Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mardi 27 septembre 2016

Mot-clé - shampooing

Fil des billets - Fil des commentaires

Une rentrée qui recoiffe

cheveux-bio-colores-soigner.jpgAussitôt rentré de vacances, on aimerait pouvoir constater les bienfaits de la saison estivale : une peau halée (à défaut d’être bronzée) et des cheveux légers et brillants. Las, ces derniers sont asséchés, abîmés voire trop gras ou pas assez lumineux. Voici quelques conseils pour des cheveux tout bio!

Prolonger les reflets gagnés au soleil

Après 2 ou 3 semaines à nager ou buller le long de la plage, votre chevelure est naturellement décolorée et vous donne cet air de bonne santé que dégagent les surfeurs, bronzés toute l’année et avec un tie-and-dye parfait (car véritablement naturel). Malheureusement, vos cheveux n’ont pas l’habitude de l’air marin, de l’iode et du sable. Une fois rentré, c’est fourche et compagnie! On mise alors sur des soins “restructurants” (à base de kératine végétale), ou nourrissants (huiles) pour les cheveux. Pour Rodolphe Diotel, coiffeur coloriste “bio” à Vannes et finaliste des trophées Cosmébio en juin dernier, il importe peu “que les cheveux soit totalement décolorés ou méchés, ils doivent régulièrement être soignés afin de traiter la douceur et l'éclat. Je préconise à mes clientes l'utilisation d'un bain d'huile 100% naturel mais non gras qui apportera hydratation et brillance aux cheveux décolorés et abîmés. “ On peut également faire un masque après chaque shampoing. Les ingrédients actifs à utiliser en priorité sont les huiles de coques ou de pépin comme la macadamia, l’argan, le sésame ou la noisette.

Notre Sélection Bio

coslys-keratine.jpg

Réparer les cheveux et revitaliser le cuir chevelu

Fan de nature, vous avez opté pour le séjour “défi”: randonnée, tente sur le dos, et douche solaire pour les plus prévoyants. Bien évidemment pour ne pas polluer, le shampoing n’a pas été une priorité! Ou bien à vouloir trop bien faire (un shampoing tous les jours pour nettoyer le sel des embrunts ou le chlore de la piscine) vous avez asséché et abîmé votre chevelure. Dans tous les cas, vos cheveux reviennent plus fatigués encore que vous et il faut désormais en prendre soin!

Le mot d’ordre : la douceur! On préférera alors des bases lavantes douces (de préférence sans les tensio-actifs suivants : ALS ou SLS, voir notre article), associées à des actifs pour nourrir le cheveux ou assainir le cuir chevelu, en fonction du “préjudice” subit.

Béatrice August, chef de produit Coslys propose d'oublier un temps votre shampoing d'avant les vacances. « Pour réparer les dégâts de l'été, il faut déjà faire un rapide diagnostic : trop secs ou trop gras? Je conseille toujours d'alterner un shampooing spécifique et un shampoing doux, pour cheveux normaux à raison de 1 sur 3. La plupart des utilisateurs/trices constatent que leurs cheveux sont secs au retour de vacances. Il faut donc les réhydrater avec des formules douces et nourrissantes, souvent à base d'huile (comme le shampooing pour cheveux secs à l'huile de noyau de mirabelle de Lorraine NDAboneobio). Si le cheveu est gras, les soins seront radicalement différents : il faut en priorité assainir le cuir chevelu pour réguler la sécrétion de sébum, avec des formules purifiantes, à base d'huiles essentielles généralement. Les soins spécifiques sont également à privilégier car ils apportent un véritable plus au le rituel de soin. Si le shampoing nettoie et répare le cuir chevelu, les après-shampoings voire les masques (selon les gammes) sont indispensables pour agir en profondeur et ainsi nourrir et sublimer sa chevelure, surtout si on a les cheveux longs.»

Notre Sélection Bio

Selection-cheveux-bio-revitaliser-reparer.jpg

Se faire une chevelure de rêve

Vous n’avez pas pris de vacances, où alors au fin fond de l’Auvergne où le temps a malheureusement été exécrable ? (je sais j’y étais!) Bonne nouvelle, les colorations bio et naturelles ont fait beaucoup de progrès, il existe désormais des colorations 100% végétales et issues d'ingrédients BIO, totalement exemptes d’ammoniaque. Une coloration végétale sollicite et agresse beaucoup moins le cheveux qu'une coloration traditionnelle. La tenue est également meilleure car une coloration douce abîme moins les cheveux. Ceux-ci sont plus forts, leurs écailles des en bien meilleur état et résistent davantage à la pollution et à l'oxydation naturelle.

Rodolphe Diotel, coloriste de métier, précise " je mets principalement l'accent sur les colorations alternatives qui sont pour moi l'alliance parfaite de la nature et du progrès technologique. Les colorations de la marque NATULIQUE par exemple sont naturelles et permettent aux clientes les plus sensibles et exigeantes sur le résultat de pouvoir obtenir une qualité professionnelle. Autre point important, la prise sur le cheveu blanc et la possibilité d'éclaircir les cheveux sans les brûler. Nos éclaircissants à l'argile sont dépourvus de Persulfate d'ammonium qui est l'actif principal blanchisseur et est le responsable des cheveux brûlés. Avec pas moins de 12 extraits naturels et biologiques certifiés, ces colorations sont vraiment la meilleure alternative alliant efficacité, beauté et santé.

Notre Sélection Bio

coslys-apres-shampoing-cheveux-colores-bio.jpg

Les produits Rodolphe&Co et Natulique (une marque danoise) sont disponibles en instituts et salons de coiffure. Renseignements sur leurs sites internet (en lien). N'hésitez pas à chercher des salons de coiffure bio, près de chez vous, on en recense plus de 150 partout en France, et pas seulement à Paris!

Soin des cheveux, je lave ou pas

Avec l’arrivée de 5 nouveaux après-shampooings Coslys sur abonéobio.com, spécialement formulés par type de cheveux (normaux, secs, gras, colorés, fragilisés) faire des liens actifs vers les produits, c’est l’occasion pour nous de revenir sur une pratique de plus en plus en vogue dans le milieu des beautista bio : le No-poo.

De quoi s’agit-il ?

En vogue depuis la fin des années 2000 aux États-Unis, le phénomène no-poo est incontestablement le buzz « beauté » de 2014. Il s’agit là d’une technique assez extrême qui vise à bannir le shampoing, notamment conventionnel, à cause des produits chimiques qui entrent dans sa composition. Le terme “No-poo”, qui signifie « pas de shampooing », est cependant un peu trompeur. Pour en arriver à ne plus laver ses cheveux, il faut avoir beaucoup de temps : tout d’abord avoir de la patience, car les résultats ne sont jamais immédiat, et avoir la possibilité de créer ses propres masques capillaires, afin de nettoyer ses cheveux sans avoir recours au shampooing.

Comment ça marche ?

rhassoulpwdr4.jpgPour de nombreuses adeptes, l’indispensable c’est le bicarbonate de soude, voire le rassoul marocain (ghassoul), appliqué comme un baume et rincé avec du vinaigre de cidre, et quelques gouttes d’huiles essentielles faire des liens actifs vers la catégorie aromathérapie pour parfumer naturellement les cheveux. Afin d’espacer les shampooings, les « No-poo » addicts conseillent également le talc ou la fécule de maïs utilisés comme un shampoing sec, pour purifier le cuir chevelu. Pour nourrir les cheveux, il est recommandé de faire un bain d’huile : huile de coco, de monoï, d’argan, dont les vertus réparatrices sont connues et reconnues depuis des siècles. vinaigrecidrepomme.jpgD’autres termes anglicisés autour du thème du soin des cheveux, existent déjà depuis quelques temps, par exemple le nom de “water only”. Celui-ci a bien évolué car il s’agit surtout d’un rinçage au vinaigre de cidre et d’eau, voire d’infusion de plantes (ex : au thé pour les cheveux auburn et châtain). Les recettes proposées ne sont ni plus ni moins que les méthodes de lavage qui faisaient la beauté des chevelures de nos grand-mères avant l’arrivée des shampoings tel que nous les connaissons.

Et en vrai çà donne quoi ? Chez abonéobio, on se pose depuis longtemps la question du « no-poo », et une consommatrice de produits bio nous a raconté son expérience. Expatriée au Japon, elle ne trouvait pas de produits bio pour son type de cheveux : souples, fins, très longs. « Au mieux, j’ai trouvé un shampooing « organic », mais non certifié, qui a transformé ma chevelure en un amas poisseux.Je ne sais pas ce qui a été le plus désastreux : le shampoing inadapté, le rinçage à l’eau avec une eau plus douce qu’en France, une pollution atmosphérique beaucoup plus importante, ou des hormones en folie ? »

Après avoir lu les nombreux blogs, et autres pages Facebook ventant les méritent du « No-Poo », elle a commencé par espacer les shampooings pour ne pas solliciter son cuir chevelu et activer la production de sébum. Pour ce faire, mieux vaut s’équiper d’un shampooing sec à base de poudre de riz (ou de talc, fécule de mais, etc.) pour purifier la chevelure. Séchage minutieux des cheveux et les attacher en chignon sont aussi des règles essentielles à appliquer pour changer sa façon de se laver les cheveux en douceur. Parfois, la volonté et le militantisme ne suffisent pas pour poursuivre une conversion au “no-poo” « Après 2 mois de catastrophes capillaires, enfin de retour en France, j’ai acheté un shampoing bio pour cheveux gras qui a complètement rééquilibré mon cuir chevelu en quelques applications ».

D’autant que beaucoup de facteurs externes sont aussi à prendre en compte :

l’état de stress d’une personne, puisque les cheveux comme la peau reflètent les états anxieux; la qualité de l’eau de lavage ou le niveau de pollution atmosphérique, qui agressent ou perturbent l’équilibre du cuir chevelu; la longueur des cheveux, car les soins pour cheveux courts, mi-longs ou très longs ne sont pas les mêmes.

Alors, qu’allez-vous tester ? Le « No-Poo » ou les nouveaux après-shampoings, vendus sur abonéobio.com ?

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+