Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dimanche 24 septembre 2017

Comment faire le plein d’énergie à la rentrée grâce à l'alimentation ?

gingembre_citron_en_jus.jpgA la rentrée, tout s’accélère. Après le repos de l’été, il faut reprendre le rythme de l’école, du travail… Sans compter les jours qui se raccourcissent et la fraîcheur qui s’installe. Pour vous aider à faire face, Abonéobio a recensé des petites astuces pour ne pas manquer d’énergie à la rentrée.

Lire la suite...

Comment lutter contre les puces et les tiques ?

529075972C’est LE cauchemar du printemps : les parasites externes, autrement dit, les tiques et les puces. Propriétaires d’animaux ou non, ces petites bêtes peuvent être dangereuses. Voici quelques astuces pour les combattre.

Lire la suite...

Le Boom des supermarchés collaboratifs

Après le covoiturage et le couchsurfing, la consommation participative poursuit son essor avec les supermarchés collaboratifs. Une dizaine d’entre eux est en projet sur le territoire français.

Lire la suite...

Le running, une discipline sportive qui a tout bio!

RaidEDHEC.jpegAutour de moi je vois de plus en plus de gens courir. C’est même la nouvelle lubie française : on ne fait plus de jogging (trop dilettante), on fait du running (plus performant!). Selon la Fédération française d'athlétisme, la France compte environ 8,5 millions de pratiquants de la course à pied (dont 250 000 licenciés) soit 19% de la population (avril 2014). Pour mémoire, ils étaient 6 millions au début des années 2000.
Pour abonéobio, la course et le bio sont deux univers complémentaires : on court pour être en bonne santé, vivre un moment unique dans une nature que l’on souhaite préserver. C’est pourquoi, depuis 2015, aboneobio est partenaire des Raid EDHEC (prochain raid du 25 au 28 mai).
Raid-edhec-coslys-aboneobio.JPG

Lire la suite...

Intoxication quotidienne des riverains de champs agricoles par les pesticides

genefutures04.JPGL’association Générations Futures dénonce dans leur nouvelle enquête EXPPERT, la 6ème|http://www.generations-futures.fr/], la pollution aux pesticides des maisons situées près d’exploitation agricole. Sur les 22 intérieurs étudiés et les 61 pesticides recherchés (dont certains interdits depuis 2003 en France), ils se trouvent que toutes les maisons sont polluées par 8 à 30 pesticides différents.
On se souvient tous de cet incident tragique, dans le Bordelais où des élèves et des enseignants ont été pris de malaise suite à la pulvérisation de fongicide à la lisière d’une école. Générations Futures étaient déjà de la partie.

Lire la suite...

Vices et vertus cachées du four à micro-onde

Accessoire révolutionnaire dans les années 80, et véritable indispensable dans les années 90, le micro-onde a eu son lot de rumeurs, de légendes urbaines et d’anti. Depuis peu, et notamment l’avènement des fours à micro-ondes combinés qui permettent autant de cuire que de réchauffer, le micro-onde n’est plus aussi diabolisé, même si il a bel et bien été bannit de beaucoup de foyer. Alors, le micro-onde, on l’aime ou il nous quitte?

Lire la suite...

Les perturbateurs endocriniens coûtent entre 150 et 206 milliards d'euros par an

perturbateur-endocrinien-things.jpgUne nouvelle série d’études scientifiques publiées ce jour dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism de l’Endocrine society montre que l’exposition des populations européennes à des perturbateurs endocriniens est la cause de nombreuses pathologies dont le coût vient d’être estimé entre 150 et 260 milliards d’Euros par an par les chercheurs. __ Perturbateurs Endocriniens, une menace invisible mais bien réelle pour la santé__

Les Perturbateurs Endocriniens, plus couramment dénommés PE par les connaisseurs, sont des substances chimiques qui interfèrent, comme leur nom l’indique, avec l'action des hormones. Malheureusement, les perturbateurs endocriniens sont désormais présents, cachés dans tout notre quotidien et ne provoque pas de réactions “allergiques” visibles immédiatement. C’est cet effet pervers, et sur le long terme, que les chercheurs et les associations souhaitent dénoncer pour alerter des risques pour notre santé

En effet, les perturbateurs endocriniens se retrouvent aussi bien dans les aliments (résidus de pesticides ou aspartame comme sucre de substitution), mais aussi dans les contenants alimentaires en en plastique ou aluminium (avec le très connu Bisphénol A ou BpA), les meubles, les jouets, les tapis (phtalates), des matériaux de construction et des produits cosmétiques (comme l’aluminium ou les parabènes). Les PE entrent dans le corps des humains et de la faune par la poussière ou à travers la chaîne alimentaire, par effet de bioaccumulation, cet effet pervers qui concentre les polluants et les molécules chimiques au sommet de la chaîne alimentaire.

Evaluer pour faire réagir

perturbateurEndocrinien.jpgLes problèmes de santé sont bien souvent pris en compte ou remarqués dès que leur coût est estimé. Ainsi, des chercheurs ont récemment étudié le coût de l’action des perturbateurs endocriniens. Les chercheurs ont utilisé des études épidémiologiques et toxicologiques pour évaluer le coût économique des pathologies qu’ils jugent liées à l'exposition aux PE (infertilité masculine, anomalies congénitales, obésité, diabète, maladies cardiovasculaires, troubles neurocomportementaux et de l'apprentissage, ou le cancer…). Ce coût pour la société est estimé entre 150 et 260 milliards d’Euros par an, soit entre 1.2% et 2% du PIB de l’Union Européenne !

Les auteurs de l’étude sont parmi les spécialistes les plus compétents au monde de cette question des perturbateurs endocriniens : Leonardo Trasande, R. Thomas Zoeller, Ulla Hass, Andreas Kortenkamp, Philippe Grandjean, John Peterson Myers, Joseph DiGangi, Martine Bellanger, Russ Hauser, Juliette Legler, Niels E. Skakkebaek, Jerrold J Heindel.

« Alors que de nombreuses enquêtes démontrent l’exposition des populations aux PE, cette étude apporte une preuve supplémentaire de la nécessité d’une action préventive forte pour se prémunir des risques des perturbateurs endocriniens en Europe. » Déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures et co-auteur du livre Perturbateurs endocriniens, la menace invisible. «Il faut donc que l’Union européenne adopte des critères protecteurs pour définir les perturbateurs endocriniens qui devront être exclus dans le cadre du Règlement 1107/2009 sur les pesticides (définition de l’OMS et création de 3 catégories : PE confirmé, suspecté ou potentiel). Ces critères s’étendront également aux autres législations concernées (REACH, biocides…). Par ailleurs aucune modification des dispositions existantes dans les législations européennes sur les biocides et les pesticides ne doit intervenir si l’on veut vraiment protéger la population européenne des risques liés au PE. »

Pour le moment, le meilleur moyen de se prémunir contre les perturbateurs endocriniens reste un mode de vie “bio”, comme on le prône sur abonéobio.com, qui a toujours alerté sur ces sujets de santé publique : - manger des produits cultivés sans pesticides, - utiliser des cosmétiques bio , - faire un ménage écologique et notamment la pâte verte multi-usage de Brunort (qui est par ailleurs en promo en ce moment), -rester informé sur la provenance et de la composition de ce que l’on achète. Pour proposer des produits les plus respectueux des hommes et de la planète la société Comptoir des Lys (Coslys, Etamine du Lys) a demandé à tous ses fournisseurs d'emballages plastiques, des certificats attestant de la non-présence de perturbateurs endocriniens dans leurs flacons. Banniere_Coslys.jpg

Ma bible des trucs de santé au naturel

Pour se soigner au naturel il existe des trucs et astuces, transmis depuis des générations et qu'aujourd'hui nous redécouvrons. Dans un contexte où la chimie induit de la suspicion, où les consommateurs sont avides de simplicité, de transparence et de bio, voici un ouvrage très utile pour toutes les familles : "Ma bible des trucs de santé" présente des solutions simples et efficaces pour soulager bons nombre de symptômes. Sophie Lacoste, rédactrice en chef de magazine sur la santé, partage son expérience de plus de 20 ans. J'ai apprécié notamment les conseils donnés aux personnes victimes d'acouphènes, une gêne très importante et souvent mal comprise par l'entourage : une vingtaine de suggestions faciles à mettre en place, dont la teinture mère de cimiguga (aussi donnée pour les bouffées de chaleurs). Le livre est organisé en 3 sections. Première partie : la liste des ingrédients naturels utiles tels que les huiles essentielles bio (pages 63 à 72), les huiles végétales dont le jojoba mais aussi les plantes (j'ai appris que le bambou pouvait soulager les maux de dos : lumbagos et sciatiques), les aliments (dont le chocolat ! ou encore le chou en cataplasme pour soulager les douleurs dorsales), les produits de la ruche (explications sur les vertus de chaque variété de miel, la cire d'abeille, ...), l'argile, les nombreuses recettes avec le bicarbonate de soude et le vinaigre de cidre, les boissons (Kefir, kombucha, thé), les élixirs floraux (voir mon article sur les fleurs de bach), les épices et condiments (pensez au curcuma et au gingembre frais !), les granules homéo (avec les explications sur la question qu'on se pose tous : 5 CH ou 30 CH ?). La deuxième partie présente les soins et les préparations : les bains, les cataplasme et les compresses, les gargarismes et bains de bouche, les macérations de plantes dans des huiles végétales, laits de toilettes et lotions toniques, les masques visage (avocat, carotte, avoine, citron, concombre, fraise, sigle, menthe, banane, ...), les sirops (comment faire et comment conserver ses sirop de légumes, de plantes, de fruits), les teintures mères, tisanes, ventouses. La dernière partie est un abécédaire pratique pour savoir quelles astuces dénicher en fonction d'un symptôme : acné, acouphènes, ballonnements, allaitement, angine, manque d'appetit, bursite, cellulite, chute des cheveux, eczéma, digestion difficile, entorse, insomnies, migraines, poux, rhume, stress....

ma bible des trucs de santé au naturel

A l'heure où les laboratoires font du lobbying pour interdire la vente de certains produits naturels (exemple du kava-kava, plante issue des iles Fidji, utilisée comme anxiolytique naturel, interdit depuis qu'un labo a extrait les principes actifs en recourant à un solvant dangereux (comme je vous le dis souvent attention aux méthodes de production mais aussi d'extraction, notamment dans le cas des huiles essentielles). Ce solvant ayant conduit au décès de plusieurs personnes. A croire que cette plante faisait de l'ombre à la vente des molécules chimiques sur un marché juteux notamment en France, gros consommateur d'anxiolytique.

Un livre utile à tous qui restera à portée de main et qui a aussi le mérite de nous aider à porter un autre regard sur dame nature, protectrice !
Ma bible des trucs de santé, de Sophie Lacoste, aux Editions Leduc.s (23 €) 504 pages, ou e-book à 15.99 €

Les pertubateurs endocriniens menacent la santé des femmes

Etre une femme aujourd'hui ne suffit pas pour donner la vie. L'infertilité grandit, et au delà ce sont les troubles du système reproducteur qui sont inquiétants. Partout dans le monde, des millions de femmes mais aussi de jeunes filles (avec la puberté très précoce) y sont confrontés. Les perturbateurs endocriniens sont dénoncés pour expliquer cette hausse des pathologies: bisphénol A mais aussi phtalates (voir mon article : le DEHP dangereux phtalate présent dans le nutella), ...Demain le Sénat doit voter une loi interdisant le recours au bisphénol A. Mais les industriels s'insurgent, avec un chantage sur la fermeture de leurs entreprises, ne sachant pas par quoi le remplacer (plus de 6.3 millions de tonnes de BPA produits d'ici 2015). Le calendrier serait incompatible avec la réalité industrielle : et la santé on en fait quoi ? . Puberté précoce (des petits filles ont des seins et des règles a 6 ou 8 ans !), myomes utérins, endométriose, syndromes des ovaires polykystiques, grossesse extra utérine, ménopause précoce, cancer du sein (la maladie touche 1 femme sur 8 en Europe), ...la liste des troubles de la reproduction est douloureuse pour les femmes. On sait que le système reproducteur est influencé par des facteurs divers (patrimoine génétique, alimentation, âge, hygiène de vie, ...) auxquels s'ajoutent désormais les nombreuses données sur les perturbateurs endocriniens. Ces substances s'interfèrent avec "la production, la sécrétion, le transport, le métabolisme, la fixation, l'action ou l'élimination des hormones naturelles". Et le problème lié à une exposition peut n'apparaitre que bien plus tard (c'est la brique manquante d'une fondation d'un édifice, invisible jusqu'au jour où le bâtiment devient bancal et s'effondre). A noter que les conséquences touchent aussi les générations suivantes : on constate davantage de malformations de l'appareil génital chez les petits fils des femmes ayant consommé du DES pendant la grossesse. Le principe de précaution devrait s'imposer, surtout quand on sait que l'exposition à de faibles doses de perturbateurs endocriniens ne sont pas sans conséquences.

perturbateurs endocriniens santé femmes

La liste de ces perturbateurs endocriniens est longue, en voici quelques uns :

  • Atrazine (herbicide parmi les plus utilisés aux USA), interdit en Europe en 2002 mais sa présence dans le sol continue de contaminer l'eau. Selon une étude de l'Inserm, la présence d'atrazine dans les urines de la femme augmente de 50 % le risque pour son enfant de souffrir d'insuffisance pondérale et de 70 % d'avoir un petit périmètre crânien à la naissance
  • Bisphénol A (BPA) Initialement c'est un oestrogène de synthèse destiné à un usage pharmaceutique. Depuis 1957 il est dans nos produits du quotidien en plastique durcit (biberon (interdit en 2011), bonbonne eau, ...) mais aussi dans les boites de conserve (dans les résines époxydes sur les parois intérieurs)
  • DDT insectide puissant interdit pour sa toxicité depuis 1972 aux USA, et en 1986 en Europe. Mais comme le DDT et DDE sont résistants, ils sont encore présents dans l'environnement et les organismes vivants et continuent leur pollution.
  • DES diethylstilbestrol : oestrogène synthétisé en 1938. Prescrit jusqu'au début 1970 voir 1980 en Europe. Il est encore utilisé comme hormones de croissance dans l'alimentation animale. Les études démontrent chez les filles dont les mères ont pris du DES pendant la grossesse plus de malformation de l'utérus ou du vagin, cancer du col de l'utérus, cancer du sein, ...
  • Dioxines
  • PBB (retardateurs de flammes)
  • PCB (utilisés comme isolants dans les transformateurs électriques, les gaines des cables, les condensateurs, ...) Interdits depuis 1987 mais ils sont persistants et s'accumulent dans l'environnement et la chaine alimentaire. Cf mon article les français ont trop de produits chimiques dans le sang
  • Phtalates : depuis 2005 en Europe, le DEHP, DBP et le BBP sont interdits dans l'industrie du jouet et des articles de puériculture (pour éviter que bébé porte à la bouche) mais autorisé ailleurs ! Le DEHP jugé très dangereux (phtalate classé toxique pour la reproduction) peut être mis dans les produits destinés au grand public sans dépasser 0.5 % ! UN scandale quand on constate sa présence dans l'alimentation, comme le Nutella ! ...


girl disrupted dérèglement hormonal feminin

Pour comprendre les enjeux de ces perturbateurs endocriniens et leurs impacts sur les troubles de la santé reproductive féminine, je vous invite à lire le livre « Menace sur la santé des femmes », publié par WECF France édité aux Editions Yves Michel, en librairie dès le 12 octobre 2012, 11 euros. L'ouvrage est rédigé clairement et très fourni en références. Il s'agit d'une adaptation de « Girl, disrupted » publié dès 2008 par une équipe de 18 experts internationaux faisant le point sur les données.

Scandale des OGM poisons

Les conclusions d'une étude menée en France par des chercheurs vient d'être publiée dans la revue de référence sur la toxicologie alimentaire : Gilles-Eric Séralini et son équipe de Caen démontre combien les OGM sont toxiques et même mortels, même à faible dose, suite à une expérimentation sur 200 rats pendant deux ans, alimentés par du maïs transgénique. Ce même maïs on le retrouve dans notre alimentation quotidienne, dans la viande (animaux nourris aux OGM), le lait, les oeufs, et les produits transformés. Avec de tels résultats, s'agissant d'un médicament, il serait immédiatement suspendu dans l'attente d'études complémentaires et là que fait on ?. Cette bombe va forcement faire réagir ? Comment Monsanto, firme leader des OGM, va réagir ? Elle n'a pas pu agir en amont et faire pression sur une équipe qui a travaillé dans le plus grand secret, jusqu'à la publication américaine dans "Food and Chemical Toxicology". Serons nous tous des cobayes, comme le dénonçe Jean Paul Jaud* ?

Les OGM sont des poisons scandale

Pour mener cette étude, ils ont dû importer du maïs génétiquement modifié (brevet Monsanto) OGM NK 603 sans éveiller les soupçons et faire fabriquer des croquettes destinées aux repas des 200 rats. Au bout d'une année, c'était l'hécatombe ! Pathologies lourdes, tumeurs mammaires, décès... En fin de vie, plus de la moitié de la population des femelles OGM étaient touchées par des tumeurs (voire jusqu'à 80% ) contre seulement 1/3 avec une alimentation non-OGM. Ce qui frappe c'est aussi le fait que les pathologies lourdes et les tumeurs arrivent de manière plus précoce, et peuvent représenter un quart de leur poids !. Les mâles aussi sont touchés, sur les reins et le foie, paralysant le système dépurateur;


Dans l’Obs : oui, les OGM sont des poisons par LeNouvelObservateur



Qui a financé cette étude ? Le Criigen, Comité de Recherche et d’Information indépendantes sur le Génie génétique, réunissant Joël Spiroux et Gilles-Eric Séralini (professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen), a réuni 3.2 millions d'euros pour cette étude, auquel l'INRA ou le CNRS ne voulait pas participer ! L'étude a été financée par la fondation Charles Léopold Mayer (en Suisse) et par les géants de la grande distribution, les groupes Auchan et Carrefour, autour de l'initiative de Gérard Mulliez. Les enseignes ne veulent plus se retrouver au coeur d'une problématique de santé publique majeure à l'instar du scandale sur la vache folle. Mener des études complémentaires parait le minimum. Mais à quel prix ? Monsanto a des centaines de variétés OGM et pour aller au fond du sujet il faudra financer 10 études à 150 millions d'euros ! L'Inra et le CNRS ne voyaient pas jusqu'à présent l'intérêt de lancer des telles études. On souhaite vivement qu'ils puissent revoir leur copie rapidement !

tous cobayes Gilles Eric Séralini

La bande annonce du film de Jean Paul Jaud TOUS COBAYES sur les écran


La guerre du business n'a pas fini de se faire sur le dos de notre santé. L'automne va être chaud. Face à de tels résultats, le combat de Corinne Lepage va s'intensifier : elle qui bataillait déjà dans son ministère puis à la commission Européenne Environnement, Santé publique et sécurité alimentaire, est également l'auteure du livre "La vérité sur les OGM, c’est notre affaire", Editions Charles Léopold Mayer, sortie le 21 septembre. A lire aussi "Tous cobayes !", où Gilles-Eric Séralini délivre les conclusions de cette recherche, publié chez Flammarion, le 26 septembre. A lire le dossier spécial du Nouvel Observateur en kiosque du 20 au 26 septembre, avec les révélations exclusives de cette enquête.

[ En attendant, pour notre santé, soyons prudents, refusons les OGM dans notre assiette et sur notre peau !.

PS Merci Catherine pour l'info :)

Accéder à l'article original : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0278691512005637

- page 1 de 10

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+