Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lundi 05 décembre 2016

Mot-clé - phytosanitaire

Fil des billets - Fil des commentaires

6 tonnes de pesticides récupérées par les jardineries botanic

botanic-pesticides2016.PNGAlors que les abeilles se meurent lentement mais inexorablement, l'opération mise en place par l'enseigne botanic® peut nous redonner un peu d'espoir. En effet, la sixième édition de la collecte de pesticides initiée par l’enseigne de jardinerie naturelle a montré une fois de plus que ce service inédit de récupération de pesticides est plébiscité par les éco-citoyens. Au total, plus de 6 tonnes de produits phytosanitaires sous forme liquide, solide, gazeuse, ont été rapportées sur 4 jours (les 23-24 septembre et les 30 septembre-1er octobre derniers). Un nouveau record pour cette collecte d’automne : 2 tonnes de plus qu’en 2015 ! Depuis sa création en 2014, l’opération a permis de récupérer près de 35 tonnes de pesticides !

Lire la suite...

Le triple enjeu écologique des insecticides

fleur-abeille-pesticide-danger.jpgUn récent sondage dévoilé par Agir pour l'Environnement montre que 84% des français sont pour le bannissement des pesticides jugés dangereux. Notre mode de vie moderne, nous pose effectivement un véritable problème : quelle place laisser aux insectes dans notre maison tout en vivant en harmonie avec notre environnement ? Tout le monde s’accorde à dire que chaque être vivant a sa place dans un écosystème donné. Cependant, peu d’entre nous envisagent sérieusement une colocation avec araignées, fourmis, mites, mouches, moustiques et leurs cousins! (humour d’insecte ;p).

En France, les insecticides ne représentent que 5% des 59.300 tonnes/an de pesticides utilisés, avec des aléas, souvent causés par les conditions climatiques qui jouent sur le développement des populations d’insectes. Plus il y en a, plus le réflexe est d’utiliser des produits pour s’en débarrasser. Mais l’utilisation d’insecticides n’est pas anodin pour notre environnement

Insecticides, pesticides, biocides, répulsifs… quelles différences?

Un biocide est un produit qui, d’une manière générale, tue (bio, du grec “bios” la vie). Les pesticides, ou “produits phytosanitaires” dans une version plus poétique, sont des biocides spécifiques aux populations dites nuisibles : insectes (insecticides), champignons (fongicides). Les insecticides comme les néonicotinoïdes sont d’ailleurs mis en cause dans la surmortalité des abeilles. C’est pourquoi le gouvernement français souhaite interdire 53 molécules couramment utilisées comme pesticides, voire bannir les produits phytosanitaires, à l’exception des préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP), comme le purin d’ortie.

pesticides-fne-asso.jpg

Un répulsif est un produit qui va repousser les insectes sans les tuer. Il joue le rôle d’une barrière contre les insectes, afin que ceux-ci n’entrent pas dans la maison, ou ne perturbent pas le déjeuner dominical en terrasse.

La preuve par 3 de leur nocivité sur l’environnement

pesticide-phytosanitaire-eau-france03.jpgLes insecticides et les pesticides en général ont de nombreux effets pour l’homme et la nature. Tout d’abord leur action sur la santé, car cela nous touche directement. De nombreux pesticides empoisonnent littéralement les agriculteurs qui les manipulent, ainsi que les consommateurs. Cependant, l’impact des pesticides sur l’environnement est tout aussi préoccupant. D’une part les pesticides polluent nos sols et nos rivières à des taux catastrophiques. Une étude du Commissariat Général du Développement Durable (CGDD) que rapporte que 89 % des 2.706 points de mesure des eaux de surface du territoire métropolitain (56 % outre-mer hors Guyane) présentent des pesticides dans des taux supérieurs aux recommandations de la directive cadre européenne sur l’eau. Parfois, il a été retrouvé jusqu’à 20 pesticides!

D’autre part, quand un insecte disparaît, c’est tout l’écosystème qui est impacté. Lorsqu’une population d’insectes est décimée, son prédateur naturel, n’aura plus de quoi se nourrir et va s’éteindre à son tour, se répercutant ensuite sur le reste de la chaîne alimentaire. On parle le plus souvent des abeilles, car leur disparition menace directement la production de fruits et légumes que nous consommons. Mais il y a aussi les moucherons, papillons de nuit et autres insectes dont se nourrissent les chauves-souris

De plus, comme pour les antibiotiques, l’utilisation de pesticides induit l’apparition d’une résistance chez certains insectes, qu’ils soient ciblés ou non par la molécule. Cette résistance peut donc réduire, voire annuler, l’effet de l’insecticide et poser le problème inverse à savoir une trop grande population d’insectes, non régulée par leurs prédateurs naturels.

Mignonne (coccinelle), allons voir si la rose est bio...

zeropesticides.jpgDans le cadre de la directive “Zéro Phyto”, de nombreux produits phytosanitaires pour les professionnels ou collectivités seront interdits dès 2016 pour les espaces verts, et pour les particuliers en 2022. A cette date, nous n'aurons plus le droit d'utiliser de pesticides ou chimiques dans le jardin. Cette notion de “jardin” est importante! En effet, les insecticides utilisés en intérieur ne sont pas visés par le texte : leur action se limite dans l’espace et n’affecte pas les plantes autour. Mais pour autant, il faut préférer des produits dont la biodégradabilité est prouvée, avec peu d’interaction sur l’écosystème.

Pour ce faire, abonéobio.com vous conseille quelques produits pour se passer des insectes sans nuire à la nature :

Le spray pyréthricide est formulé à partir de pyréthrine, une molécule naturellement présente dans de petites fleurs aux allures d’aster (pyrèthre de Dalmatie) ou certains chrysanthèmes. La molécule se dégrade naturellement et très vite sous l’effet de la chaleur ou des UV, ce qui assure une excellente biodégradabilité à ce spray, également disponible sous forme de recharge (5L)

Pour profiter du grand air, sans invasion de mouche, la gamme PARE INSECTE propose un attrape-mouche à installer en extérieur avec ses recharges ou des bandelettes tue-mouches à placer dans votre intérieur.

Contre les guêpes, quelques gouttes d’HE de Géranium Bourbon (ou rosat) diffusées permettront d’éloigner ces insectes pollinisateurs sans les tuer.

De la même manière, l’HE de citronnelle est le remède ancestrale pour éloigner les moustiques,

Contre les tiques, qui font leur retour avec la maladie de Lyme en prime, quelques gouttes d’HE de menthe sur les vêtements devraient suffire à les repousser.

savon-noir-mou.JPGEnfin, si vous avez quand même quelques rosiers à protéger des pucerons et des fourmis, sachez que le savon noir vaporisé sur l’ensemble des plantes recouvre celles-ci d’une pellicule anti-adhésive qui empêche les insectes de grimper jusqu’aux parties aériennes. Efficace, très économique et totalement indolore pour les abeilles, papillons et autres pollinisateurs!

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+