Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Jeudi 08 décembre 2016

Mot-clé - e-commerce

Fil des billets - Fil des commentaires

Quels sont les produits préférés sur abonéobio en 2015

Fin d’année oblige, c’est aussi l’heure de faire un petit bilan de ce que vous avez aimé, sur le blog, mais aussi sur la boutique abonéobio! Nous avons donc repris les compteurs et voici les 10 produits que vous avez commandé le plus souvent sur le site

Notre vainqueur toute catégorie, arrivé loin devant les autres produits est la lessive liquide écologique Etamine du Lys. On suppose que vous aimez cette lessive au parfum délicat de lavande et son conditionnement en bidon de 5L qui permet de faire autant d’économie de plastique que de transport, ce qui se ressent naturellement sur le prix de ce produit. Economique et écologique, donc, la lessive liquide est la championne toute catégorie des ventes en 2015!

Lire la suite...

Black Friday ou journée sans achat : chacun son camp

Sur aboneobio, nous souhaitons vous faire profiter sur une journée d’une promotion exceptionnelle sur tout le site et de pouvoir ainsi acheter des produits écologiques et certifiés pour l’entretien de la maison, les soins visages bio, les soins corporels et les shampoings bio ainsi que les huiles essentielles, le tout à -30%. Car même si nous vous avons régulièrement prouvé que consommer bio n’est pas plus cher, un petit coup de pouce en cette fin d’année fera du bien au portefeuille.

Lire la suite...

Madagascar : terre de biodiversité et commerce équitable

asterale-abo.jpgMalgré sa classification par l’ONU dans le groupe des “pays les moins avancés”, Madagascar a de nombreux atouts : la position géographique de l’île, qui s’étend sur 1 580 km, et son climat tropical favorise le maintien de la biodiversité. Conscient de cette richesse incomparable, dès 2003, le président Ravolomanana a choisi de multiplier les aires protégées afin de les préserver. Autre levier important de développement pour l’île, le commerce équitable qui assure aux populations un revenu digne et des conditions de travail décentes.

Grâce aux liens diplomatiques et culturels forts (le français est la seconde langue officielle de ce pays multi-culturel), de nombreuses entreprises françaises font le choix d’un commerce équitable et d’une production biologique. Comme Astérale, ces entreprises confortent la politique actuelle de respect de la nature et pérennisent les activités économiques sur l’île de Madagascar.

Astérale : la richesse des plantes exotiques au service de la communauté locale

Précurseur d’une éthique entrepreneuriale, la société Astérale développe une filière bio et équitable depuis 2002 avec Madagascar. Simon Lemesle nous confie « avoir choisi Madagascar suite à une expérience professionnelle dans ce pays et du fait de liens familiaux. Nous intégrons des principes d'équité dans chaque activité ce qui se traduit par des engagements sur les prix, engagement d'achat, formation ainsi que des projets sociaux».

Leur souci de préservation de l’environnement leur permet d’obtenir, dès 2005, le label Nature et Progrès, qui démontre l’engagement de la société pour le respect des salariés, des hommes et de l’environnement. En effet, les plantes de culture sont sans OGM, et sont obtenues sans aucun engrais chimique ni pesticide de synthèse.

Pour toutes les huiles exotiques, Astérale récolte principalement sur deux exploitations : la ferme de Mahatsinjo et le domaine d’Ambohitsara. Six producteurs sont associés, pour la plupart des petites structures, qui cultivent et distillent principalement voire exclusivement pour Astérale,

« Au-delà de l’environnement et de l’éthique des échanges commerciaux, nous avons souhaité donner une dimension sociale et culturelle autour du projet de la ferme de Mahatsinjo. Pour faciliter l’accès à l’éducation, la culture et favoriser l’accès au travail pour les femmes. C’est pourquoi nous avons choisi d’implanter une crèche et une bibliothèque grâce à notre association www.mimosa-asso.com. La crèche était une vraie priorité comme nous employons une majorité de femmes pour les cueillettes et la préparation des plantes avant distillation. La bibliothèque est encore en cours de mise en place : l'organisation est définie, elle sera principalement destinée aux enfants de l'école primaire et collège du village, mais l'inventaire n'est pas encore informatisé. Nous pensons démarrer en juin. »

En France, Astérale a choisi d’acheter ses lavandes à des amis producteurs bio, Claire Montesinos et Sylviane Reina, alors que la Menthe poivrée provient de Cailleau Herbio dans le Maine et Loire.

Petite astuce de printemps de Simon Lemesle :

Romarin_verb-asterale.jpgAu printemps, rien de tel qu’une petite cure pour se sentir mieux dans sa peau. Astérale livre ici quelques recettes pour tonifier, drainer ou régénérer.

Pour le foie, après les excès des fêtes : une cure d'eau florale de Romarin verbenone (8 pressions du spray dans un verre d'eau le matin avant le petit déjeuner) pendant 3 semaines suivi par une cure d'huile essentielle de curcuma frais (1 goutte dans une cuillère à café d'huile végétale alimentaire en début de repas une fois par jour).

Pour stimuler les reins, on vous conseille 2 gouttes d’HE d'helichryse faradifani dans une huile végétale, en application locale dans le bas du dos, le matin pendant 1 mois.

NatMad : un tour du monde capote, pour le meilleur!

Il y a 20 ans, Nathalie et Jean-Charles sont déjà amis et décident de financer un tour du monde avec une idée saugrenue « J’avais construit un vélo magique dont la roue tournait dans le sens inverse du guidon, raconte Jean-Charles Joseph. Simple mais très casse gueule… Nathalie et moi, on s’installait sur les places publiques et on prenait les paris. Qui arrivait à faire trois mètres gagnait un teeshirt, sinon c’était 10 francs pour nous ». Arrivés à Madagascar, 10francs n’ont pas la même valeur qu’à Paris et le tour du monde s’arrête là ! En 2005, après avoir sillonné l’île et découvert le talent des artisans Malgaches, et ils créent NatMad, une petite entreprise qui recycle des sacs de courriers « La Poste ». NatMad-aboneobio02.png

Pour NatMad, travailler à Madagascar est donc une évidence « On pourrait peut-être fabriquer moins cher en Chine, mieux, non… résume Jean-Charles. Ici, les artisans connaissent leur travail sur le bout des ongles, ils peuvent réaliser un prototype juste avec leurs mains et une paire de ciseaux. »

NatMad-aboneobio01.png10 ans plus tard, près de 500 personnes travaillent à Madagascar pour la marque, avec la responsabilité que cela implique pour la société. En marge des sacs et des accessoires pour boutiques en matériaux recyclés, la marque souhaite développer une offre de produits à base de tongs ramassées sur les plages. « Non seulement pour aider à dépolluer Madagascar des milliers de tongs qui échouent sur ses côtes chaque année, mais aussi pour donner du travail aux villages défavorisés du sud de l’île »

La réciprocité de l’échange va très loin « certains modèles NatMad sont toujours produits pour faire travailler les artisans qui n’ont pas l’électricité donc pas de machines! Le commerce équitable, ce n’est pas uniquement de payer correctement les gens. C’est de transformer des relations de travail en des aventures humaines positives. »

Pour la marque pas besoin de concepts compliqués pour expliquer le commerce équitable, il suffit de savoir si les gens qui collaborent à l’entreprise s’épanouissent ou non. Si tout le monde s’épanouit et que les produits sont beaux, c’est non seulement équitable mais très satisfaisant. Et Jean-Charles de conclure « Ici, je peux faire ce que j’aime : ne pas jeter, transformer ». Des valeurs à partager !

L’île de Madagascar apparaît donc comme une destination unique : pour les entrepreneurs d’avenirs, ceux qui agissent en faveur de l’environnement et des populations ainsi que les amoureux de la nature. Conscient que les erreurs commises sur d’autres territoires ont nui aux espèces, Madagascar propose préférentiellement une offre “écotouristique” et solidaire. De nombreuses ONG et associations travaillent à développer des offres qui comblent les voyageurs tout en préservant les ressources naturelles ainsi que les valeurs culturelles de la population locale.

Les clients adeptes du web sont influencés par les avis

Les consommateurs préparent leurs achats sur le web et c'est devenu quasi systématique. Le fait d'être connecté en permanence permet aussi de prendre la "température" avant d'acheter : 88% des internautes se disent influencés par les recommandations de leurs pairs !. C'est l'ère du social shopping : les avis de nos amis nous aident à nous décider, dans un sens comme dans l'autre. La recommandation joue un rôle essentielle : 56% d’internautes ont émis au moins un avis sur un produit ou service et 66 % les consultent avant d'acheter. Intéressant de noter aussi dans ce 7ème baromètre sur les comportements d’achats des internautes de la Fevad / Médiamétrie, le poids des réseaux sociaux (il faut dire que les internautes sont membres de 2 réseaux sociaux en moyenne) dont Facebook : déjà 16 % des membres sont inscrits à une page fan entreprise ou marque (cf la page d'aboneobio sur Facebook). Ils y cherchent de l'information sur l'actualité de la marque (49 %), ou sur les promos (47 %).



Désormais 9 internautes sur 10 consultent les sites internet avant d'acheter, soit pour en savoir plus sur les fiches produits (les 2/3) soit pour lire les avis des usagers (6 sur 10) avec un rôle important joué par les réseaux sociaux, soit pour comparer les prix (1 sur 2). Cette consultation du web se fait désormais en direct, même sur les lieux de ventes (35 % des usagers connectés au web par leurs téléphones mobiles). Cette requête est utile au consommateur pour comparer le prix (36 %), pour faire de la géolocalisation (29 %), pour montrer au vendeur le produit recherché (26 %), ou pour directement finaliser un achat ( 24 % des mobinautes). En 2011 28 millions de Français achèteront en ligne pour une dépense estimée à plus de 35 milliards d’euros.

Les achats sont surtout concentrés sur les voyages (1 internaute sur 2). Ensuite les internautes achètent en ligne des services comme de la billetterie, des abonnements, des développements de photos, ..(52 %), des produits culturels : CD, DVD, livres... (42 %), de l’habillement : homme, femme, enfant, chaussures….(43 %), des produits high tech : électronique grand public, informatique, consoles …(38 %), du Petit et Gros Electroménager (16 %), des pièces détachées (10 %), de l’équipement automobile (9 %) et des articles et du matériel de sport (10 %).

A noter que le e-commerce séduit largement puisque 97 % des acheteurs s'estiment satisfaits de leurs achats en ligne. Une tendance consommation qui semble durable !

Voici le Top 15 des sites d’achats

  • 1 Voyagessncf.com 40%
  • 2 Amazon.fr 37%
  • 3 Fnac.com 33%
  • 4 Cdiscount.com 30%
  • 5 LaRedoute.fr 25%
  • 6 3Suisses.fr 22%
  • 7 Vente-privée.com 18%
  • 8 Ebay.fr 16%
  • 9 PriceMinister.com 14%
  • 10 Yves Rocher.fr 12%
  • 11 Airfrance.fr 11%
  • 12 Rueducommerce.fr 10%
  • 13 Auchan.fr 9%
  • 14 Orange.fr 9%
  • 15 Kiabi.com 9%

Crédit photo adstream

Le e-commerçant doit être accessible de partout

Les dernières tendances en matière de pratique e-commerce ont été abordées au dernier salon Online. Les spécialistes du secteur l'affirment, désormais le e-commerçant doit être accessible de partout : avoir un site internet bien référencé est certes essentiel mais pas suffisant. Il faut aussi être présent sur les réseaux sociaux. En tête Facebook, désormais l'outil le plus consulté aux Etats Unis devant Google. Il est intéressant de noter que le développement du e-commerce multicanal (mobile, facebook, ...) n'empêche pas l'ouverture de nouvelles boutiques physiques ! Et la géolocalisation offre de nouveaux débouchés pour croiser la donne : on repère sur le net et on va voir dans la boutique la plus proche. Les réseaux se croisent pour échanger et servir au mieux le consommateur en quête d'une expérience sociale. Si il n'aime pas un produit ou un service il dispose désormais de nombreuses tribunes pour l'exprimer sur la toile et cela impacte directement la réputation d'une marque. Consacrer du temps à l'animation des échanges avec les consommateurs sur les réseaux sociaux est donc désormais vital pour une entreprise de e-commerce.



Source le Post

Retrouvez aboneobio sur les réseaux sociaux :


Alors si vous nous croisez sur la toile, SVP ne pensez pas qu'on perd notre temps. "Les fans sur Facebook, les ret­weets, les visites sur un site, les vision­nages de vidéo, les com­men­taires posi­tifs et les com­mu­nau­tés fidèles ne sont pas un capi­tal finan­cier, on ne les retrouve pas dans le bilan comp­table de l’entreprise et ils ne sont pas sou­mis à l’impôt, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’ils sont sans valeur. Bien au contraire, ce sont des indices pro­bants qu’une marque est en train de créer quelque chose qui peut se tra­duire, demain, en résul­tats finan­ciers tangibles". Pour en savoir plus lisez l'article de Mike "Si vous pensez que les média sociaux ne servent à rien, c’est que vous vous y prenez de travers"

Lire d'autres articles sur aboneobio sur l'activité e-commerce, sur l'importance des réseaux sociaux, sur les dernières tendances en matière de commerce en ligne, sur l'usage du web, les réseaux sociaux, la toile et ses médias, sur Twitter et Facebook, ....

++ Le e-commerce évolue, plus de services, plus de proximité
++ Les ecologeeks de la génération Ecologie s'emparent du web
++ Etes vous un cyberdépendant aux réseaux sociaux ?
++ Les résultats des pages blanches affichent les réseaux sociaux
++ Google buzz, le réseau social de Google
++ Sur le web les internautes sont membres de 2 réseaux sociaux en moyenne
++ Controler ses données chez Google avec Dashboard
++ Facebook a l'énergie d'un TGV
++ Les réseaux sociaux engagés fleurissent sur la toile
Twitter, l'essentiel
les médias sociaux ont la cote mais prennent du temps !
++ L'empreinte carbone de l'industrie du net a dépassé celui de l'aérien
++ Twitter le temps d'un cours d'anglais
++ pourquoi Google investit dans les énergies vertes
++ Le blog d'Abonéobio, un an de blogueuse dédié au bio
++ Web 2.0 nouveaux usages et services, Abonéobio témoigne
++ Vous pouvez le dire en français, vocabulaire pour geek
++ Le web dans tous ses états, livre blanc à lire avant de lancer son projet web
++ Abonéobio dans le top 10 classement wikio environnement de mars 08 à avril 2010
++ Quelques pistes pour développer sa boutique en ligne, de retour du salon e-commerce 2009
++ Le web dans tous ses états, livre blanc à lire avant de lancer son projet web
++ Mentions légales obligatoires sur un site alors vérifiez avant d'acheter
++ Les 6 règles du e-commerce rentable en 2008
++ Newsletter : à l'écoute du consommateur pour mieux transformer
++ Le e-mailing vu par les consommateurs
++ Abonnez vous au flux RSS d'Abonéobio le blog du bio

Sur le web les internautes sont membres de 2 réseaux sociaux en moyenne

Les réseaux sociaux fleurissent sur la toile et les internautes en redemandent. Aujourd'hui ils font partie de notre quotidien. Avec en moyenne la participation régulière à deux réseaux sociaux, l'effet est surtout plus marquant chez les jeunes : 96% des jeunes de 18 à 24 ans sont membres d'un réseau social au moins, selon l'Observatoire Ifop des réseaux sociaux* et en général ils sont membres de 3 réseaux. Gros succès pour Facebook (97% d'internautes le connaissent), Copains d'avant (93%) et MySpace (83% mais en déclin). C'est surtout la percée de Twitter qui marque l'année 2009 avec 63 % de notoriété désormais, même si le nombre de membres peinent à décoller. Viadeo progresse (+ 13 points).

podium des 3 réseaux sociaux fétiches en 2009

  • Enquête du 10 au 16 novembre 2009, 1002 personnes interrogées via un questionnaire en ligne.


top 10 réseaux sociaux 2009 observatoire ifop réseaux sociaux

Dans le détail, ça donne (voir le pdf) :

  • 77% des internautes déclarent être membre d’au moins un des réseaux sociaux en ligne testés.Ce score varie très fortement d’une classe d’âge à une autre : 96% des jeunes âgés de 18 à 24 ans déclarent être au membre d’au moins un de ces réseaux contre 76% des internautes âgés de 35 à 49 ans et 52% de ceux âgés de plus de 65 ans.
  • 25% des internautes sont membres d’un seul réseau social, 34% de deux à trois réseaux sociaux et 18% de quatre et plus.Ici encore, le clivage générationnel s’avère déterminant : 35% des internautes âgés de 18 à 24 ans seraient membres de quatre réseaux sociaux ou plus, contre une proportion marginale au sommet de la pyramide des âges (65 ans et plus : 4% ; 50 à 64 ans : 8%).
  • En moyenne, un internaute est membre de 1,9 réseau social.Ce score oscille entre 0,9 chez les internautes de plus de 65 ans et 2,9 chez ceux âgés de 18 à 24 ans. La position sur l’échelle sociale s’avère en revanche très peu discriminante, cette moyenne s’élevant à 1,9% chez les employés et les ouvriers contre 2,0 parmi les cadres et les professions libérales internautes.


Lire d'autres articles sur aboneobio sur l'engouement des réseaux sociaux et leurs usages sur le web, réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Planète Attitude

++ Facebook a l'énergie d'un TGV
++ Les réseaux sociaux engagés fleurissent sur la toile
Twitter, l'essentiel
les médias sociaux ont la cote mais prennent du temps !
++ L'empreinte carbone de l'industrie du net a dépassé celui de l'aérien
++ Twitter le temps d'un cours d'anglais
++ pourquoi Google investit dans les énergies vertes
++ Le blog d'Abonéobio, un an de blogueuse dédié au bio
++ Web 2.0 nouveaux usages et services, Abonéobio témoigne
++ Vous pouvez le dire en français, vocabulaire pour geek
++ Le web dans tous ses états, livre blanc à lire avant de lancer son projet web
++ Abonnez vous au flux RSS d'Abonéobio le blog du bio

Retrouvez aboneobio sur les réseaux sociaux : ++ facebook.com/aboneobio
++ twitter.com/aboneobio
++planete-attitude.fr/laurence_Moulin_abonne_au_bio
++ viadeo.com/Laurence.Moulin

Et pour voir les autres, je vous invite à consulter ma liste de liens sur le blog d'aboneobio

Mompreneur, laurence est une entrepreneur...

Le mouvement des Mompreneurs gagne du terrain. Venus des USA, ce concept de mamans entrepreneurs séduit, surtout depuis la création du statut d'auto-entrepreneurs. Ouest France a mis quelques lignes aujourd'hui pour annoncer son article demain le cahier annonces spécial avenir : "Laurence Abonéobio est une "Mompreneur", c'est à dire une mère de famille qui a crée son entreprise à domicile pour pouvoir s'occuper de ses enfants. Elle vend par internet, cosmétiques et produits d'entretien bio".

Mompreneur laurence aboneobio dans ouest france 27 novembre

En tant que fondatrice d'Abonéobio j'adhère au réseau des Mompreneurs de plus de 400 membres et actuellement je glisse dans tous les colis le chéquier des Mompreneurs qui donnent accès à des offres commerciales intéressantes chez les Mampreneurs !



Sur l'Ouest nous sommes actuellement une quinzaine de Mompreneurs adhérentes à l'association, avec des actions communes décidées notamment lors de Mam'cafés. Un grand merci à Stéphanie de Rose Khãki pour son rôle très impliquée de coordinatrice !

Voir la liste des Mompreneurs adhérentes à l'Ouest (autour de Nantes) :


Si vous êtes intéressées pour nous rejoindre, ce serait avec plaisir, notamment si vous êtes sur la région d'Angers, peu représentée à ce jour.....la cotisation est très modique et les actions sont simples mais pleines de bon sens, comme savent le faire les femmes ^^.

Faites un tour sur le groupe Mompreneurs sur Facebook qui réunit près de 700 membres !

M6 a fait un reportage sur les mamans qui travaillent à domicile dans 100 % mag du 25 novembre (voir M6 replay), France 2 avait aussi fait un reportage sur les Mompreneurs, et ce n'est pas fini :). Les médias s'intéressent à ce phénomène de société, qui permet aux femmes d'entreprendre tout en restant à la maison pour être présente près des enfants.

Lire d'autres articles sur aboneobio.com sur le mouvement des Mompreneurs, sur les Mam'cafés organisés partout en région, sur les actions de Mampreneurs, ces mamans entrepreneurs, sur le site qui aident les mamans qui entreprennent...

++ Les Mompreneurs dans Le Monde
++ Les Mompreneurs et leur chéquier de Noël
++ Mompreneurs Nantes : le premier Mamcafé
++ Les Mompreneurs engagées au salon Planète mode d'emploi
++ Maman travaille
++ Ma vie pro, le rendez vous des femmes actives

Le e-commerce évolue, plus de services, plus de proximité

Dans l'esprit des consommateurs les sites Internet sont plus performants que le commerce traditionnel pour offrir de bons prix, 62 % des personnes interrogées le pensent selon une étude Ifop pour L4 Epsilon en octobre 2009. Mais ça se gâte quand on évoque les livraisons et le service après vente. Les retards de livraison sont mal vécus : 20 % des clients refuseront de passer une nouvelle commande sur le site qui leur a fait défaut. Le consommateur n'apprécie pas non plus de ne pas avoir le choix du mode de livraison (points relais, domicile, bureau, ...). Une fois la commande passée, le client demande un maximum d'informations sur le suivi de sa commande et visiblement il reste des efforts à faire : 46 % des sondés considèrent que le service après vente est de meilleure qualité dans le commerce traditionnel. Comment faire évoluer le e-commerce ? Probablement qu'il faudra faciliter la mixité des genres : la force de frappe du web, avec la proximité du commerce classique. Passer une commande en ligne, la retirer à un point magasin, c'est déjà le cas pour certains hypermarchés. Des bornes en magasin pour commander des articles non disponibles en stock, et se les faire livrer plus tard... Pour faire évoluer l'offre de service du e-commerce, il faudra surement s'attacher à mieux comprendre les attentes des 25-35 ans qui achètent en moyenne 14 articles sur le net par an (contre une moyenne nationale de 9.4 et de seulement 6 achats en ligne pour les plus de 65 ans).

Source Etude Ifop Epsilon sur e-marketing

La question du coût du transport et de son impact sur l'environnement n'est pas neutre pour le commerce en ligne. Sur aboneobio nous avons fait le choix d'encourager le client à remplir 4 gros cartons dans l'année pour les produits basiques du quotidien, plutôt que de se faire expédier de multiples petits colis. En effet, les frais de port offerts tronquent la manière d'acheter : on dépense de petites sommes mais on perd la conscience du transport.

Sur www.aboneobio.com nous avons fait un choix radicalement différent : inviter les consommateurs à se poser et à raisonner à l'échelle d'une famille et sur un an pour mettre au panier ce qui sera répartis ensuite dans 4 colis. C'est un acte fort pour soutenir une consommation durable et responsable que nous partageons avec nos clients, et nous les remercions d'aller dans ce sens justement en leur offrant des avantages financiers directs : réductions de 3 à 10 % sur la totalité du panier de l'année, frais de port offerts sur les 4 expéditions programmées, et paiement en plusieurs fois sans frais (1 prélèvement par trimestre ou 1 prélèvement tous les mois, au choix).

Comment percevez vous cette notion de transport liée à une commande en ligne ?
Cherchez vous systématiquement le port offert pour passer commande ?
Comment percevez vous l'offre d'aboneobio qui vous fait gagner une réduction et vous propose un paiement en plusieurs fois, mais avec la contrainte de raisonner ces achats principaux sur l'année en ayant seulement 4 expéditions ? Merci de partager votre ressenti, votre expérience, vos attentes ...

Lire d'autres articles sur aboneobio.com, sur l'activité e-commerce, sur le marché des boutiques en ligne, sur les conseils pour les e-commerçants, les outils de fidélisation comme la newsletter, le e-mailing, les articles sur les médias sociaux, ...

++ Quelques pistes pour développer sa boutique en ligne, de retour du salon e-commerce 2009
++ Le web dans tous ses états, livre blanc à lire avant de lancer son projet web
++ L'empreinte carbone de l'industrie du net a dépassé celui de l'aérien
++ Mentions légales obligatoires sur un site alors vérifiez avant d'acheter
++ les médias sociaux ont la cote mais prennent du temps !
++ Les 6 règles du e-commerce rentable en 2008
++ Newsletter : à l'écoute du consommateur pour mieux transformer
++ Le e-mailing vu par les consommateurs
++ Abonnez vous au flux RSS d'Abonéobio le blog du bio

Quelques pistes pour développer sa boutique en ligne, de retour du salon e-commerce 2009

Le rendez des e-commerçants c'était à Paris cette semaine, lors du salon e-commerce 2009. Des exposants spécialistes de solutions e-commerce, des intégrateurs, des éditeurs de logiciels, des pros de la e-logistique, des spécialistes du e-marketing, de l'affiliation, du paiement sécurisé, ...Quand même 450 exposants et 250 conférences, dans une ambiance très sonore et dans un espace où se repérer n'est pas évident (surtout quand on est une femme, et oui il parait que c'est génétique !). 25 000 visiteurs attendus, des professionnels qui viennent cherchent des solutions pour leur boutique en ligne; Les conférences peuvent être intéressantes mais globalement les solutions présentées concernent davantage les grosses structures où celles qui ont des budgets importants à consacrer à l'achat de logiciel ou de solutions e-marketing. On salive devant les offres alléchantes mais inadaptées à la majeure partie des gestionnaires de boutiques en ligne : on doit arriver à 56000 sites marchands en France et la très grande majorité (si quelqu'un a le chiffre précis ?) ne fonctionne qu'avec une personne aux commandes et des budgets réduits. D'autant que le statut d'auto entrepreneur donne à beaucoup envie de se lancer dans le e-commerce.



Donc me voilà au salon E-commerce pour la troisième année, ce jeudi 1 er octobre 2009. En tant que fondatrice d'Abonéobio.com, et forcément femme écolo, je suis choquée par la quantité de papier pour la plupart glacé, gaspillée à l'occasion de ce salon. Sans compter les sacs que l'on vous donne d'office, quelques uns heureusement en matière recyclée. Frappée aussi par la quête du plus : stand plus haut, stand plus bling bling, hôtesses "déguisées", ...j'avoue ne pas avoir compris tous les codes qui se cachaient derrière ^^

J'ai participé à quelques conférences et voilà quelques pistes pour améliorer sa boutique en ligne, voir de rêves pour ceux qui ne pourront jamais s'offrir ce type de prestations :

Un Wigdet c'est quoi ? :
C'est un mini site qui se déporte soit sur le bureau (widget Desktop), soit sur le web (Widget Web), soit sur des applications sociales de type Facebook, Twitter, ..soit sur des applications mobiles (Iphone, ...). Le widget comprend une "enveloppe" avec dedans tout le nécessaire pour que l'internaute qui clique dessus puisse l'installer sur la plateforme de son choix (netvibes, igoogle, facebook, ...) ou l'envoyer à ses amis. il contribue ainsi à sa viralité (à son buzz) et donc à son succès. C'est un contenu qui est toujours actualisé.

Un Widget ça sert à quoi ?
A séduire de nouveaux clients ou visiteurs (acquisition) par une application, un jeu concours, ou une vente flash... Mais il existe aussi des Widgets push produit, c'est à dire que le widget propose directement à l'internaute d'acheter le produit sans quitter le widget. Du coup le client achète directement dans la fiche produit de ce type de widget marchand. A noter aussi les widgets pour le suivi de la relation client (suivi colis, actualités nouveaux produits, ...) et les widgets évènementiel qui permettent par exemple de suivre les résultats d'un évènement sportif. Par contre une fois que l'on a décidé du type de widget, on ne peut pas changer les fonctionnalités. C'est comme pour une boutique en ligne. Les choix initiaux conditionnent le résultat.

Un widget, ça coûte et ça rapporte quoi ?
Coté blogueurs les widgets peuvent rapporter de l'argent : si le widget qu'ils ont relayé sur leur site est à nouveau repris, ils percevront la rémunération pour l'installation et la commission "pyramidale" sur chaque nouvelle installation depuis leur site. Il existe des annuaires de widgets, et on peut décider d'une stratégie de référencement naturel (compter sur le buzz) ou payante. Il existe des programmes d'affiliation avec des coûts par clic sortant (et oui tous les clics sur un widget ne comptent pas, et heureusement !) CPC; des coûts par lead (acquisition adresses) CPL; des coûts par acquisition (% sur le CA, par exemple 8 % sur priceminster) CPA; des coûts par installation (en moyenne 0.75 c) CPI. Sachant que les taux de clic sont en moyenne de 10 % à 20 % supérieurs grâce à l'interactivité de l'outil.
Le coût de la fabrication d'un widget varie en fonctionne de sa complexité. A priori de 2000 à 10 000 voir 15 000 €. Mais avec ce prix évidemment on dispose de tous les outils de stats pour vendre, fidéliser, recruter, ...

Quel type de widget marche le mieux ?
Pensez au widget de l'horloge présent sur le bureau du PC : le widget doit être simple et répondre à un besoin. Il doit apporter une valeur ajoutée, un gain de temps, ...

Si la création d'un Widget vous séduit, les deux intervenants étaient Effiliation (les seuls à priori à faire des widgets sur les espaces pub), et kreactive qui réalise les widgets pour le Figaro.fr


L'après midi j'ai assisté à une conférence sur les tendances innovantes du e-commerce, avec un panorama fait par Sokoz.fr. Propos intéressant et illustré. Voici ce que j'en retiens :

Précédemment un site web pouvait se classer dans l'un des 3 univers : contenu, socio, marchand. Aujourd'hui la tendance est à la convergence, avec des attentes qui viennent des autres univers. Cela se traduit autour de 6 axes (illustrés par des exemples de site : je n'ai pas les urls) :


L'implication des utilisateurs : Groupon, un site américain d'achat groupé (une seule offre par jour, locale, et un minimum de personnes nécessaires pour accéder à une réduction), MyFab où les votes permettent la mise en fabrication sans intermédiaire. Je vous avais d'ailleurs parlé de ce concept sur Abonéobio en Avril 2008 Quand des e-consommateurs passent en direct leurs commandes à l'usine : myfab.com avec un regard plutôt critique, et des ratés repris ici par des commentaires de clients déçus Myfab, c'est bien ou c'est tout pourrite ?



La personnalisation de l'expérience sur le site : Mydeco c'est à la fois un magazine, un site pour faire du shopping avec notamment un module de visualisation 3 D qui permet de tester si ce canapé irait bien dans son salon, et d'échanger avec des designers comme Philippe Starck

La transparence : Clubatcost Sur le principe d'un abonnement vous accédez grâce à une cotisation un accès à prix coutant, sans intermédiaire. Woot, une vente flash par jour sur un produit, où la société peut être amener à dire à ses clients en toute franchise par exemple "à ce prix là, vous n'aurez peut être pas le coloris qui vous souhaitiez"

L'utilité : un site de E-commerce qui rend service dans la vie courante. Je placerais bien le concept d'Abonéobio dans cette rubrique. Un abonnement qui facilite et allège les courses, avec un service et des réductions. J'ai appris à la conférence qu'il existait un site américain, Alice, qui aide à planifier le suivi des stocks des produits ménagers. Une sorte d'assistant domestique. (si quelqu'un a l'url ?).



La rapidité : il faut faire gagner du temps au client, car le temps est une valeur précieuse : à voir le concept de ventes aux enchères descendantes de Sokoz.fr : une vente tous les 10 minutes, et 30 secondes pour décider du prix auquel vous voulez acheter.



Le partage : Kaboodle c'est un site qui permet de partager ses repérages de shopping avec ses amis.

Ensuite l'intervention a basculé sur la notion de Showpping : mettre en scène la vente. Sauf que en l'occurence pour Sokoz, la mise en scène se contente d'un compteur qui déroule à une vitesse vertigineuse et qui crée un état de stress, voir de dépendance et de frustration pour les acheteurs compulsifs.



L'après midi j'avais choisi une conférence sur la relation client, et les outils pour la fidélisation. J'ai déjà repéré depuis la création d'Abonéobio.com la solution innovante de FeedBack 2.0 (une solution de dialogue entre une marque et ses clients) que je trouve vraiment idéale, d'ailleurs ils sont vainqueur E-commerce Awards et ont reçu aussi un autre Award dans la catégorie Relation Client. Je voulais donc entendre son fondateur Eric Dos Santos. C'est une solution vraiment intéressante pour dialoguer avec sa communauté de clients. Il existe 4 typologies de discussions pour lesquelles FeedBack 2.0 peut apporter une réponse appropriée :

  • Les suggestions : pour apporter des améliorations lors du cycle de vie d'un produit, il s'agit plus de suggestion d'habitués, d'utilisateurs, avec une image plutôt bonne
  • Les questions réponses avec des experts : à l'occasion d'un lancement d'une marque, pour conforter des clients et acquérir des prospects
  • les questions réponses sur des supports d'entraide : il s'agit d'échanger entre usagers d'un service, de faciliter le partage de connaissances
  • Le débat de société, témoignages : il s'agit là de recruter et d'animer sa communauté. cela touche à l'image de marque et concerne aussi bien les clients que les prospects.

Je verrais très bien cette plateforme FeedBack 2.0 sur Abonéobio dans cette optique d'écouter et d'animer la communauté des consom'acteurs et vous ? Reste à voir les coûts. La société précise qu'elle s'adapte aussi au TPE. Bonne nouvelle. Elle peut démarrer avec une plateforme simple à partir de 1500 euros auquel il faut ajouter 3 jours pour l'installation, et d'autres frais, ...et aller jusqu'à 20 000 euros ou plus. Je trouve particulièrement important de permettre de donner à une entreprise un espace de discussion possible et de droit de réponse. C'est une manière intelligente de gérer sa e-réputation avec en plus un référencement naturelle qui fait que l'a réponse apportée par la société sortira dans les premiers résultats sur une requête liée à une gestion de crise (et non pas le commentaire d'un client très déçu d'un produit ou d'un service de la dite entreprise !).

Pour ceux qui ne connaissent pas, je vous ai ajouté l'interview réalisée par Frédéric Cavazza lors du salon.


Salon E-commerce Paris 2009 - Interview FeedBack 2.0



Bon revenons aux outils classiques...la newsletter par exemple, quelles sont les tendances ?

Et bien la newsletter doit être absolument personnalisée. Et cela ne veut pas dire qu'elle porte dans l'adresse le nom ou prénom du destinataire. En fait le corps de la newsletter doit comprendre des champs définis au préalable comme étant ceux qui feront l'objet d'une personnalisation. Ensuite on ajoute des règles pour l'affichage des modules, du type "si le client a tel paramètre" alors c'est ce contenu qui s'affiche. C'est à ce prix que l'on peut avoir une taux de réactivité important et en croissance. j'ai évidemment posé la question du coût de la solution séduisante proposée par Néolane, et là ça calme ! 60 000 euros à l'achat mais à ce prix on vous garantit que vous n'aurez plus rien à payer pour l'envoi de vos newsletters. (Reste la solution de la location, mais là pas de chiffre)

Si voulez plus d'images et de contenus sur le salon e-commerce, allez sur le site de Fred Cavazza qui participait au jury E-commerce Awards

Le billet est déjà assez long, je ne vais pas ajouter les visites sur les stands^^.

J'ai pris le temps de cette rédaction pour partager ma présence sur ce salon avec les autres e-marchands qui sont seuls aux commandes de leur boutique en ligne et qui n'ont pas le temps (et ou l'argent ) pour envisager de monter sur Paris et de passer une journée ou plus pour assister aux conférences de ce salon (même si l'entrée gratuite reste un pass incitatif).

N'hésitez pas à réagir :)

Lire d'autres articles sur Abonéobio sur le salon e-commerce, les newsletters, la rentabilité du e-commerce, les médias sociaux, le web 2.0 et les outils pour aider à développer sa boutique en ligne...

++ Les 6 règles du e-commerce rentable en 2008
++ Newsletter : à l'écoute du consommateur pour mieux transformer
++ Le web dans tous ses états, livre blanc à lire avant de lancer son projet web
++ Le e-mailing vu par les consommateurs
++ les médias sociaux ont la cote mais prennent du temps !
++ Web2Day les acteurs innovants du web réunis par Atlantic 2.0
++ Mentions légales obligatoires sur un site alors vérifiez avant d'acheter

Le web dans tous ses états, livre blanc à lire avant de lancer son projet web

Vous avez un projet de site web et vous vous posez des questions sur comment définir votre projet, quelles sont les points à clarifier avant de se lancer, comment rédiger son cahier des charges et bien choisir son prestataire, comment travailler son référencement, comment mesurer l'investissement et les retombées ?....Pour se donner le maximum de chances de réussite dans un projet web, il faut se donner le temps d'aborder toutes ces questions au préalable. Pour vous guider simplement, je vous recommande de lire le livre blanc réalisé par l'agence Intuiti, à télécharger gratuitement, le web dans tous ses états

nuage_mots_clé_web

Voici les questions abordées :

  • Agence web, freelance, webmarketing, communication, SSII, hébergeur, référenceur… comment s’y retrouver parmi tous ces interlocuteurs ?
  • BtoB, BtoC, e-commerce, institutionnel…Comment savoir si le web est bien adapté à mes produits et mes services ?Quelles sont les questions à se poser avant de se lancer sur la toile ?
  • Comment rédiger son cahier des charges web ? Quels sont les étapes à valider lors de son projet de création ou de refonte ?
  • Outil de gestion de contenu, site statique, vidéo, flash, 3D, solutions open source ou payante… Quelles technologies utiliser, bien mesurer l’importance de l’ergonomie, quels aspects créatifs privilégier pour développer mon site et optimiser ma conversion en ligne ?
  • Accessibilité numérique, normes de qualité… A quoi servent-elles ? Comprendre pourquoi l’accès pour tous à une information numérique est avant tout une valeur de qualité ? Quels sont les avantages à respecter ces normes ?
  • Référencement, achat de mots clefs, e-publicité… Quelles actions privilégier pour organiser ma visibilité en ligne ?
  • Blog, forum, e-reputation, réseaux sociaux, web social, social marketing… Finalement, à quoi sert le web 2.0 ? Comment les utiliser à bon escient ?
  • Outil d’analyse d’audience, outil de mesure de la performance… Comment utiliser l’outil adapté à son besoin ? Comment mesurer l’efficacité de son site ? Comment maîtriser son retour sur investissement ?


Lire d'autres articles sur Abonéobio sur la réalisation d'un site internet, les outils d'un site web comme la newsletter, l'animation d'un blog, ..et les bonnes pratiques d'un site internet, d'une boutique en ligne, ...

++ Newsletter : à l'écoute du consommateur pour mieux transformer
++ Déjà 1200 billets sur Abonéobio , le blog du bio !
++ Le e-mailing vu par les consommateurs
++ Les 6 règles du e-commerce rentable en 2008
++ Mentions légales obligatoires sur un site alors vérifiez avant d'acheter
++ Abonnez vous au flux RSS d'Abonéobio le blog du bio

- page 1 de 2

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+