Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Samedi 03 décembre 2016

Top 10 des destinations écolo-compatibles.

En surfant sur le net dans l’attente de vacances, qui n'a pas été perturbé par des sélections de vacances “écolo” qui proposaient des destinations comme Dubaï! Peut-on véritablement faire de l’éco-tourisme? Le tourisme étant souvent aux antipodes de l’écologie, est-il respectueux de la planète et des populations locales de faire des milliers de kilomètres pour voir ce que l’on massacre avec notre mode de vie dit “occidental”. Il nous semblait alors légitime de se poser la question : où passer des vacances qui répondent à notre besoin d’écologie ? Si vous êtes déjà en vacances, ne changez rien, mais si vous faites partie de ceux qui planifient leurs prochains départs, voici une sélection de destinations eco-friendly.

France-ecolieu.jpg

10- La Nouvelle Zélande :

Si le voyage explose l’empreinte environnementale en équivalent carbone et que le gouvernement a écopé en 2012 d’un Fossil of Day Award pour leur laxisme écologique, on a choisit la Nouvelle Zélande pour ses lois de conservations de la biodiversité : une réglementation très stricte autour du tourisme et des importations. En dehors d’une utilisation décomplexée de voiture ou camping-car pour relier un point à un autre de l’île, les Neo-Zélandais sont plutôt conscients des enjeux écologiques et s’engagent individuellement pour préserver la beauté et la singularité de leurs îles. Souvent critiquée pour son utilisation du charbon, la Nouvelle Zélande vise les 90% d’électricité verte pour 2025, grâce à des centrales hydrauliques (assurant actuellement 60% de l’approvisionnement énergétique total).

moving_to_new_zealand.jpg

9- Le Sénégal

On avait pensé à Madagascar (cf notre dernier article), mais les récentes annonces nous ont poussé à revoir notre classement. En effet, le Sénégal vient de lancer un vaste programme pour à la fois interdire les sacs plastiques à usages uniques, mais aussi développer une filière de recyclage et de revalorisation du plastique! Par ailleurs, le pays investit dans une seconde centrale solaire pour diminuer les émissions de carbone ainsi que le prix de l’électricité, et s’engage pour la préservation des ressources marines en réglementant la pêche à la crevette!

8 - le Costa Rica

Ce pays est tellement petit que depuis 1948, le gouvernement a préféré se passer d’une armée pour investir dans la protection de ses ressources naturelles. En ce début d’année 2015, le Costa Rica a même réussi à produire 100% de son électricité à partir d’énergies renouvelables, pendant plus de 3 mois d’affilé. Cependant, ce joyau “vert” niché entre l’océan Pacifique et les Caraïbes joue un peu trop sur la corde écolo-sensible de l’écotourisme et le développement des structures menace de bétonner les sols. Quand à l’eau, si elle n’est pas détournée pour les complexes hôteliers, les cultures intensives de banane et d’ananas risquent bien de la polluer de pesticides.

coatepeque-lac-_salvador.jpg

7- le Salvador

Plus au Nord que le Costa Rica, le Salvador fait aussi encore partie de ces destinations méconnues, voire inconnues, qui pourraient susciter l’intérêt des explorateurs. Pourtant, pour avoir fait passer un amendement (non appliqué encore, malgré les annonces de récoltes battant les records) contre le RoundUp et 53 autres pesticides, puis réintroduit des semences non-OGM, et enfin refusé un permis d’exploitation minière (pourtant de l’or) compte tenu des possibles atteintes sur l’environnement, le Salvador pourrait bien devenir le nouveau pays de l’écologie en Amérique Centrale!

6- El Hierro (Espagne)

Cette île volcanique et très sismique fait partie des îles Canaries. En 2000, toute l'île a été classée en réserve de biosphère par l'Unesco, suite aux demandes des élus et habitants, et le tourisme y est donc encadré pour ne pas dégrader l’environnement. Par ailleurs, sa situation insulaire a fortement poussé à son indépendance énergétique totale. Depuis l’année dernière, El Hierro ne fonctionne qu’à partir d’énergies renouvelables (éoliennes, hydraulique…). De l’écotourisme, du vrai!

El_Hierro_reservoir.jpg

5 - Les Pays-Bas

Accessibles en train en seulement à moins de 3h 30, les Pays-Bas ont développé les concepts d’économie circulaire avec les Repair Café et de mobilité douce au niveau urbain. A Amsterdam, le vélo est roi jusque dans la nuit, grâce à la première voie pour vélo éclairée par restitution de l’énergie solaire. Encouragés par leurs voisins, des modèles en matière d’indépendance énergétique, les hollandais n’ont pas peur de poursuivre en justice leur pays s’ils considèrent qu’il ne fait pas assez pour l’environnement, compte-tenu des engagements très légers pris par le gouvernement du pays !

van-gogh-la-nuit-etoilee-piste-cyclable-phosphorescente-pays-bas-daan-roosengaarde-1.jpg

4- La Suède

Autre pays nordique, la Suède est écologiquement très active ! Quand, en 2012, elle annonçait devoir importer des déchets pour faire fonctionner ses incinérateurs, beaucoup en rigolait! Champions toute catégorie du tri et du minimalisme, les suédois ne jettent que 1 % de leurs ordures ménagères suédoises en décharges (contre 38 % pour la moyenne des pays européens, selon Eurostat 2012). Une des villes les plus verte d’Europe se trouve en Suède, selon l’ICLEI, et l’office de tourisme Suédois nous a mâché le travail avec sa sélection des 10 plus beaux lieux écotouristiques.

3- Le Danemark

Petit par sa taille, grand par son engagement. En juin 2015, 140% des besoins en énergie ont été couvert par la seule énergie éolienne! Sur les 10 millions d’habitants vivant au Danemark, 8 millions d’entre eux ont un accès à un espace vert ou à un parc, à moins de 300 mètres de chez eux, indique le rapport de la Commission Européenne de l’Environnement en février 2009. Les Danois n’hésitent pas à acheter une éolienne pour produire leurs propre énergie renouvelable et ils consomment bio… A Copenhague, la capitale, les habitants sont les plus grands consommateurs de bio au monde ! (51% de l’alimentation dans le domaine public et 23% chez les ménages). Le site officiel du Danemark a même plusieurs pages complètes sur le mode de vie écologique “à la danoise”.

Samso-danemarkJPG.JPG

2- L’Islande

Terre de contraste par excellence, grâce à ses sources d’eau chaude au milieu des glaciers, la capitale Reykjavik vient de se positionner en première place du palmarès Living the change. En effet, cette ville fonctionne entièrement grâce à des énergies renouvelables, ou presque (0,1% d’énergie fossile seulement). Son secret : ses ressources géothermales et l’énergie hydraulique, bien sûr! L’île entière suit le mouvement de la capitale avec une recherche constante pour être complètement indépendant en 2050, en misant les carburants “propres” comme l’hydrogène. Les vegan apprécieront peut-être moins la cuisine traditionnelle à base de poisson ou de toutes les parties du mouton (oui, toutes!), mais les aliments sont souvent bio et locaux (insularité oblige), et les autres pourront se régaler au prochain festival Food & Fun de Reykjavik en mars 2016.

iceland-geothermal-energie.jpg

1 - La France

Cela vous étonne? Certes, on est loin de l'indépendance énergétique, et la loi de Transition Energétique adoptée ce jeudi 23 juillet ne propose pas d'objectif très ambitieux en matière d'énergies renouvelables. Pourtant en terme d'empreinte environnementale, il est toujours beaucoup écologique de choisir une destination proche. En France, nous avons la chance d’avoir de nombreux paysages magnifiques, ainsi qu’une offre pléthorique d'hébergements écologiques! A Nantes, l’offre en restauration bio de développe (à découvrir sur The Place to Bio), en PACA, vous pouvez devenir sentinelle écologique pendant vos activités sportives, dans le Nord Pas de Calais, les anciennes friches industrielles sont réhabilitées de manière écologique, les parcs d’attractions font part belle à l’environnement, il est possible de dormir dans des gîtes écologiques, des cabanes, des tentes... et des Eco-lieux vegan comme La Belle Verte promettent aux végé de passer des vacances sans souffrance animale.

Ecolieu-La-belle-verte.JPG

Bref, la France est un joyau écologique à part entière !A nous d’y faire attention, même en vacances!

Et vous, pour passez des vacances écologiques, quelles sont vos formules? Plutôt retour à la nature ou Conso'Collaborative?

A vos agendas ! Du 20 au 30 mars 2015, la 10ème semaine pour les alternatives aux pesticides

10semaine-alt-pesticides.jpgLa Semaine pour les Alternatives aux Pesticides (SPAP) est une opération nationale et internationale annuelle ouverte à toutes et tous visant à promouvoir les alternatives aux pesticides. Pendant les 10 premiers jours du printemps, période de reprise des épandages de pesticides, le public est invité à mieux s’informer sur les enjeux tant sanitaires qu’environnementaux des pesticides et sur leurs alternatives au travers de centaines de manifestations partout en France et dans une vingtaine d’autres pays.

La prochaine Semaine pour les Alternatives aux Pesticides fêtera ses 10 ans, du 20 au 30 mars prochain, dans toute la France. Il reste donc un mois pour boucler les derniers préparatifs, préparer le Tour de France des initiatives et diffuser les nombreux événements et des petites surprises qui jalonneront les festivités

Plus que quelques jours pour participez au concours de graphisme

Plus que quelques jours pour participer à notre concours de graphisme lancé en partenariat avec le collectif citoyen les Engraineurs et Générations Cobayes! Vous avez jusqu'au 27 février prochain pour présenter un visuel qui illustre la problématique des pesticides soit par leur impact sanitaire et environnemental, soit par les alternatives qui existent. N'hésitez pas non plus à participer en votant pour votre/vos visuel(s) préféré(s) !

10semaine-alt-pesticides02.jpg Des événements et de nombreux partenaires

En 2014, la 9ème édition de la Semaine pour les Alternatives aux Pesticides avait réussi à proposer plus de 600 évènements partout en France, avec des conférences, des projections de film, des ateliers et des journées de formations pour des alternatives aux pesticides, des visites et des balades de sites remarquables (communes 0 sans pesticides, ferme de coccinelle, etc.) Cette semaine a mobilisé près 54 partenaires nationaux et internationaux, et environ 300 acteurs locaux pour faire vivre l’événement.

Les partenaires de la 10ème Semaine

Pour la deuxième année consécutive, l'association Noé conservation, sera partenaire de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, rejoint par Alain Baraton, jardinier en chef du domaine de Versailles et parrain du programme de conservation de la biodiversité des Jardins de Noé. Chaque jour pendant la Semaine pour les alternatives aux pesticides, le jardinier chroniqueur sur France Inter, amoureux de la nature présentera un des points de la charte des Jardins de Noé via une petite vidéo et distillera ses conseils pour jardiner au naturel tout en préservant la biodiversité.

Inscrivez vos événements sur le site Internet!

100_5445.JPGPour les professionnels et les associations, il est encore tant d’inscrire vos événements afin d’être référencé et présenter lors des prochaines actions de communications. Tous les événements prévus pendant la Semaine pour les alternatives aux pesticides seront relayés sur la carte interactive du site Internet, Que vous soyez l'organisateur d'un événement local, régional ou national, n'hésitez pas à le recenser sur la carte interactive mise à disposition des internautes, cela permet aux participants de savoir ce qui est organisé près de chez eux. Pour cela, il vous suffit de vous rendre sur le site Internet puis de cliquer sur espace organisateur afin de créer un compte et inscrire votre événement. Vous pouvez également télécharger un petit guide des inscriptions en ligne ici

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+