Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mercredi 23 juillet 2014

Mot-clé - bonnes pratiques écologiques

Fil des billets - Fil des commentaires

Les éco informateurs présentent leurs voeux pour 2011

EN 2011 Suivez le fil...des éco-informateurs ! Agriculture biologique, eco-conception, éco-habitat, écologie, environnement, recyclage, mode éthique, développement durable, consommation responsable…Bref les sujets ne manqueront pas cette année ! Et les éco informateurs seront au rendez vous pour les relayer sur la toile ! A vos blogs, réseaux sociaux pour nous suivre et restés informés.

suivre l'actualité des éco informateurs en 2011
Merci à Jean Marc Marron Rouge pour la réalisation de la carte !
Le réseau des Eco informateurs est né en 2010 de l'initiative d'Anne Sophie Ecoloinfo. Très vite une équipe s'est créée pour échanger, partager des infos et les relayer. Chacun avec nos sensibilités de blogueurs, blogueuses, journalistes, ...nous essayons d'apporter notre regard à un sujet qui nous tient à coeur, à une cause à défendre, à un fait d'actualité à commenter, ...Sur aboneobio, je reste principalement concernée par les sujets en lien avec la consommation durable, la consommation responsable, le mieux consommer, le fait d'acheter moins mais mieux, ....Voici déjà quelques articles rédigés sur aboneobio à partir de cette dynamique des Eco informateurs :



++ Manger moins de viande pour sauver la planète
++ Le gouvernement fait les poches des paysans bio
++ Top 5 des faits marquants bio écolos en 2010
++ Présentation des éco informateurs sur aboneobio

Voici une partie des Eco informateurs :

Alimentation

Commerce équitable

Consommation Responsable

Eco habitat

Energie

Environnement

Finance et économie

Mode responsable

Nouvelle étiquette énergie sur l'électroménager

Du nouveau au rayon de l'électroménager, de nouvelles étiquettes énergies apposées sur les gros appareils ménagers vont fleurir en 2011. Une évolution depuis le 1er étiquetage qui datait de 1992, imposé par l'Europe. L'objectif est toujours d'informer le futur acheteur sur la consommation d'énergie des équipements domestiques tels que lave-linge, lave-vaisselle- congélateurs, réfrigérateurs, sèche linge, four... Faciliter la comparaison sur les performances énergétiques, permet aussi de mieux acheter.

rayon électroménager une nouvelle étiquette énergie sur les appareils Comme 8 français sur 10 vous connaissez surement le classement existant en classe A, B, C, D, E : la classe A correspondant à la catégorie énergétique la plus efficace. A partir du 20 décembre 2011 il faudra s'habituer à de nouvelles étiquettes énergie en rayons, dans tous les pays de l'Europe, d'abord sur les réfrigérateurs, lave linge, lave vaisselle, ...C'est la couleur qui donnera le ton de l'efficacité (vert foncé pour le plus efficace, rouge pour le pire). Surtout les nouvelles étiquettes avec des pictogrammes adaptés permettent de valoriser des performances environnementales des produits, et les progrès techniques réalisés (chers à Gifam : le Groupement Interprofessionnel des Fabricants d’Appareils d’équipement Ménager). Pour le top de l'efficacité énergétique on aura désormais le choix entre du A+; A et A+. Désormais on s'intéresse aux bruits, à la gêne des émissions acoustiques (lors du programme lavage ou essorage d'un lave linge par exemple) mais aussi à la consommation d'eau annuelle,...

A noter que l'achat d'un produit performant, économe en énergie, doit s'accompagner aussi de l'usage de produits ménagers respectueux de l'environnement à la maison pour éviter les rejets polluants dans les eaux grises. N'oublions pas que nous sommes à l'origine de plus de 110 millions de lavage (en machine) chaque semaine, soit plus de 5 milliards de lavages en une seule année. Alors utiliser une lessive écologique au quotidien n'est pas neutre !

Pour en savoir plus sur cette nouvelle étiquette énergie : http://www.newenergylabel.com/index.php/fr/home/

Si en plus on pouvait travailler sur le cycle de vie des produits (esprit cradle to cradle), faire des appareils qui durent, dont on puisse changer les pièces sans avoir à renouveler le tout, économiser aussi sur les ressources naturelles qui servent à la fabrication de cet électroménager, introduire des pièces à partir de matériaux recyclés (comme les pièces de lestage de machine à laver réalisée à partir des gobelets recyclés de Versoo : lire mon article ...Peut être l'étape d'après ?

Lire d'autres articles sur aboneobio sur la consommation d'énergie de nos appareils, sur les économies d'énergies, sur la consommation de produits écologiques pour les lave linge, de produits écologiques pour les lave vaisselle, sur la consommation responsable, la consommation verte, ....

++ Guider le consommateur dans les promesses du durable, responsable, bio et naturel
++ C'est quoi un produit responsable aujourd'hui en France ?
++ Le coach carbone aide les familles à réduire la pollution
++ Pour les français l'innovation dans l'habitat rime avec écologie
++ Guide des labels de la consommation responsable
++ Fabriquer un petit produit peut nécessiter beaucoup de ressources naturelles
++ Plus de consommation verte chez les 25 49 ans
++ Aboneobio.com, le site qui réconcilie consommation et raison, présenté par Fémininbio
++ Bientôt des compteurs intelligents pour une consommation d'énergie responsable ?
++ Les Français achètent 413 euros de produits verts par an
++ Vous connaissez votre empreinte écologique ? Petit calcul...
++ L'Ademe, un geste par jour : faisons vite ça chauffe !
++ La pollution nous ronge au quotidien
++ Maîtrisons l’énergie en faisant le plein d’économies
++ Le recyclage, un geste essentiel comme réduire et réemployer, mode d'emploi en images
++ La gestion de l'eau à la maison, les conseils de la famille Kiagi
++ La nature n’a pas besoin de votre vieux produit
++ Réduire sa consommation d'eau sous la douche
++ Et si vous passiez à la lessive écologique ?

Le gouvernement fait les poches des paysans bio

Les paysans avancent, le gouvernement recule, comment veux-tu, comment veux-tu ? Et pourtant... les paysans bio ont reçu leur compte à la fin de l'année ! Une vulgarité à peine masquée pour attribuer un CARTON ROUGE à une mesure qui est passée inaperçu ! Noël et les fêtes de fin d'année auront été une occasion rêvée pour faire passer un amendement prévoyant une réduction de 50% du crédit d'impôt aux agriculteurs convertis au bio. Désormais, ce crédit d'impôt ne pourra excéder 2 000 euros, au lieu de 4 000 jusque-là ! Il faut savoir que ce crédit d'impôt constitue pourtant l'unique dispositif d'aide pour les exploitations biologiques !

crédit d'impot des agriculteurs bio divisé par 2 Une décision en parfaite contradiction avec les engagements du Grenelle de l'environnement :

La loi Grenelle prévoit dans son article 31 de “favoriser la production et la structuration de cette filière pour que la surface agricole utile en agriculture biologique atteigne 6% en 2012 et 20% en 2020.” Avec un peu plus de 2% des surfaces agricoles en bio en 2010 selon les derniers chiffres, la France reste la lanterne rouge de l'agriculture bio européenne.

"Je ne convertis plus rien au bio"

Le quotidien Libération a publié cette semaine le témoignage d'un agriculteur en conversion bio qui a décidé de ne plus rien convertir... "Je ne convertis plus rien en bio" ! Pour cet agriculteur francilien, l'avenir de son exploitation est en suspens ! Depuis deux ans, il a fait passer 50 de ses 238 hectares, situés sur le plateau de Saclay en Essonne, en agriculture biologique. Et comptait convertir la totalité de ses terres. "Mais on ne peut pas piloter à vue, sans savoir quelles aides on recevra l'année prochaine... Pour l'instant, je ne convertis rien de plus en bio".
Cet agriculteur fait remarquer à juste titre que l'instabilité des décisions gouvernementales posent problème. Sa conversion avait été décidé suite aux objectifs du Grenelle de l'environnement («tripler les surfaces actuelles cultivées en "bio" et de les porter à 6 % de la surface agricole française d’ici 2012»). Un véritable recul qui laisse nos agriculteurs sur leur faim.

Les associations se révoltent

Des association telles que la Confédération paysanne, Nature et progrès et la Fédération nationale de l'agriculture biologique (FANB), s'indignent également envers ce qu'elles estiment être «une mesure drastique à l'échelle des fermes» contre un «crédit d’impôt qui avait comme principal mérite de remettre un peu de justice dans l’attribution des aides, notamment parce qu’il ciblait surtout les petites structures qui n’en percevaient pas ou très peu.» Pour la Fnab, quinze exploitations agricoles se convertissent au bio chaque jour en France. Une dynamique qui pourrait être divisée par deux avec ce nouvel amendement !

Le gouvernement persiste et signe

Si la mesure est passée inaperçue, la grogne des associations s'est bien fait sentir, et le gouvernement a tenu à réaffirmer ses engagements pour l’agriculture biologique via un communiqué commun des ministères de l’Écologie et de l’Agriculture daté du 5 janvier 2011. Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet veulent rassurer en rappelant que les aides européennes et de l'État permettront d'accompagner la production biologique française. Ils ont souligné que la France bénéficiera d'une augmentation de 18% des aides de la PAC (Politique agricole commune) qui s'élèveront à 84 millions d'euros (conversion et maintien) en 2011 contre 71 millions en 2010.

L'agriculture biologique : une solution durable

Rappelons que l’agriculture biologique est une pratique moderne, propre, durable :

  • bénéfique pour notre environnement,
  • bénéfique pour notre santé
  • bénéfique pour la création d'emplois non délocalisables.


Casser une dynamique de développement encore fragile va inévitablement freiner la montée en puissance d'une chaîne vertueuse, capable de répondre aux défis actuels...

La demande de produits bio augmente, mais sans producteur, que faire ?

Les français veulent plus de produits bio et on est en droit de se demander ce qu'il va rester au marché Bio français pour s’approvisionner ? L’importation (la France importe déjà 40 % des produits bio consommés) ? Est-ce vraiment une solution souhaitable et pérenne ? En aucun cas !

Ne serait-il pas plus cohérent d’encourager la production biologique locale ?

Nature & Progrès, la Confédération Paysanne et la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB) demandent vivement à ce que le Ministère de l’économie revoit sa copie, en accord avec les annonces du Grenelle ! Nous aussi ! Article rédigé par Nicolas de Mon panier bio et Anne Sophie d'Ecoloinfo et repris sur tous les blogs des Eco-informateurs



Retrouvez cet article sur :

Ils en ont aussi parlé :

Abonéobio vous souhaite une très belle année 2011 !

Le début d'année est l'occasion de se remettre en question, de se lancer de nouveaux défis, d'imaginer une autre façon de vivre...et pourquoi pas de consommer autrement ? En 2011 Abonéobio vous accompagnera par tous les temps, pour faciliter vos achats du quotidien, ...tout en vous aidant à mieux comprendre de l'impact sur la santé et l'environnement de nos gestes quotidien. Ensemble partageons des valeurs mais aussi des produits. Faites découvrir à vos amis l'offre unique en France d'Abonéobio pour qu'ils puissent aussi profiter d'une année de services de livraisons de produits bio à domicile, tout en consommant autrement, en achetant moins de produits, en rejetant moins d'emballages et réduisant les transports et la pollution...



Et j'aurais le plaisir de vous accueillir de nouveau sur le blog du bio tout au long de cette année pour partager ensemble des informations, des expériences, des remarques ou des critiques, pour avancer ensemble sur le chemin de la consommation responsable, la consommation durable. Vos commentaires sont toujours précieux, et nous pouvons aussi poursuivre l'échange sur la page fan Facebook d'aboneobio

Je vous souhaite de tout coeur une excellente année 2011 !!!

Au plaisir d'échanger ensemble :)

Top 5 des faits marquants bio écolos en 2010

La fin de l'année est l'occasion de regarder dans le rétro. Quels sont les faits qui m'ont marqué en 2010 et dont les blogs liés à l'écologie, au bio, au développement durable se sont fait écho ? C'est une joyeuse Green Team qui vous propose de partager des regards croisés sur l'année passée, les personnages, les évènements, les dates clefs, les chiffes marquants, les innovations...Pour aboneobio, cette année aura permis de lever le voile sur pas mal d'ignorance du coté du consommateur et j'ose espérer que nous serons désormais plus nombreux à acheter moins mais mieux. Voici mon classement avec le TOP 5 des faits marquants en 2010 :



1) Le plastique est partout même dans le Nutella ! : Bisphénol A, phtalates, ...cette année les consommateurs découvrent que les emballages et conditionnements (biberons, boites de conserve, ...) contiennent des plastifiants qui migrent dans l'alimentation et perturbent notre santé, jusque dans les produits favoris, ultra consommés, à destination des enfants :
le Nutella contient du DEHP le phtalate le plus dangereux !.
On les savait déjà présents dans les crèmes cosmétiques notamment les produits pour homme, mais voilà que les phtalates nous envahissent jusque dans l'assiette, pouvant rendre les hommes stériles.
Incroyable même nos enfants avalent 128 résidus chimiques par jour !. Mais pourquoi laisser faire de tels menus toxiques ?
Plusieurs reportages nous alertent : en juillet, une soirée dédiée sur Arte Théma : poison notre risque au quotidien, pesticides, bisphénol A, phtalates, ..., en décembre Pièces à conviction nous explique que le plastique est partout, empoisonnant nos enfants.
A nous d'être vigilants désormais lors de nos achats.




2) L'agro écologie revient en force : va t on enfin prendre en compte notre terre nourricière, si précieuse et pourtant presque morte ?. Des initiatives naissent et nous donnent de l'espoir. Après le mouvement Colibri, Pierre Rabhi lance sa fondation en France en novembre. Partout dans le monde, le modèle Monsanto et ses Ogm se développent et pourtant certains n'hésitent pas à revenir en arrière : même aux USA les agriculteurs utilisant des OGM se convertissent au bio.
Pouvoir nourrir des bassins de populations devient une préoccupation majeure notamment à Cuba où le bio pousse pour une sécurité alimentaire durable. Alors pourquoi en France, le gouvernement décide à la fin de l'année de diviser par deux le crédit d'impôts accordé aux agriculteurs bio ? Une absurdité dans le contexte actuel où les consommateurs réclament plus de bio dans leur panier !




3) Au cinéma, plusieurs films importants en 2010 pour sensibiliser les consom'acteurs : en mars, le film tant attendu de Coline Serreau : Des solutions locales pour un désordre global avec des expériences partagées de solutions pour panser les plaies d’une terre trop longtemps maltraitée, ici comme ailleurs.
Puis cet été, Bruno Solo nous emmenait à la quête de l'Or illégal (600 kg d'or pur), une levée de voile sur le trafic des orpailleurs en dénonçant notamment le mercure qui pollue l'environnement et empoisonne les populations locales. Peut être que les achats de bijoux se feront différemment, avec des questions qui taraudent ...
Et pour financer le tout, on se dit que sa banque a bien des solutions éthiques à nous proposer ? Que nenni ! Le documentaire "Moi, la finance et le développement durable" sorti en Septembre, nous donne l'envie de changer de banque bien vite !




4) Les femmes aussi oeuvrent pour le développement durable ! : A la rentrée, le groupe de presse Mondatori a lancé un concours pour mettre en valeur 8 lauréates Prix des Femmes pour le Développement Durable
Tandis que la SNCF remettait Le Trophée de la Femme de l'Environnement 2010 à une Architecte Durable.
Lors de la journée de la femme, les réseaux sociaux ont permis là encore de partager de belles initiatives, retour sur la brochette pleine de talents que j'avais choisi de mettre à l'honneur : 10 femmes à l'honneur pour la journée de la femme




5) Les Entrepreneurs d'Avenir lancent leur réseau social : être Entrepreneur d'Avenir veut dire qu'on place le développement durable au coeur de sa stratégie, quitte à chercher une rentabilité plutôt à moyen terme qu'à court terme, quitte à assumer des valeurs auxquels on tient et quitte aussi à se sentir parfois isolé dans son approche. C'était sans compter le lancement d'une dynamique qui irrigue désormais aussi les régions et permet de créer des ponts entre les différents Entrepreneurs d'Avenir, grâce notamment au lancement du nouveau réseau social des Entrepreneurs d'Avenir. Abonéobio est fier d'appartenir à ce réseau d'entrepreneurs engagés !

Pour aller plus loin, je vous invite à lire les autres articles de notre belle équipe de blogueurs verts sur leur classement TOP 5 des faits marquants DD en 2010 :



Lire d'autres articles sur aboneobio le blog du bio sur les articles partagés de la green Team sur les blogs verts engagés, sur les articles et initiatives des éco informateurs...
++ Idées cadeaux écolos pratiques pour la famille
++ Les éco informateurs

Abonéobio livre ses produits bio aux salariés d'Insudiet

Depuis 20 ans, Insudiet installé en Anjou est le spécialiste de la conception et de la distribution de produits diététiques (bons et nutritifs !) avec une gamme bio lancée en septembre. Depuis quelques années l'entreprise a développé des initiatives pertinentes en matière de développement durable, récompensée en 2009 par le prix coup de coeur des Trophées des économies d'énergie. De son coté, aboneobio cherche à développer son offre de produits bio auprès des entreprises, des CE et des salariés déjà sensibilisés aux enjeux du développement durable, et notamment en Anjou où sont fabriqués 90% des produits vendus sur le site internet. C'est donc une collaboration pleine de sens qui s'est installée entre les deux sociétés depuis l'automne.

insudiet puits de lumière

Demain c'est régime ! Ou presque...avec des petits plats préparés par un chef étoilé (Paul Pauvert : les jardins de la Forge), et depuis peu une gamme de menus bio diététiques, voilà le savoir faire d'Insudiet implanté à Champtoceaux (49). La méthode développée s'appuie à la fois sur plus de 70 produits hypocaloriques (le corps va chercher dans ses réserves de graisses sans toucher aux muscles) et sur un changement de comportements, c'est là que les 17 conseillers santé et le réseau de plus de 1500 médecins interviennent. (Rien à voir avec certains régimes qui entrainent des effets yoyo dangereux pour la santé : cf l'article publié sur la page Facebook d'Insudiet)

gamme bio insudiet produits de régime

Insudiet est déjà fortement impliquée par ses investissements et son management dans le soutien au développement durable. Ce qui frappe en entrant dans la société, c'est la présence de puits de lumière qui rendent les locaux vraiment agréables. On y découvre une gestion de l'éclairage astucieuse avec détecteur de luminosité et régulateur d'horaires, des panneaux solaires thermiques (et à venir des panneaux photovoltaïques), 15 pompes à chaleur réversibles,... Les travaux réalisés en matière d'énergie ont déjà permis d'économiser 36.4 k€ par an, avec une réduction annuelle de 8285 kg de Co2. Tout ce dispositif a été complété par une participation active du personnel (en 2008 l'arbre de Noël avait même pour thème l'écologie !), qui s'est exprimée en interne par une charte de bonnes pratiques environnementales et à l'externe par un audit régulier des fournisseurs. Le covoiturage est aussi fortement recommandé et concerne 25 % du personnel (au moins une fois par mois) complété d'un parc de véhicules électriques (2 toyotas prius et 2 blue car prochainement)

covoiturage salariés insudiet champtoceaux

insudiet bac à trier

De son coté, Abonéobio a choisi de cibler des entreprises déjà très investies dans le développement durable pour proposer ses services. Souvent les actions de ces sociétés portent sur l'énergie et la réduction des coûts de conditionnements. Parfois on va un peu plus loin avec des solutions destinées aux salariés, comme du covoiturage, mais rarement il s'agit de remettre en question les aides des CE. Pourtant ce peut être aussi un coup de pouce pour aider les salariés à changer leur comportement, à acheter moins mais mieux, à passer à la consommation durable de produits bio et responsables. C'est ici qu'aboneobio intervient pour accompagner l'entreprise en mettant à disposition des produits bio et écologiques sélectionnés pour leur qualité, leur éthique mais surtout leur efficacité. Et en donnant également la possibilité de sensibiliser le personnel à l'usage de ces produits, à la fois plus sains et plus respectueux de l'environnement. En effet, avec le blog du bio aboneobio dispose de plus de 1750 articles de fond qui peuvent permettre d'alimenter une newsletter interne par exemple : "pourquoi choisir des produits bio ?, comment reconnaitre les vrais produits écologiques ? Que cachent les étiquettes ? Comment réduire sa consommation annuelle pour la famille ? C'est quoi un produit biodégradable ? ...

logo insudiet

Pour l'instant il s'agit de croiser les savoirs faire, de livrer aux salariés de bons produits bio fabriqués essentiellement en Anjou, dans une démarche Locavore (consommation de produits fabriqués localement essentiellement) et ensemble, de contribuer à réduire le nombre de produits achetés par une famille, le nombre d'emballages rejetés, à réduire aussi les transports et la pollution. Impacts non négligeables à l'échelle d'une société de plus de 70 collaborateurs !

Merci à Marie Anne et à Jean pour la mise en place de cette collaboration ! Et en espérant que de nouveaux projets naissent par la suite ..

Lire d'autres articles sur aboneobio sur l'offre destinée aux entreprises, aux CE, aux salariés du privé comme aux salariés des collectivités, sur l'engagement RSE d'aboneobio, sur les entreprises en Anjou qui font des actions exemplaire en matière de développement durable ...

++ Je suis dirigeante j'engage mon entreprise vers la RSE
++ Après le ticket resto, le chèque d'abonnement bio
++ Abonéobio est Entrepreneur d'Avenir
++ Les TPE plus sensibilisées au développement durable que les PME
Le chèque d'abonnement bio d'abonéobio
Recycler vos gobelets le geste responsable de Versoo
++ D'Anjou et d'ailleurs : consommer autrement à Angers
++ Guider le consommateur dans les promesses du durable, responsable, bio et naturel
++ Le colibri écolo fait sa part
++ Le bio plus cher ? Le prix écologique le choix du citoyen
++ Comprendre le développement durable en vidéo
Guide des labels de la consommation responsable
Abonéobio candidat aux Trophées de la Responsabilité Globale
Abonéobio cité dans le guide 105 Astuces pour la maison de Marie France Corre
La consommation responsable de A à Z
++ Soirée CJD Angers Entreprise de demain Homme de l'avenir
++ C'est quoi la consommation durable ?
++ Le réseau social des Entrepreneurs d'Avenir
++ Les Achats durables dans l'entreprise encore trop mitigés
++ Responsabilité Sociétale des Entreprises, Abonéobio participe à la journée RSE du 15 octobre à Angers
++ Abonéobio sur France 3 émission Naturbis, l'abonnement bio famille
++ Acheter Lohas, moins et mieux
++ Aboneobio.com, le site qui réconcilie consommation et raison, présenté par Fémininbio
++ Abonnons nous au bio !
++ C'est quoi un produit responsable aujourd'hui en France ?
++ Abonéobio allège la liste et le poids de mes courses
++ Le Déclic de la Pratique Bio d'Abonéobio
++ Sur Top Santé Laurence Moulin, la femme écolo du mois, nous abonne au bio !

Lyon sensibilise les ados à la consommation responsable

Depuis qu'elle est devenue ville équitable et durable, en lançant ce label, Lyon prend des initiatives pour partager l'apprentissage de la consommation responsable auprès du plus grand nombre. Et c'est auprès des ados qu'elle s'adresse aujourd'hui avec son site dédié : www.maconsomaplanete-lyon.com. Il s'agit de sensibiliser les quelques 150 000 adolescents âgés de 11 à 16 ans à l'impact de leurs achats, en apportant de l'info, en leur permettant d'échanger entre eux mais aussi avec des fournisseurs pour aller vers des solutions pratiques.

ma conso ma planète lyon ados consommation responsable

Pour sensibiliser des jeunes, la forme est importante. C'est une démarche collective menée par la Coop alternatives et Graines de Changement, qui a remporté l'appel d'offre de la ville pour la réalisation du site web. Replacé dans le contexte d'une chambre (repaire favori à cet âge !), l'adolescent est incité à se poser des questions sur les objets et articles de son quotidien. Par exemple les vêtements qui trainent souvent un peu partout, en passant la souris dessus on peut cliquer, une fenêtre s'ouvre pour donner de l'info sur le principe "Y a un malaise ? je veux bien mais j’fais quoi ? plus d'infos et j’trouve ça où à Lyon ?" : d'où l'info par exemple sur les enjeux du coton (bio), sur les conditions de fabrication de ce textile (esclavage ...), sur les solutions pour mieux acheter à Lyon (Laspid, ...)

Bravo à Lyon, et en espérant que cela donne envie à d'autres villes de décliner le concept !

Une suggestion : un onglet sur le gel douche serait à ajouter en expliquant que se laver chaque jour avec du pétrole nuit aussi à sa santé (en plus de polluer !) et voir dans les solutions du web un lien sur aboneobio qui permet d'amener toute la famille à changer ses pratiques d'achats avec son système unique d'abonnement bio !

Lire d'autres articles sur abonéobio le blog du bio sur la sensibilisation des adolescents et des enfants à la consommation responsable, au développement durable,

++ Le developpement durable et moi, les mallettes pédagogiques e-graine dans les écoles
++ L'Ademe lance M Ta Terre, le site développement durable dédié aux ados
++ Peaux jeunes, combattre l'acné des ados avec des soins bio
++ Germinaissances fait entrer des graines de vie dans notre quotidien
++ Le lombricompostage expliqué aux enfants
++ Raconte moi la maison autonome...
++ e-graine sensibilise les plus jeunes aux enjeux du Développement Durable
++ Pour penser ...à l'endroit
++ Jeu mémory écolo la petite terre
++ La petite Terre : conte musical dès 5 ans
++ Vues d'ici sur Gulli : sensibiliser les enfants à l'écologie
++ La gestion de l'eau à la maison, les conseils de la famille Kiagi
++ L'empreinte écologique de la famille Kiagi
++ La famille Kiagi lutte contre le gaspillage d'énergie
++ La famille Kiagi présente l'éclairage écologique
++ La famille Kiagi : pourquoi manger bio ?
++ Projet Esperanto sensibilise les enfants à l'environnement, escale au Maroc
++ Juste de simples gestes, des lycéens champions du climat s'engagent dans une chanson

Vendre du purin d'orties n'est toujours pas autorisé en France

Alors qu'on parle de réduire l'impact des pesticides et autres entrants chimiques pour traiter les cultures, alors qu'il existe des recettes naturelles éprouvées par nos ancêtres, on se retrouve en France dans une situation injuste : la commercialisation de purin d'orties est illégale ! Ce produit naturel (PNPP : Produit Naturel Peu Préoccupant) est utilisé en agriculture biologique. Même si l'Europe reconnait le purin d'orties comme une "Substances à faible risque ", son principe actif doit faire l'objet d'un enregistrement (couteux : 40 000 euros !) au même titre que les produits phytopharmaceutiques. Sauf que là, c'est un savoir faire ancestral, une recette de jardin bio qui a fait ses preuves et que l'on met en péril pour mieux défendre les intérêts de géants tels que Monsanto.

Le purin d'ortie est un insecticide naturel (comme la bouillie bordelaise, l'huile de neem, ...) au coeur d'une guerre depuis 2006. Même si l'administration reconnait que la production de ce type de produit naturel peu préoccupant est à la portée de l'utilisateur final, même si le dépôt de brevet devient impossible, reste que le fongicide naturel doit être inscrit sur la liste des matières actives. Pourtant la recette de ce produit appartient bien au domaine public ! En Espagne ou en Allemagne, la législation a été adaptée. En France on attend l'intervention du ministère de l'Ecologie. Et d'ici là les jardiniers bio continueront à traiter leurs cultures avec le purin d'orties, légal ou pas. Et dans votre jardin, vous en utilisez aussi ?

Source : Novethic

Lire d'autres articles sur Abonéobio sur le purin d'orties, sur le jardinage bio, sur les recettes de grands mères pour avoir un jardin bio, sur les produits Monsanto ..

++ Bien jardiner bio
++ Purin d'orties et recettes naturelles illégales !
++ Aux USA les agriculteurs utilisant des OGM se convertissent au bio
++ Le jardinier bio suit le calendrier lunaire
++ Germinaissances fait entrer des graines de vie dans notre quotidien
++ Le savon noir utile à la maison et au jardin
++ Du potager à la cantine bio
++ La fondation agroécologie de Pierre Rabhi
++ Le Roundup, herbicide dangereux pour la santé !
++ Monsanto donne un coup de pouce au bio ? Incroyable mais vrai
++ Le colibri écolo fait sa part
++ Un potager au coeur de l'entreprise
++ La panne du mais OGM Monsanto : famine en Afrique du Sud ?
++ Pommes écolos au verger Blottière grâce aux mésanges
++ Epargne solidaire : soutenir le projet d'un agriculteur bio via Terre de Liens
++ Préserver le sens de l'abonnement aux paniers des Amap
++ Le lin fibre d'avenir du textile pour une excellence au naturel
++ Coline Serreau et Colibris, réparer la Terre qui est morte !
++ La biodiversité c'est la vie
++ Le monde selon Monsanto, leader des OGM
++ Récupérer l'eau de pluie
++ Le lombricompostage expliqué aux enfants
++ Raconte moi la maison autonome...
++ Des plantes pour dépolluer les sols industriels
++ La terre, l'agrobiologie, des solutions locales pour un désordre global
++ Les trucs et astuces de Grand Mère

Matériaux sains et naturels pour l'habitat chez Matériaux verts

Quand on part sur un projet de construction ou de rénovation d'une maison écolo ou d'un appartement, il n'est pas toujours évident de trouver les bons matériaux. Certaines grandes enseignes du bricolage développent leurs rayons bio et écolo aux cotés des produits bourrés de pétrochimie. Des boutiques spécialisées se développent pour répondre à une demande grandissante. Abonéobio a rencontré l'équipe de Matériaux verts d'Angers (Beaucouzé), pour mieux comprendre ce que sont ces matériaux sains et naturels.

materiaux verts angers beaucouzé
C'est à proximité des locaux d'Abonéobio que s'est installée l'entreprise de Ronan Cassin Matériaux Verts en Mai 2010. Il s'agit d'une enseigne spécialisée dans le négoce de matériaux sains et naturels lié à l’habitat.

Ronan, pourquoi parler de matériaux sains et pas écologiques ?

C’est un choix de langage, le mot écologique est souvent galvaudé. Dans le secteur de la construction et de la décoration, comme dans d’autres secteurs d’ailleurs, le mot écologique est, malheureusement, un appel marketing vendeur, du « green marketing ». Ce que nous proposons aux professionnels comme aux particuliers sont des produits sélectionnés comme s’inscrivant dans une démarche de développement durable et de santé, de la fabrication, à la pose et, bien sûr, dans le « bien vivre » avec.

Tu as quelques exemples de matériaux sains ?

Oui, prenons les 4 grandes familles d’isolants : Les fibres végétales (bois, lin, chanvre), la ouate de cellulose, la laine de mouton, le liège. Ce sont des produits dont on connait l’origine et la production raisonnée, dont les qualités d’isolation ont fait leurs preuves, dont la pose est sans impact sur la santé et sans aucune incidence négative pour les habitants et pour les matériaux de l’habitat lui-même. Autre exemple, nos peintures, blanches ou mises à la teinte (environ 2000 teintes) dégagent entre moins de 1 g et un maximum de 2,56 g de COV (Composants Organiques Volatiles) par litre. Pour information la norme « écologique » à l’échelle Européenne est de 15 g de COV par litre !

Quels sont les produits que l'on peut acheter dans ton magasin Matériaux Verts ?

Pour cela je renvoie au site www.les-materiaux-verts.fr sachant que nous avons aussi des produits qui ne sont pas sur le site national. Nous travaillons avec des entreprises qui sont nées dans la région parce que la matière première était là, je pense à des argiles par exemple qui vont permettre la fabrication de certains types de carreaux de terre cuite (dans d'autres régions ils auront d'autres formes, d'autres couleurs...) et aussi la fabrication d’enduits typiques. C’est aussi en favorisant ces entreprises que l'on peut peser, modestement, sur l’économie locale. Un autre exemple avec le chanvre puisque la région d’Angers était une terre de culture du chanvre. Cette culture a cessé avec la fin des cordages naturels. Aujourd'hui ce chanvre est très demandé dans l’isolation ou encore la fabrication d’enduits. Peut être que cette culture chanvrière pourra repartir sur des terres propices à sa production. En fait, construire, rénover, décorer de manière saine et naturelle consiste beaucoup à retrouver des matériaux et des techniques qui datent de bien longtemps avant la naissance des industries chimiques.

logo matériaux verts

Revenons un peu sur ton parcours, pourquoi t'es tu lancé dans cette aventure de la création d'entreprise ?

Mes débuts professionnels appartiennent à un tout autre secteur : Informaticien. Dans ma vie personnelle, ma famille et moi, sommes sensibles aux produits sains. J’ai été amené il y a une dizaine d’année à rénover et agrandir notre maison. Tout naturellement je me suis dirigé vers la recherche de matériaux en cohérence avec notre pensée. Nombreuses recherches, lectures, discussions des centaines d’heures de travaux, je pense pouvoir dire aujourd’hui que sans le savoir explicitement, le projet à germé à cette époque.

10 ans pour passer du projet à la réalisation ?

Oui, 10 ans à lire, m’informer, être en « veille », au sens vigilance et pas sommeil !! ;-) A agir aussi comme élu en charge du Développement durable de Varades, la commune ou nous habitons. 10 ans de rencontres avec des gens acteurs de la construction développement durable. C’est lors d’une de ces rencontres que j’ai « croisé » Les Matériaux Verts. Hélise et Jonathan sont gérants des Matériaux Verts à Thoiré près de Nantes. En effet, Les Matériaux Verts c'est en fait une enseigne de franchisés qui s’appuient sur le groupe Domus bien connu depuis 1986 dans le domaine de la construction saine. Le concept m’a séduit, par son état d’esprit et par l’idée de travailler en réseau. Donc il y a 2 ans maintenant, j’étais professionnellement à opérer une complète reconversion, ma famille me soutenait, je suis donc parti pour le bouclage du projet : des études de marché au montage financier, des rencontres avec le groupe Domus aux formations techniques, économiques, administratives. Un certain chemin « sinueux » heureusement accompagné moralement par mes proches et avec l'aide de mon associé et qui, sans s’impliquer aucunement dans le quotidien, me suit et me soutient..

Après plusieurs mois d'activité, comment vois tu désormais ce projet d'enseigne Matériaux Verts à Angers – Beaucouzé ?

Excepté les petites adaptations inhérentes aux confrontations avec les réalités du marché, de la conjoncture et autres, je pense que j’ai pu mettre en œuvre les principes qui, pour moi, étaient incontournables. En premier lieu ne pas être positionné et reconnu comme un simple marchand de produits «  en vogue », ne pas être un libre-service ou les clients viendraient seulement consommer. Je souhaitais proposer de pouvoir être vraiment impliqué dans le projet de chaque personne qui vient nous rencontrer et ce quelque soit le projet, de la construction de A à Z d’une maison, au choix de la couleur de la chambre du dernier né! C’est actuellement ce qui se passe et les clients nous font remarquer à quel point ils apprécient la disponibilité et les conseils que nous leurs proposons. D’autre part il m’était important de constituer un réseau de professionnels de la construction et de la décoration qui veulent vraiment et par conviction travailler avec des matériaux sains. Ce réseau est en train de se constituer même si cela est un peu plus difficile, les artisans ayant déjà leurs propres méthodes et fournisseurs. A nous de continuer de les convaincre de l’intérêt de ce réseau. Enfin, et ce n’est pas le moindre des points, Je souhaitais que cette entreprise soit un espace d’initiatives pour sensibiliser et informer sur les modes de vie liés à l’intérêt porté au développement durable. C’est ce qui est en train de se passer à travers des ateliers, des rencontres thématiques, des partenariats avec des associations, des magasins du centre ville et notre présence dans la plupart des manifestations à thèmes écologiques qui se tiennent dans les villes de l’agglomération angevine et plus largement du département.

Ce qui est frappant et humainement très agréable, c’est que les gens qui viennent nous voir sont « intimement » impliqués. Ils ne viennent pas uniquement choisir une couleur, la texture ou l’effet d’un enduit, mais ils viennent aussi rêver au plaisir qu’ils vont avoir et qu’ils vont offrir grâce à cette couleur, cet enduit, cette maison. Il me semble que la plupart des gens que nous rencontrons mettent du « sens » à leurs achats et apprécient que nous mettions aussi du « sens » à nos produits et nos conseils. Du sens pour aujourd’hui et pour demain, du sens pour ceux qui vont vivre avec ces produits, du sens pour ceux qui les fabriquent et qui les mettent en œuvre.

Lire d'autres articles sur aboneobio sur les matériaux verts, les matériaux sains et écologiques pour sa maison bio, les matériaux naturels d'isolation ou de décoration de son habitat, ...

++ Guider le consommateur dans les promesses du durable, responsable, bio et naturel
++ Le lin fibre d'avenir du textile pour une excellence au naturel
++ Le savon noir utile à la maison et au jardin
++ Pour les français l'innovation dans l'habitat rime avec écologie
++ Les produits d'entretien écologiques séduisent
++ Une cabane solaire au fond du jardin
++ désodorisants intérieurs : danger !
++ La renovation écologique de sa maison : le guide des Amis de la Terre
++ L'air intérieur de la maison est pollué ? Un quizz pour le savoir
++ La Maison Ecologique
++ Le Guide de la Maison Ecologique par 60 Millions de consommateurs
++ Vivre dans une maison durable au quotidien
++ Les éco artisans professionnels de la performance énergétique
++ La Villa Déchets à Nantes
++ La Maison Ecologique
++ Isoler sa maison avec des matières premières bio, recyclées
++ L'habitat bio, écologique et économique
++ Une maison écologique à Paris
++ Raconte moi la maison autonome...
++ Le Trophée de la Femme de l'Environnement 2010 à une Architecte Durable
++ La laine pour une isolation naturelle et écologique de votre maison ?
++ L'écologie est dans les murs

Du potager à la cantine bio

Manger à la cantine c'est bien, manger bio c'est mieux ! Aujourd'hui de plus en plus de communes essayent de servir des repas bio aux enfants sans augmenter le budget et en trouvant des solutions pour un approvisionnement suffisant en local, avec en plus une garantie de fraicheur et une réduction de l'impact du transport. Derrière ça pointe aussi la question de l'autosuffisance alimentaire et du lien à récréer sur un territoire en partant de la nourriture. Dans le film de Coline Serreau "Des solutions locales pour un désordre global" on apprend que la France n'a que 4 jours d'autonomie alimentaire en région parisienne. Il est important de récréer des approvisionnement en circuit court auprès des bassins de production locale. En Italie, à Rome c'est 163 000 repas bio servis chaque jour aux enfants et adolescents romains via un approvisionnement auprès des producteurs bio des alentours qui ont été associés à la démarche . En France aussi des initiatives émergent un peu partout...et il en faut pour arriver au 20 % de nourriture bio en 2012, selon le Grenelle !

oui au bio dans mon assiette à la cantine Le surcout du bio semble un faux débat, puisque le coût de la matière première ne représente que 30% du coût total du menu servi à la cantine (cf étude lancée par les mairies de ville moyenne). Si on achète des produits bio pour un budget de 10 % de plus, au final le repas ne coûtera que 3 % plus cher. A la Meignanne (49), des habitants apprennent qu'on peut "sortir" un repas tout bio à 1.20 € (les produits industriels élaborés sont souvent bien plus chers que l'approvisionnement des produits de base et de proximité, source Ouest France). De plus il est possible de réduire ce surcout par la diminution de la viande au profit de légumineuses et par l'achat de fruits et légumes de saison disponibles à proximité. Certes la nouvelle organisation peut induire aussi des coûts de main d'oeuvre à la hausse, mais il est possible de les compenser par la réduction de coûts fixes, telles que des économies d'énergies dans les locaux (éco conception) et aussi dans le fonctionnement et la maintenance (performance énergétique des appareils, programmation du matériel pour optimiser les réglages...). Reste la valorisation des déchets organiques qui semblent encore patiner du fait de coûts importants (en moyenne 150 g de déchets par repas servi en restauration collective).

En fait l'installation du bio à la cantine est surtout une décision politique. Si le code des marchés publics ne permet pas à ce jour d'intégrer des critères de performance en matière de protection de l'environnement, il faut un peu d'audace aux élus pour se lancer dans l'aventure, qui à jongler un peu avec la loi. (cf Jacques Pelissard de Lons le Saunier : source 20 minutes). Ensuite il est indispensable d'y associer toutes les parties prenantes, de la municipalité au personnel de service, de la direction de l'école aux parents d'élèves, des producteurs aux scolaires, travailler sur un partenariat local et faire le lien avec la nourriture des enfants.

Certaines villes se distinguent déjà par leur exemplarité en matière de restauration collective, telle que Barjac, Lons le Saulnier, Gap, Millau, Salon de Provence, Bègles,Le Rouret, ...avec des projets qui associent bio et produits frais, locaux, issus de circuits courts.

La démarche se développe, des initiatives naissent partout en France :

  • A Barjac, la commune a décidé de placer en location une ferme jusqu’ici abandonnée. Ce lieu de production a été acheté par Terre de Liens (qui absorbe le foncier et décharge l'agriculteur de ce poids) et va être loué à plusieurs agriculteurs prêts à produire du bio pour fournir 250 repas par jour bio (aux enfants et personnes âgées) dans une commune de 1500 habitants.
  • A Mouans Sartoux, la régie municipale agricole gère le potager éducatif de Haute Combe, certifié Ecocert. Ce potager bio donne de belles récoltes utilisées ensuite dans les cantines scolaires de la ville. Il s'inscrit dans une démarche globale d'achats responsables, qui préconise les filières d'approvisionnement en circuits courts, l'agriculture locale et biologique. Intéressant de constater que les enfants sont associés (rôle pédagogique) notamment dans les récoltes de courges. (source : site de la ville Mouans Sartoux)
  • En région parisienne, les restaurants du universitaires du CROUS de Versailles et de Saint Quentin-en-Yvelines sont approvisionnés en fruits issus d’arboriculteurs de la Plaine de Versailles. Cette expérimentation s'inscrit dans le cadre de la campagne "Assiette Verte" issue du projet Valterris, Valorisation de l’Agriculture Locale pour un Territoire Soutenable
  • A Genevilliers, au collège Vaillant le Conseil général a installé une ferme (poules, dindons, lapins, chèvres, brebis et leurs petits) avec une animation autour de l'agriculture bio en Juin auprès de 5 800 demi-pensionnaires dans 22 collèges des Hauts-de-Seine : l'occasion d'expliquer comment on lutte contre les maladies et parasites en bio, pourquoi mettre en place la rotation des cultures, quels engrais verts utiliser, ou produits naturels tels que le purin d'ortie, ...
  • A Brest, le marché passé avec la Sodexo a permis d'introduire 20 % de produits bio (salade, pomme de terre, carottes, banane, pomme et agrumes ainsi que du pain et des produits laitiers (yaourt et fromage blanc natures)) pour les quelques 5500 enfants fréquentant la cantine. L'occasion de structurer une filière locale bio (100 % des pommes de terre et salades bio viennent du Finistère (ou Bretagne), 75 % des carottes du département). Avec le travail sur la filière, de nouveaux légumes font leur entrée dans ce marché local, comme le céleri rave. Les producteurs sont rassemblés autour d'une même structure (Maison de la bio 29 ) avec une chargée de mission dédiée aux marchés de la restauration collective. (Source : Novethic).
  • Au Pays de Redon, une plate-forme va créer une chaîne logistique entre les producteurs bio et les sept restaurants collectifs, grâce à l'implication d'étudiants de l'École supérieure de logistique industrielle (Esli) (source : ouest France)
  • En pays de Savoie, lancement en Janvier 2011 de la plateforme "La bio d'ici" pour faciliter l'introduction progressive et régulière de produits bio dans la restauration collective


la bio d'ici restauration collective en savoie

Mais pourquoi mettre du bio dans la cantine ?

  • Offrir une meilleure alimentation (limiter l'impact nocif des pesticides, OGM et autres substance chimiques : cf étude Générations Futures qui confirme que nos enfants avalent 128 résidus chimiques par jour !)
  • Permettre à des agriculteurs locaux de vivre de leur production avec un achat en circuit court et relocaliser l'économie
  • gagner de la transparence dans la traçabilité et de la fraicheur (direct du potager à la cuisine)
  • Réduire l'impact sur la pollution en réduisant les transports (acheminement des matières premières) et aussi l'impact dans les nappes phéatiques (moins de pesticides utilisés et rejeter) Pour mémo, si la demande est forte des consommateurs à acheter des produits bio, 99 % de l'offre alimentaire bio est importée en région parisienne, via des transports polluants.
  • Enrichir les saveurs des menus avec des produits bio
  • Eduquer nos enfants à de meilleures pratiques plus respectueuses de l'environnement et de la santé.

Si vous voulez inciter votre commune à mettre du bio dans la cantine, faites un tour sur le site ouiaubiodansmacantine vous y trouverez tous les outils pratiques pour engager le dialogue et démarrer le projet. Et sur macantinebio d'autres exemples d'installation de cantines bio. Enfin avec Terre de Liens on peut tous aider à créer une ferme près de chez soi http://www.terredeliens.org/campagne/

A voir aussi la démarche de Resto co & bio, avec Inter Bio des pays de la Loire et les Groupements d’Agriculteurs Biologiques (GABs)

Lire d'autres articles sur aboneobio sur la cantine bio, sur l'approvisionnement local en produits bio, sur les producteurs bio, sur l'alimentation bio, sur les enjeux de l'alimentation pour nos enfants, sur les dangers des pesticides, ...
++ Nos enfants avalent 128 résidus chimiques par jour !
++ Menus toxiques avalés chaque jour
++ Plus de français aiment consommer bio et local, bon et sain ++ Les pesticides prochain scandale sanitaire ?
++ Pesticides danger pour le cerveau des enfants
++ Le guide du locavore pour mieux consommer local
++ Assiette tous risques : mal manger nuit à sa santé
++ Le Nutella contient du DEHP le phtalate le plus dangereux !
++ En 25 ans les cancers ont doublé ! Du bio dans l'assiette et sur la peau
++ Alerte dans nos assiettes, reportage sur la malbouffe
++ Eau et cancer : quelle eau boire ?
++ Nos fruits sont contaminés par les pesticides, les résidus sont dans nos assiettes
++ L'alimentation anti-cancer selon David Servan-Schreiber ++ le danger des additifs
++ Votre assiette contient 21 pesticides
++ Manger bio pour lutter contre le cancer du sein
++ Le consommateur veut du pain bio mais l'offre de farine bio est insuffisante
++ Severn, la voix de nos enfants, film de Jean Paul Jaud
++ Notre Pain Quotidien, documentaire sur Arte
++ Trop de pesticides dans le raisin
++ Ma cantine bio ? Pas vraiment : seulement 1 % des achats sont des produits bio !
++ Poison notre risque au quotidien, pesticides, bisphénol A, phtalates, ...
++ Nos enfants nous accuseront
++ Plus de bio mais au goût amer en grandes surfaces
++ Faire ses courses sans OGM
++ Et si on aidait les agriculteurs bio ?
++ Epargne solidaire : soutenir le projet d'un agriculteur bio via Terre de Liens
++ Préserver le sens de l'abonnement aux paniers des Amap
++ Un potager au coeur de l'entreprise
++ Le bio au beau fixe, plus de produits bio à la maison et à la cantine mais plus d'importations aussi !
++ Abonnons nous au bio !
++ Les marges s'envolent dans la grande distribution, plus rien pour les producteurs
++ Le bio plus cher ? Le prix écologique le choix du citoyen
++ Tripler les surfaces bio à Paris, ambition affichée par la région

- page 2 de 14 -

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+