Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mercredi 05 août 2015

Mot-clé - déchets

Fil des billets - Fil des commentaires

Berges Saines : une initiative citoyenne pour nettoyer les rives de Seine

berges-saines-seine05.jpgLa mauvaise qualité de notre eau et de notre environnement n’est pas toujours le fait d’industriels qui contaminent sols et rivières. Preuve en sont les déchets les plus communément retrouvés sur les berges de nos cours d’eau et qui sont le fait de dépôt sauvage ou d’inconscience.

Depuis quelques années de nombreuses opérations de nettoyages, comme les Initiatives Océanes de l’Association SurfRider Europe, ou Nettoyons la Nature du “mouvement Leclerc” (du nom des enseignes de grande distribution). La dernière née de ces initiatives n’est pas la moins remarquable : Berges Saines, pilotée par l’association La Seine en Partage, mobilise près de 300 communes le long des rives de la Seine. C’est alors aux mairies de fédérer leurs habitants pour se ré-approprier leur territoire en le débarrassant des déchets apportés par le fleuve.

Le bilan de l'année 2015

Organisée du 9 au 12 avril dernier, « Berges Saines » est une opération à la fois écocitoyenne, pédagogique et festive. Il s’agit toujours de volontaires, mobilisés le temps d’une demi-journée à oeuvrer ensemble, et souvent ravis d’agir pour la protection de la nature, la sauvegarde de tout l’écosystème et la mise en valeur de leurs paysages. Les enfants sont souvent de la partie, et peuvent comprendre la signification de geste quotidien (pourquoi on jette dans une poubelle) en découvrant la nature. En effet, les berges de Seine, comme tout milieu humide est un trésor de biodiversité. Selon les organisateurs « un enfant qui a participé à « Berges Saines » deviendra un adulte plus responsable ». berges-saines-seine02.jpg

Entretien avec Pascale Dugat, déléguée générale et porte-parole de l’association La Seine en Partage.

Abonéobio :Qui est à l’origine de l’opération Berges Saines ?

berges-saines-seine04.jpgNotre association, « La Seine en Partage », regroupe depuis 2001 un grand nombre de communes riveraines de la Seine avec comme vocation de valoriser tous les atouts que notre fleuve peut apporter à nos régions. Nous travaillons donc pour le développement du transport fluvial et du tourisme fluvial, l’aménagement des berges, la lutte contre les inondations, la protection de l’écosystème, une meilleure qualité de l’eau, etc. Ce sont des maires adhérents de notre association qui nous ont dit un jour qu’il fallait absolument faire quelque chose pour refaire des berges les lieux de promenade et de convivialité qu’elles avaient toujours été et donc qu’il fallait les nettoyer de tous les déchets que des inconscients y déposaient. Les riverains en avaient assez que certains considèrent la Seine comme un égout à ciel ouvert et ses berges comme des décharges publiques. Et comme nous savions que ni l’Etat, ni les Régions, ni les Départements n’avaient les moyens de faire ce nettoyage, nous avons eu l’idée de lancer un appel à la mobilisation des riverains eux-mêmes pour qu’ils prennent leur courage à deux mains, relèvent leurs manches et fassent eux-mêmes un grand nettoyage de printemps une fois par an. C’était en 2012 et c’était la première opération « Berges Saines »

A :Quel a été l’accueil des mairies à l’exposition de ce projet ? Certaines ont-elles été plus difficiles à convaincre ou au contraire emballées par l’idée ?

Tous les maires ont été emballés. C’était pour eux une merveilleuse occasion d’organiser une manifestation sympathique, chaleureuse, à un moment où tous les riverains prennent conscience des dangers de toutes les pollutions, comprennent que l’eau est un bien plus précieux que tout et veulent se réapproprier leurs berges avec, en plus, un désir de faire quelque chose par eux-mêmes.

A :Les initiatives Océanes investissent désormais les terres avec des opérations sur les berges des rivières, voire des canaux comme à Paris le nettoyage du Canal St Martin. Estimez-vous qu’ils sont des concurrents pour une manifestation comme Berges Saines ?

Au contraire! Plus il y aura d’initiatives pour lutter contre toutes les formes de pollution et mieux cela sera pour tout le monde. La sauvegarde de l’environnement, de l’écosystème est « le » combat que nous devrions tous mener. Il s’agit, je vous le rappelle, de la sauvegarde de notre planète.

A :Sur ces 4 ans, quels ont été les déchets les plus improbables retrouvés par nos concitoyens ?

A part les voitures, les motos, les réfrigérateurs et les vieux matelas retrouvés en masse, le plus improbable a été un coffret à bijoux retrouvé à St Pierre-du-Vauvray, dans l’Eure. Certes, il ne s’agissait pas de joyaux de très grande valeur mais nous nous sommes tous demandés pourquoi et comment ces bagues, bracelets et colliers dans ce joli petit coffret avaient été jetés dans la Seine. Il devait y avoir une histoire d’amour là-dessous. La gendarmerie à laquelle, bien sûr, nous avons remis le coffret devait faire une enquête. Nous n’en avons pas encore les résultats…

A : Quel est votre constat sur ces dernières années ? Plus ou moins de déchets à périmètre constant ?

-L’opération couvre plus de 300 kilomètres de berges et notre « récolte » annuelle oscille entre 50 et 200 tonnes de déchets. Mais ce qui est intéressant c’est que les maires qui participent depuis l’origine à l’opération ont tous remarqué qu’il y avait, au fil des ans, de moins en moins de déchets sur leurs berges, comme si « Berges Saines » donnait mauvaise conscience aux… inconscients. « Berges Saines » est évidemment la meilleure opération de sensibilisation qu’on puisse imaginer pour la protection de l’environnement car c’est une opération pleinement « participative » et qui, en plus, permet souvent à des riverains de la même communes de se rencontrer et de faire connaissance.

A : Ne pensez-vous pas qu’il devrait y avoir plus de poubelles, cendriers, lieux pour les déchets des animaux dans nos villes ?

Bien sûr. Mais beaucoup de communes ont déjà fait beaucoup d’efforts avec des déchetteries, du tri sélectif, des distributeurs de sacs pour les déjections canines, etc. On se demande pourquoi des gens vont jeter un vieux matelas ou une bicyclette rouillée dans la Seine pou sur les berges alors qu’il y a souvent, plus près de chez eux, une déchetterie. C’est une question d’information, de formation, d’éducation. Mais il faudrait, peut-être aussi, en venir à sanctionner ces gens-là comme la loi le prévoit.

A : Que pensez-vous de l’initiative de San Francisco qui interdit notamment les bouteilles plastiques et les remplace par des fontaines à eau ?

C’est une excellente idée. Nous récoltons, chaque année, au cours de la journée « Berges Saines », nous ramassons 30 tonnes de bouteilles plastiques abandonnées sur les berges. Et je vous rappelle qu’il faut… 1.000 ans pour qu’une bouteille plastique disparaisse dans la nature. Les sacs plastiques vont déjà être interdits chez nous. C’est bien.

Pour le moment, pas encore de date pour l'édition 2016, mais n'hésitez pas à vous renseigner auprès de votre mairie, si vous habitez le long de la Seine... Ou de participer aux opérations de nettoyage des plages cet été!

berges-saines-seine03.jpg

On a participé à Berges Saines 2015!

Prôner le bio sans en être soi-même convaincu ne serait pas vraiment honnête, alors abonéobio participe dès que l'occasion nous est donnée.

Ainsi, j’ai rejoint les équipes de volontaires de ma ville : 40 pour 12.000 habitants, le chiffre ne fait pas vraiment rêver.

Cependant, j’ai été agréablement surprise de voir que l’opération était plébiscité par toutes les tranches d’âge. De nombreux couples ou parents avaient fait l’impasse sur un dimanche de farniente au soleil pour venir avec leurs enfants participer à cette manifestation citoyenne. L’ambiance était joyeuse malgré les tonnes de déchets disparates retrouvés! La perspective d’avoir fait une bonne et belle action pour la planète et pour sa ville prime sur tout le reste.

Au vu des nombreux baton de coton-tige, je me rappelle alors ce spot de l’ADEME “Déchets, l’important c’est de ne pas participé”, et je suis effarée de penser qu’en 2015 des gens jettent toujours ceux-ci n’importe comment!

Au terme de notre après-midi, tous autant que nous sommes avons ramassé pas moins de 750 kilos de déchets, selon le coordinateur. Je tiens a adresser une pensée aux services techniques de la ville, mobilisés un dimanche pour collecter les nombreux sacs remplis des déchets ramassés le jour même aux 4 coins de la ville.

Une belle action collective qui doit se poursuivre au fil des ans pour profiter d’une Seine propre et de berges agréables pour les promenades.

http://www.yvelines1.com/le-journal/journal-lundi-14-avril-2015/

L’été, période idéale pour se sensibiliser à la pollution marine

« Vacances, j’oublie tout » disait la chanson, et pourtant, s’il y a une chose qui se rappelle à nous chaque année c’est la nécessité de protéger nos lieux de villégiatures. Ils sont d’autant plus fragiles que la population des vacanciers vient perturber leur équilibre. Alors, non ! on n’oublie pas de jeter, trier, faire attention aux produits que l’on utilise quotidiennement, et grâce aux diverses manifestations et ateliers mis en place cet été encore on apprend ou l’on s’informe !

IMG_0897.JPG

« Sois poli avec ta mer ! »

Le littoral français cumule 5500km de côtes. Informer, éduquer, sensibiliser sont indispensables pour protéger notre littoral. Le nombre de plaisanciers atteint aujourd’hui 4 millions et les immatriculations de bateaux de plaisance augmentent d’environ 25 000 unités par an. Sur le littoral, près de 500 installations portuaires sont destinées à l’accueil des navires de plaisance et en eaux intérieures, on dénombre 8 500 km de voies d’eau et d’innombrables lacs ou plans d’eau ouverts à la navigation de plaisance.

Petit tour d’horizon des actions concrètes auxquelles vous pouvez participer cet été.

  • La cote du nord de la France

A Dunkerque Grand Littoral, ville classée Natura 2000 et zone protégée pour certaines espèces, deux opérations sont actuellement en cours. L’une menée par la sécurité maritime informe les plaisanciers. Lors de contrôle et de rencontre, elle rappelle les règles de sécurité en mer, mais sensibilise également à la pollution maritime en distribuant des brochures et en rappelant quelques écogestes simples : ne pas polluer mais aussi à agir pour limiter l’impact écologique, en ramassant les déchets qui flottent dans l’eau. L’autre, grâce au concours des bibliothèques du réseau Bib’Estiv, présente sur certains sites des expositions, des découvertes nature ou encore une sensibilisation à l’écologie. Le programme complet, les lieux et les horaires sur le site Bib’estiv.

IMG_0895.JPG

  • La côte atlantique

À l’occasion, des Jeudis du Port, une manifestation éclectique organisée par la mairie de Brest, l’association Surfrider Foundation Europe tient un stand qui permet, via des « happening » (manifestations éclairs) et des jeux, de sensibiliser les vacanciers sur le thème des déchets marins. L’association organise notamment les « pêches du jour » où, comme sur un étal de poissonnier, sont exposés les détritus ramassés quotidiennement ainsi que des ateliers de traçage des déchets pour expliquer que tous les comportements irresponsables ont un effet sur la pollution marine. C’est en effet le message de la campagne « jeter par terre, c’est jeter en mer ». http://www.surfrider.eu/

A propos des Jeudis du Port Les Jeudis du Port, manifestation gratuite de musiques et d’arts de rue organisée par la ville de Brest sur le port de commerce, vous invitent, pour leur 26e édition, à savourer quatre grandes soirées conviviales de spectacles et découvertes artistiques pour petits et grands les 24, 31 juillet, 7 et 14 août. Plus d’infos http://www.brest.fr/culture/les-jeudis-du-port.html IMG_0891.JPG

  • La cote méditerranée

Réseau Mer en Méditerranée Destination touristique incontournable, le littoral de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur accueille chaque année jusqu’à 8 fois sa population habituelle ! Depuis 12 ans, le réseau Mer organise la campagne Inf’eau’mer, des ateliers afin de s’interroger et de susciter l’envie de préserver des lieux de loisirs uniques par leur beauté et leur biodiversité. Pour profiter de l’été tout en étant responsable, une vingtaine de structures d’éducation au développement durable sont mises en place sur et proposent d’adopter des écogestes simples et respectueux du milieu marin par : • des stands ludiques et éducatifs lors d’événements locaux et sur les plages pour informer un large public, • des rencontres de plaisanciers, sur l’eau, afin de les sensibiliser sur l’impact des pratiques, à quai ou en mer, sur le milieu marin.

Plus d’infos : www.reseaumer.org

Stand_Inf__eau_mer__Mediterranee_2000_.jpg

Qu’ils sont bio nos ports !

Des ports de plaisances aussi se mobilisent et mettent des moyens pour sensibiliser les plaisanciers. Les ports de Cavalaire, de Saint Tropez et de Port-Cros se sont associés à étamine du lys et coslys pour offrir aux plaisanciers qui stationnent cet été un kit d’entretien écologique : liquide vaisselle, lessive gel douche. L’idée de les aider à enclencher les changements de comportements.

Pour les accros des réseaux sociaux : 2 minutes pour nettoyer les plages On n’attend pas une association locale pour faire un geste pour sa plage, comme le suggère l’association irlandaise Clean Coasts de Martin Dorey. Puisqu’il est parfois difficile de fédérer et d’organiser un nettoyage, Clean Coast a partagé l’idée d’un nettoyage « collectif « en relayant chaque action entreprise sur les réseaux sociaux, grâce à l’emploi de hashtags et des mots clés #cleancoasts et #2minutebeachclean. En France, l’association Pavillon Bleu précise qu’elle serait intéressée pour lancer ce type d’opération avec des collectivités, mais rien n’a encore abouti.

Des_supports_educatifs__Mediterranee_2000_.jpg

A la rentrée et dans toute la France, on continue !

Et si vous n’êtes ni à Brest, ni en PACA pour profiter de stands informatifs, voici les rendez-vous de septembre : - le Beach Day organisé par Surfrider Foundation Europe dont la 2ème édition se déroulera sur l’ile de Batz ou à la Teste de Buch, le 20 septembre prochain.Le Beach Day est un évènement éco-pensé qui souhaite faire prendre conscience, à travers des initiations sportives et des activités de sensibilisation, que sport et environnement sont intimement liés. L’idée est de se rendre compte des dangers qui menacent le littoral, en redécouvrant la plage comme un terrain de jeu. http://www.beachday.eu/ - vous avez jusqu’au 15 août pour vous inscrire pour participer aux journées « Nettoyons la nature » les 26, 27 et 28 septembre prochains. Pour la 17ème année consécutive, l'opération organisée par les centres E.Leclerc prévoit de rassembler des bénévoles qui vont s'engager pour quelques heures ou quelques jours à collecter les déchets de leurs forêts, quartier, plage, berges… http://www.mouvement-leclerc.com/home/nettoyons-la-nature

Selon le réseau Mer, toutes les actions mises en place ont permis de remarquer des améliorations constantes d’année après année : • 45 % des plaisanciers utilisent des produits d’entretien plus respectueux du milieu marin. Cette proportion reste stable par rapport aux années précédentes.

•  22 % des usagers ont déclaré n’utiliser en mer que de l’eau pour l’entretien courant du bateau. : 
•  78,8 % des personnes sondées considèrent la plage propre, 31,4 % la trouve de plus en plus propre. Pour 74 %, une plage propre est une plage sans déchets mais avec des éléments naturels comme les feuilles de posidonie (ils étaient 70 % à le penser en 2009). 
•  46,9 % des personnes sondées se rendent en voiture à la plage contre 28,1 % à pied.  Ils étaient 50 % à utiliser leur véhicule en 2009.

Si vous aussi vous partez profiter de nos belles plages, faites nous part des actions écologiques rencontrées !

Stand_Inf__eau_mer__CC_des_Golfes_de_St_Tropez-Observatoire_marin_.JPG

Des voiles de bateaux recyclés en sacs

Le recyclage de voiles de bateaux en sacs est tendance et c'est tant mieux. Offrir une seconde vie au voilage, trop souvent jeté, en recyclant 15 000 mètres carrés (sur les 400 000 qui finissent à la poubelle en France) c'est le défi de cette société Lorientaise GREEN SAILS marque commerciale 727 Sailbags qui a vendu 7000 sacs l'année dernière, et celle de Vent de voyage, à St Malo qui a proposé via sa boutique 2000 sacs originaux, créés dans l'atelier de Christine et Yann. Il existe aussi les toiles du large, ou encore Textiles en mer lancé par l'association Echo mer .... Au delà des sacs, c'est aussi des poufs, des lampes, des transats, des coussins, des parasols ...des produits tendances recyclés, esprit cradle to cradle, à base de ces voilages résistants. Quand la tradition de la marine rencontre celle du recyclage pour donner du sens à notre consommation.

SACS RECYCLES 727 sailbags

sacs recyclés voiles de bateaux

textile-en-mer.jpg

J'aime les fondateurs convaincus et passionnés : Jean-Baptiste fou de voile co fondateur de 727 sailbags a choisi de confectionner la robe de mariée en toile de spi pour son propre mariage !

De la moquette à partir de fibres recyclées de filets de pêche

La moquette jetée à la fin d'une exposition ou d'un salon, reste encore pratique courante. Et pourtant il faut consommer de la matière première pour fabriquer des dalles de revêtements qui ne serviront que quelques heures ou jours. Cette année l'équivalent de 30 millions de mètres carrés de moquettes pourraient finir à la décharge en Europe ou incinérées. D'autant que la moquette est un revêtement toxique et polluant. Et si concevait des moquettes à partir de fibres recyclées pour équiper nos bureaux et nos maisons écolos ? Le leader de la moquette en dalle a relevé le défi en lançant sa gamme Biosfera éco conçue, en cycle fermée. L'origine de la matière première provient soit du recyclage de précédentes dalles, soit de filets de pêche en fin de vie. Il faut savoir que l'usage de fibres vierges implique un traitement à base de pétrochimie, représentant 50 % de l'empreinte écologique de la moquette. Le nylon est le matériau qui émet le plus de gaz carbonique. Se passer de fibres vierges permet donc d'économiser la ressource, de réduire les déchets et de limiter l'impact sur la planète. Le procédé appelé ReEntry 2.0 permet de traiter les dalles les plus communément utilisées en Europe en utilisant 4 fois moins d'énergies. La société InterfaceFLOR est actuellement la seule sur le marché pouvant assurer une fabrication industrielle à partir d'un recyclage « à l’identique ». Espérons que d'autres fabricants feront de même !

interfaceflor moquette recyclée compensation carbone

La société participe actuellement au programme expérimental d'affichage environnemental. Il faut dire que depuis 1995 elle a mis en place un programme de reprise des produits, permettant de réduire leur propre impact sur l'environnement, évitant ainsi à 91 000 tonnes de moquette de finir à la poubelle. A noter que la sous couche de ces dalles de moquettes contient également des matériaux recyclés et que la pose ne nécessite pas d'adhésifs. D'ici 2020 InterfaceFLOR s’engage à une absence totale de déchets (cf son site : http://waronwaste.interfaceflor.eu/fr/). La société a économisé 433 millions de dollars en lançant des initiatives permettant déjà de réduire de 80 % la quantité de déchets envoyés en décharge. En plus, grâce à son programme appelé Cool Carpet elle s'engage sur des dalles de moquettes neutres en carbone (programme de compensation de toutes les émissions de gaz à effet de serre liées à l'ensemble du cycle de vie du produit : l’extraction des matières premières, la fabrication, le transport, l’utilisation, la maintenance et la mise au rebut ou le recyclage..)



A quand une loi qui impose aux fabricants qui mettent sur le marché un produit, comme de la moquette, d'être aussi responsables de la gestion de leur fin de vie ?

Photo extraite de la campagne Once upon a Tile

Et pour nettoyer vos moquettes pensez à utiliser un produit nettoyant moquette écologique ! (ravive et détache les tissus, moquettes, tapis, abats jour. S'utilise sur tous les types de matériaux : faïence, skaï, PVC, carrelage, linoléum, sols vitrifiés, les bois protégés...)

Le sur emballage des jouets pas du tout écolo

Le marché du jouet fait aussi l'affaire des marchands de cartons ! Pourtant derrière ce sur emballage se cache une réalité pas du tout durable : la déforestation, l'empreinte carbone, un coût de transport et de pollution, la consommation de matières premières, des ajouts de colorants et autres substances chimiques pour faire une jolie boite...A t on vraiment besoin de tout cela ? Comment expliquer ensuite à nos enfants qu'il est important de réduire nos déchets ? Dans cette vidéo on voit une mère de famille en train de déballer une grosse boite de carton comprenant juste ...2 planches de stickers !. Cette vidéo est à mettre en lien avec la campagne actuelle de Greenpeace contre Mattel, et les majors du jouet en général, gros consommateurs de papiers, cartons, et suremballages.


Merci à Mickael pour ce lien !

Les couches jetables recyclées par Suez Environnement

Les couches jetables sont pratiques mais elles finissent par gonfler les poubelles, 4000 à 6000 couches sont nécessaires sur les 2 premières années de la vie du bébé selon une étude de l'ADEME. Alors comment mieux gérer ce déchet de 1 million de couches culottes jetées en France chaque année ? Certes le passage de la couche jetable au durable permet de résoudre sérieusement la problématique mais tous les consommateurs ne sont pas prêts à essayer cette nouvelle pratique. Suez Environnement réfléchit actuellement à un circuit de recyclage de ces couches usagées, avec une aide de 340 000 euros de l'Ademe pour son projet Happy Nappy. Actuellement au stade de pilote, l'entreprise simule via un processus industriel la fabrication de sous produits à partir de déchets de couches pour en vérifier la recyclabilité et la faisabilité économique.



Les couches récupérées sont mises en boule, puis passées dans un broyeur, déchiquetées, et placées dans une sorte de tambour de machine à laver. A ce stade, le plastique est récupéré ( cette matière représente 15 à 25 % de la couche culotte) pour repartir dans le cycle classique de recyclage du plastique. Reste à traiter ensuite la matière organique de la couche, soit la cellulose et les matières fécales. Via la méthanisation, elles permettront de produire de l'énergie. L'objectif est d'être sur un recyclage à 90 %. Les restes sont les polymères qui confèrent le pouvoir absorbant de la couche et qu'on ne sait pas gérer aujourd'hui. Sauf si en amont une collaboration s'installe avec les fabricants pour les faire évoluer aussi sur l'éco conception.

Ce projet implique le centre de recherches de Suez Environnement, l'INRA de Narbonne, l'APESA et l'école d'agronomie de Toulouse.

Au passage, voici l'impact des couches sur l'environnement pendant le temps où bébé grandira et deviendra propre :

  • 2249 euros par enfant !.
  • 4.5 arbres
  • 25 kg de plastiques obtenu avec 25KG de pétrole brut
  • 4500 couches jetées aux ordures ménagères partiellement décomposables en 200 voire 500 ans
  • 820 kg de déchets ou un volume de 35 m

Source : http://www.ekologeek.org/

Journée de l'eau : la mer est une poubelle !

À l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau, Ocean Conservancy publie les résultats de la récolte de déchets en mer : près de 4 000 tonnes de déchets ont été ramassées sur les océans, les côtes et les voies navigables (3 999 590 kgs pour être exact…), par 615 407 personnes dans 114 pays et régions en une seule journée. La mer est une poubelle !

la mer est une poubelle déchets en mer

Voir l'infographie sur éclairage public

Quelques chiffres de cette "récolte" qui nous laissent sans voix :

  • 1 893 526 mégots de cigarettes
  • 1 094 921 bouteilles plastique
  • 980 067 sacs plastique
  • 882 936 capsules et couvercles
  • 853 633 emballages alimentaires
  • 524 853 bols assiettes couverts
  • 440 756 bouteilles en verre
  • 433 376 pailles et touillettes
  • 429 167 canettes
  • 300 031 sacs papier
  • 241 896 cordages
  • 140 856 fume-cigares
  • 136 956 paquets et papiers cigarettes
  • 108 322 matériaux de construction
  • 101 830 jouets
  • 92 412 fils à pêches
  • 77 434 opercules canettes
  • 65 872 bouteilles de javel
  • 56 477 briquets
  • 55 350 couches
  • 49 970 bouées flotteurs
  • 48 541 bidons huile

mais aussi des rubans adhésifs, des filets, des portes canettes, des cartouches de fusils, des préservatifs, des tampons hygiéniques, des ampoules, des batteries, des pneus, des seringues, de l'électroménager, ...

Arrêtons de polluer la mer ! Sinon gare aux retours !! Nous n'avons qu'une planète, il nous faut en prendre soin

La récup au service de la déco

Nina imagine pour vous...coup de pouce chez Abonéobio à une jeune créatrice Rochelaise, Sabrina Labrousse, alias Nina. Elle crée des objets à partir de matériaux recyclés, récupérés au coin d'une rue, dans une décharge, ...Elle associe récup et pièces chinées pour des créations originales, à découvrir sur son site nina imagine pour vous. En plus, elle fait du sur mesure, à la demande pour coller avec votre intérieur. De quoi piocher de bonnes idées pour réduire notre consommation et l'utilisation de ressources naturelles. Amusant de voir ce qu'on peut faire avec les boites de conserves qu'on a tous à la maison !



Savez vous qu'une carrosserie de voiture peut être réalisée avec 19 000 boites de conserves ? Nina préfère s'en servir pour faire des luminaires 100 % recyclables.



A découvrir aussi d'autres idées de luminaires à partir d'objets de récup chez Recyclart de Neomansland



Lire d'autres articles sur Abonéobio sur l'aménagement de sa maison écolo, sur la création design à partir de matériaux recyclés, sur la décoration récup à partir de déchets, sur le recyclage des objets, sur le mieux consommer, sur le principe cradle to cradle...

++ Rose Khaki un atelier de création d'objets à partir de récupération
++ La Villa Déchets à Nantes
++ Cradle to cradle : déchets = nourriture
++ Créations au naturel, un livre d'idées récup Esprit Cabane
++ Une bouteille d'eau écolo fabriquée à base de plantes
++ Fabriquer un petit produit peut nécessiter beaucoup de ressources naturelles
++ Isoler sa maison avec des matières premières bio, recyclées
Tisser les sacs plastiques pour en faire des trousses, ...
Concert gratuit contre un article électronique à recycler : recycling party
++ Recycler le textile, l'exemple d'Urgania
++ L'Atelier des Dames, bijoux équitables et recyclés
++ Bientôt nos sièges de voiture seront recyclés ?
++ Les poupées barbies se recyclent en bijoux fait main
++ Vivre dans une maison durable au quotidien
++ La fashionista devient récessionista
++ Le recyclage, un geste essentiel comme réduire et réemployer, mode d'emploi en images
++ Vous connaissez votre empreinte écologique ? Petit calcul...
++ Devenir décroissant ça s'apprend....
++ Donner c'est recycler, by Freecycle
++ La nature n’a pas besoin de votre vieux produit
++ La crise du credit écologique : on consomme 2 planètes ! WWF pointe les enjeux à 2030
++ Consommer moins pour vivre mieux

Une bouteille d'eau écolo fabriquée à base de plantes

Les bouteilles en plastique sont pratiques mais pas écolos. En France nous en rejetons plus 10 milliards par an, soit 1.140 millions de bouteilles d'eau par heure dont la moitié n'est pas recyclée mais enfouie. Sous terre la bouteille de plastique mettra 600 ans à se désagréger. Un inventeur a trouvé la solution avec une bouteille d'eau bio source, fabriquée avec du végétal non OGM. Pascal Bastien de Végétal et Mineral Water a collaboré avec le laboratoire GRESPI de l'ESIEC (Ecole supérieur des ingénieurs spécialistes en emballage) pour sortir des prototypes de bouteilles d'eau créées à partir de granules polylactide issus du maïs (non consommable) et de pomme de terre pour le bouchon. Sa bouteille est solide, transparente, légère et souple et présente l'avantage de disparaitre dans la nature en 12 mois sans polluer la planète.

bouteille d'eau en plastique bio PLA
A voir la présentation de la démarche dans le reportage de Sophie Accarias pour l'émission Naturbis


bouteille d'eau en plastique bio

Il existe d'autres bouteilles en bio plastique dans le monde, (comme Belu au Royaume Uni), essentiellement fabriquées Cargill mais à base de maïs OGM. Une collaboration est en place en France avec la ville thermale de Bourbonne-les-Bains (en Haute-Marne) pour la création d'une unité de fabrication de ces bouteilles avec 5 millions d'exemplaires en 2012.

Cette bouteille en plastique bio est elle la solution ?
The Guardian avait publié un article au sujet des sacs en bio plastique à base de PLA (acide polyactic qui ressemble au PET polyéthylène téréphtalate , équivalent du plastique) indiquant que les bio plastiques polluent. Selon l'étude citée les sacs à base de base de maïs, de blé ou de canne à sucre, augmenteraient les émissions de GES (Gaz à effet de serre), car ils nécessitent des températures plus élevées pour se décomposer et libèrent au passage du méthane, un gaz à effet de serre 23 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. En est il de même avec ces bouteilles d'eau en bio plastique ?

Lire d'autres articles sur aboneobio, le blog du bio sur la consommation durable, sur les bouteilles d'eau en plastique, la fabrication du plastique bio PLA, sur l'impact du plastique sur notre environnement, sur le choix du consommateur à boire de l'eau en bouteille ou de l'eau du robinet, ....

++ eau et cancer : quelle eau faut il boire ?
++ A Bundanoon, plus de bouteilles d'eau
++ Bouteilles ou cups et gobelets écolos made in USA
++ La malédiction du plastique
++ Les bio plastiques polluent ! ++ Coca cola pompe l'eau aux paysans indiens
++ Une machine à dessaler l'eau de mer se prépare à Cholet
++ Récupérer l'eau de pluie
++ Nos eaux usées n'arrivent pas à éliminer les micropolluants
++ L'eau c'est la vie !
++ Réduire sa consommation d'eau sous la douche
++ Cradle to cradle : déchets = nourriture
++ Recycler les emballages en PET c'est gagnant !
++ L'eau est essentielle : bien s'hydrater avec 1 litre et demi d'eau par jour
++ Sigg : la gourde tendance écologique

Le clip officiel de la Villa Déchets en construction à Nantes

Le projet fou de construire une maison avec des déchets Made in Nantes va sortir de terre, belle villa maison mère ! Métal rouillé, PVC, rendre l'inutile rusé, de nos rebuts ménagers, de nos poubelles renait une maison vraie, ...Joli clip de Tabakero association avec la participation de Jeff, compositeur interprète de l'hymne de la Villa Déchets "la Poubelle c'est ma maison", présentant les différentes parties prenantes du projet de la Villa Déchets de Nantes, partenaires, parrains, association et sponsors...



Lire d'autres articles sur aboneobio sur ce projet de construction de la Villa Déchets à Nantes;

++ La Villa Déchets à Nantes

- page 1 de 3

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+