Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dimanche 11 décembre 2016

Mot-clé - Marie Monique Robin

Fil des billets - Fil des commentaires

L’écologie au cinéma, solution pour une prise de conscience ?

images.jpgRingard, l’écologie sur grand écran ? Il suffit de voir que Trashed a patiemment attendu 4 ans dans les cartons avant sa sortie française en novembre dernier, entre un documentaire hollywoodien avec Léonardo DiCaprio (Avant le déluge) et une réalisation franco-française de Marie-Monique Robin, pour se dire que les distributeurs ne misent pas trop sur la conscience écologique pour remplir des salles.

Pourtant, ces documentaires sont utiles pour alerter, sensibiliser ou fédérer les consom’acteurs. On ne ressort jamais indemne d’une projection : soit on se découvre l’envie d’agir concrètement, soit on se rend compte des dégâts que nous générons et on souhaite changer cet état de fait!

Qu’est-ce qu’on attend ?

Lire la suite...

Sacree croissance le nouveau documentaire de Marie Monique Robin

Sacree_croiss_vod1.jpgMarie Monique Robin a sillonné le globe une nouvelle fois pour un documentaire, intitulé “Sacrée Croissance”, qui sera diffusé le 4 novembre prochain sur Arte. Après nous avoir ouvert les yeux avec ses documentaires “Le Monde selon Monsanto” ou “Notre poison quotidien”, devenus depuis des références dans le monde de l’écologie et de l’altermondialisme, Marie Monique Robin nous rapporte dans ce nouvel opus, des initiatives qui peuvent changer durablement le monde. Après avoir dénoncé, dévoilé, critiqué le pillage de nos écosystèmes et des ressources par les grandes compagnies, elle rend hommage aux “lanceurs d’espoirs”. C’est ainsi qu’elle a appelé ceux qui l’ont inspiré, lors de son petit discours d’ouverture lors de l’avant-première, qui avait lieu à Paris jeudi 17 octobre, en présence des partenaires du documentaire, Arte TV, Biocoop,et CCFD Terre Solidaire.

Le constat de base de ce nouveau documentaire est, qu’au rythme actuel, l’humanité aurait besoin de 3 voire 4 Terres selon qu’elle consomme comme des Européens ou des Américains.

Mais qui parle encore d’Altermondialisme?

Le principe de l’altermondialisme est que d’autres mondes sont possibles. Aux prémices de l’écologie telle que nous la connaissons actuellement, nous ne parlions pas encore d’économie collaborative ou solidaire, mais d’altermondialisme, et de commerce équitable. Trop écolo baba, le terme d’altermondialisme, souvent lié à la frugalité ou la décroissance, a été remplacé par celui des écolo-bobo-hipster d’économie collaborative. On consomme toujours mais différemment, avec la démocratisation d’internet et des espaces d’échanges de savoir et de biens.

MMrobin-ARTE-sacree_croissance1.jpgIl reste cependant que le documentaire de Marie Monique Robin est une ode à ces gens qui change le monde ou qui change de monde, comme les “careers shifters”. Dans les pays anglophones, cela désigne des personnes, souvent hautement diplomées et instruites qui ont quitté leurs emplois pour un métier, moins bien rémunéré certes mais qui a du sens, pour l’environnement et pour la société.

Positiver, penser local, rendre nos environnements résilients

Le documentaire oppose au dogme de la croissance de nombreuses alternatives locales et auréolées de succès. Pour certains économistes, la sacro-sainte “croissance”, véritable messie des temps moderne que l’économie mondiale réclame à corps et à cri comme le sauveur de l’humanité, n’est plus possible. Elle n’est plus possible car nos ressources sont pas infinies. Elle n’est plus possible car notre Terre ne peut plus supporter un tel niveau de consommation. Elle n’est plus possible car ce n’est pas un indice de bonheur.

MMrobin-ARTE-sacree_croissance3.jpg Nos modes de consommation sont basés sur la ponction infinie de notre environnement, ou sa dégradation dû à l’usage massif de produit chimique, toxique pour nos écosystèmes, notre santé et notre bien-être. Nous savons tous combien il est urgent de changer nos modes de consommations, qu’ils deviennent plus respectueux de notre planète… et de nous-mêmes.

Tous les exemples rapportés par Marie Monique Robin prouve s’il en était besoin, que c’est possible. Il suffit de repenser ses besoins, et surtout de produire et consommer localement.

MMrobin-ARTE-sacree_croissance2.jpgL’un des maître-mot du documentaire est la “résilience”. Souvent utilisée et démocratisée par l’emploi du terme en psychologie, elle permet aussi de décrire le comportement de nos systèmes économiques et écologiques. Dans une société mondialisée, ou globalisée, Marie Monique Robin nous pose la question de ce qu’il nous restera si nous étions coupés du reste du monde un certains temps… Et de proposer des solutions afin de réapprendre à vivre localement.

Un documentaire porteur d’espoir

MMrobin-ARTE-sacree_croissance6.jpgLe film “Sacrée Croissance” vous emmène sur trois continents où des initiatives locales, qui paraissaient insensées pour des économistes pro-croissance, ont permis de redynamiser une communauté, lutter contre la pauvreté, l’incivilité, créer du lien ou de la richesse sans augmenter le “PIB”. Le PIB, Produit Intérieur Brut, est même largement remis en question par les nombreux économistes interviewés tout au long du documentaire. Un fort indice de PIB ne mesure en effet que la richesse globale et ne prend pas en compte les disparités régionales ou locales. Les populations les plus faibles s’appauvrissent, alors que les plus aisés s’enrichissent; potentiellement ces déséquilibres créent des conflits, qui perturbent l’harmonie sociale.

En ces temps moroses, où les jours déclinent, et les mesures économiques sont décriées avant d’être appliquées, on regarde ce film avec un coeur tout regonflé. Et l’envie de se rapprocher d’une communauté pour, ensemble, faire bouger le monde! Il aura toujours fallu des gens pour inspirer le monde qu’il soit prophète ou génie, il reste un homme avec ses idées. Marie Monique Robin nous invite à découvrir des personnes de bien et des personnes de peu, qui ont eu l’audace, le courage d’être et de créer d’autres mondes possibles.

Diffusion le 4 novembre 2014 sur Arte

MMrobin-ARTE-sacree_croissance4.jpgVous pouvez d’ores et déjà découvrir le blog de Marie Monique Robin, où elle livre ses souvenirs de tournage et d’autres pistes. En parallèle, une exposition consacrée au film est organisée à Paris, mais aussi dans d’autres villes françaises après le succès rencontré à Niort. Selon l’auteur “L’exposition est destinée à encourager et valoriser les projets développés sur le territoire français. Elle est accompagnée d’un site web qui permet au visiteur d’approfondir ses connaissances”. On vous souhaite une belle soirée!

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+