Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dimanche 25 septembre 2016

Mot-clé - agriculture bio

Fil des billets - Fil des commentaires

Stéphane Le Foll demande à l’Agence BIO d'accompagner le développement de la Bio en France

Effet d'annonce ou vraie priorité: le gouvernement souhaite que l'Agence BIO (cf. le petit logo AB que nous connaissons bien) se charge de "consolider l'accompagnement de l'essor de la Bio dans les années à venir".
Evidemment, on est pour le développement de la Bio, l'aide à la conversion via quelques subventions pour la mise en place d'une exploitation bio et rentable! En effet, n'oublions pas qu'il y a 18 mois à peine (et nous en parlions sur abonéobio), ce même gouvernement voulait baisser les dotations à la conversion en bio! Heureusement pour les agriculteurs qui font le choix du bio pour la santé, leurs revenus et la planète, le gouvernement a fait marche arrière.
images.jpg

Selon le communiqué de presse, Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, porte-parole du Gouvernement, s’est entretenu ce mercredi 24 août 2016 avec le directeur de l’Agence BIO, Florent Guhl.

Lire la suite...

Intoxication quotidienne des riverains de champs agricoles par les pesticides

genefutures04.JPGL’association Générations Futures dénonce dans leur nouvelle enquête EXPPERT, la 6ème|http://www.generations-futures.fr/], la pollution aux pesticides des maisons situées près d’exploitation agricole. Sur les 22 intérieurs étudiés et les 61 pesticides recherchés (dont certains interdits depuis 2003 en France), ils se trouvent que toutes les maisons sont polluées par 8 à 30 pesticides différents.
On se souvient tous de cet incident tragique, dans le Bordelais où des élèves et des enseignants ont été pris de malaise suite à la pulvérisation de fongicide à la lisière d’une école. Générations Futures étaient déjà de la partie.

Lire la suite...

En 2015, 9 français sur 10 consomment bio de manière régulière

Chaque année l’Agence Bio, organisme chargé du développement et de la promotion de l’agriculture bio en France, réalise une enquête sur les actes d’achats et de consommation des français vis-à-vis de la bio.



Pendant longtemps, les résultats de l’enquête, basée sur l’auto-déclaration, montrait que les français aimaient le bio, certes, mais n’avaient pas le réflexe de consommer bio. En 2003, par exemple, 37% de français faisait le choix du bio de manière régulière. En 2015, ils sont 65% à aimer, consommer, et attendre toujours plus de bio, preuve d’une mutation profonde de nos achats et de nos modes de consommation. Preuve supplémentaire de ce changement : dans les faits de plus en plus de magasins bio ouvrent (+7.2% par rapport à 2014), et de plus en plus d’agriculteurs font le choix de la bio (+17% de terrain en conversion), malgré des volumes de travail bien supérieur au conventionnel.

Lire la suite...

Un événement de la Semaine Pour les Alternatives aux Pesticides annulé suite aux menaces de certains agriculteurs

PE02.jpgC’est dans un contexte tendu concernant les pesticides et, globalement, leur rejet (loi biodiversité, glyphosate et 4 autres pesticides reconnus cancérogènes, etc) que se déroule la 10ème Semaine pour les alternatives aux pesticides (SPAP). Cependant rien ne laissait présager qu’une manifestation pacifique et, surtout, familiale, organisée dans la commune d’Allassac (Corrèze) serait annulée à cause de menaces graves émanant de certains individus issus du monde agricole et de risques majeurs pour l’ordre public.

Du fait de menaces précises pour cet événement du 29 mars prochain et des alertes faites par les autorités sur des risques de débordements, les organisateurs ont décidé d’annuler cette journée, sur les conseils des autorités préfectorales averties. A la demande des organisateurs, une réunion pour sortir de cette crise se tiendra dans les prochains jours avec les pouvoirs publics. Actuellement, la situation est telle que le simple fait de parler du danger des pesticides représente un véritable risque pour les lanceurs d’alerte et toutes personnes qui souhaiteraient découvrir les alternatives à une agriculture conventionnelle qui nous empoisonne.

spap_logo.jpgDepuis le 20 mars dernier, début de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, c’est la seconde fois que des organisateurs sont l’objet de pression de certaines personnes du monde agricole. Le cas s’est produit en zone viticole, dans le Bordelais, où certains viticulteurs comptaient « venir en force » à l’un des événements. Les organisateurs ont immédiatement prévenus les gendarmes et ont reçu le soutien d’agriculteurs, et tout particulièrement de viticulteurs bios, qui se sont alors déplacés pour l’occasion. L’événement a été maintenu et s’est déroulé dans d’excellentes conditions. « Ces pressions et menaces, d’une fraction du monde agricole, sur les organisateurs d’un évènement citoyen écologique et festif, dans le cadre de la 10° Semaine pour les Alternatives aux Pesticides, sont inacceptables. » soutient Paul François, agriculteur, Président de Phyto-Victimes .

« Il n’est pas acceptable, dans une démocratie, que certains se pensent en droit de menacer d’honnêtes citoyens du fait de leurs engagements pacifiques contre un modèle agricole qui, selon eux, les expose à des polluants toxiques et qui met en péril leur santé et celle de leurs enfants. Ces inquiétudes exprimées pacifiquement sont légitimes et doivent pouvoir se faire savoir sans crainte de représailles. Nos associations appellent les citoyens à renoncer à venir sur place le 29 mars pour montrer qu’ils ne peuvent cautionner toute forme de violence. » conclut Fabrice Micouraud, porte-parole d’Allassac ONGF et administrateur de Générations Futures

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+