LOGO_OCTOBRE_ROSE.pngPour la 10ème année consécutive en France, octobre est le mois de mobilisation nationale contre le cancer du sein.

Une femme sur 8 sera concernée dans sa vie par le cancer du sein.

octobre-rose_paris-tour-eiffel.jpgAujourd’hui, le dépistage est une arme efficace contre ce cancer. Détecté à un stade précoce, le cancer du sein peut non seulement être guéri dans plus de 90 % des cas mais aussi être soigné par des traitements moins agressifs, moins mutilants ou entraînant moins de séquelles. Pourtant, une femme sur trois en France ne se fait toujours pas dépister ou pas régulièrement. Dix ans après le lancement du programme de dépistage organisé du cancer du sein, la participation stagne. Si l’existence de ce programme est connue du grand public, la participation s’est stabilisée autour de 53 % (à ce chiffre s’ajoutent environ 10 % de femmes qui réalisent des mammographies de dépistage à la demande du médecin ou de leur propre initiative). Il est donc nécessaire de poursuivre la mobilisation et l’information des femmes, comme celle de l’ensemble des acteurs de santé.

En France, de nombreuses manifestations sont organisées pour soutenir l’action des associations : port d’un ruban rose par des personnalités publiques, courses et marches, même la tour Eiffel se pare de rose pour rappeler que, malgré les progrès thérapeutiques, le cancer du sein est le 1er cancer en nombre de cas et la 1ère cause de décès par cancer chez les femmes en France.

Photo_OctobreRose2013_6.jpg

Prise de conscience ou prise d'intéret ?

Aux États-Unis, la sensibilisation pour le cancer du sein remonte à plus de 30 ans. En effet, c’est en 1983 qu’a été organisé la première Race for Cure, course contre le cancer du sein, à Dallas, Texas. Mais en 1985, une branche de l’actuelle firme pharmaceutique Astra-Zeneca, en partenariat avec l’American Cancer Society a lancé le National Breast Cancer Awareness Month (NBCAM). Dès le départ, le but était de promouvoir le dépistage comme meilleure arme contre le cancer du sein, alors que l’industrie pharmaceutique récoltait les bénéfices des mammographies prodiguées et des soins engagés.

Ce mois d’octobre est donc seulement utilisé pour rappeler la nécessité de se faire dépister, peu de voix se font entendre pour évoquer les causes du cancer du sein ou sensibiliser autour de quelques règles de vie pour entretenir sa santé : - avoir une alimentation saine et équilibrée ; - éviter les parabens, le bisphénol A et le benzène dans les produits de consommation courante; - éviter les sels d’aluminium dans les déodorants. Même si l’Afssaps (renommée ANSM depuis) concluait en 2011 qu’il n’y avait pas de corrélation démontrée entre cancer du sein et exposition à l'aluminium par voie cutanée, les résultats des travaux d’une équipe de chercheurs de l’Université de Genève ont confirmé en 2012 la toxicité des sels d’aluminium lorsqu’ils sont mis en contact avec des cellules mammaires.

Par précaution, l’Afssaps préconise désormais aux fabricants et formulateurs un maximum de 0.6% de sels d’aluminium chlorohydrate. Mais 60 millions de consommateurs pointait du doigt en avril 2012 que [6 déodorants sur 14 testés avaient des teneurs trop élevées |http://www.60millions-mag.com/actualites/articles/deodorants_antitranspirants_nbsp_halte_aux_exces_d_aluminium_nbsp].

Et pour ne plus laissez de place aux doutes, mieux vaut se tourner vers des déodorants certifiés bio, dont les formules sont garanties sans sels d’aluminium, vendu sur Abonéobio bien sur !

Ailleurs dans le monde...

Comme en France, des animations et des “happening” sont organisés pour mobiliser un maximum, partout dans le monde Etats-Unis ou au Japon. Monuments illuminés, clip publicitaire, la recette est à peu près la même qu’en France… à quelques dérives près!!

Pink-washing ?

octobre-rose_fracking-pink_bit.jpgCette année, la société Baker Hughes, une des plus importantes pour le forage pétrolier et la fracturation hydraulique, a décidé d’accompagner un chèque de 100.000$ fait à la fondation Susan G. Komen (la femme derrière les rubans roses) de forets repeint en rose. D’un goût douteux, les photos de ces forets ont bien évidemment été reprises par les associations écologistes qui ont mis en relation cancers et fracturation hydraulique, d’une manière peu avantageuse pour l’entreprise américaine. Autorisée aux États-Unis, les premiers cas de maladie avérée (leucémies et cancers du sein en tête) commencent à faire réfléchir les autorités sanitaires. Relayé par les réseaux sociaux, cette mauvaise opération de communication, exemplaire en terme de pink-washing, est devenue virale en quelques jours et finalement, le meilleur moyen de lutter contre la fracture hydraulique!!

octobre-rose_Pickwash_Fracking.png