Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lundi 05 décembre 2016

Créatrices d'entreprises participez au prix Entrepreneuse 2010

A l'initiative de Nora Esnault la deuxième édition du prix de l'Entrepreneuse est lancé. L'occasion de mettre en lumière des femmes créatrices d'entreprises, quelque soit la maturité du projet, le secteur d'activité et de fédérer des initiatives au féminin. Pour participer à ce prix national, Prix de l'Entrepreneuse, en tant que jeune créatrice ou dirigeante confirmée il suffit d'être majoritaire dans sa société. Toutes les participantes bénéficieront d'une visibilité grâce à un réseau de partenaires, et les lauréates désignées par le jury (dont Maman Travaille est membre) profiteront d'un ensemble de services pour les aider dans leur développement (coaching, plans médias,...). La marraine de ce prix national dédié aux créatrices d'entreprises est Sandra Le Grand la fondatrice de CanalCE, et le prix est soutenu également par Entrepreneuses Mag et l'agence Le Partenariat.

prix entrepreneuse 2010
Cette année, 6 catégories sont définies, chacune faisant l'objet d'un vote spécifique du Jury :

  • Le Grand Prix du Jury : L’Entreprise de l’année
  • L’Entreprise de l’année, mention développement durable
  • L’auto-entreprise de l’année
  • Le service de l’année
  • Le produit de l’année
  • Nouveauté : Prix de l’Étudiante Entrepreneuse


Pour en savoir plus sur le prix de l'Entrepreneuse 2010 je vous invite à écouter les explications de Nora Esnault

Et la participation d'une belle marraine pour ce prix, Sandra le Grand, fondatrice et PDG de CanalCe, 1er réseau de prestations de services pour les Comités d'Entreprises.



Alors serez vous une future candidate ?

Lire d'autres articles sur aboneobio sur le prix de l'Entrepreneuse, sur les prix et concours pour aider les femmes dans l'entrepreneuriat, sur la création d'entreprise au féminin, sur les réseaux dédiés aux femmes créatrices, ...

++ Le réseau social des Entrepreneurs d'Avenir
++ 8 lauréates Prix des Femmes pour le Développement Durable
++ Abonéobio candidat aux Trophées de la Responsabilité Globale
++ Les miss bio 2010 élues par Femininbio
++ Le Trophée de la Femme de l'Environnement 2010 à une Architecte Durable
++ Portrait de laurence aboneobio sur Maviepro.fr
++ Le guide des Mompreneurs : Ma boîte et mes enfants d'abord par Valérie Froger
++ Sondage les femmes et le développement durable
++ Votez pour Abonéobio candidat au Golden Blog Awards
++ Ma vie pro, le rendez vous des femmes actives
++ 10 femmes à l'honneur pour la journée de la femme
++ Entreprendre au féminin
++ Ces mères qui entreprennent, Les Mompreneurs sur Ouest France
++ Bienvenue dans la vraie vie des femmes, documentaire de Canal Plus, témoignage de laurence - aboneobio
++ 81 femmes autour du monde

Marika Latzko et Bobo planète Femme formidable à Angers

Lancée par le magazine Femme Actuelle, la 5ème édition du grand prix des Femmes formidables met en valeur des initiatives de femmes engagées. Parmi les finalistes sur 200 candidatures, Marika Latzko et son association Bobo planète. Basée à Angers, Bobo Planète, est une association d'éducation à l'environnement qui anime des ateliers pédagogiques dans les écoles primaires de la région Pays de la Loire (auprès d'enfants de 3 à 7 ans ) pour soigner les "bobos" de notre planète victime du réchauffement climatique. Ces animations permettent la construction de projets d'école autour de l'Environnement. L'association était aussi présente à Ecolobio



A partir d'objets recyclés, et grâce à sa formation initiale de styliste, Marika a démarré ce projet Bobo Planète en créant des déguisements pour enfants avec des briques de lait, des bouteilles de plastique, ...Le discours s'est installé sur l'intérêt du recyclage des déchets, mais aussi la maitrise des ressources (eau, matières premières, ...) et de l'énergie.



Quant au nom, c'est les enfants d'une classe de CP qui l'ont inspiré, ils voulaient guérir les"bobos" de la planète. Marika a quitté son job pour se lancer dans la création de cette association en 2005. Bravo pour son action et on croise les doigts pour la finale !

Voir la fiche de Marika Latzko sur le site de femme actuelle. Vous pourrez soutenir son action en votant pour elle dès le 28 octobre et en partageant aussi l'info autour de vous. Remise des prix le 25 novembre et à la clé une enveloppe de 60 000 euros répartie entre ces 10 finalistes.

Lire d'autres articles sur aboneobio le blog du bio sur Marika Latzko et l'association Bobo Planète, sur les femmes et entrepreneuses engagées qui sont récompensées par des prix en lien avec l'écologie, le développement durable, sur les femmes qui entreprennent à Angers, sur les outils de sensibilisation des enfants aux enjeux de notre planète, au recyclage des déchets pour limiter la pollution, ...

++ 8 lauréates Prix des Femmes pour le Développement Durable
++ Le Trophée de la Femme de l'Environnement 2010 à une Architecte Durable
++ Qui sera la Miss Bio 2010 ?
++ Le guide des Mompreneurs : Ma boîte et mes enfants d'abord par Valérie Froger
++ Elisabeth Laville, madame Développement Durable
++ Abonéobio dans le courrier de l'ouest : la mampreneur angevine ++ Comprendre le développement durable en vidéo
++ Le Tour de France du développement durable
++ Sondage les femmes et le développement durable
++ Abonéobio candidat aux Prix Entreprises et Environnement
++ La mallette biodiversité compète la série le développement durable et moi
++ Abonéobio candidat aux Trophées de la Responsabilité Globale
++ e-graine sensibilise les plus jeunes aux enjeux du Développement Durable
++ Severn, la voix de nos enfants, film de Jean Paul Jaud
++ Aboneobio est Entrepreneur d'Avenir

8 lauréates Prix des Femmes pour le Développement Durable

Les Femmes agissent pour le développement durable, et le groupe de presse Mondadori veut soutenir leurs actions. Pour sa 1ère édition, le Prix des Femmes pour le Développement Durable vient de récompenser huit femmes pour leur engagement en France dans le DD, au titre d'une entreprise ou d'une association. Chaque magazine du groupe a participé et a pu remettre à la lauréate de son choix une aide de 10 000 euros pour l'aider à poursuivre son initiative, sous l'égide d'une belle marraine, Isabelle Giordano. A découvrir le détail des actions dans chaque magazine dès novembre. De très beaux projets, bravo les filles !

prix des femmes pour le développement durable

magazine féminin mondadori presse française

  • Luci Iraci et son association Joséphine pour la beauté des femmes (Magazine Biba). L'objectif de l'association est de rendre la beauté accessible aux femmes les plus démunies (notamment en banlieux), de leur redonner confiance en elles afin qu'elles s'engagent dans la relation aux autres avec une meilleure estime d'elle-même et enfin de réconcilier les femmes avec leur image en les aidant à retrouver le plaisir de prendre soin d'elles.



  • Louise Bellet et son association Pocheco canopee reforestation (Magazine Ami des Jardins) : Elle intervient dans le Nord Pas de Calais et mobilise des groupes associatifs pour des micro-actions de reboisement, parce que "L'arbre, une ressource vitale pour notre environnement, Les microactions, un potentiel local pour un résultat global et L'environnement, un facteur de cohésion sociale".
 


  • Sophia Lakhdar et son association comité contre l'esclavage moderne (magazine Closer) . Fondé en 1994 par Dominique Torrès, journaliste, le Comité Contre l'Esclavage Moderne (CCEM) a pour objectif premier de lutter contre toutes formes de servitude, d'assister, et de libérer s'il y a lieu, les victimes de l'esclavage. Depuis sa création, le CCEM a porté secours en France à plus de quatre cents victimes de l'esclavage domestique avec un accompagnement via un réseau de 80 bénévoles.




  • Ann Leroux fondatrice de la société Ethos (magazine Grazia) . Spécialiste de la mode éthique, à partir de matériaux naturels, bio et issus du commerce équitable.




  • Pascale Touchet fondatrice de la société Chik Ethic (magazine Modes & Travaux) . Marque éco-design de sacs et accessoires de mode uniques, fabriqués en France à partir de bâches publicitaires PVC recyclées, via un atelier de fabrication solidaire.




  • Florence Bouffette Jeulin et son association Réciproque-services, (magazine Nous Deux). Elle accompagne les femmes vers la réinsertion professionnelle, dans le Loiret.


  • Meriem Fradj et son association le Mat Drome (magazine Top Santé) .Elle aménage des jardins potagers bio en impliquant les habitants du quartier de Fontbarlettes, à Valence. Déjà lauréate cette année du Prix Terre des Femmes de la Fondation Yves Rocher.




  • Mathilde Harvey et son association La Passiflore (magazine Pleine Vie). Le projet Préserv'eau implique les habitants du Pays de Fougères en Ile-et-Vilaine à préserver la qualité de leur eau domestique


la passiflore prix femmes développement durable

Source : Maviepro

Avec Abonéobio j'avais postulé sur ce prix dans la catégorie Top Santé (cf article : Sur Top Santé Laurence Moulin, la femme écolo du mois, nous abonne au bio ! (en même temps le sponsor associé à ce prix était la Fondation Yves Rocher alors avec des cosmétiques bio ce n'était pas gagné ^^). Mais quand je vois la qualité des projets sélectionnés, je dis vraiment bravo à toutes ces femmes pour leur énergie et l'enthousiasme qu'elles communiquent

Lire d'autres articles sur aboneobio le blog du bio sur les prix et trophées remis à des femmes qui agissent au quotidien dans le cadre du développement durable, sur la sensibilisation au développement durable...

++ Le Trophée de la Femme de l'Environnement 2010 à une Architecte Durable
++ Qui sera la Miss Bio 2010 ?
++ Elisabeth Laville, madame Développement Durable
++ Comprendre le développement durable en vidéo
++ Le Tour de France du développement durable
++ Sondage les femmes et le développement durable
++ Abonéobio candidat aux Prix Entreprises et Environnement
++ Abonéobio candidat aux Trophées de la Responsabilité Globale
++ Aboneobio est Entrepreneur d'Avenir
++ Aboneobio est lauréat de l'appel à projet innovation numérique !
++ Abonéobio est candidat à la bourse du Rêve de l'Entrepreneuriat

Pourquoi les prix sont chers en agriculture bio ?

Les consommateurs peinent à manger des fruits et légumes. Les prix sont élevés et le goût est jugé trop fade pour les cultures conventionnelles. Suite à l'étude réalisée par Familles Rurales (à lire chez mon panier bio) , le réseau Biocoop tient à donner des précisions pour mieux comprendre les enjeux de l'agriculture bio et l'impact sur les prix pratiqués. 1ère donnée à intégrer quand on parle de cultures, la météo !. Or cette année 2010, les conditions qui ont été très difficiles pour l’agriculture biologique avec des gelées et du froid tardifs et une pluie insuffisante. Et oui, la production biologique implique la culture en plein champ des légumes et des fruits (ou sous abris mais sans les forcer, contrairement aux tomates conventionnelles par exemple cultivées sans terre). Du coup, ils sont aussi plus sensibles aux aléas climatiques.



Ensuite, regardons le prix payé aux producteurs. Il faut bien comprendre que les agriculteurs en conventionnel ne peuvent pas vivre de leurs productions (bradées aux centrales d'achats), et que leurs cultures impactent lourdement l'environnement, à force d'utiliser des entrants chimiques tels que les pesticides (conséquences sur les nappes phréatiques polluées, sur la disparition des abeilles qui pollénisent les légumes et les fruits...). En bio, d'une part la tâche est plus ardue et nécessite plus de main d'oeuvre (et le travail des hommes à un coût !), et d'autre part, les coopératives telles que Biocoop s'efforce d'attribuer une juste rémunération aux agriculteurs pour qu'ils puissent vivre dignement de leur production et du travail fourni. (Vous pensez que les hypermarchés font de même ?). Enfin, les aides et subventions allouées aux agriculteurs ne sont pas les mêmes selon que l'on cultive en convention ou en bio. Pourtant le consommateur citoyen demande des fruits et légumes, bons, sains, respectueux de l'environnement, et abordables...Cherchez l'erreur !

Alors comment faire baisser les prix des fruits et légumes bio ? Il faut accroitre l'offre en France (et pas en important, aberration écologique de remplir les rayons des hypers avec des fruits et légumes bio importés, sous plastique en plus !) (voir l'article : plus de bio mais au goût amer en grandes surfaces). Lors du Grenelle de l’Environnement l'objectif était de 6% de la SAU (surface agricole utile) exploités en agriculture biologique pour 2010. A moins de 5 mois de l’année 2011, seuls 2,5% de la SAU lui sont dédiés. Cherchez encore l'erreur !!

Pourtant les agriculteurs sont nombreux à vouloir s'engager dans la conversion (voir l'article plus de producteurs bio en France ) mais pendant ce temps nécessaire à la démarche ( 3 années avant de pourvoir dire que les fruits et légumes sont bio), il leur faut tenir ! D'où l'intérêt de mettre en place des aides et des subventions. Une enveloppe de 29 M d’euros a été estimé par le Ministère de l’alimentation, de la pêche et de l’agriculture pour 2010, dans le cadre d' "Horizon 2012", pour soutenir la conversion et l’agriculture biologique. Sauf que l'on ne compte pas le bénéfice sur l'environnement et à l'inverse on ne dénonce pas les coûts cachés de l'impact environnemental et sociétal de l’agriculture intensive polluante (pollutions, désertification rural, développement des cancers, ...). Et pourtant on peut nourrir la planète avec du bio ! Alors on commence quand ?

Lire d'autres articles sur Abonéobio sur la notion de prix juste, sur les prix des produits bio, sur l'impact de l'agriculture bio, sur la pollution de l'agriculture intensive, sur la difficulté des producteurs à vivre de leur production , ...

++ Des solutions locales pour un désordre global, film de Coline Serreau
++ Terre et Terroirs, un magasin pour une consommation juste
++ Le bio pousse à Cuba pour une sécurité alimentaire durable
++ Le bio plus cher ? Le prix écologique le choix du citoyen
++ Faire ses courses sans OGM
++ Coline Serreau et Colibris, réparer la Terre qui est morte !
++ Plus de bio mais au goût amer en grandes surfaces
++ Le guide du locavore pour mieux consommer local
++ Aboneobio.com, le site qui réconcilie consommation et raison, présenté par Fémininbio
++ La chasse aux pesticides, reportage sur M6 100 % mag, le témoignage de laurence aboneobio
++ Les marges s'envolent dans la grande distribution, plus rien pour les producteurs
++ Pouvoir de chantage, l'envers du décor de la grande distribution
++ Epargne solidaire : soutenir le projet d'un agriculteur bio via Terre de Liens
++ Le label Bio Cohérence : du bio pur !
++ Vous mangez local et de saison ? Vous êtes un locavore !
++ Et si on aidait les agriculteurs bio ?
++ Herbe, le raid movie paysan
++ Severn, la voix de nos enfants, film de Jean Paul Jaud
++ Nos enfants nous accuseront
++ Un outil pour gérer facilement son AMAP
++ Tripler les surfaces bio à Paris, ambition affichée par la région
++ No hunger peut être le prochain film de Al Gore et de Action contre la Faim
++ Epargne solidaire : soutenir le projet d'un agriculteur bio via Terre de Liens
++ Planète Reporter : les algues vertes, le réveil du paysan
++ Sur Top Santé Laurence Moulin, la femme écolo du mois, nous abonne au bio !

Le bio moins cher vu par Leclerc

Après son comparateur de prix en ligne, Leclerc vient de lancer sa déclinaison pour un comparatif des étiquettes des produits bio vendus en grandes surfaces : lebiomoinscher.com. Sur le site de Leclerc encore très peu de produits bio à comparer, 300 produits (boissons, épicerie salée, épicerie sucrée, produits frais, parfumerie et un panier avec 6 basiques). Pour la parfumerie (qui correspond en fait au rayon cosmétique), très peu de marques et de produits disponibles dans ce comparatif. Sauf qu'il me semble que cette quête du bas prix dans le bio va nous amener dans le mur. Vendre à bas prix, c'est acheter à bas prix et réduire au maximum la marge. Comment assurer une qualité de produit, des ingrédients riches en principes actifs, des procédés de fabrication respectueux de l'environnement et de la santé, et au delà la pérennisation d'un savoir faire d'entreprises souvent familiales qui n'ont pas attendues que le bio soit une tendance de fond pour y positionner leur offre ?




"La famille V qui voudrait bien qu'on lui dise où trouver le bio moins cher, car consommer bio ce n'est pas s'acheter le bio qu'on peut, c'est s'acheter TOUT le bio qu'on veut ..." Etes vous d'accord avec ce slogan ? Personnellement je pense que consommer bio c'est acheter un produit bio et son histoire, la manière dont il a été fabriqué, les ingrédients de qualité qui ont été sélectionnés pour leur impact sur l'environnement et leur apport pour la santé, le chemin parcouru jusqu'au distributeur, les conditions de travail de ceux qui le fabriquent et le vendent, ...ce n'est pas acheter un emballage avec un prix le plus bas possible. J'aime à parler du vouloir d'achat sur aboneobio :)

Lire d'autres articles sur aboneobio sur les initiatives de Leclerc dans le bio, l'équitable ou le développement durable, sur l'évolution du marché des produits verts, sur les enjeux des prix des produits bio, sur la consommation durable, les actions des hypermarchés pour séduire les consommateurs ...

++ Plus de bio mais au goût amer en grandes surfaces
++ Le bio plus cher ? Le prix écologique le choix du citoyen
++ Les fournisseurs de la Marque Repère de Leclerc convertis à l'Environnement
++ Ethique Eclair chez Leclerc
++ Les Français achètent 413 euros de produits verts par an
++ Consommateurs souriez vous êtes traqués au supermarché
++ Quel sac écolo pour faire ses courses ?
++ 2010 l'année de la consommation partagée
++ Plus de consommation verte chez les 25 49 ans
++ Abonnons nous au bio !
++ Consommer bio rassure un français sur deux
++ Le bio progresse fortement mais profite aux importations
++ Aboneobio.com, le site qui réconcilie consommation et raison, présenté par Fémininbio
++ La révolution verte, un nouveau souffle pour un marketing en quête de sens !
++ Le Déclic de la Pratique Bio d'Abonéobio
++ Acheter Lohas, moins et mieux
++ La grande distribution où le challenge de la consommation durable ?
++ Le label Bio Cohérence : du bio pur !
++ Consommation : les hypermarchés ne séduisent plus
++ Les marges s'envolent dans la grande distribution, plus rien pour les producteurs
++ Plus de sacs en caisse : intérêt écologique ou financier
++ Pouvoir de chantage, l'envers du décor de la grande distribution
++ Faire payer plus pour moins de produits !
++ Equitable à tout prix ? France 5 dévoile les coulisses des tablettes de chocolat équitable
++ Consommation : on réduit le packaging mais pas le prix
++ le vouloir d'achat

Le bio plus cher ? Le prix écologique le choix du citoyen

En juin Terra Eco consacre un dossier sur la consommation bio et cherche à comprendre les freins qui contraignent les Français à limiter leur achats de produits bio. Si le marché des produits bio progresse de 10 % chaque année, les Français ne consacrent au bio que 1,5 % de leurs dépenses alimentaires . Et même si le bio a fait son entrée dans les rayons des grandes surfaces, il ne remplit pas les caddies. Et le prix reste le frein majeur au passage à l'acte d'achat. Pourtant derrière cette barrière du prix se cachent bien des différences entre un produit bio et un produit conventionnel, et notamment le prix que l'on ne veut pas voir, celui qui se révèle à moyen et long terme, le prix de la santé qui décline et le prix de la dégradation de l'environnement.



Alors oui disons le clairement et assumons notre choix citoyen pour une consommation responsable et durable :

"* Oui, l’agriculture bio est plus douce pour les écosystèmes que son acolyte conventionnelle ;

  • Oui, elle produit des denrées meilleures pour notre santé et celle de nos enfants
  • Oui, elle permet de faire vivre des exploitants de taille modeste, respectueux de leur terroir
  • Oui, le bio a plus de goût, c’est scientifiquement établi".


"Plus de surfaces bio, c’est moins de pesticides et de nitrates dans nos assiettes, moins de fruits fades et pleins d’eau, moins d’animaux élevés dans des conditions carcérales, moins de fraises qui ont parcouru 10 000 km pour finir juchées sur nos tartes de décembre "

La suite à lire dans Terra Eco : le bio est il réservé aux riches ?



Le 18 juin allez voir votre maire et demandez lui "oui au bio dans ma cantine !". Cette campagne nationale est lancée par le WWF et relayée via une page dédiée sur Planète Attitude

Lire d'autres articles sur Abonéobio sur le marché des produits bio, la consommation des Français en bio, l'alimentation bio, ....

++ Oui au bio dans ma cantine !
++ Les Français apprécient les produits bio selon l'Agence bio
++ Epargne solidaire : soutenir le projet d'un agriculteur bio via Terre de Liens
++ Nos enfants nous accuseront
++ Manger moins de viande, mieux pour la santé, mieux pour la planète
++ L'alimentation anti-cancer selon David Servan-Schreiber
++ Et si on aidait les agriculteurs bio ?
++ La terre, l'agrobiologie, des solutions locales pour un désordre global
++ Alerte dans nos assiettes, reportage sur la malbouffe
++ C'est quoi l'alimentation durable ?
++ Manger bio pour lutter contre le cancer du sein
++ Mes petites gamelles : manger bio au bureau !
++ Pesticides danger pour le cerveau des enfants
++ Vous mangez local et de saison ? Vous êtes un locavore !
++ Le fast food bio version Marc Veyrat
++ Mamans, exigez du bio à la cantine pour vos enfants !

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+