Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mardi 06 décembre 2016

Mot-clé - hypermarchés

Fil des billets - Fil des commentaires

Les produits ménagers écologiques avec l'Ecolabel insuffisant

Dans le reportage diffusé sur Capital M6 ce dimanche 23 octobre 2011 de Matthieu Fauroux, on apprend que l'écolabel sensé garantir aux consommateurs des détergents exemplaires continue de tolérer des composants pas du tout écologiques. Alors que le marché des produits ménagers écologiques explose en France et pèse 135 millions d'euros, les rayons des hypermarchés affichent désormais des détergents avec des promesses vertes. Désormais un liquide vaisselle concentré sur 4 est un liquide vaisselle bio. Une vague verte déferle avec ses grandes marques (Arbre Vert, Rainette, Ecover, ...) avec de promesses auxquelles on a envie de croire. Mais ces produits lavent ils plus vert ? De l’emballage à la fabrication du produit, Capital a plongé dans les coulisses de l'industrie de la fabrication des nettoyants écolos.

produits écologiques écolabel européen insuffisant

Pendant longtemps, pour fabriquer les détergents et proposer aux consommateurs des produits super dégraissants, on a eu recours à la chimie lourde. Sauf que faire le ménage avec du pétrole attaque la santé et nuit à l'environnement. Certaines marques ont commencé à réfléchir dès les années 80 à la formulation de tensio actifs à base d'ingrédients végétaux. Les barils de lessives ont évolué même si la lessive plus concentrée n'est plus écologique. En 1992, les industriels (dont les mastodontes Procter et Gambel) se sont réunis avec la mise en place un label Ecolabel Européen pour rassurer les consommateurs sur les efforts fait en matière d'écologie. Et ça marche ! Dans les rayons, les acheteurs privilégient ces produits estampillés de la petite fleur, plein de promesses. Et pourtant, l'écolabel est largement insuffisant, comme je l'ai toujours dit sur le blog d'aboneobio. Cf mon article les produits d'entretien écologiques séduisent

écolabel européen produits verts pour le ménage

L'écolabel européen séduit et pourtant il n'est pas si écolo !

  • Il faut dire que ces industriels n'ont pas forcément intérêt à pousser le cahier des charges trop loin, car il leur faudra ensuite l'appliquer. A Bruxelles, les réunions de travail sur l'écolabel européen mobilisent de nombreux experts envoyés (et payés) par les fabricants industriels. Face aux demandes formulées par les représentants des organisations écologiques et des groupements de consommateurs, ces experts sont là pour faire pression sur les décisions et limiter leur évolution vers plus d'engagements impliquant en matière d'écologie. Le reportage de Capital nous donne l'exemple du refus du retrait des phosphates demandés par le représentant. Il faut savoir que l'écolabel autorise actuellement les phosphates dans les produits d'entretien (sauf dans les lessives, ce qui d'ailleurs n'est ni plus ni moins que la réglementation française). Sauf que si les phosphates ne sont pas autorisés dans les lessives c'est bien qu'ils posent un vrai problème sur l'environnement, alors pourquoi continuer à les autoriser dans les autres produits ménagers, comme dans les liquides vaisselles par exemple ? Selon ces fabricants, il ne serait pas possible de formuler un produit ménager compact sans présence de phosphates. C'est faux comme le démontre la marque écologique Etamine du Lys qui se refuse à utiliser des phosphates dans sa gamme.

Comment un produit obtient il l'écolabel européen ?

  • L'obtention du label Ecolabel Européen s'effectue en 2 étapes, clairement présentée dans le reportage de Capital. Le laboratoire indépendant mandaté pour cette mission (Leitat) a la responsabilité de déterminer quels produits pourront apposer la mention Ecolabel européen. Prenons l'exemple de la poudre à laver la vaisselle. 1ère étape, pendant 3 jours, une batterie de tests de lavage en lave vaisselle va permettre de vérifier si les tablettes lave vaisselle écologique sont efficaces en vérifiant le retrait des salissures de la vaisselle. 2ème étape, beaucoup plus rapide, en seulement quelques minutes, va permettre d'évaluer l'impact écologique du produit. Le responsable va entrer sur son ordinateur les caractéristiques de chaque ingrédient (poids, toxicité, dégradabilité), et la compilation va permettre de donner une note en quelques clics qui servira à accorder ou non l'écolabel. En clair, le test s'arrête là ! Aucune analyse chimique de la composition du produit fini n'est effectué pour savoir si un produit répond ou pas à l'écolabel. Et la liste des ingrédients autorisés n'est pas aussi restrictive que celle correspondant à la certification Ecocert détergence écologique apposée sur les produits Etamine du Lys. Dans le cas de l'Ecolabel Européen, le laboratoire qui détermine l'obtention doit faire totalement confiance aux fabricants. Il se base sur la sincérité des déclarations, considérant que la liste s envoyée est bien celles des ingrédients utilisés pour la formulation du produit.

Quels produits de ménage bio choisir ?

  • Pour faire le ménage de la maison, la vaisselle, la lessive, je vous recommande les produits d'entretien écologiques Etamine du Lys. Conformes au cahier des charges Ecocert (rien à voir avec l'Ecolabel européen insuffisant), ces produits écologiques sont formulés exclusivement sur bases végétales : des bases lavantes (tensioactifs) issues d'agro-ressources et conformes à la réglementation européenne en vigueur sur la biodégradabilité ultime (normes ISO 14593 et ISO 11734), sans phosphate, ni NTA, ni EDTA, sans colorant, ni parfum de synthèse, sans azurants optiques...avec une biodégradabilité optimale et non testé sur les animaux . La fabricant se fait en France, dans un laboratoire reconnu pour son savoir faire depuis 1995, dans un site de fabrication conforme aux normes HQE (Haute Qualité Environnementale) et par une entreprise qui a toujours fait que des produits écologiques. Des garanties qui rassurent vraiment, dans un secteur où nombreux sont les industriels qui cherchent à faire du business en déclinant une gamme verte pour prendre des parts de marché.



Revoir le numéro de Capital M6 maison écolo

Le bio moins cher vu par Leclerc

Après son comparateur de prix en ligne, Leclerc vient de lancer sa déclinaison pour un comparatif des étiquettes des produits bio vendus en grandes surfaces : lebiomoinscher.com. Sur le site de Leclerc encore très peu de produits bio à comparer, 300 produits (boissons, épicerie salée, épicerie sucrée, produits frais, parfumerie et un panier avec 6 basiques). Pour la parfumerie (qui correspond en fait au rayon cosmétique), très peu de marques et de produits disponibles dans ce comparatif. Sauf qu'il me semble que cette quête du bas prix dans le bio va nous amener dans le mur. Vendre à bas prix, c'est acheter à bas prix et réduire au maximum la marge. Comment assurer une qualité de produit, des ingrédients riches en principes actifs, des procédés de fabrication respectueux de l'environnement et de la santé, et au delà la pérennisation d'un savoir faire d'entreprises souvent familiales qui n'ont pas attendues que le bio soit une tendance de fond pour y positionner leur offre ?




"La famille V qui voudrait bien qu'on lui dise où trouver le bio moins cher, car consommer bio ce n'est pas s'acheter le bio qu'on peut, c'est s'acheter TOUT le bio qu'on veut ..." Etes vous d'accord avec ce slogan ? Personnellement je pense que consommer bio c'est acheter un produit bio et son histoire, la manière dont il a été fabriqué, les ingrédients de qualité qui ont été sélectionnés pour leur impact sur l'environnement et leur apport pour la santé, le chemin parcouru jusqu'au distributeur, les conditions de travail de ceux qui le fabriquent et le vendent, ...ce n'est pas acheter un emballage avec un prix le plus bas possible. J'aime à parler du vouloir d'achat sur aboneobio :)

Lire d'autres articles sur aboneobio sur les initiatives de Leclerc dans le bio, l'équitable ou le développement durable, sur l'évolution du marché des produits verts, sur les enjeux des prix des produits bio, sur la consommation durable, les actions des hypermarchés pour séduire les consommateurs ...

++ Plus de bio mais au goût amer en grandes surfaces
++ Le bio plus cher ? Le prix écologique le choix du citoyen
++ Les fournisseurs de la Marque Repère de Leclerc convertis à l'Environnement
++ Ethique Eclair chez Leclerc
++ Les Français achètent 413 euros de produits verts par an
++ Consommateurs souriez vous êtes traqués au supermarché
++ Quel sac écolo pour faire ses courses ?
++ 2010 l'année de la consommation partagée
++ Plus de consommation verte chez les 25 49 ans
++ Abonnons nous au bio !
++ Consommer bio rassure un français sur deux
++ Le bio progresse fortement mais profite aux importations
++ Aboneobio.com, le site qui réconcilie consommation et raison, présenté par Fémininbio
++ La révolution verte, un nouveau souffle pour un marketing en quête de sens !
++ Le Déclic de la Pratique Bio d'Abonéobio
++ Acheter Lohas, moins et mieux
++ La grande distribution où le challenge de la consommation durable ?
++ Le label Bio Cohérence : du bio pur !
++ Consommation : les hypermarchés ne séduisent plus
++ Les marges s'envolent dans la grande distribution, plus rien pour les producteurs
++ Plus de sacs en caisse : intérêt écologique ou financier
++ Pouvoir de chantage, l'envers du décor de la grande distribution
++ Faire payer plus pour moins de produits !
++ Equitable à tout prix ? France 5 dévoile les coulisses des tablettes de chocolat équitable
++ Consommation : on réduit le packaging mais pas le prix
++ le vouloir d'achat

Consommateurs souriez vous êtes traqués au supermarché

Certes nous savons que la vidéo surveillance est présente dans les grandes surfaces et galeries marchandes. Mais sous couvert d'être utilisée pour surveiller les vols, voilà désormais que cette surveillance par vidéo traque à l'insu du consommateur l'ensemble de ses faits et gestes pour mieux décortiquer son comportement d'acheteur ! Une dérive que dénonce la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés). Des enregistrements qui servent à disséquer les attitudes des consommateurs, leurs gestes, leurs hésitations face aux rayons, et pour ensuite partir de ce constat de terrain pour proposer des actions marketing. C'est clairement du détournement de bande !



Surprenant d'ailleurs d'être filmés à notre insu aussi facilement quand à l'inverse une association de consommateurs doit montrer pâte blanche avant d'accéder à un magasin pour faire son relevé de prix, faisant souvent l'objet d'intimidations (vigiles, suppression de données, ...). Décalage de traitement évident !



Source : Article du 19 avril de la CNIL et crédit photo caméra Mauvaises Herbes

Au moins en faisant vos courses de produits bio sur le net vous êtes tranquille ^^

Lire d'autres articles sur le blog d'aboneobio sur les outils permettant de traquer les comportements de consommateurs utilisés pour des fins marketing, sur les tendances en matière de consommation et marketing, sur la consommation dans les grandes surfaces et les pratiques litigieuses pour le consommateur ...

++ Vous filmer dans votre salle de bain pour mieux vendre !
++ Souriez, vous êtes filmé !
Bientôt des compteurs intelligents pour une consommation d'énergie responsable ?
Consommation : les hypermarchés ne séduisent plus
++ La révolution verte, un nouveau souffle pour un marketing en quête de sens !
++ Comportement d'achats : des consommateurs de plus en plus acteurs ?
++ Plus de sacs en caisse : intérêt écologique ou financier
++ Surveillez bien vos tickets de caisse
++ Pouvoir de chantage, l'envers du décor de la grande distribution
++ Faire payer plus pour moins de produits !
++ Les marges s'envolent dans la grande distribution, plus rien pour les producteurs
++ Aller faire ses courses en covoiturage dans les grandes enseignes ?
++ Consommation : on réduit le packaging mais pas le prix
++ le vouloir d'achat

Consommation : les hypermarchés ne séduisent plus

C'est un sentiment bizarre de se sentir seule dans les allées des hypermarchés. Le toujours plus grand, plus loin, avec des plus en plus de produits, ...en quelque sorte le temple de la consommation ne séduit plus. Trop vieux le concept des hypers né dans les années 60 et désormais plus en phase avec les attentes du marché ? Besoin d'un relooking avec plus 40 ans de mérite dans la surconsommation ? Certainement ! Il va falloir changer de format pour des enseignes plus petites, avec un retour dans les centres villes, mais aussi reconquérir la confiance des consommateurs en apportant une vraie valeur ajoutée, car pour l'instant le sentiment reste quand même que la marge se fait au détriment du producteur !. Le vouloir d'achat s'impose au pouvoir d'achat

Allees_hypers_vides.jpg
Crédit photo : solal / sipa

Le patron de Carrefour médite sur cet hypermarché qui n'est plus roi et chercher à le "réinventer". Selon le Figaro, Carrefour teste actuellement des hypermarchés sur mesure. Que deviendront les 1600 grandes surfaces de 2500 m2 à 10 000 m2 ? Selon Serge Moati du Crédoc ( Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) les distributeurs réfléchissent à comment recréer plus d'espaces intimes, des sortes d'ilots thématisés plus humains, ou encore des espaces dédiés aux démonstrations.

Cette remise en cause suffira t elle à contrer le véritablement engouement pour les circuits courts de distribution, tels le succès des abonnements aux paniers bio ou Amap ? Pas si sûr. Les consommateurs veulent de la transparence, de la qualité, et de l'éthique aussi ! La crise n'a fait que révéler une tendance de fond.

Le premier billet publié en 2009 sur le blog d'Aboneobio était 2009 ou l'éloge de la consommation raisonnée...il semble que l'on s'en rapproche.. :)

Qu'en pensez vous ?

Lire d'autres articles sur Abonéobio sur les hypermarchés, la consommation dans les grandes surfaces, les relations avec les producteurs...

++ Les marges s'envolent dans la grande distribution, plus rien pour les producteurs
++ Plus de sacs en caisse : intérêt écologique ou financier
++ Surveillez bien vos tickets de caisse
++ Pouvoir de chantage, l'envers du décor de la grande distribution
++ Faire payer plus pour moins de produits !
++ Ethique Eclair chez Leclerc
++ Les fournisseurs de la Marque Repère de Leclerc convertis à l'Environnement
++ Le parking de l'hyper produit de l'électricité !
++ Carrefour vend de l'énergie en grande surface !
++ Equitable à tout prix ? France 5 dévoile les coulisses des tablettes de chocolat équitable
++ Aller faire ses courses en covoiturage dans les grandes enseignes ?
++ Consommation : on réduit le packaging mais pas le prix
++ le vouloir d'achat

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+