Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dimanche 11 décembre 2016

Le Feng Shui, énergie et harmonie

PD-CleanUp.jpgAvec la nouvelle année, abonéobio.com a décidé de faire une petite série d’article consacré au bien-être au quotidien, pour que 2015 soit plus bio et plus harmonieuse. Après la nouvelle année calendaire, profitons de la nouvelle année lunaire qui commence le 19 février prochain, pour piocher de bonnes idées venues d’Asie.

Quelques base de Feng Shui

Avez vous déjà remarqué que votre énergie venait à manquer dans une pièce mal rangée, encombrée, trop sombre? Le Feng Shui, une discipline ancestrale chinoise qui permet d’harmoniser les énergies, apporte une réponse qui parait évidente : un intérieur trop chargé ou désordonné “retient” les énergies négatives.

fensg-shui-maison.jpgDans un précédent article, une consultante nous donnait quelques conseils pour “rétablir” les énergies en fonction de leur type (Eau/Bois/Terre/Feu/Métal) dans notre lieu de vie, et donc dans notre vie. Le Feng Shui enseigne qu’une mauvaise énergie dans la maison influence notre vie au quotidien. Pour peu qu'on oriente bien un bouquet de pivoine (rose ou rouge), une vie amoureuse instable peut s'épanouir, et la santé est revigorée par un meuble en bois massif ou une plante verte posée dans le secteur Est. Or, elle le rappelait, la première étape essentielle pour commencer à rééquilibrer les énergies, il faut faire place nette!

Cependant, à la différence de la philosophie zen et ses intérieurs épurés, le Feng Shui n’impose pas l’idée d’un lieu de vie monacal. Au contraire, les couleurs, les matières et les symboles sont indispensables pour “activer” les secteurs Feng Shui.

Le rangement par les 5 S

Puisque le rangement est le point de départ, pourquoi ne pas suivre cette méthode japonaise de rangement et d’optimisation. Les “5S” est tout d’abord une technique de management appliquée essentiellement dans les entreprises japonaises pour améliorer les tâches “continues”. Mais on peut aisément utiliser cette méthode pour organiser le rangement et maintenir un intérieur fonctionnel.

1 - Seiri (ranger) : la première étape, et certainement la plus importante consiste à supprimer l'inutile. 2 - Seiton (ordre) : une fois que l’espace est dégagé, vous pouvez ranger et agencer vos affaires de manière plus harmonieuse, selon les principes du Feng Shui. 3 -Seiso (nettoyer) : que ce soit le sol, les draps, ou les rideaux, tout doit être changer, nettoyer, respirer le frais! 4 -Seiketsu (propreté) : là où l’on pensait le processus fini, les japonais peaufinent l’art du rangement en rappelant qu’on ne mélange pas les torchons et les serviettes! Qui, à part un grand gourmand, irait ranger ses biscuits dans le placard de la salle de bain? Il s’agit de trouver la place adéquate à chaque chose : ce qui est lourd, ce qui sert peu… 5 -Shitsuke (éduquer) : pour finir, un peu de rigueur afin d’alléger votre peine quotidienne et profiter de votre intérieur.

En français, le principe des 5S a été traduit selon l’acronyme ORDRE pour Ordonner /Ranger / Dépoussiérer /Rendre évident / Être rigoureux. House_Cleaning_Home.jpg

Se séparer de l’inutile.

Dans une société consumériste, se détacher des choses est parfois difficile. Pourtant, le Feng Shui est intraitable : plus les objets s’entassent, moins les énergies circulent librement. Pour favoriser les énergies positives, le Feng Shui conseille de faire le vide et de nous séparer de tout ce qui nous encombre “la vie”, au propre comme au figuré.

Pour Réduire le volume de vos affaires, la première idée est de revendre ce qui est possible. Et si cela ne trouve pas preneur, avant de jeter à la poubelle, pensez aux dons à des associations comme Emmaüs ou en ligne sur la plateforme donnons.org. Enfin, quand il s’agit de papier administratif, vous pouvez faire un tour sur quelques sites officiels pour vérifier ce que vous devez garder et ce qui peut être jeter.

Si un de vos appareils ne marche plus, avant de le déposer à la déchetterie, vous pouvez vous tourner vers le réseau des Recycleries, dont le modèle économique est un vrai moteur de l’Economie Sociale et Solidaire, ou bien des associations de réparations comme les Repair Café ou le site internet oureparer.com.

Si vous avez l’âme d’un créatif, vous pouvez toujours trouver une nouvelle utilisation à un objet en le Recyclant. Les communautés de de “diy” (Do It Yourself) regorgent de mille et unes idées pour valoriser certains objets difficiles à recycler de manière industrielle ou énergétique, comme les CD qui font de superbes séparateurs de penderies ou dessous de verres, ou les cassettes VHS, qui n’entrent pas dans la directive des DEEE (Déchets Électriques Et Électroniques).

etamine_du_lys_toutnet-1l.jpgEnfin, pourquoi ne pas opter pour des produits (bio, toujours) multi-usage ou des formats concentrés afin de désengorger vos placards. Abonéobio.com vous conseille le multi-usage d’Etamine du Lys Tout Net (qui est d'ailleurs lauréat des Meilleurs produits bio 2015), de l’authentique savon noir, ou des recharges à diluer dans de l’eau. Ces mini flacons permettent à la fois de faire de la place et de limiter les quantités de déchets que l’on génère.

Croire à la “bonne fortune”

feng-shui.jpgPour aller jusqu’au bout de la démarche Feng Shui, vous pouvez consulter des spécialistes ou lire quelques livres pour en comprendre les principes généraux. Pour cela, il vous faudra comprendre la symbolique chinoise des éléments, des couleurs et des points cardinaux pour activer les secteurs de votre vie qui ne vous semblent pas en adéquation avec vos attentes. Mais le Feng Shui fonctionne d’autant mieux sur notre vie si l’on y ajoute un peu de croyance. C’est le principe de la pensée positive. Vous avez fait du ménage chez vous, maintenant que vous vous sentez plus léger(e), vous réalisez que tout est possible, alors entretenez ce bel état d’esprit. Il parait que "nul n’est plus chanceux que celui qui croit à sa chance! "(proverbe allemand).

Qui veut vivre sur un pont ?

Selon les chiffres de la FNUAP, 60% de la population mondiale serait citadine en 2030, soit 5 milliards de personnes à loger et se déplacer en zone urbaine et périurbaine. Nos villes se développent tellement vite que les architectes fouillent autant dans le passé que l’avenir pour imaginer les villes de demain.

Après les projets de tours gigantissimes (la plus haute à ce jour se trouve à Jeddah, et mesure 1001 m.), mêlant habitations, loisirs et bureaux, une nouvelle idée émerge dans plusieurs grandes villes mondiales : réinstaurer les ponts habités. Neuilly-sur-Seine, Tours, Paris et Montréal, pour les francophones, seraient actuellement en train d’étudier la question. g1601a.jpg

Un peu d’histoire Au Moyen-âge, les ponts habités étaient courants en Europe, notamment à Paris, Londres ou Amsterdam. On les appelait en ce temps » pont rue ». Les plus connus et encore visibles se trouvent à Erfurt (Allemagne) ou à Florence (Italie) avec le fameux Ponte Vecchio. Les ponts habités existent depuis le XIIème siècle environ, quand les villes ont commencé à taxer les résidences selon leur emprise au sol. Construites sur un pont, ces habitations n’étaient pas soumises à l’impôt. Outre leur intérêt architectural et financier, les ponts habités permettaient également une plus grande salubrité, en évacuant les ordures directement dans le fleuve. Néanmoins, ces structures ont peu à peu disparu, suite à de nombreux incendies qui se propageaient très vite de maison en maison lorsque celles-ci étaient construites en bois, ou bien quand le poids des édifices menaçait la stabilité du pont qui les supportait. pt_change.jpg

De toute l’Europe, Paris est certainement la capitale européenne qui a compté le plus de ponts habités : une trentaine environ entre le XIIè et le XVIIIè siècle. La Seine et la géographie de la ville permettaient en effet qu’ils ne soient ni trop larges (comme à Londres ou Budapest) ni trop étroits (comme à Amsterdam). Ce qui a marché étant potentiellement ce qui marchera, l’idée de ponts habités refait donc régulièrement surface, notamment à Paris. En 1997, un premier concours d’architecture évoquait l’idée de telles structures, et plus récemment, en 2010, à l’occasion des élections régionales, Chantal Jouanno défendait un projet sur la Seine : un pont avec 25 000 m2 végétalisés, offrant en dessous, sur deux étages, 75 000 m2 dédiés aux services à la personne, commerces, logements étudiants et à une grande bibliothèque… Le projet n’a pas vu le jour compte-tenu des résultats des élections, mais c’est actuellement au tour de la nouvelle mairie parisienne de Mme Hidalgo de relancer le débat avec 2 projets reliant les 12ème et 13ème arrondissements à l’Est, et le 15ème et le 16ème à l’Ouest de Paris. A Neuilly-sur-Seine, le maire Christophe Fromentin étudie sérieusement la question depuis 2008. L’annonce parisienne a également interessé Toulouse, qui reprendrait l’étude d’un projet de l’architecte Paul Degrez. 4250503.jpg

Le Pont habité: une continuité de la ville pour relier les quartiers séparés par le fleuve

Le développement des villes de demain doit désormais prendre en compte de nombreuses problématiques et contraintes actuelles : comme la disponibilité des terrains, la re-densification urbaine, ou la lutte contre la désertification des commerces de proximités. A l’heure où les dettes publiques s’accumulent et que s'installe la pénurie de logement, dont le logement social, le pont habité pourrait être une vraie solution économique. Paul Desgrez interviewé par le journal la Dépêche du Midi au début du mois de juillet expliquait en ces termes «l'idée est d'assurer une continuité par modes doux (piéton, cycle) entre les berges et de construire sans que cela coûte un centime au contribuable puisque la vente des logements finance la construction du pont et de l'immeuble».

L’ensemble des projets de ponts habités au XXI ème siècle intègre le transport, la proximité, l’écologie et la connectivité, en plus du logement, des bureaux et des petits commerces, afin d’harmoniser la ville, vu tel un écosystème. Les ponts habités feraient office de « corridor écologique ». Ces projets visent en effet à limiter l’effet dortoir ou ghetto de certains quartiers, ainsi que leur impact écologique (moins de C02 lié aux transports, plus de lien social, etc.) en proposant des innovations techniques et technologiques sur le modèle des « smart cities « (villes intelligentes ou connectées). Il s’agit donc dans certaines villes, comme Toulouse, de donner une continuité à la ville, scindée par le fleuve, et désenclaver certains quartiers, en proposant commerce, habitations et résidences hôtelières.

Une issue à l’hyperdensification de nos villes ?

Certaines grandes villes sont déjà revenues de ces projets architecturaux, comme Berlin, et même Montréal, où le projet présenté est loin de faire l’unanimité. Si l’on se souvient des grands projets de tours, pourtant avec une dimension écologique souvent exprimée dans la gestion de l'eau ou de l'énergie, jusqu’ici aucun n’est sorti de terre. Il n’y a peut-être que Burj Khalifa à Dubai, et dernièrement la Kingdom Tower de Jeddah (Arabie Saoudite) qui ont vu le jour, mais avec des succès mitigés. Ces ensembles reflètent en effet plus le désir de prouver au monde les prouesses technologiques dont sont capables les hommes, que la volonté réelle de trouver des solutions modernes aux problèmes de logement, d’urbanisme et d’écologie dans des villes où la pression démographique reste forte.

Il existe encore des ponts habités en Europe France, comme à Landerneau (pont du Rohan) ou Narbonne (pont des Marchands), voire Chenonceau et son château qui enjambe la Loire. Les avez-vous vus ? Pensez-vous que le pont habité soit aussi une solution pour le logement de demain ?

Voici quelques articles pour aller plus loin:

Sur les projets parisiens : http://www.lejdd.fr/JDD-Paris/Paris-deux-ponts-habites-sur-la-Seine-672769 http://www.urbanews.fr/2014/06/23/44169-paris-accueillir-nouveaux-ponts-habites

A Toulouse : http://www.ladepeche.fr/article/2014/07/01/1910406-pont-habite-paris-relance-le-projet-toulousain.html

Les français ont trop de produits chimiques dans le sang

Selon une étude de l'Institut National de Veille Sanitaire, les Français ont dans le sang 4 à 5 fois plus de PCB (dérivés chlorés) que les Américains ou les Allemands. Résultats sans appel : pour certains pesticides les plus neurotoxiques, les Français sont plus exposés que les Allemands ou les Américains ! La France a fait le choix d'une agriculture intensive et reste un très gros utilisateurs de pesticides. Chez les professionnels, notamment les agriculteurs, de nombreuses études ont démontré un taux de cancers plus importants, davantage de maladies neurodégénératives (alzheimer, parkinson, ..), plus de problèmes de comportement et de reproduction (voir le dossier pesticides MDRGF). Pour toute la population il est quasi impossible d'échapper à une exposition, d'autant que 400 millions de tonnes de produits chimiques sont produites chaque année, avec plus de 50 millions de produits chimiques différents fabriqués par l'homme, dont 100 000 utilisés quotidiennement, seulement 5000 de testés et dont 100 cancérigènes. Ce qui pose problème c'est à la fois le dosage, la récurrence de l'exposition (quotidienne) et l'accumulation dans l'organisme. La pollution est partout et surtout dans nos maisons. Pour diminuer l'exposition de sa famille il est important d'être vigilant sur nos habitudes alimentaires, l'aménagement et la décoration de nos intérieurs et sur les produits d'entretien utilisés, en optant pour des produits d'entretien bio pour la maison



Quelques pistes pour réduire la pollution de la maison en choisissant des matériaux sains et écologiques pour l'isolation, la décoration. Outre le plomb dont on connait depuis longtemps les effets négatives sur la santé, nos intérieurs regorgent de composés organiques volatils (COV), qui relarguent dans l'air des éthers de glycol, perturbateurs endocriniens (on en retrouve aussi dans le dissolvant, les teintures capillaires, ...). Comme nous passons plus de 80 % de notre temps dans nos intérieurs (maison, bureau, voiture, transports), il est important de se préoccuper de la pollution intérieure qui nous ronge au quotidien.


  • Au salon, attention au canapé qui a pu recevoir un traitement pour lui donner un effet imperméabilisant, avec un recours aux composés perfluorés.
  • Au sol, le parquet stratifié est à bannir car il concentre beaucoup de COV.
  • Sur les murs, il vaut mieux recourir aux peintures sans COV ( avec un taux inférieur à 5g par litre).
  • Les insectides utilisés dans les maisons sont aussi dangereux, par nature ils sont neurotoxiques, avec un impact perturbateur sur le système hormonal. Il est possible de les remplacer par un insectide naturel, efficace grâce à son complexe d'huiles essentielles, il tue les mouches, les fourmis, les cafards, les moustiques, les araignées, les guêpes, les punaises, les puces. Ou encore placer un piège à mouches à l'extérieur, près de la porte ou de la fenêtre (produit naturel très efficace !).
  • A la cuisine, les poêles seront sans PFOA (composés perfluorés) et les repas à base de produits bio, où l'on constate 500 fois moins de résidus de pesticides. Surtout ne pas faire réchauffer les restes dans des boites en plastiques, qui contiennent du bisphénol A (et oui il n'en a pas que dans les biberons, mais aussi dans les boites de conserves, les barquettes, et les boites d'eau : voir mon article eau et cancer : quelle eau boire ? ...). A noter qu'une autre étude avait démontré que nos enfants avalent 128 résidus chimiques par jour !.
  • En pour parfumer l'intérieur, surtout ne pas acheter de désodorisants ou bougies parfumées, ils sont issus de la pétrochimie et contiennent des hydrocarbures aromatiques polycycliques nocifs (voir mon article : désodorisants intérieurs : danger !). Je vous recommande d'utiliser le destructeur d'odeurs Air delys Etamine du Lys qui ne contient pas d'allergène.


On dit, on le répète et pourtant la législation évolue doucement. Le dernier rapport de l'ANSE nous informe sur les risques d'une exposition au Bisphénol A (BPA) (article de Quat'rues). On oublie que chaque jour nous avalons un cocktail énorme de bisphénol et de phtalates ! Or les bisphénols et les phtalates passent le derme et migrent dans le sang ! (cf mon article sur le Nutella contient du DEHP le phtalate le plus dangereux, où l'on découvre que 100 % des enfants de l'étude ont dans le corps 5 phtalates !).


Le bisphénol pénètre dans le corps par la peau et perturbe notre système hormonal. Source : Internationalnews

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+