Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Vendredi 09 décembre 2016

Ecologie, orgueil et préjugés au Japon

En France, on est champion au moins d'une chose : la mésestime de soi! On entend dire que tout est mieux ailleurs et pire, on le croit. Dans l’inconscient collectif, le Japon est le pays du zen, du minimalisme, de la méthode KonMari pour le rangement, des tawashi, des collectifs de citoyens-ramasseurs de poubelles ; un pays où contempler la nature fait partie intégrante des mœurs. Bref, un pays respectueux de la nature ! Pour autant, le Japon est-il un eldorado de l’écologie ? À l’occasion d’un nouveau séjour, on fait le point sur les habitudes.

Lire la suite...

Vous reprendrez bien un peu de zen, avec votre thé (vert) gourmand?

Une petite carte postale - qui fera rêver - de Nara, capitale du Japon entre 710 et 784. Les monuments historiques de l'ancienne ville ont été inscrits au patrimoine mondial de l'humanité dès 1998, mais ce qui fait le charme de la ville, ce sont les daims qui se baladent librement dans l'immense parc de la ville.

DSC_0098.JPG

Une ancienne légende dit qu'un daim "Shika" (en japonais) blanc a servi de monture à une divinité censée protéger la ville. Depuis, le daim est vénéré au même titre que le protecteur de Nara. Shikamaru-kun est logiquement devenue la mascotte et emblème de Nara!

DSC_0053.JPG

C'est dans ce parc qui couvre 502 ha, que l'on peut voir la plupart des nombreux temples bouddhistes ou shintoïstes, ainsi que la résidence de l'empereur ou le fameux "Grand Bouddha" de Tôdaiji. Nara-Todaiji-great_buddha.jpg

Nara est un enchantement qui attire de nombreux touristes, bien qu'elle n'ait pas la renommée d'autres villes, ni un château fortifié comme à Kanazawa, Ôsaka ou Matsumoto (parmi les plus connus).

DSC_0174.JPG Osaka-castle-chateau-momiji-koyo.jpg

Actuellement, au Japon, c'est la saison du "koyo", soit des "feuilles brunes", "momiji" étant plus spécifique à la couleur pourpre des érables du Japon. De nombreuses animations sont d'ailleurs organisées pour aller voir ces splendeurs sur les plus beaux sites que compte le Japon. La saison "koyo" dure plus longtemps que celle des cerisiers en fleurs (ou "hanami" regarder les fleurs) qui ne dure généralement qu'une semaine. Elle n'en est pas moins spectaculaire pour autant, et correspond à l'une des périodes de l'année les plus calme et agréable pour se balader au Japon. koyo-nara_2015-11.jpg Koyo-nara-momiji_2015.jpg

Et sinon, les desserts de saison sont à tomber : petit moelleux au chocolat, crêpe (pancake?) fourrée vanille et azuki (pâte de haricot rouge), tartelette de fruit, crème brûlée au thé matcha- coeur azuki, yaourt à la crème de marron.. DSC_0124.JPG

Ce n'est pas bio, mais de saison, les japonais étant très attachés à la saisonnalité ... enfin dès qu'il s'agit de Noël, ils n'hésitent pas à ressortir les fraises dès décembre!!

L’acupuncture peut tout guérir

acupuncture_th-3.jpgQui n’a jamais été frustré par la médecine occidentale, quand votre douleur n’était “démontrée” par aucun résultat clinique? Un acouphène par exemple, ce petit bruit à la tonalité variable installé dans votre oreille après un stress ou une exposition à des sons trop forts, un généraliste ou un ORL trouvera que c’est malheureux, mais qu’il faudra vous habituer à vivre avec! Plus mesuré, un naturopathe vous conseillera peut-être quelques gouttes d’HE d’Hélicryse dans une huile végétale, à appliquer en massage autour de l’oreille bourdonnante.

Au même titre que toutes les solutions alternatives, l’acupuncture est souvent jugée par la médecine occidentale comme du charlatanisme, pourtant les effets curatifs de la pratique sont bien réels. Plus holistique que la médecine occidentale, l’acupuncture peut traiter de nombreuses, voire toutes les pathologies. Dans notre société médicalisée, voir un médecin pour soigner une affection avec de la chimie est logique. L’acupuncture propose une approche différence : traiter de manière plus naturelle, mais également de prévenir les futures pathologies. Ne dit-on pas qu’il vaut mieux prévenir que guérir?

Acupuncture, une origine chinoise

Acupuncture_trigger_points.gifL’image la plus connue de l’acupuncture est la stimulation et/ou le rétablissement de l’énergie, le Qi ou Chi, dans le corps pour traiter une maladie ou une dysfonction. Tous les organes de notre corps étant reliés entre eux par ce que la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) appelle des “méridiens”, l’acupuncture permet de réguler toutes fonctions vitales par simple stimulation cutanée. En pratique, une aiguille placée en un point spécifique, qui correspond à une fonction physiologique particulière, va pouvoir rétablir sa fonction. En MTC, on compte près de 365 points d’acupuncture.

Reprenons notre acouphène : en MTC, après un rapide questionnaire sur l’apparition de la gêne, l’acupuncteur suit un protocole d’une dizaine d’aiguilles réparties sur la face interne du pied, à la base du pouce et sur l’oreille incriminée.

On peut désormais compter de nombreuses pratiques, légèrement différentes. Comme la religion bouddhique qui a traversé l’Empire du Milieu pour se diffuser dans tous les pays extrême orientaux, l’acupuncture a évolué d’une manière propre et singulière à chaque culture.

La pratique la plus connue en France de l’acupuncture est la méthode chinoise, originelle. Depuis quelques années et le développement des médecines alternatives, une acupuncture “française”, se développe. Elle est est généralement utilisée par des médecins, en complément de leur spécialité. En France, l’enseignement de l’acupuncture est pris en charge par les universités depuis 2007. Il existe plusieurs formations pour l’obtention d'un diplôme inter-universitaire (DIU) d'acupuncture, réservé aux médecins, dentistes et aux sages-femmes. Ces formations complémentaires garantissent le sérieux des praticiens et une base solide de connaissances préalables en biologie humaine.

Pour les non médecins, on parlera alors d’”Energétique Traditionnelle Chinoise”. L’absence de diplôme ne veut pas pour autant dire de compétences, et dans ce cas, le bouche à oreille fait généralement la bonne réputation d’un praticien.

Spécificités de l’acupuncture japonaise

acupuncture-japonaise02.jpgL’acupuncture japonaise utilise des aiguilles beaucoup plus fines que la méthode chinoise (0.16mm au lieu de 0.30mm). Dans un pays où l’on pense que le groupe sanguin détermine le caractère d’un individu (au même titre que l’astrologie), il est très courant d’associer les maux du corps au tempérament. Le praticien détermine tout d’abord la typologie Yin ou Yang de son patient, à travers des questions qui semblent anodines, selon nos mentalités cartésiennes. Le praticien peut également affiner le “diagnostic” avec quelques méthodes similaires à celles utilisées en naturopathie, à partir de la palpation abdominale, la prise de pouls ou la tonicité musculaire des avant-bras.

Enfin, l’acupuncture japonaise propose également des remèdes à base d’herbes, appelés Kampô. Bien que "kampô" signifie littéralement “méthode chinoise” en japonais, il s’agit d’une pharmacopée développée au Japon par des japonais, et qui vient en relais d’un traitement par l’acupuncture.

Il existe également des courants d’acupuncture comme la méthode Shonishin ou "acupuncture pédiatrique" en français. idéale pour les enfants, c’est une acupuncture douce, sans insertion d'aiguille, et accompagnée de massages. shonishin5ptt-300x224.jpg

idenosensei.jpgPour traiter notre exemple, l’acouphène, le docteur Ideno officiant à Tôkyô et auteur d’un livre sur les auto-massages, utilisera 3 aiguilles très fines et de préciser quelques remèdes basés sur le kampô : si c'est un bruit aigu genre cigales, ce sont les reins qui sont fatigués, alors qu’un bruit grave comme le ronronnement d’un d'avion, il faut également soulager le foie.

Angélique, qui a découvert l’acupuncture au Japon, nous confie “Depuis ma rencontre avec l'acupuncture je ne vois plus la maladie comme une fatalité ou une malchance mais comme le résultat de plusieurs facteurs (stress, fatigue, alimentation, manque de sommeil, manque d'exercice) combinés et dont je suis en partie responsable. L'acupuncture n’est pas plus remboursée au Japon qu’en France, mais au final, ça me revient moins cher. J'ai appris à être patiente, une bronchite se soigne en trois semaines si on respecte bien les conseils de la médecine chinoise et non en une semaine avec des antibiotiques.

D’autres pratiques de l’acupuncture existent dans tous les pays asiatiques, en Corée, au Viet-Nam ou en Thaïlande… Avez vous déjà eu recours à l’acupuncture? Et qu’en avez -vous pensé?

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+