Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lundi 01 septembre 2014

Recycler vos gobelets le geste responsable de Versoo

Parmi les pépites d'entreprises engagées pour le développement durable présentes en Anjou, la société Versoo qui innove avec un process pour recycler les gobelets de la machine à café et fontaines à eau. Savez vous qu'en France nous rejetons plus de 4 milliards de gobelets plastiques en polystyrène et polypropylène chaque année, rien qu'avec la consommation de café à la machine ou l'usage de fontaines à eau ? Même si il existe des gobelets recyclables, dans les faits seuls 1 % sont recyclés, 60% sont enfouis alors qu'il faut de 100 à 1000 ans pour qu'ils se dégradent ! Versoo propose une solution très intéressante : un collecteur spécifique (fabriqué en Anjou) optimise la concentration des gobelets (en évacuant les déchets et liquides automatiquement), une logistique étudiée qui limite l'impact CO2, un circuit de transformation court avec une filière de recyclage local, le soutien à l'emploi de personnes handicapées, ...La société Versoo est lauréat du Concours Régional des Entreprises Innovantes organisé par Jeune Chambre Economique des Pays de la Loire et a reçu le prix du meilleur projet en développement, dans la catégorie communautaire.

versoo angers xavier delesalle

Détail du recyclage des gobelets façon Versoo :

  • Le collecteur : Il permet de reprendre les gobelets après usage. Le consommateur introduit le gobelet dans un emplacement dédié, le mécanisme le vide de son contenu et le stock bien rangé avec les autres en optimisant au maximum le volume puisque le carton du collecteur contient en moyenne 2500 gobelets. Un voyant alerte le responsable pour l'informer que le carton est bientôt plein. Chaque carton plein est numéroté (pour la traçabilité et pouvoir dire ensuite à l'entreprise combien de gobelets ont été recyclés) puis le carton est stocké sur une palette à l'abri. Si le collecteur tombe en panne, il suffit de retirer une petite partie du collecteur, qui sera remplacé aussitôt par Versoo. Pas besoin d'envoyer un technicien. L'intégralité des pièces composant le composteur ont été réalisées à proximité, ce qui réduit l'impact carbone et valorise aussi les savoir faire de l'Anjou.
  • Le transport : la palette de cartons stockés est reprise par un transporteur, sans créer de déplacement spécifique inutile.
  • Le recyclage  : 100 % des gobelets sont recyclés grâce à l'emploi de personnes handicapées dont la mission est de trier, de peser, de compacter. Ensuite la matière est transformée en pièce de lestage intégrée au fond des machines à laver (c'est ce qu'on voit dans les mains de la cofondatrice de la société).

versoo recycle gobelets valérie Delesalle

Versoo a reçu aussi le prix spécial du Jury au challenge des Espoirs de l'économie locale 2010 (CCI Angers). La société compte parmi les Entrepreneurs d'Avenir (comme Abonéobio ! ) et avec de belles perspectives de développement (durable évidemment !). Versoo sera présent à Pollutec à Lyon du 29 novembre au 03 décembre 2010, sur le stand d'Angers Loire Développement.



Versoo est accompagnée dans sa stratégie de développement durable par l'entreprise Altamire.

Chez abonéobio on aime ce concept global dans l'esprit de valorisation du cycle de vie du produit, cradle to cradle qui propose un circuit complet, de la collecte au recyclage.

Lire d'autres articles sur aboneobio sur le recyclage des gobelets proposés par la société Versoo, sur le concept cradle to cradle, sur la consommation et le recyclage des bouteilles d'eau, sur les gestes responsables à mettre en place au bureau, sur le mieux consommer, sur les pratiques des lohas

++ Versoo donne une seconde vie aux gobelets
++ Les TPE plus sensibilisées au développement durable que les PME
++ Café et chocolat chaud à emporter, quid du recyclage des gobelets chez Starbucks
++ La Villa Déchets à Nantes
++ Marika Latzko et Bobo planète Femme formidable à Angers
++ Gestion du papier au bureau, peut mieux faire selon WWF
++ Après le ticket resto, le chèque d'abonnement bio
++ Cradle to cradle : déchets = nourriture
++ Acheter Lohas, moins et mieux
++ Fabriquer un petit produit peut nécessiter beaucoup de ressources naturelles
++ La Villa Déchets à Nantes
++ Bientôt nos sièges de voiture seront recyclés ?
++ Relancer le marché du recyclage et de la consigne : économique et écologique
++ Bouteilles ou cups et gobelets écolos made in USA
++ 390 kg de déchets par an par personne, et si on réduisait ?
++ Donnes moi ta poubelle, je te dirais qui tu es...
++ Le recyclage, un geste essentiel comme réduire et réemployer, mode d'emploi en images
++ Les étudiants américains reçoivent leur diplôme avec des toges écolos
++ La nature n’a pas besoin de votre vieux produit
++ Coca Cola se lance dans la sensibilisation au recyclage
++ La malédiction du plastique
++ Eau et cancer : quelle eau boire ?

Le guide du locavore pour mieux consommer local

Chez Google le restaurant a été baptisé le café 150 en référence aux aliments consommés qui proviennent d'un rayon de 150 miles soit 240 kilomètres. Réduire la distance parcourue entre la fourche et la fourchette, voilà ce qui motive une nouvelle "race" de consommateurs créatifs appelés les locavores. Sortir de la mondialisation et de l'uniformisation, pour penser global et agir local via ses choix de consommation. Cette démarche est aussi l'occasion de retrouver le lien à la terre, à la saisonnalité, au goût, de redécouvrir ce qu'appréciaient nos aînés qui n'avaient pas le choix et consommaient forcément dans le cadre de circuits courts (où l'on réduit les intermédiaires, et si possible les distances parcourues par les produits aussi !). Anne Sophie Novel, docteur en économie et bloggueuse passionnée, fondatrice d'Ecoloinfo, a étudié ce mouvement né chez nos voisins anglo-saxons et nous propose de partager sa pratique dans l'excellent Guide du locavore, aux éditions Eyrolles collection Femininbio, complété de très bonnes adresses pour comprendre et avancer dans la pratique du locavorisme.



En parcourant le livre, on comprend aisément que l'on peut contribuer à sauver la planète en modifiant son alimentation et ses modes de consommation, et sans pour autant augmenter son budget. C'est le contenu du panier qui change en se concentrant sur l'essentiel et en éliminant le superflu. On n'achète plus les emballages et on privilégie les achats en gros. C'est à la portée de tous, comme en témoignent les 10 commandements du locavore :

  • Tes kilomètres alimentaires tu limiteras
  • Les Amap et les marchés tu fréquenteras
  • De saison tu mangeras
  • Le bio tu favoriseras
  • La cuisine maison tu réaliseras
  • Le temps des saveurs tu chériras
  • L'économie locale tu soutiendras
  • L'éco-tourisme du préfèreras
  • Sans cesse tu t'interrogeras


Evidemment si on fait dans la pratique extrémiste, devenir locavore à 100 % implique de renoncer à certains plaisirs , comme le chocolat (Aïe !), le café, le thé, ....puisque ces ingrédients viennent de trop loin. Mais on peut tendre à...et faire déjà le maximum pour tous les produits frais. En étant adhérent à un système de paniers fruits et légumes local, on peut se considérer déjà comme un locavore en devenir. Cette démarche implique de poser aussi des questions : par exemple d'où vient la farine de mon boulanger ?. Pour le reste (et notamment l'épicerie) personnellement je préfère croiser la démarche locavore et la coupler avec le soutien au commerce équitable.



Au sommaire du Guide du Locavore deux parties (153 pages, 12.90 €) :

Du global au local

  • Pourquoi changer ? (une partie très intéressante sur la malbouffe et la perte de contrôle de l'alimentation, avec une liste des additifs ou ingrédients à fuir, des réflexions sur le temps et les distances, les impacts de l'agriculture intensive, les enjeux des OGM, et une partie sur les critiques que l'on entend régulièrement sur le mouvement locavores...)
  • Le guide du parfait petit locavore (des pages où l'on partage l'expérience d'Anne Sophie qui pratique le locavorisme depuis décembre 2008. Elle insiste sur le partage de la motivation au sein de la famille (et oui cela demande des efforts de s'attacher à devenir locarore !). Avec l'auteure, on commence par faire le point sur son alimentation, ses pratiques, et on s'intéresse aux étiquettes carbone des produits, aux labels, on se réapproprie les saisons, on réinvesti la cuisine, on fait des recettes maison, on cultive son jardin, on se ballade, on crée du lien....)

Méthodologie pour locavore appliqué

  • Plus d’un tour dans mon sac (un récapitulatif pour vous aider à calculer le poids en carbone de vos courses, des précisions sur comment s'approvisionner dans les marchés, bien choisir son panier bio de produits frais, mieux comprendre les amap, faire la différence avec les supermarchés bio, se rendre à la ferme, ...des pistes pour apprendre à cuisiner autrement, des liens sur d'excellents blogs et des bonnes adresses, et une partie sur le retour aux sources et l'éco-tourisme...)
  • Le mémo pratique du locavore ( un calendrier des saisonnalités, et des infos utiles pour choisir son poisson, ...)
  • Sélection de livres et Sélection de sites Internet


Pour aller plus loin : la définition de Local food sur wikipédia et un article sur Eco sapiens : Les consommateurs citoyens défendent l avenir-des-paysans-en-soutenant-les-circuits-courts.html, ..

Lire d'autres articles sur aboneobio sur le mouvement des locavores, sur l'alimentation bio, sur les circuits courts de distribution et les dernières tendance en matières de consommation, sur les amap, sur l'abonnement aux paniers bio, le soutien aux producteurs locaux, le choix de consommer local et de saison avec si possible des produits bio, ...

++ Plus de bio mais au goût amer en grandes surfaces
++ Acheter Lohas, moins et mieux
++ Vous mangez local et de saison ? Vous êtes un locavore !
++ Faire ses courses sans OGM
++ Et si on aidait les agriculteurs bio ?
++ Les Amap vous connaissez ?
++ Epargne solidaire : soutenir le projet d'un agriculteur bio via Terre de Liens
++ Préserver le sens de l'abonnement aux paniers des Amap
++ Consommer bio rassure un français sur deux
++ Le bio progresse fortement mais profite aux importations
++ Le label Bio Cohérence : du bio pur !
++ Du local dans mon panier
++ Le bio au beau fixe, plus de produits bio à la maison et à la cantine mais plus d'importations aussi !
++ Le fast food bio version Marc Veyrat
++ Plus de producteurs bio en France
++ Cuisiner bio les fruits de saison
++ La consommation de produits bio progresse en 2009
++ Abonnons nous au bio !
++ Les marges s'envolent dans la grande distribution, plus rien pour les producteurs
++ Le bio plus cher ? Le prix écologique le choix du citoyen
++ OGM mesurons d'abord les risques
++ C'est quoi l'alimentation durable ?
++ Plus de consommation verte chez les 25 49 ans
++ Charlotte Normand se met au vert à Paris pour la fête des Amap
++ Terrena veut faire de l'agriculture intensive écolo
++ Tripler les surfaces bio à Paris, ambition affichée par la région

Acheter Lohas, moins et mieux

Parce qu'il est essentiel de se préoccuper de son environnement et de faire en sorte qu'il soit sain, les Lohas sont une population de consommateurs en forte progression. Abonéobio s'inscrit parfaitement dans cette tendance Lohas pour un style de vie simple et durable, et encourage à acheter moins mais mieux. Nous vous en avions déjà parlé sur le blog du bio en Février dans un billet Devenez Lohas, prenez soin de l'environnement et faites en sorte qu'il soit sain et durable !.

Il parait même que 22 % de la population des plus de 15 ans connaissent ce terme selon une enquête de Dentsu. Lohas veut dire Lifestyles of Health and Substainability. Au Japon on parle même de washing Lohas avec un tiers de la population japonaise qui consomment Lohas et 30% du marché de consommation américain selon le Worldwatch Institute(soit en 2006 une estimation de 300 milliards de dollars, source wikipédia).

Du coup les fabricants développent leurs gammes de produits Lohas. La firme Coca Cola a lancé sur le marché nippon une eau minérale de 520 ml qui pèse 40 % de moins une fois réduite à déchets. Elle est en PET (polyéthylène téréphtalate) écologique sauf le bouchon. Une fois vide on peut la tordre. (On peut toutefois se poser la question de l'achat de l'eau en bouteille, est ce bien une attitude Lohas ? Cf l'article eau et cancer, quelle eau faut il boire ?)

Autre exemple avec les nouveaux sachets de cafés lyophylisés de la firme Ajimoto General Food (marques Maxim, Maxwell, ..) en recharge papier qui conservent sous vide, présentés en format tube comme des cigarettes. Un an de consommation de café avec un volume de déchets qui tient dans la main. Là encore c'est une solution mais à la base les unidoses sont forcément plus polluantes qu'un pot familial.

Source emballages magazine, grâce à Florence Bernardin, info-inspiration.

Parmi les Lohas, les lovos (Lifestyles of Voluntary Simplicity) contrebalancent un peu le washing Lohas c'est à dire le vert mis à tout va, pour revenir à un mode de vie plus authentique, avec plus de bon sens et consommer moins mais mieux. C'est une niche parmi les Lohas, plus tournée vers la décroissance.

Lohas et Lovos partagent le fait de se soucier de l'environnement et de consommer bio et privilégier les produits issus du commerce équitable

++ Blog des Lohas

Que pensez vous d'associer à Abonéobio cette dénomination Lohas ? Le service proposé, unique en France, qui vise à dire aux consommateurs de raisonner à l'échelle de leur famille et sur un an, pour acheter moins de produits, pour rejeter moins d'emballages et pour encourager la réduction de transport et l'émission de CO2, à votre avis cela colle avec la démarche des Lohas ??



Lire d'autres articles sur Abonéobio sur les Lohas, les Lovos, sur le fait de consommer moins mais mieux, sur les décroissants, sur l'attitude slow wear, les freegans, le concept du cradle to cradle...

++ Devenez Lohas, prenez soin de l'environnement et faites en sorte qu'il soit sain et durable !
++ S'habiller slow wear : des vêtements sobres, bio et pour durer
++ Devenir décroissant ça s'apprend....
++ Cradle to cradle : déchets = nourriture
++ Donner une second vie aux marchandises par la vente aux enchères volontaires
++ Consommer moins pour vivre mieux
++ 2009 ou l'éloge de la consommation raisonnée
++ Donnes moi ta poubelle, je te dirais qui tu es...
++ Ne jetez plus votre yaourt !
++ Vous mangez local et de saison ? Vous êtes un locavore !
++ Le Déclic de la Pratique Bio d'Abonéobio
++ Sur Top Santé Laurence Moulin, la femme écolo du mois, nous abonne au bio !

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+