vous habitiez dans en milieu péri-urbain voire “à la campagne”, vous avez déjà remarqué que les tiques, les chenilles (attention aux urticantes), peut-être les puces sont déjà de retour.

Des conditions climatiques favorables aux parasites

Quand la nature fait bien son œuvre (car on le sait, la nature est globalement bien faite), la plupart des parasites ont un mode équivalent à une hibernation (la diapause hivernale) qui leur permet de survivre aux gelées de nos hivers.

Alors que les stades larvaires (nymphe, œuf, etc) sont moins sensibles et pourront se “réveiller” au printemps, la plupart des parasites adultes meurent avec la baisse des températures (sauf quelques uns comme les coccinelles, les moustiques et d’autres). Ce cycle naturel permet de réguler les populations de parasites sans éteindre une espèce entière.

Depuis 2 ans, nous vivons des hivers doux, pluvieux, très favorables au maintien des populations d’insectes et parasites adultes en plus des stade larvaires. Résultat : un accroissement du nombre de parasite, et une escalade aux produits chimiques qui nuisent aussi bien aux humains, qu’à nos animaux de compagnie (dont les cancers ne cessent d’augmenter) et, évidemment, à l’environnement.

En 2014, on a vendu en France 44.8millions de produits insecticides, soit 15% de plus qu’en 2013!

Nécessité de trouver des solutions naturelles

Plus efficaces sur le court terme, plus rapide et moins chers, les produits phytosanitaires ont longtemps été le réflexe des agriculteurs, des jardiniers et de tout un chacun souhaitant débarrasser sa maison de parasites.

Avouons que nous avons tous déjà eu une bombe jaune ou verte, contre les insectes volant ou rampant. Et tous nous avons eu cette désagréable sensation de ne plus pouvoir respirer après la pulvérisation! Or les insectes, avec leur cycle reproductif court, sont capables de s’adapter bien plus vite que nous au changement climatique et même aux produits phytosanitaires utilisés pour s’en débarrasser. C’est un phénomène similaire à l’antibio-résistance développé par les bactéries.

Pour protéger sa santé et avoir un impact minimal sur les écosystèmes, il faut donc retrouver le bon sens et utiliser des produits respectueux de la nature (même si ce sont des insecticides!). Image_6.png

Ecolign une gamme d’insecticides naturels Made in France

Image_5.pngDepuis peu, abonéobio propose des produits complémentaires à la gamme Pare-Insecte d’Etamine du Lys. Si les produits pare-insectes agissent comme des répulsifs, Ecolign est la première gamme d’insecticides aux actifs 100 % naturel (pyrèthre et géraniol), sur des supports en fibres végétales (100% bois PEFC), incassables et surtout fabriqués en France!

La gamme Ecolign a été spécifiquement développée pour apporter une solution naturelle contre les parasites tels que les insectes volants (moustiques) ou rampants (cafards, blattes ou encore les acariens) et les mites textiles. Comme la plupart des produits conventionnels, les insecticides développés à partir de la pétrochimie sont fait des matières toxiques : des supports en bois aux polymères (chimiques) en passant par le caoutchouc, à peu près tous contiennent des liants chimiques, des actifs chimiques, du nitrate de potassium et surtout des substances actives de synthèse comme la transfluthrine, cyflutrhine, pralletrhine, perméthrine, tétraméthrine, d-phénothrine, esbiotrhine, etc. Or la d-alléthrine et l’esbiothrine sont des substances neurotoxiques, rapporte l’AFSSET dès 2010.

Image_2.png Par ailleurs, le nitrate de potassium (un aide à la combustion et se décompose dans l’air en polluants très nocifs) bénéficie d’un vide juridique pour sa forme non agricole. Employé comme engrais, il est considéré comme substance dangereuse. Ce vide juridique, cependant, ne s’applique pas à l’huile de neem, un puissant antiparasitaire (insecticides, fongicides, vermifuges) naturel que la France à tôt fait de réglementer, sur des allégations à approfondir puisque l’huile de neem serait également un perturbateur endocrinien.

L’huile de neem étant interdite en France dans les préparations « biocides », Ecolign a choisit des principes actifs 100% naturels et reconnus comme le pyrèthre et le géraniol (anti-mite textiles) associée à des techniques efficaces comme le fumage, qui permet d’atteindre tous les recoins d’une pièce.

Les produits Ecolign vendus sur abonéobio

En complément de la gamme Pare-Insectes, abonéobio vous propose 4 nouvelles références pour le traitement de la maison contre les parasites:

  • les spirales EcoCoil contre les moustiques (force1) : sans agent brûleur comme le nitrate de potassium, les 2 versions des spirales EcoCoil (séparable ou compacte) proposent jusqu’à 40H de protection contre les moustiques, pour une utilisation en extérieur.
  • la pyramide Volkano contre tout insecte (force 2) : idéal pour traiter de grande surface( une pyramide pour 60m²) par fumigation. La fumée permet de diffuser la substance active partout et de traiter tous les recoins, même les fissures dans le bois et les murs
  • le papier à brûler EcoLign contre les insectes volants (force 3).
  • le crochet anti-mites EcoMit : parfumé à la lavande, le papier anti-mites textiles combat aussi bien les mites adultes que les larves, empêchant ainsi la prolifération des parasites dans les placards.

Précautions d’emploi

Image_7.pngAttention, ces produits restent des BIOCIDES, c’est à dire qu’ils tuent! Il faut donc lire le mode d’emploi et les utiliser avec les précautions d’usage. Nos animaux de compagnies sont des victimes potentielles et il est important de les tenir éloignés. Ecolign comble une offre inexistante parmi les produits naturels, comme les fumigènes insecticides, dont on ne trouve des équivalents que parmi les produits chimiques, contenant des gaz toxiques. Cependant, rappelez vous que même le naturel n’est jamais totalement inoffensif (on ne répétera jamais assez l’exemple des huiles essentielles, ou celui de l’huile de neem rapporté plus haut), c'est d'autant plus le cas pour les produits insecticides.