Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Jeudi 29 septembre 2016

Mot-clé - distribution

Fil des billets - Fil des commentaires

Distribution vrac : des idées à la pelle pour la planète

3JD-vrac-distribution-eco-bio_04.jpgLa fondation Nicolas Hulot vient de lancer la deuxième phase de sa campagne “my positive impact”. Il s’agit d’une réflexion optimiste pour démontrer que les solutions pour demain existent déjà et partager la liste de ces projets innovants ou intelligents!

Or, il est un projet que nous affectionnons particulièrement, nous, l’équipe d’abonéobio.com, c’est le système de distribution de liquides en vrac proposé par l’entreprise 3JDéveloppement.

Vrac :un mode de consommation lié à la crise?

La planète doit actuellement faire face à deux défis : diminuer le volume des déchets et réduire le gaspillage. En 2012, un rapport de l’ADEME ne pouvait chiffrer le volume des ventes en vrac, mais pointait déjà les fortes perspectives de ce système “d’avant” qui a l’avantage de répondre aux défis de demain : * écologique : moins d’emballage, c’est moins de déchets plastiques, des poubelles moins pleines… Mais c’est aussi une réduction significative de la consommation d’énergie et des ressources, ainsi que des émissions de gaz à effet de serre lors de la fabrication des emballages ou du transport des produits. A titre d’exemple : une bouteille d’1L réutilisée grâce à un remplissage “vrac” correspond à 150g de CO2 non émis (pour produire une nouvelle bouteille ou recycler la précédente). Selon la société 3JD, elle prévoit de distribuer environ 1 million de litres de produits, soit, en équivalent carbone, 150.000 tonnes de CO2 qui ne viendront pas s’ajouter aux gaz à effet de serre d’ici 2018-2019. * économique : les produits en vrac permettent une économie de 10 à 45% du prix par rapport au même produit emballé! Les économies réalisées grâce à la suppression des emballages, les produits peuvent être vendu moins cher. De plus, les consommateurs peuvent choisir la quantité qui leur est nécessaire. Si les conditions de distributions sont optimales, il n’y a pas de perte et peu de vol.

Depuis cette étude, l’évolution des mentalités et quelques ouvrages de famille écolos et pionnières ayant démontré qu’il était possible de vivre et sans produire de déchets ont permis de démocratiser, en le rendant “sexy”, le principe du vrac!

Le vrac pour tout, le vrac pour tous!

Actuellement, quand on parle de “vrac”, on pense aux céréales, aux biscuits, voire les fruits et légumes. Pourtant c’est aussi les bonbons, la baguette chez son boulanger ou encore le fromage à la coupe. Désormais le vrac se décline également pour les les liquides alimentaires et non-alimentaire, mais encore faut-il disposer des distributeurs adaptés. La société 3JD a souhaité anticiper et répondre à ce nouvel usage avec une gamme de contenants adaptés aux besoins des différents points de vente, du petit magasin à la grande surface.

Les conteneurs 3JD peuvent contenir les huiles, les sirops d’agave, le miel, ou des liquides non-alimentaires comme des produits d’entretien (lessives, assouplissants, nettoyants multi-usages, etc) et cosmétiques (gel douche, crèmes lavantes, shampoings…). Cette innovation unique en son genre, pensée en France et perfectionnée par de nombreuses options (anti-gouttes, lecteur code-barre, télémaintenance, etc) permet véritablement de booster les vente des enseignes l’ayant mis en place.

3JD-vrac-distribution-eco-bio_03.jpg

Entretien avec Bénédicte Gabory, gérante de 3JD

aboneobio : Pourquoi participer à my positive impact ?

Nos produits rentrent dans le cadre de l’initiative portée par la fondation Nicolas Hulot, et en terme de communication, c’est une belle manière de faire connaître nos innovations dans le secteur du vrac.



aboneobio : Qu’apporte le vrac au Développement Durable?

3JD-vrac-distribution-eco-bio_02.JPGPour moi, le vrac est une vraie solution. Il conjugue à la fois l’écologique et l’économique, et limite la production de déchets. Évidemment, on vise le “Zéro Déchets”! Même si le “Zéro Déchets” est utopique, on veut limiter considérablement l'impact sur l’environnement avec notre système de vrac liquide. Je travaille depuis 20 ans dans la bio, et j’ai constaté que “écologique” ne rimait pas toujours avec “biologique”. Le vrac est un système très ancien, aussi utilisé par le non-bio, ce que l’on souhaite c’est faire du vrac et si possible faire aussi du bio. Nos contenants sont sans phtalates, sans Bisphénol A (BpA) ou autres composés potentiellement toxiques.



aboneobio : Pour vous quelles sont les perspectives du vrac?

C’est un secteur qui se professionnalise très vite, et qui tend à devenir un système de distribution à part entière. Pour le moment, le vrac est très développé pour l’alimentaire (céréales, fruits et légumes) car il bénéficie d’une image “historique”. Hors alimentaire, la distribution en vrac est soumise à une réglementation très rigoureuse, au point de vue hygiène et sécurité, mais encore un peu floue pour l‘alimentaire. C’est à nous, professionnels, de travailler pour proposer des solutions simples et oeuvrer pour le changement des modes de vie et des mentalités. Si 3JD s’est imposé dans le vrac, c'est d'abord parce que nous avons l’expérience et la technicité. En effet, nous pouvons proposer des solutions à la fois commercialement viables, fiables et sécurisés pour les utilisateurs. Pour le vrac liquide, il faut composer avec les contraintes sanitaire et gérer correctement les différents fluides, qui n’ont pas la même viscosité, la même consistance. Le vrac a un avenir devant lui en tant que modèle de consommation à part entière, comme les jeunes générations d’actifs veulent consommer autrement, plus responsablement.



aboneobio :Et les perspectives de 3JD dans ce contexte?

D’abord, il nous faudra recruter de nombreux profils :des techniciens, comme notre matériel est semi-automatisé, mais aussi des commerciaux, pour démarcher et répondre aux demandes des nombreux porteurs de projets qui nous sollicitent, ainsi que des personnes capables de conseiller les magasins et éduquer les consommateurs. Depuis 1 an, je remarque qu’il y a une vrai attente pour le vrac, et c’est aussi à nous d’organiser la profession pour développer un nouveau mode de distribution uniquement vrac.

http://www.mypositiveimpact.org/projets/solution/item/distribution_liquides_en_vrac-109 mypositiveimpact.png

Notre coup de coeur, parce qu’il le vaut bien!

Abonéobio.com aime le principe du vrac liquide! On vous en parle régulièrement, notamment dans le cadre de notre partenariat avec l’AMAP de Treillières que nous livrons en vrac de liquide vaisselle, lessive liquide et nettoyant multiusages sous la marque Etamine du Lys, vendus sur le site. Nous savons donc que cette innovation peut radicalement changer notre manière de faire les courses : plus économiques, plus légères et surtout plus responsables!

Sa bouteille de lait frais livrée à domicile chaque matin

Du lait frais déposé chaque matin devant sa porte avant l'heure du petit déjeuner c'est désormais possible en Loire Atlantique. Le jeune agriculteur proche de Bouguenais, Aymeric Chérel, a lancé le concept après l'avoir vu en Angleterre. Ce Milkman à la française livre à domicile ses bouteilles de lait frais à 0.90 centimes l'unité service compris, en garantissant la fraicheur, la traçabilité, sans pasteurisation et sans écrémage. Un moyen aussi de mieux vendre en direct son travail quotidien. Le lait frais est sans OGM, enrichi en Oméga 3 car les vaches mangent du lin et de la luzerne.

livraison à domicile de lait frais

La vente de lait frais à domicile permet au jeune couple d'assurer 5 % de son chiffres d'affaires, avec aussi le reconnaissance des clients pour les heures passées à s'occuper de son cheptel de 60 vaches (soit 450 000 litres de lait par an). Le circuit court reste un moyen de vendre 3 fois plus cher le prix du litre de lait. Les heureux clients sont pour l'instant sur la périphérie de Nantes ( La Montagne, Bouguenais, Rezé, Saint-Aignan-de-Grandlieu, Bouaye, et, prochainement, à Vertou, Saint-Sébastien, Les Sorinières, et Pont-Saint-Martin). L'exploitation est située à Saint-Même-le-Tenu, au hameau Les Petites-Roches.

le livreur de lait frais à domicile avant 8h

Merci à Ouest France pour le crédit Photos

Pour recevoir son lait frais le matin, le client laisse un message sur le répondeur de la ferme en précisant la quantité de lait à livrer. Une fois le chèque encaissé, la livraison se met en place par le producteur. Le lait frais livré le matin est celui de la traite du soir. Le client achète des carnets de 10 ou 20 tickets (1 ticket = 1 litre de lait). Le livreur dépose le lait avant 8 h en échange d'une bouteille vide et d'un ticket déposé. Pour la première fois, il faut acheter une bouteille de verre consignée, entre 1,50 € et 2 €, à prix coûtant. C'est aussi une solution écologique ! Plus de bouteille à jeter !

A noter que le jeune couple se lève quand même à 3 heures du matin pour préparer la tournée, chaque lundi, mercredi et vendredi. Chapeau ! Pour ne savoir plus contactez la Ferme de la petite roche. Tél. : 02 51 70 68 51. Site internet : http://laitadomicile.e-monsite.com

J'adore ce concept ! On soutient l'agriculteur de proximité et on lui permet de vivre dignement de sa production, on consomme un produit frais et sain, on limite les emballages et on éduque les enfants à acheter autrement. Tout à fait dans la philosophie d'aboneobio ! Alors quand la livraison de lait frais à domicile sur Angers ?

Voir en image, le concept de livraison de lait frais à domicile développé par Aymeric Chérel.


le journal du 20 mai 2010

Lire d'autres articles sur aboneobio sur la livraison de produits bio à domicile, sur le lait frais proposé aux consommateurs, sur le soutien aux agriculteurs, sur l'alimentation bio et saine, ....

++ Plus de français aiment consommer bio et local, bon et sain
++ Et si on aidait les agriculteurs bio ?
++ Les marges s'envolent dans la grande distribution, plus rien pour les producteurs
++ Pouvoir de chantage, l'envers du décor de la grande distribution
++ Epargne solidaire : soutenir le projet d'un agriculteur bio via Terre de Liens
++ Du lait cru en distributeur automatique
++ Le consommateur veut du pain bio mais l'offre de farine bio est insuffisante
++ Le guide du locavore pour mieux consommer local
++ Le label Bio Cohérence : du bio pur !
++ D'Anjou et d'ailleurs : consommer autrement à Angers
++ Mon-panier-bio .com la référence du circuit court depuis 3 ans
++ Terre et Terroirs, un magasin pour une consommation juste
++ Des solutions locales pour un désordre global, film de Coline Serreau
++ Plus de bio mais au goût amer en grandes surfaces
++ Assiette tous risques : mal manger nuit à sa santé
++ Le bio plus cher ? Le prix écologique le choix du citoyen
++ Vous mangez local et de saison ? Vous êtes un locavore !
++ Faire ses courses sans OGM
++ L'alimentation anti-cancer selon David Servan-Schreiber
++ Les Amap vous connaissez ?
++ Relancer le marché du recyclage et de la consigne : économique et écologique
++ Préserver le sens de l'abonnement aux paniers des Amap
++ Abonnons nous au bio !
++ OGM mesurons d'abord les risques

Les nouveaux enjeux de distribution des produits issus du commerce équitable

Au cours des 10 dernières années, l’offre de produits du commerce équitable s’est élargie, les volumes commercialisés ont augmenté, entraînant une diversification de ses circuits de distribution, notamment avec Internet et la grande distribution. Quel est l’impact de ces nouveaux modes de distribution sur l’ensemble de la chaîne de production et de vente du commerce équitable ? La diffusion en grandes surfaces permet-elle de toucher un public plus large et de sensibiliser l’opinion à d’autres modes de consommation ? Comment certaines marques du commerce équitable ont-elles choisi de développer leur propre réseau de distribution ? La diffusion de produits par le Web prend-elle de l’ampleur ?

commerce-equitable
Ces questions feront l'objet d'une conférence le 11 mai de 19h à 20h30 organisée à la mairie du 4ème arrdt de Paris (2 place Baudoyer), dans le cadre de la 15aine du commerce équitable 2009.

Avec la participation du Groupe SOS, acteur de l’économie sociale et solidaire, Nicolas MESSIO, gérant d'Alter Mundi, Samuel GERARD, responsable régional d’Ethiquable, Emmanuel PIERSON, co-fondateur de M. Poulet, et José Balerio SHIGLA YANTALEMA, producteur équatorien de Quinoa et Julie STOLL, Plateforme Française du Commerce Equitable (PFCE)

Lire d'autres articles sur Abonéobio sur les animations de la Quinzaine du Commerce Equitable 2009 et sur les actions de la Plateforme Française du Commerce Equitable :

++ La Bourse de Paris passe à l'équitable
++ Ceux qui font le commerce équitable en direct le 09 mai sur Ethiquable TV
++ Journee Mondiale pour le Commerce Equitable le 09 mai 2009
++ La quinzaine du commerce équitable 2009
++ Salon Européen de Commerce Équitable : l'Humain au coeur des échanges
++ La vitrine du commerce équitable, la boutique des acteurs de la PFCE
++ Territoires de commerce équitable, seize collectivités pilotes s'engagent

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+