Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mercredi 28 septembre 2016

Mot-clé - biodiversité

Fil des billets - Fil des commentaires

Premières journées « J’agis pour mon patrimoine naturel » avec la Fondation Nicolas Hulot

ImpressionDepuis 2014, les journées du patrimoine intègrent le patrimoine naturel, et nous vous en parlions déjà à l'époque. Cette année, les journées du patrimoine sont le 17 et 18 septembre prochains et la Fondation Nicolas Hulot apporte tout son poids médiatique pour renforcer cette dynamique "nature" d'un rendez vous très prisé des français !
Le site http://www.jagispourlanature.org/, relai de toute activité de bénévolat nature pour "s'aérer utile" est mis en avant pour rechercher et trouver (plus simplement que sur le site du ministère de la culture) une activité nature mais toujours patrimoniale, près de chez soi!

Lire la suite...

Un week-end dans le bleu de la calanque du Mugel

vue_du_CPIE.jpgNous vous parlions plus tôt cet été du dernier partenariat de société Comptoir des lys, qui fabrique et commercialise les marques Coslys (cosmétique bio) et Étamine du lys (produits d’entretien écologique), vendues sur abonéobio.com. Comptoir des Lys, entreprise pionnière du bio, tient en effet à organiser régulièrement des campagnes de sensibilisation des usagers de la mer et du littoral, en soutenant des initiatives environnementales sur le pourtour méditerranéen.

Afin d’attirer l’attention des consommateurs sur la pollution marine et la biodiversité, un concours a été organisé. Parce que nous sommes curieux, nous avons suivi les pas de l’heureux gagnant d’un week-end sur la côte d’Azur grâce à notre envoyée spéciale !

cpie.jpg

Vivre avec la nature, le temps d’un week-end

Au printemps dernier, le Liquide vaisselle citron menthe 1L Etamine du lys et crème lavante mains pomme 1L coslys ont été revêtu d’une collerette en papier afin de présenter la nouvelle initiative du CPIE côte provençale intitulée : Sport mer territoire. Cet observatoire citoyen permet à chacun de transmettre, via un site internet, ses observations concernant les sites de pratiques de sports nautiques sous ses aspects pratiques, environnementaux et patrimoniaux.

Par la même occasion, Comptoir des lys offrait la possibilité de gagner un week-end sur la côte d’Azur pour 2 personnes d’une valeur de 1000€ ainsi que 20 kits découvertes des produits Coslys et Etamine du lys.
brief_plongee_avec_les_gagnants.jpg C’est donc Laetitia accompagnée de son conjoint qui, après avoir acheté son liquide vaisselle Etamine du lys sur le site greenweez.fr et s’être inscrite sur le site comptoirdeslys.fr, a eu la chance d’être tirée au sort et de profiter de ce merveilleux week-end dans la calanque du Mugel à la Ciotat. C’est dans cette calanque, où se trouve l’association l’Atelier bleu du cap de l’aigle, labellisée Centre Permanent d’Initiative pour l’Environnement (CPIE) côte provençale, que je me suis également rendue. Chaque journée était dédiée à un territoire, un écosystème spécifique et fragile , propre aux littoral méditerranéen .

A la découverte et la faune et la flore sous-marine…

Comptoir des Lys, soucieux d’agir concrètement au quotidien pour l’environnement, a souhaité faire profiter aux gagnants d’une journée dite « dans le bleu » le samedi. Le matin, une sortie en sentier sous-marin était proposée, encadrée par Mathieu, un éco-guide de la mer. Equipée simplement d’une combinaison de plongée, de palmes, masque et tuba, j’ai exploré la faune et la flore sous-marine.

depart_en_plongee.jpg

L’occasion d’avoir une première approche de la mer tout en douceur. Après la pause déjeuner dans une paillote sur la calanque - typique et incontournable - l’après-midi fut l’occasion de s’initier à la plongée tout en douceur. Toujours au départ de la plage, et accompagné individuellement par Mathieu, la découverte de la vie des habitants des fonds méditerranéens est lancée ! J’aperçois les algues de Posidonie (posidonia oceanica) forment de véritables prairies vertes sous-marines, avec une faune particulière : les Poissons de l'Herbier, comme la saupe (Sarpa salpa) qui est le principal herbivore de nos eaux, et les Serrans (Serranus spp.)

J’ai également pu caresser de mes yeux de nombreux poissons tels que castagnoles (chromis chromis) dont les petits ont la particularité d’être bleu fluo, sargues (diplodus sargus), girelles (coris julis), oblades (oblada melanura), sars à tête noire ( diplodus vulgaris), mais aussi oursins pierre (paracentrotus lividus), étoiles de mer…

En plongeant à 6 mètres de profondeur seulement, on constate la densité de la vie marine non visible du bord de la plage, et l’on peut (on doit !) prendre conscience de sa fragilité, comme elle est exposée à la pollution autant que la fréquentation humaine : baigneurs, pécheurs, plaisanciers, station d’épuration…

…et terrestre !

le_BB.jpgLe dimanche fut une journée de balade et farniente, rythmée le matin par le marché provençal sur le port et de découverte de la flore et la faune cette fois ci terrestre du parc du Mugel . Celui-ci longe un curieux groupement de roches sombres qui constitue les « Trois Secs ».

Pour Lamartine, lors de son « Voyage en Orient » à bord de l' « Alceste » qui mouille dans la rade, ce sont : « A l'extrémité du golfe, trois énormes rochers qui s'élèvent sans base sur les flots; de formes bizarres, arrondis comme des cailloux, polis par la vague et les tempêtes, ces cailloux sont des montagnes, jeux gigantesques d'un océan primitif, dont les mers ne sont sans doute qu'une faible image. ». Une parfaite description de cette formation de «poudingues» composés d’une majorité de galets siliceux de grès rouge, de quartzite gris foncé et de rares galets de calcaire de différentes provenances. Le tout est lié par un ciment gréseux d'une dureté remarquable. Tous ces cailloux roulés auraient été transportés, il y a plus de 90 millions d'années par un torrent provenant du Sud-Sud-Est. Avec le temps, l'érosion marine et éolienne a contribué à la formation de ces rochers à l'allure bizarre (comme le Bec de l'Aigle ou le rocher du «Capucin») et a creusé les calanques du Mugel et Figuerolles.
les_3_secs.jpg

carte_parc_national_des_calanques.jpg

On retrouve dans le parc naturel des calanques, la garrigue provençale riche de cistes de Montpellier, Ciste à feuille de sauge et de Calycotome épineux . On y trouve aussi l’arbousier (Arbutus unedo), la bruyère arborescente: (Erica arboréa,) la Lavande des îles (Lavandula stoechas) et la belle immortelle (Helichrysum stoechas).

A l’issu de ces deux jours enchanteurs, on ressent la nécessité de protéger notre environnement si fragile. Les gagnants de ce week-end sur la Côte d’Azur, et moi-même (remarquez comme je me suis sacrifiée pour vous rapporter fidèlement ce week-end découverte) ont pu mesurer l’importance de l’engagement écologique de la société Comptoir des Lys qui rassemble des hommes et des femmes sensibles au devenir de notre planète.

On se donne rendez-vous en 2016, pour de nouvelles découvertes ?!

daniel_et_la_mer.jpg
immortelle_au_large.jpg
calanque_de_figuerolles.jpg celine.jpg

Pour plus de renseignement sur les calanques : ce lien

3 idées toutes simples pour soutenir la biodiversité.

spipoll01.jpgLes sciences participatives, vous connaissez? Il s’agit pour les chercheurs d’utiliser des données récoltées par tout ceux qui veulent bien y consacrer un peu de temps. Grâce au développement du “digital” et avec l’aide d’outils très simples, tout le monde peut participer! Abonéobio a compilé trois programme qui ont besoin de vous, en toute simplicité, pour faire avancer les connaissances sur la biodiversité en France.

SPIPOLL: recensez les insectes pollinisateurs

Les insectes pollinisateurs sont indispensables pour obtenir des fruits. En France, environ 35% de notre alimentation repose sur des plantes pollinisées par les insectes. Le Suivi Photographique des Insectes POLLinisateurs a pour but d’obtenir des données quantitatives sur les insectes pollinisateurs et/ou floricoles en France en mesurant les variations de leur diversité et celles de la structure des réseaux de pollinisation, sur l’ensemble de la France métropolitaine. spipoll02.jpgPour participer, il suffit d’un appareil photo et de s’installer environ 20 minutes pour observer les insectes en train de butiner. Le SPIPOLL est certainement le plus ancien programme du projet “vigie-nature” du Museum National d’Histoire Naturelle, et un premier bilan au terme des 3 premières années d’observation montre l’intérêt grandissant du public.

Birdlab : la dernière ligne droite pour les oiseaux des jardins!

birdlab01.jpgBirdLab est la première opération de sciences participatives associant jeu et observation sur smartphone! Il vous reste jusqu’au 31 mars 2015, pour participer à cette vaste expérience scientifique, et collecter des informations sur les comportements des oiseaux en hiver. Ce projet a été pensé comme un jeu sur smartphone pour rendre la tache extrêmement ludique. Il vise à mieux comprendre le comportement des oiseaux à la mangeoire en hiver en observant pendant environ 5 minutes les allées et venues d’une vingtaine de petits oiseaux de nos jardins. L’application est téléchargeable gratuitement, évidemment. C’est également parfait pour occuper les enfants (si vous leur faites confiance avec votre matériel) et en faire des naturalistes en herbe!

Visuel_BirdLab_aveclogo.jpg Sauvages de ma rue : il n’y a pas de mauvaise graine!

sauvages-de-ma-rue-03.jpgA l’annonce du printemps, voici un autre projet de science participative qui devrait avoir le vent en poupe. Sauvages de ma rue se définit comme un programme de science citoyenne, un projet pédagogique animé par l'association Tela Botanica, et un projet scientifique du laboratoire CERSP du Muséum National d’Histoire Naturelle. Lancé en 2011 le programme Sauvages de ma rue en Ile-de-France, c’est au total 119 espèces végétales sur les 125 espèces du programme qui ont été recensées, présentes sur 330 trottoirs de la région. Le record est un trottoir comprenant 35 espèces différentes ! Et plus de 40.000 observateurs dans toute la France. Le premier bilan des scientifiques est que les villes sont des réservoirs insoupçonnés de biodiversité. La nature reprend ses droits, dit-on, un peu aidée par des initiatives comme Laissons Pousser, entre 2010 et 2013.

Des places pour le film Bonobos avec Abonéobio

Depuis le 30 mars au cinéma, le documentaire Bonobos conte l'histoire vraie et émouvante du retour d'un adorable petit bonobo appelé béni à la vie sauvage. A travers son histoire attendrissante, on découvre une espèce d'une intelligence rare, mais menacée, tout autant que le combat admirable de Claudine André pour protéger l'espèce la plus proche de l'Homme sur Terre, miroir de notre propre humanité. Bonobos est produit par le producteur de "LOUP" et du "DERNIER TRAPPEUR" et distribué par SND "société nouvelle distribution" qui a récemment distribué "les femmes du 6ème étage"avec Fabrice Luchini.

bonobos affiche film

Le Bonobo est génétiquement l'animal le plus proche de l'homme (96.7 % de gènes communs). Il est aussi capable de mémoriser plus de 3000 mots !. Son espèce est menacée : 100000 individus dans les années 80, 15000 en 1995, il n'en resterait plus que 10000 aujourd'hui. Sensibiliser à travers un documentaire sur la fragilité de notre biodiversité c'est aussi donner une chance à notre survie.

Après Pollen, je vous encourage à aller voir ce film engagé diffusé actuellement au cinéma.

Comme nous sommes dans la semaine du développement durable, et que nos habitudes de consommation pèsent aussi sur notre environnement, notre planète, ...J'ai choisi de récompenser ceux qui font le choix d'acheter autrement.

Abonéobio et la société SND vous offre 15 invitations valables pour 2 personnes pour aller voir ce film Bononos. Ces invitations seront glissées dans les 7 premières commandes de cette semaine ! Et les 7 premiers à laisser un commentaire sur cet article recevront aussi leur places !

Il nage 900 kms en solo dans la loire pour sensibiliser à l'eau

L'eau est un bien précieux à préserver durablement. Pour le rappeler un angevin, Fabien Docet, se lance dans un défi sportif. Il va parcourir 900 kms à la nage dans la Loire, en solo (de Langeac dans l’Allier début mai à St Nazaire mi juin). La loire est le dernier fleuve sauvage d'Europe, classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Ses écosystèmes et sa biodiversité sont sans cesse menacés. Par son geste, l'homme aux saumons va attirer l'attention du public et notamment des enfants pour que ce patrimoine rare, exceptionnel soit préservé. Un film sera d'ailleurs réalisé par la société Jeudi 15 production. Il racontera l'aventure au quotidien mais surtout mettra l'accent sur les enjeux et la fragilité de ce milieu.


Crédit photo : blog de Fabien Doucet

A la base, Fabien Docet est architecte d'intérieur. Cet aventurier a déjà à son actif une escapade dans le grand nord où il a cheminé un an sans assistance par des températures extrêmes (-60 °C).

http://www.aventure-allierloireocean.com/accueil.html

Des places pour le film Pollen de Disney avec Abonéobio

Pour la sortie du film de Disney Nature Pollen en salle dès le 16 mars, Abonéobio vous fait gagner 20 places de cinéma pour assister à la projection ! Il vous suffit de laisser vos coordonnées dans un commentaire sur cet article, les premiers seront vainqueurs. Les places offertes sont par par lot de deux et valables partout en France. Vous recevrez ensuite vos entrées gratuites directement à votre adresse, par courrier. Bonne chance !

Pollen film Disney nature


Copyright © Disney


Le saviez vous ?  : la chauve-souris est un pollinisateur indispensable au bon équilibre des écosystèmes

On estime sur terre, qu’un mammifère sur cinq est une chauve-souris. Il existe environ un millier d’espèces différentes. Présente sur tous les continents (à l’exception de l’Antarctique) et sur beaucoup d’îles, la chauve-souris est le seul mammifère capable de voler. La petite chauve-souris à long nez (Leptonycteris curasöae) montrée dans POLLEN féconde les cactus colonnaires du Mexique. Leur migration se fait sur un axe nord-sud qui suit la floraison de plantes géantes centenaires comme l’agave, le saguaro, le cardon, le cactus à tuyaux d’orgue, et plusieurs espèces d’arbres.

Le saguaro peut mesurer jusqu’à 18 mètres de haut et les plus gros spécimens ont parfois plus d’une douzaine de bras. Ils font des bourgeons qui fleurissent de la fin du mois de mai au début du mois de juin. Le cactus cardon est encore plus gros que le saguaro et fleurit la nuit. Les deux plantes ont une espérance de vie qui va de 150 à 200 ans.

Lorsqu’elles visitent ces plantes, les chauves-souris volent en groupes d’une douzaine ou plus. En un clignement d’oeil, elles se positionnent au dessus de la fleur, lèchent le nectar avec leur langue et couvrent leurs museaux de pollen qu’elles transportent ensuite de cactus en cactus. Bien que ceux-ci soient aussi visités par d’autres pollinisateurs, leur évolution a fait d’eux des « plantes à chauves-souris », ce qui semble indiquer que le nombre de chauves-souris à pollen était il y a des centaines de milliers d’années beaucoup plus important qu’aujourd’hui.

Pour en savoir plus : Pollen le prochain film Nature de Disney

Pollen le prochain film nature de Disney

Le prochain film de Disney nous raconte l'histoire d'amour étonnante, mais aussi en danger, entre les fleurs et les abeilles, les colibris, les papillons monarques, les chauves souris, véritables auxiliaires indispensables à notre vie sur Terre. Les fleurs sont symboles de beauté, gracieuses, délicates. Par leurs charmes, leurs couleurs, leurs parfums, attirent le désir des pollinisateurs. Une belle leçon de séduction, une danse qui enivrent tous ces animaux, héros inconnus et pourtant qui participent à notre survie sur Terre...Mieux comprendre la nature pour mieux la protéger.

Pollen film Disney nature

Le nouveau film de Disney Nature, POLLEN, en salle dès le 16 mars nous raconte les stratégies de séduction des fleurs et de l'écosystème fragile qui s'organise autour dans le cadre de la pollinisation, essentielle à la vie. Tournées dans les plaines du Kansas aux Etats-Unis, dans les forêts tropicales humides du Panama et dans les montagnes et déserts du Mexique, ses scènes d'intimité entre le monde végétal et le monde animal, nous démontrent combien l'influence de l'infiniment petit est devenu vital à la survie de tout l'humanité.


Le réalisateur du film, Louie Schwartzberg est un passionné des fleurs depuis plus de 30 ans. Il a tourné des images 24h/24h , 7 jours sur 7, en accéléré

Pourquoi la pollinisation est essentielle à notre survie ?

La chaine alimentaire prend racine dans le monde végétal. Sans pollinisateur, les végétaux disparaissent, plus de fruits ou légumes, plus d'alimentation pour le bétail, et donc plus de viande. Plus d'abeilles, plus de pollinisation. Il nous faut être réactifs car des populations entières d'abeilles disparaissent désormais, en Europe mais aussi aux Etats Unis, en Chine et partout dans le monde.

Parents et enseignants, sachez que le WWF est partenaire de ce film et prépare un dossier pédagogique de sensibilisation sur le rôle des abeilles et l’importance de la pollinisation pour le maintien de la biodiversité et de la vie sur terre, diffusé aux écoles primaires et maternelles de France, un dossier pédagogique. Informations à faire passer dans vos écoles.

Sortie cinéma le 16 mars 2011

2011 Année internationale des forêts

En 2011, les forêts seront mises à l'honneur, notamment par les Nations Unis car elles sont un écosystème à protéger en priorité et couvrent aujourd'hui 50 % de la biodiversité terrestre. Aujourd'hui elles sont au coeur des négociations, face aux enjeux climatiques, notamment les forêts tropicales qui couvrent 7 % de la planète (17 millions de kilomètres carrés). Si on pense plus aisément à l'importance de la préservation de la biodiversité et de l'environnement, il est un sujet moins souvent abordé, celui de la vie des populations locales dépendantes de cet éco système, dans des zones où justement vivre est déjà difficile. C'est ce sujet que le Cirad abordera lors de sa présence au Salon International de L'agriculture en février prochain.

WWF 2011 année internationale des forêts
Merci à Michel Terrettaz et au WWF pour cette photo

Cette année on parlera de la forêt sous tous ses angles. Le WWF lance la campagne "forêts vivantes" avec pour objectif : zéro déforestation nette en 2020. Bel objectif !. En clair cela signifie un arrêt total des conversions de forêts naturelles, une réduction brute de la déforestation, la restauration des forêts dégradées afin de ne plus perdre de surface forestière. Et il faudra aussi lutter contre l’exploitation forestière illégale et les consommateurs ont aussi un rôle à jouer en choisissant des bois certifiés et en demandant systématiquement l'origine, les garanties, ...

Au fait c'est quoi une forêt ? selon la FAO, il s'agit d'une étendue de terres supérieure à un demi-hectare, avec des arbres d'une hauteur supérieure à 5 mètres et un couvert arboré de plus de 10 %.

Quelques chiffres nous donnent à réfléchir sur l'impact de la forêt sur notre planète.

  • La vie quotidienne d’un milliard d’habitants dépend des forêts
  • 60% des forêts tropicales ont déjà disparu à cause de la déforestation, qui est un désastre à deux titres puisque la déforestation est aussi responsable de 15 à 20 % des émissions de gaz à effet de serre. Coté biodiversité, les forêts tropicales abritent le plus grand réservoir d’espèces vivantes du monde (plus de 50% des plantes, des insectes, des reptiles et des arbres de la planète y ont vu le jour)
  • Chaque année, près de13 millions d’hectares de couverture forestière sont détruits à travers le monde, soit l’équivalent de 33 terrains de football par minute.
  • Les plantations forestières représentent 5% des forêts et produisent un quart des ressources mondiales en bois.
  • Trois pays, l’Inde, le Brésil et l’Indonésie, possèdent 75 % des plantations tropicales. Les trois genres botaniques les plus plantés sont l’acacia, l’eucalyptus et le pin.
  • 30 % de la pâte à papier mondiale provient des plantations d'eucalyptus.
  • La consommation annuelle de papier et de carton est d’environ 60 kg par habitant dans le monde, 170 kg en France. Elle augmente d'environ 3 % par an.
  • En France, 60 % de la matière première utilisée par l’industrie papetière provient du papier recyclé.
  • Le bois est composé à 50 % de carbone. Il consomme 4 fois moins d’énergie que le béton, 200 fois moins que l’aluminium, et jusqu’à 4 000 fois moins que la fibre de carbone. Pour produire un mètre cube de bois, un arbre transforme une tonne de gaz carbonique et participe ainsi à l’atténuation du changement climatique.




Pour évoquer ces enjeux des forêts tropicales, le Cirad participera au Salon International de l'Agriculture (Paris 19-27 février 2011).

Plus d'infos sur le site du Cirad

Bio'mada devient Astérale producteur d'huiles essentielles

Les huiles essentielles de Madagascar ont fait la réputation de Bio'mada, un savoir faire qui a permis de faire connaitre des huiles essentielles de grands crus, originales, produites dans le respect des hommes et de l'environnement Aujourd'hui l'offre s'est élargie aux eaux florales ou hydrolats, aux huiles végétales bio...et si l'entreprise change de nom, Bio'mada devient Astérale, la philosophie reste la même, respect et qualité, tout en restant spécialisé dans la production, la commercialisation et la promotion des huiles essentielles et eaux florales de Madagascar.



Entretien avec Kelly et Simon Lemesle, parmi les producteurs sélectionnés par Abonéobio :

- Il y a 8 ans vous fondiez Bio'Mada, aujourd'hui votre entreprise prend une nouvelle dénomination "Astérale", pouvez vous nous expliquer ce qui a motivé ce changement ?

Nous avons acquis avec Bio’Mada une certaine reconnaissance. Nos huiles essentielles sont appréciées pour leur qualité et leur originalité. Nous voulons avec ce nouveau nom marquer notre volonté de ne pas rester sur les acquis. Choisir le nom des plantes les plus évoluées du règne végétal, les astérales, c’est refléter l’ambition d’une constante progression de la qualité et de la diversité de nos huiles essentielles, végétales et eaux florales.

bio'mada devient astérale co fondateur simon lemesle

- En 8 ans comment avez vous perçu l'évolution de votre démarche à la fois sur le terrain et sur le marché, auprès des consommateurs ?

Sur le terrain notre implication dans la production progresse grâce au développement de notre ferme et grâce à la pérennité des partenariats avec nos producteurs. Avec nos déplacements réguliers sur les stations de cueillettes, les sites de culture, le suivi des distillations, notre travail de sensibilisation et de formation donne ses fruits. Nos exigences concernant le respect des plantes, des conditions de travail et de qualité sont comprises, acceptées et appliquées. Nous concentrons nos efforts dans la production, c’est sans doute ce qui nous différencie.

Avec la démocratisation de l’usage des huiles essentielles dans le cadre familial nous remarquons une sensibilisation accrue à la qualité. Une proportion importante et grandissante des utilisateurs ne se satisfont plus d’huiles essentielles standards, “industrielles” même estampillées de labels et garanties car ils ont saisis que les qualités olfactives et énergétiques vont de paire avec l’efficacité thérapeutique. Nos clients prennent le temps de sentir, de ressentir nos huiles ce qui nous motive bien sur à progresser constamment dans la qualité. Nous constatons aussi avec grande joie que notre travail de recherche abouti. Les nouvelles huiles essentielles que nous avons révélé comme par exemple le Saro, les Hélichryse malgaches, le Gingembre papillon, ... sont de plus en plus utilisées. Les thérapeutes les prescrivent régulièrement et obtiennent d’excellents résultats. Cela nous motive aussi à poursuivre nos investigations sur la flore malgache.

biomada devient astérale kelly lemesle cofondatrice

- A partir de votre spécialisation sur les huiles de Madagascar souhaitez-vous élargir votre partenariat avec d'autres producteurs sur d'autres terroirs et continents ?

Ce n’est pour l’instant pas nos objectifs. Etre spécialiste nous permet d’être performant, novateur et nous sommes une petite structure qui souhaite le rester.

- Quels sont les futurs projets d'Astérale ?

Progresser toujours dans la qualité de nos produits, proposer régulièrement de nouvelles huiles et continuer à promouvoir la qualité et la diversité des huiles de Madagascar dans le respect des plantes et des paysans.

Merci à vous, Kelly et Simon, pour cet échange et pour le travail que vous faites aussi sur le terrain en lien avec l'ONG l'Homme et l'Environnement et Olivier Berha. Cette collaboration permet aux Malgaches de prendre conscience de la valeur de la forêt pour cesser de la bruler, en leur donnant accès notamment à la distillation des plantes,avec l'achat de matériel et de la formation, par la constitution en aval d'un réseau de vente qui vous permet aussi, vous consommateur de vous sentir pleinement acteur du soutien porté à cette filière équitable.

Lire d'autres articles sur abonéobio sur les actions portées par Bio'mada devenu Astérale, sur l'ONG l'homme et l'environnement, sur les huiles essentielles de Madagascar, sur l'usage des huiles essentielles bio, ...

++ Bien choisir son huile essentielle
++ Comment je soigne mon entorse avec des produits bio et naturels
++ Huiles essentielles : quelles précautions ?
++ Les huiles essentielles pour la peau
++ Des huiles essentielles de Bio Mada à la réalisation de crèche et bibliothèque à Madagascar
++ Stage huiles essentielles Hélichryses de Madagascar avec Bio'Mada
++ Bio'mada sur Envoyé Spécial, avec l'ONG l'Homme et l'Environnement producteur à Madagascar
++ Bio'Mada et la réserve de Vohimana présentée par Yann Arthus Bertrand, Vu du ciel, France 2

Le Végétal en Fête en Anjou, visite du patrimoine ..

Savez vous que l'Anjou est le terreau du végétal ? Et oui les châteaux on connait ici, et les jardiniers de ces belles demeurent profitaient du climat doux de l'Anjou pour acclimater des plantes venus d'ailleurs, notamment via l'inspiration du célèbre roi René. La Loire a permis aussi à ces graines, ces plants de venir jusqu'à nous. Pépiniéristes, grainetiers, semenciers, horticulteurs, ...que de métiers qui, aujourd'hui se retrouvent dans le pôle de compétitivité Vegepolys avec les chercheurs et étudiants. Un savoir faire à découvrir lors de la manifestation « Végétal en fête », placée cette année sous le thème de la biodiversité. Vous pourrez voir notamment au jardin des Beaux Arts, de nouvelles espèces de carottes blanches, jaunes, rouges ou roses cultivées pour devenir des colorants naturels dans les yaourts notamment, des légumes typiques d’Anjou remis au goût du jour (topinambours, chicorées, échalotes…), des variétés originales d’arbustes d’ornement et de fleurs, en savoir plus sur la réintroduction d’insectes en vue de réduire l’utilisation de pesticides, troquer ses plantes, déguster un nouveau dessert à la pomme du pâtissier angevin, ...

couleurs carottes

Les 18 et 19 septembre, une visite du patrimoine, différente, en famille....

végépolys végétal en fête

En faisant le souhait que les OGM ne soient pas au rendez vous....

Lire d'autres articles sur Abonéobio sur le végétal en Anjou, sur l'année de la biodiversité, sur les parcs et évènements qui présentent le savoir faire de l'Anjou en matière de végétal, sur l'innovation en Anjou, sur Terra Botanica..

++ La biodiversité c'est la vie
++ Ouverture Terra Botanica, j'ai testé le végétal mystérieux
++ Ouverture Terra Botanica, j'ai testé le Végétal Généreux
++ Ouverture Terra Botanica, j'ai testé le végétal convoité
++ Terra Botanica, visitez en 3D le plus grand parc à thème sur le végétal au monde
++ Terra Botanica le végétal convoité, généreux, mystérieux, apprivoisé : détail des attractions du parc
++ Terra Botanica : le développement durable en pratique ?
++ A la sainte Catherine Terra Botanica prend racine !
++ Des arbres remarquables et exceptionnels à Terra Botanica
++ Deux filles en fil développe une collection dérivée du film Océan
++ Terrena veut faire de l'agriculture intensive écolo
++ Versoo donne une seconde vie aux gobelets

- page 1 de 2

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+