Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mardi 02 septembre 2014

Mot-clé - planète

Fil des billets - Fil des commentaires

L’été, période idéale pour se sensibiliser à la pollution marine

« Vacances, j’oublie tout » disait la chanson, et pourtant, s’il y a une chose qui se rappelle à nous chaque année c’est la nécessité de protéger nos lieux de villégiatures. Ils sont d’autant plus fragiles que la population des vacanciers vient perturber leur équilibre. Alors, non ! on n’oublie pas de jeter, trier, faire attention aux produits que l’on utilise quotidiennement, et grâce aux diverses manifestations et ateliers mis en place cet été encore on apprend ou l’on s’informe !

IMG_0897.JPG

« Sois poli avec ta mer ! »

Le littoral français cumule 5500km de côtes. Informer, éduquer, sensibiliser sont indispensables pour protéger notre littoral. Le nombre de plaisanciers atteint aujourd’hui 4 millions et les immatriculations de bateaux de plaisance augmentent d’environ 25 000 unités par an. Sur le littoral, près de 500 installations portuaires sont destinées à l’accueil des navires de plaisance et en eaux intérieures, on dénombre 8 500 km de voies d’eau et d’innombrables lacs ou plans d’eau ouverts à la navigation de plaisance.

Petit tour d’horizon des actions concrètes auxquelles vous pouvez participer cet été.

  • La cote du nord de la France

A Dunkerque Grand Littoral, ville classée Natura 2000 et zone protégée pour certaines espèces, deux opérations sont actuellement en cours. L’une menée par la sécurité maritime informe les plaisanciers. Lors de contrôle et de rencontre, elle rappelle les règles de sécurité en mer, mais sensibilise également à la pollution maritime en distribuant des brochures et en rappelant quelques écogestes simples : ne pas polluer mais aussi à agir pour limiter l’impact écologique, en ramassant les déchets qui flottent dans l’eau. L’autre, grâce au concours des bibliothèques du réseau Bib’Estiv, présente sur certains sites des expositions, des découvertes nature ou encore une sensibilisation à l’écologie. Le programme complet, les lieux et les horaires sur le site Bib’estiv.

IMG_0895.JPG

  • La côte atlantique

À l’occasion, des Jeudis du Port, une manifestation éclectique organisée par la mairie de Brest, l’association Surfrider Foundation Europe tient un stand qui permet, via des « happening » (manifestations éclairs) et des jeux, de sensibiliser les vacanciers sur le thème des déchets marins. L’association organise notamment les « pêches du jour » où, comme sur un étal de poissonnier, sont exposés les détritus ramassés quotidiennement ainsi que des ateliers de traçage des déchets pour expliquer que tous les comportements irresponsables ont un effet sur la pollution marine. C’est en effet le message de la campagne « jeter par terre, c’est jeter en mer ». http://www.surfrider.eu/

A propos des Jeudis du Port Les Jeudis du Port, manifestation gratuite de musiques et d’arts de rue organisée par la ville de Brest sur le port de commerce, vous invitent, pour leur 26e édition, à savourer quatre grandes soirées conviviales de spectacles et découvertes artistiques pour petits et grands les 24, 31 juillet, 7 et 14 août. Plus d’infos http://www.brest.fr/culture/les-jeudis-du-port.html IMG_0891.JPG

  • La cote méditerranée

Réseau Mer en Méditerranée Destination touristique incontournable, le littoral de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur accueille chaque année jusqu’à 8 fois sa population habituelle ! Depuis 12 ans, le réseau Mer organise la campagne Inf’eau’mer, des ateliers afin de s’interroger et de susciter l’envie de préserver des lieux de loisirs uniques par leur beauté et leur biodiversité. Pour profiter de l’été tout en étant responsable, une vingtaine de structures d’éducation au développement durable sont mises en place sur et proposent d’adopter des écogestes simples et respectueux du milieu marin par : • des stands ludiques et éducatifs lors d’événements locaux et sur les plages pour informer un large public, • des rencontres de plaisanciers, sur l’eau, afin de les sensibiliser sur l’impact des pratiques, à quai ou en mer, sur le milieu marin.

Plus d’infos : www.reseaumer.org

Stand_Inf__eau_mer__Mediterranee_2000_.jpg

Qu’ils sont bio nos ports !

Des ports de plaisances aussi se mobilisent et mettent des moyens pour sensibiliser les plaisanciers. Les ports de Cavalaire, de Saint Tropez et de Port-Cros se sont associés à étamine du lys et coslys pour offrir aux plaisanciers qui stationnent cet été un kit d’entretien écologique : liquide vaisselle, lessive gel douche. L’idée de les aider à enclencher les changements de comportements.

Pour les accros des réseaux sociaux : 2 minutes pour nettoyer les plages On n’attend pas une association locale pour faire un geste pour sa plage, comme le suggère l’association irlandaise Clean Coasts de Martin Dorey. Puisqu’il est parfois difficile de fédérer et d’organiser un nettoyage, Clean Coast a partagé l’idée d’un nettoyage « collectif « en relayant chaque action entreprise sur les réseaux sociaux, grâce à l’emploi de hashtags et des mots clés #cleancoasts et #2minutebeachclean. En France, l’association Pavillon Bleu précise qu’elle serait intéressée pour lancer ce type d’opération avec des collectivités, mais rien n’a encore abouti.

Des_supports_educatifs__Mediterranee_2000_.jpg

A la rentrée et dans toute la France, on continue !

Et si vous n’êtes ni à Brest, ni en PACA pour profiter de stands informatifs, voici les rendez-vous de septembre : - le Beach Day organisé par Surfrider Foundation Europe dont la 2ème édition se déroulera sur l’ile de Batz ou à la Teste de Buch, le 20 septembre prochain.Le Beach Day est un évènement éco-pensé qui souhaite faire prendre conscience, à travers des initiations sportives et des activités de sensibilisation, que sport et environnement sont intimement liés. L’idée est de se rendre compte des dangers qui menacent le littoral, en redécouvrant la plage comme un terrain de jeu. http://www.beachday.eu/ - vous avez jusqu’au 15 août pour vous inscrire pour participer aux journées « Nettoyons la nature » les 26, 27 et 28 septembre prochains. Pour la 17ème année consécutive, l'opération organisée par les centres E.Leclerc prévoit de rassembler des bénévoles qui vont s'engager pour quelques heures ou quelques jours à collecter les déchets de leurs forêts, quartier, plage, berges… http://www.mouvement-leclerc.com/home/nettoyons-la-nature

Selon le réseau Mer, toutes les actions mises en place ont permis de remarquer des améliorations constantes d’année après année : • 45 % des plaisanciers utilisent des produits d’entretien plus respectueux du milieu marin. Cette proportion reste stable par rapport aux années précédentes.

•  22 % des usagers ont déclaré n’utiliser en mer que de l’eau pour l’entretien courant du bateau. : 
•  78,8 % des personnes sondées considèrent la plage propre, 31,4 % la trouve de plus en plus propre. Pour 74 %, une plage propre est une plage sans déchets mais avec des éléments naturels comme les feuilles de posidonie (ils étaient 70 % à le penser en 2009). 
•  46,9 % des personnes sondées se rendent en voiture à la plage contre 28,1 % à pied.  Ils étaient 50 % à utiliser leur véhicule en 2009.

Si vous aussi vous partez profiter de nos belles plages, faites nous part des actions écologiques rencontrées !

Stand_Inf__eau_mer__CC_des_Golfes_de_St_Tropez-Observatoire_marin_.JPG

A Rio les Indiens d'Amazonie signe un pacte avec Google

Les indiens d'Amazonie utilisent désormais une application Google pour surveiller le déboisement clandestin. La technologie au service de la préservation de l'environnement ! La Tribu Surui vit au nord ouest du Brésil, sur une surface de 240 000 hectares (le vrai nom de cette tribu est paiter, qui signifie les "gens vrais, authentiques"). Une population de 1300 individus réparties en 25 villages et dont le parlement est présidé par le cacique Almir. A Rio + 20, le projet préparé depuis 5 ans avec Google a été dévoilé : une application qui permet, via une carte, d'accéder à une base de données de photos et de vidéos en 3D, détaillant les usages et coutumes de cette tribu d'indigènes d'Amazonie. Via des smartphones, elle leur permettra également de suivre de très près la déforestation sauvage de leur territoire Rondônia, touché par la violence et la corruption de bucherons pillant sans scrupules les ressources forestières. Ces guerriers au contact de la population "blanche" depuis seulement 1968, se battent quotidiennement pour défendre la richesse de leur forêt primaire.

application google carte tribu amazonie



Une belle initiative signée Google qui sera ensuite déclinée auprès d'autres tribus indiennes, notamment en Nouvelle Zélande et au Canada

chef indiens des surui paiter amazonie bresil


Voir le blog de la tribu : http://www.paiter.org/blog/

tribu indiens surui paiter amazonie
Pour information, les traitements anti cancer utilisent à 70 % des plantes venant d'Amazonie (cf article Arte). Chez aboneobio nous vous proposons deux produits issues de plantes amazoniennes, le baume de copaïba et l'huile d'andiroba. Des cosmétiques bio indispensables pour cet été !

L'eau et la Soif du Monde

Une famille européenne de quatre personnes consomme chaque semaine 140000 litres d'eau. Les chiffres liées à cette eau virtuelle dont parle Yann Arthus Bertrand dans son dernier documentaire "La soif du Monde" sont juste effarants. Nos besoins en eau ne cessent de croitre. Nos modes de vie, de consommation, de transports ou de loisirs amènent des besoins qui dépassent largement ce que la nature peut nous offrir. Aujourd'hui 1 milliard d'humains n'ont pas accès à l'eau potable. L'eau manque encore pour se nourrir. L'eau polluée est rejetée à 90 % sans traitement dans la nature. L'eau contaminée tuent chaque jour plus de 4000 enfants. L'eau est aussi à l'origine de conflits dans de nombreux pays (une guerre de 30 ans au Soudan du Sud). Et selon l'OCDE 40 % de la population mondiale est appelée à vivre dans des "bassins hydrographiques soumis à un stress hydrique élevé". Nos eaux souterraines sont aussi polluées et la France est particulièrement touchée. Nous devons regarder les choses en face, il existe des solutions !

la soif du monde film yann arthus bertrand eau

Quelques indicateurs de calcul de la consommation de l'eau virtuelle d'une famille européenne de 4 personnes (140 000 litres d'eau par semaine ) ! :

  • 3 litres d'eau nécessaires pour obtenir 1litre et demi d'eau minérale
  • 40 litres pour faire pousser une salade
  • 140 litres pour boire une seule tasse de café
  • 185 litres pour 1 kilo de tomates
  • 330 litres pour 1 baguette de pain
  • 960 litres pour 1 bouteille de vin
  • 1000 litres pour 1 kilo de pommes
  • 1100 litres pour 1 litre de lait
  • 1900 litres pour 1 kilo de pâtes
  • 3400 litres pour 1 kilo de riz
  • 11000 litres pour 1 jean
  • 15000 litres pour 1 kilo de boeuf



A méditer : "on est deux milliards sur terre à vivre comme nous (avec l’eau potable et à l’assainissement). Et les quatre autres milliards veulent vivre comme nous" (Yann Arthus Bertrand)
La soif du Monde, diffusé sur France 2 le mardi 20 mars à 20h35. Accessible gratuitement sur internet après sa diffusion. Durée 130 minutes. A partager sans modération !
Réalisé sur un budget de 800 000 euros grâce au soutien de France Télévision, l’Agence Française de Développement et le Forum mondial de l’eau. Hope Productions, de Yann Arthus-Bertrand

Pour aller plus loin : http://www.slate.fr/story/51315/eau-pluie-potable

Le biocarburant consommé ici crée la famine en Afrique

L'engouement pour les biocarburants en Europe entrainent en détournement en Afrique des surfaces agricoles équivalente à la superficie de la Suisse. L'évolution de la règlementation européenne a conduit une modification dans l'approvisionnement en carburant : il est prévu 10 % de bioéthanol (pour l'essence) et de biodiésel (gazole) dans le carburant de 2020, afin de limiter les émissions de CO2. Sauf que les plantations ne se font pas en Europe, faute de surfaces disponibles, mais en Afrique, au détriment de surfaces vivrières, comme le dénoncent les ONG. Rien que pour la Grande Bretagne, c'est 1.6 millions d'hectares nécessaires pour l'importation de biocarburant. Le Jatropha, plante venant d'Amérique centrale, prolifère en Afrique, dans les concessions appartenant aux pays européens mais aussi de la Chine, Malaisie, ...avec le soutien des gouvernements africains qui voient là une manne financière. Sauf que la population a besoin de terres vivrières pour se nourrir ! Et elles se font rares : 66% des terres acquises en Afrique visent à produire des agrocarburants, contre 15% seulement destinés à la production d’aliments (selon un rapport de l’International Land Coalition). La rareté entraine la flambée des prix des denrées alimentaires (famine 2008). Sans compter aussi l'apport en eau, nécessaire pour faire pousser le Jatropha (alors qu'on pensait le contraire), et sans compter les entrants chimiques utilisés pour traiter les insectes et les maladies, qui pénètrent dans les sols, avec une pollution à long terme. Avec un tel prix écologique, l'or vert n'est qu'un mirage !

jatropha-biocarburant.jpg

Source : presseurop.eu

Merci à thecostaricanews.com pour l'emprunt de l'illustration (même si là il s'agit de l'Afrique ^^)

Participez à la grande cartographie du printemps avec Arte

L'année 2011 fut l'année la plus chaude depuis le début du 20 ème siècle. Cet hiver a été particulièrement imprévisible. Le réchauffement climatique de la planète est en marche. Sauf qu'il y a ce qu'on nous dit et ce qu'on voit. Et si chacun participait à en évaluer l'impact ? Arte propose de constater le changement à travers 12 missions d'observation de la nature, près de chez soi. Il suffit de récupérer des données (combien y a t il de vers de terre dans 1 mètre carré ? Combien d'hirondelles nichent à proximité de coté de sa fenêtre ? ...) et d'ajouter ses infos sur le site de Arte. Chacun peut ainsi participer à la grande cartographie du printemps. En juin, le documentaire Chasseurs de saisons proposera, à travers une série d'épisodes, un retour sur les missions et les scientifiques expliqueront ce qu'ils ont pu découvrir grâce à la participation de chaque citoyen. Le programme débutera le 29 février et se poursuivra tout le printemps



Au programme, 12 missions passionnantes à réaliser en famille :

  • Le 29 février 2012, la Missions Printemps démarre avec les vers de terre, et plus de 100 espèces indispensables à la vie de nos sols
  • Le 7 mars 2012, la feuillaison des noisetiers, précoce ou pas ?
  • Le 14 mars 2012, les lézards des murailles seront ils au rendez vous du soleil ?
  • Le 21 mars 2012, dans la forêt lointaine on entend le coucou ...
  • le 28 mars 2012, les plantes sauvages se cachent en ville
  • 4 avril 2012, en route pour le marathon des migrations de 3 papillons de jour
  • Le 11 avril 2012, ce sera la cartographie du lilas, une des fleurs emblème du printemps
  • Le 18 avril ce sera le recensement des bigorneaux et algues brunes
  • le 25 avril 2012, le lierre sous toutes ces coutures
  • Le 02 mai 2012 à la recherche de six vertébrés dans nos bois et forêts : écureuils roux, crapauds, salamandres, orvets, sonneurs à ventre jaune et lézards verts
  • Le 9 mai 2012, sur la piste du lucane cerf-volant, le plus gros coléoptère d’Europe, peut mesurer jusqu'à 10 cm
  • Le 16 mai l’hirondelle fait le printemps, mais combien sont encore là ?



En savoir plus : http://missionsprintemps.arte.tv/l-actu

Goutons un monde meilleur

Nos poubelles regorgent de nourriture jetée, alors même que d'autres ne mangent pas à leur faim, dont 75 % de paysans. Il est peut être temps de remettre en question notre système agricole et alimentaire. Il est possible de subvenir à nos besoins alimentaires en respectant les hommes et la nature. Au final c'est bien notre santé, notre qualité de vie et notre environnement qui en dépendent. Ce que nous mangeons à des répercussions !. Les petits producteurs disparaissent, la faim touche un milliard d'individus dans le monde, les pesticides nous rendent malades, ....Et si nous découvrions d'autres alternatives ? C'est ce que propose un collectif d'associations (Slow Food, le CFSI, WWF-France, Max Havelaar France, le RES) en lançant la campagne Goûtons un monde meilleur : mieux consommer, manger à sa faim en se faisant plaisir, tout en améliorant les conditions de vie des petits producteurs (au nord comme au sud), en prenant soin de notre santé, et en préservant l'environnement de notre planète.

goûtons un monde meilleur

Alors quels sont les comportements alimentaires responsables à adopter pour cuisiner un monde meilleur, plus sain, plus savoureux et plus juste en harmonie avec la nature ?

  • Je consomme local et équitable
  • j’achète de saison et bio
  • je diversifie mes repas
  • j’ajuste mes apports en protéines animales
  • je gaspille moins
  • je décrypte les étiquettes

Voir le site internet dédié http://goutons-un-monde-meilleur.fr/

La campagne sera lancée le 18 novembre au salon Euro Gusto à Tours en présence des représentants des 5 associations partenaires de ce projet. Table ronde à 15h sur l’espace Café Gourmand avec les interventions de Gaëlle Bouttier-Guérive, chargée de programme Modes de vie durables WWF-France, Mathilde Bonnard, responsable Programme Publics et Réseaux au CFSI, Olivier Cabrera, chargé des relations extérieures Max Havelaar France, Lucia Penazzi, chef de projet pour Slow Food en France, Soléane Duplan, coordinatrice du Réseau Environnement Santé

Nous sommes désormais 7 milliards sur Terre

Il va falloir apprendre à partager : notre seule et unique planète accueille désormais 7 milliards de personnes ! Mais quelle est la proportion de femmes, d’hommes, d’enfants, de chrétiens, de musulmans, de bouddhistes, de personnes vivant avec moins de 2 Euros par jour, d’urbains, d’illettrés, d’affamés ? Chacune de ces personnes n'a pas des conditions de vie idéale. A l'heure où l'on parle de crise en France, l'infographie réalisée par Eclairage Publique nous permet de relativiser notre confort. Nous sommes parmi les très riches, n'oublions pas que 48 % de la population mondiale vit avec moins de 2 euros par jour et près de 15 % n'a pas accès à l'eau potable.

7 milliards d'humains sur terre infographie

Depuis le 31 octobre 2011 nous serions donc 7 milliards d'humains. La population a doublé en 50 ans seulement au 20 ème siècle alors qu'il lui avait fallu 1600 ans pour doubler précédemment (à la naissance de Jésus nous étions seulement 300 millions, soit l'équivalent de la population actuelle des Etats Unis).

conditions de vie de 7 milliards d'individus sur terre

Où vivent les 7 milliards d'humains sur terre ?
Dans l'hémisphère nord ( à 90 %), en ville (à 50 %), en Asie à 60 %. Population masculine à 50.4 % (conséquence des filles ne sont pas bienvenues en Chine ?), essentiellement sur la tranche d'âge de 20 à 64 ans plus de 50 %. Les enfants de moins de 9 ans représentent quasiment 18 % de la population mondiale.

où vivent les 7 milliards d'humains ?

A lire sur http://www.eclairagepublic.net/7-milliards-d-humains

Génération Awake consomme différemment sois responsable

Qu'as tu acheté aujourd'hui ? Tout ceci est il bien utile ? Des choses qui ne te serviront pas, des choses qu'au final tu jetteras. Penses à la planète quand tu achètes. Penses aux ressources que tu maltraites. Arrêtes de gaspiller c'est du gâchis. réfléchis avant de gaspiller, avant de vider ta bourse, avant de faire les courses. Acheter signifie choisir. Le choix de faire la différence. Pour toi et pour les ressources de la planète. Generation Awake :" Your choices make a world of difference !", ce qui signifie "Génération éveillée : Vos choix font un monde de différences". Voilà la nouvelle campagne de l'Union Européenne pour encourager la consommation responsable : consomme différemment, réfléchis avant d'acheter. Arrêter le gaspillage, la surconsommation. Apprendre à mieux réutiliser, réemployer, à limiter la consommation de matières premières, de ressources en eau, air, terre, minerais...à ne plus épuiser la biodiversité, à renforcer la performance énergétique, ...bref à réduire l'impact sur la planète !

Generation Awake consommer responsable

Source : Génération Awake

La campagne européenne a été lancée ce lundi 17 octobre en Pologne (cf cet article)

génération awake your choice make a world of difference Retrouvez la page fan Facebook Génération Awake

Et si en France on lançait une campagne de ce type pour stimuler la consommation durable, la consommation raisonnée ?
Des entreprises proposent des alternatives pour consommer bio, consommer éthique, consommer moins mais mieux.

A nous consommateurs aussi de les soutenir en les choisissant pour nos achats. J'aime à parler du vouloir d'achat du consommateur ...

Alors pour les cosmétiques bio et les produits d'entretien bio pour la maison, vous savez où acheter ? Chez aboneobio, des grands conditionnements de 5 litres, ...des produits partageables en famille, des produits multi-usages, ..et une formule unique d'abonnement bio à l'année, pour acheter moins mais mieux !

Le concours de dessins rhone en vert sur le theme de la foret

L'année 2011 est l'année internationale des forêts et tous les enfants sont invités par l'association Rhône en vert à participer au Jeu "mon Dessin en ligne" sur le thème de la Forêt. L'occasion pour eux d'exprimer le rapport particulier qu'ils peuvent avoir avec l'arbre et la forêt, de partager aussi leur regard sur l'importance des forêts dans la biodiversité et l'équilibre de la planète. Du 1er octobre au 31 décembre, tous les enfants âgés de 3 à 12 ans pourront envoyer leurs dessins, soit en format papier, soit scanné, via le formulaire en ligne. A gagner des cadeaux éco-responsables ! Venez vite jouer sur Mon dessin en ligne Rhône en vert

concours dessins thème foret chez Rhône en Vert

Laurence abonéobio a rencontré Sandrine Jacoulot à l'initiative de ce projet, à la fois ludique, pédagogique et utile à la sensibilisation au respect de l'environnement.


Sandrine Jacoulot Rhône en vert jeu dessin

"Sandrine, peux tu nous expliquer ce qu'est Rhône en vert ?"

Rhône en vert, portail internet du développement durable en région Rhône-Alpes, se veut convivial, accessible à tous et évolutif. Il s’enrichit continuellement de nouvelles informations et fait l’objet d’un suivi permanent afin d’assurer la fiabilité des données. Rhône en vert se compose de 4 rubriques principales :

  • Un annuaire regroupant des adresses utiles en région Rhône-Alpes : Agriculture bio ; Ateliers et stages ; Bien être ; Ecotourisme ; Habitat écologique ; Magasins bio ; Mode éthique ; Nature, biodiversité ; Paniers locaux ; Recyclage ; Restauration bio ; Services. Il est important de souligner que toutes les informations proviennent de la structure concernée. Rhône en vert effectue des vérifications lorsque nécessaire et se charge de la mise en ligne. La qualité de l’information est toujours privilégiée par rapport à la quantité. Chaque structure est recontactée chaque année (à la date anniversaire de la mise en ligne de sa fiche) afin de vérifier s’il est nécessaire ou non de mettre à jour les données. Il s’agit de proposer plus qu’un listing, c’est pourquoi chaque structure dispose d’une fiche détaillée qu’il est possible d’illustrer par des photos. Rhône en vert est en « veille permanente » et reste à l’affût de bonnes adresses mais les structures ont également la possibilité de se faire connaître elles-mêmes via un formulaire, sachant que toutes les demandes ne donnent pas lieu à un référencement.
  • Un agenda présentant les évènements et l'actualité durable en région Rhône-Alpes. Là encore, les informations proviennent de la source afin de garantir au maximum la fiabilité des données. Chaque évènement dispose d’une fiche détaillée et comporte les coordonnées et un lien vers la structure organisatrice lorsque cette dernière dispose d’un site internet ou d’un blog. L’objectif est que les internautes puissent aller au bout de leur démarche, Rhône en vert n’est qu’un « facilitateur de mise en relation », un intermédiaire.
  • Un espace troc : si l’annuaire et l’agenda mettent principalement en relation les particuliers avec les professionnels, l’espace troc a pour but de permettre aux particuliers de rentrer en contact entre eux grâce à des annonces d’échanges de biens et services, de dons et d’« évènements durables » (ex. : réunion troc de vêtements). Afin de faciliter l’utilisation, aucune inscription n’est nécessaire, il est possible d’envoyer un message électronique via le site (sans que l’adresse de l’annonceur soit affichée). L’annonceur doit obligatoirement préciser son numéro de téléphone mais peut choisir de le faire apparaître ou non dans l’annonce. Les annonces sont bien entendu contrôlées et les annonces abusives sont supprimées systématiquement.
  • Un portail des plateformes de Covoiturage de la région_ : la rubrique Covoiturage centralise l’ensemble des plateformes de covoiturage locales de la région Rhône-Alpes afin que chacun puisse trouver le système qui lui convient. Quelques sites nationaux sont également proposés (souvent plus efficaces pour les longs trajets).


Rhône en vert diffuse également de l’information de deux autres manières :

  • La page d’accueil : l’article « Zoom sur… » est une fenêtre supplémentaire pour augmenter la visibilité d’une structure, l’occasion pour elle de parler de son activité différemment, sous un angle moins institutionnel que dans la fiche annuaire. Les deux autres articles présentés en page d’accueil sont en général consacrés au relais de communiqués de presse. Rhône en vert reçoit un grand nombre d’information de la part de différentes structures (présentes dans l’annuaire ou non). L’objectif est là aussi de mettre en lumière certaines de ces informations, qu’elles soient locales ou non.
  • La lettre d’information : un autre moyen de diffuser des informations générales ou plus locales, de mettre en avant une structure ou une démarche, de donner des idées de sorties en Rhône-Alpes…}}


rhône en vert grand jeu dessin en ligne

"Et peux tu nous définir l'objectif de Rhône en vert ? "

Rhône en vert a pour objectif d’aider les particuliers de la région Rhône-Alpes à conjuguer le développement durable au quotidien. Le site internet se concentre sur une seule région : la région Rhône-Alpes, une façon de rappeler que « durable » va souvent de pair avec « local ». Il aborde des sujets variés, tous liés d’une manière ou d’une autre au développement durable. Le but est d’être local mais transverse et de couvrir un maximum de domaines. Ainsi, l’annuaire regroupe des adresses sur des thèmes complémentaires : l’habitat écologique, les magasins bio, l’écotourisme… Cependant, le but n’est pas de se « remplir à tout prix ». Au contraire, l’objectif est de construire le site sur des bases saines et solides, d’accepter que l’épanouissement prenne du temps (un peu comme en jardinage). Grâce aux points annuels, l’annuaire a déjà été mis à jour à plusieurs reprises et malheureusement, 8 structures ont déjà été retirées du fait de la cessation de leur activité. Rhône en vert souhaite apporter des réponses aux personnes qui cherchent des informations dans le domaine du développement durable en Rhône-Alpes mais souhaite également créer des envies, faire germer des idées et rester ouvert et accessible à tous. Cet esprit d’ouverture et d’accessibilité est autant valable pour les internautes qui viennent visiter le site que pour les structures qui souhaitent être présentes dans l’annuaire. C’est pour cette raison qu’aucune participation financière n’est exigée. Les structures qui peuvent et qui souhaitent participer peuvent le faire mais ce n’est pas une obligation. La plus importante évolution prévue à ce jour pour Rhône en vert est de mettre à disposition un « Espace troc personnalisé » pour les grandes structures, où un grand nombre de personnes se côtoient tous les jours sans savoir qu’elles pourraient se rendre de précieux services !

"Et c'est toi, Sandrine qui est à l’origine de ce beau projet : peux tu nous expliquer tes motivations ?"

C' est un projet personnel de reconversion professionnel. Après la naissance de ma 2ème fille en août 2008, j’ai souhaité prendre le temps de la réflexion pour me réorienter professionnellement. Après plusieurs années passées au sein d’une grande SSII en tant que consultante en système d’information, j’ai souhaité exercer une profession plus proche de mes convictions, consacrer mon temps de travail à des valeurs qui me tiennent profondément à cœur. Je savais donc tout à fait vers quoi je voulais aller : le développement durable ; mais je ne savais pas encore comment. J’ai assez rapidement compris qu’il fallait que j’exploite mon expérience professionnelle passée pour trouver la solution. L’idée d’un site internet m’avait effleuré l’esprit plusieurs années auparavant, j’ai donc décidé d’étudier cette piste. L’envie d’en apprendre plus, de capitaliser et d’échanger autour du développement durable, ce projet me permettait de concrétiser toutes ses envies. Après plusieurs mois de réflexion et de travail avec un développeur, le site internet www.rhoneenvert.fr est né. C’était le 19 septembre 2009, comme une troisième naissance pour moi. Depuis, j’ai bien entendu connu des périodes de doute, de remise en question mais à chaque fois que le moral n’est plus au beau fixe, une nouvelle rencontre, un nouvel témoignage, vient me réconforter et me rappelle que jamais je ne regretterai d’avoir réalisé ce projet. J’ai eu la chance de terminer « 1ère dauphine » de « Miss bio 2011 », évènement organisé par feminbio.com, qui vise à récompenser 3 femmes impliquées dans un projet lié au développement durable. Cette place m’a permis de remettre un chèque de 3000 euros à la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature), offert par la marque de cosmétiques bio SO'BiO étic®, partenaire de l’évènement. Un reportage sur le sujet sera diffusé en septembre sur la chaîne Vivolta.

"Et ce projet du Jeu « mon Dessin en ligne » est né comment ?"

Dès le début du projet Rhône en vert, une petite rubrique consacrée à la sensibilisation des enfants au développement durable à travers le dessin a été prévue. L’objectif était de proposer un espace d’expression pour les enfants, des les interpeler sur un thème lié au développement durable et de les sensibiliser de manière ludique. Le dessin étant un des premiers moyens d’expression des enfants, il était assez logique de s’orienter vers ce principe. En outre, les dessins d’enfants ont cette faculté de susciter chez les plus grands des émotions tout à fait intéressantes en termes de sensibilisation : l’émerveillement, l’étonnement, la joie, la tendresse, l’évidence… Ce mode d’expression permet donc de toucher au final un large public. En ce qui concerne le thème, le fait de reprendre celui déclaré par les Nations Unis pour l’année en cours semblait très intéressant. Cela permet aux enfants de réfléchir à nouveau au sujet, de faire un bilan de ce qu’ils ont pu entendre pendant l’année et, s’ils n’en n’ont pas entendu parler, c’est l’occasion d’exprimer ce que leur évoque ce thème. Il restait à proposer aux enfants un « enjeu ». L’idée d’un jeu avec des gagnants est donc apparue. Pour rester cohérent, il était bien entendu indispensable de trouver un partenaire « éco-responsable ». Pour la première édition, Bioviva Editions a accepté immédiatement d’accompagner Rhône en vert dans l’aventure.

"En fait il s'agit déjà de la 2ème édition de ce jeu ? "

Oui, déjà ! En 2010, Rhône en vert a mis à l’honneur la Biodiversité à travers la première édition du jeu « mon Dessin en ligne ». 5 jeunes dessinateurs ont été récompensés pour leur dessin et ont reçu un jeu Bioviva Editions adapté à leur âge. Le choix s’est basé sur l’originalité de la composition du dessin et la pertinence par rapport au thème proposé. Chaque dessin a bien entendu été apprécié en fonction de l’âge de l’enfant. Les enfants sont souvent très réceptifs lorsqu’on leur propose de laisser travailler leur imaginaire. De très jolies réalisations nous sont parvenues. Les réactions ont été très positives mais malheureusement assez peu d’enfants ont entendu parler du jeu et le délai proposé était trop court (à peine un mois). C’est pourquoi cette année Rhône en vert souhaite mettre l’accent sur la communication afin qu’un plus grand nombre d’enfants puissent participer. La durée du jeu sera également allongée (environ 3 mois). Le nombre de lots à gagner sera plus important.

Peux tu nous dévoiler les partenaires de l'édition 2011 du jeu « mon Dessin en ligne » ?

Il s'agissait de mettre en avant des partenaires impliqués dans le développement durable au quotidien, de montrer qu’il est possible d’offrir des jeux éco-responsables, de s’habiller avec des vêtements respectueux de l’environnement et de proposer aux enfants des lectures les rapprochant de la nature. Les 3 meilleurs dessinateurs recevront, en plus d’un jeu Bioviva Editions, un t-shirt, une casquette, un doudou.

  • Bioviva Editions : signe encourageant, déjà partenaire en 2010, Bioviva Editions a accepté sans hésitation de renouveler l’expérience et propose 10 lots au lieu de 5 la première année. Bioviva privilégie des mécaniques de jeu basées sur des notions de coopération, d’échange, de partage et de respect, et participe au maintien des savoir-faire et des emplois locaux en produisant en France.
  • Quat’rues : Quat'rues décline une collection de textiles bio et équitables pour femmes, hommes et enfants, à prix justes (t-shirts, débardeurs, sweats...)
  • La Petite Salamandre avec un abonnement à son magazine. Depuis 1983, La Salamandre, maison d'édition indépendante et dynamique, édite la revue bimestrielle « La Salamandre » pour faire connaître, aimer et respecter la nature. Sa petite soeur, « La Petite Salamandre », préparée par une équipe de passionnés depuis 10 ans, est destinée à satisfaire la curiosité des 6-12 ans

  • Marron Rouge : 5 dessinateurs recevront un doudou de chez Marron Rouge. Cette boutique éthique donne du sens à l'achat de nos vêtements, linge de maison et accessoires. Une dimension à la fois humanitaire (avec l'Inde), commerciale, culturelle, ...
  • La FRAPNA (la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature) offre 10 kits pédagogiques "La Forêt m'a dit" et sa contribution à faire connaître le Jeu.



A lire aussi sur le blog de Marron Rouge : dessine moi la foret, sur le blog de Quat'rues, le blog de Vertissimo, le blog de PourPenser

Merci Sandrine, allez les parents, on offre des crayons et des feuilles et on demande à tous les enfants de nous faire de jolis dessins sur le thème de la forêt !

Bouger, apprendre et manger

Partir en vacances, voyager, faire un tour de la planète ...pour ces trois copains que sont Rick Mereki, Tim White et Andrew Lees, c'est aussi bouger, apprendre et manger. Ils ont résumé leur aventure en trois vidéos : move, learn, eat. Elles font le buzz actuellement sur la toile. Jolies, percutantes, avec une musique bien choisie, créée par Kelsey James. Je vous laisse apprécier les 11 pays traversés caméras à la main, les 18 vols empruntés, et les 38 000 miles parcourus, le tout avec un sac à dos et l'esprit d'ouverture indispensable pour à l'écoute de nouvelles rencontres.

BOUGER APPRENDRE MANGER

MOVE from Rick Mereki on Vimeo.


LEARN from Rick Mereki on Vimeo.


EAT from Rick Mereki on Vimeo.

Source : http://blog.gaborit-d.com

- page 1 de 9

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+