Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Jeudi 23 mars 2017

11 astuces pour acheter bio et moins cher

7 milliards d’euros de produits bio vendus en 2016. C’est un record.

Pourtant, l’Agence Bio, qui se garde toujours de donner des chiffres sans les pondérer, reconnait que le bio alimentaire est toujours 20 à 30% plus cher que le conventionnel, selon les produits et les canaux de distribution. Pour autant, nous sommes de plus en plus de consommateurs de bio de manière régulière, et même quotidienne. Pour autant, 29% des consommateurs indiquent avoir l’intention d’augmenter leurs achats en bio.

Comment, en temps de crise du pouvoir d’achat, pourquoi le bio séduit-il encore toujours plus et comment faire baisser durablement la facture?

Lire la suite...

Et si nos achats valaient enfin des Coopek?

Coopek.PNGVoilà un sujet qui n’est pas facile : la monnaie! A la différence de ”l’argent”, qui est à la base un métal, la monnaie est un instrument, un moyen d’échanger des biens de manière harmonisée. Certains pensent que la monnaie est à l’origine de biens des maux, et que le troc, l’échange de biens ou de service était plus vertueux. Il semble pourtant que le troc soit un mythe (voir SociAlter n°11 ) et que les systèmes d’échanges comme le SEL soient finalement possible grâce à nos utopies actuelles.

Cependant, la monnaie, l’argent, le blé, les espèces, ou le nom qu’on veut bien leur donner, roule désormais moins pour les particuliers que pour les banques qui en créent la valeur. La résistance s’organise donc pour relancer les “monnaies complémentaires”, locales ou alternatives, dont la principale fonction est de ré-ancrer l’argent à l’économie réelle, par opposition à l’économie des banques pour le système bancaire.

Il existe actuellement 51 monnaies alternatives en France, comme le radis d'Ungersheim, ou leStück de Strasbourg ou le Pêche de Montreuil).

Et parmi celles-là, le Coopek se distingue car c’est une monnaie nationale, à la différence de la plupart des monnaies alternatives locales, et virtuelle, au sens qu’elle est dématérialisée. Nous avons rencontré Yannick Darguesse, l’un des porteurs du projet dans les Yvelines pour nous parler du Coopek.

Lire la suite...

Choisir ses armes beauté en 2017 : bio et 0 déchet?

Chez abonéobio, on ne transige pas : la beauté est bio ou elle n’est pas! On aime la beauté au naturel : des produits simples, aux formules douces, qui laissent les cheveux soyeux, la peau nette, sans perturbateurs endocriniens et autres substances pétrochimiques controversées pour la santé et la biodiversité.

Et pour aller plus loin dans la quête écologique, on aime les produits réutilisables! Peu à peu ils reviennent dans notre quotidien. A l’occasion de notre quinzaine de promotion sur les produits Lamazuna, petit comparatif entre deux produits aux mêmes fonctions!

Lire la suite...

Organiser un Repair Café c’est compliqué?

13522907_1107566142632874_2377235017882556179_o.jpgÊtre un consom'acteur, c’est aussi donner de son temps, de sa motivation, ou de son expérience pour sensibiliser les autres consommateurs et faire évoluer les mentalités sur des sujets aussi différents que les éco-produits, le recyclage, ou les déchets.

Abonéobio parle régulièrement de la thématique déchets et de la réparation, voici un nouveau pas de franchis avec un engagement plus pratique que théorique : l’organisation d’un Repair Café, testée par un membre de l’équipe, qui vous livre ici ses conseils.

Lire la suite...

Choisir une station de ski écologique

aboneobio_neige_ski_ecologie02.JPGLa montagne, comme la mer, est un écosystème fragile et les vacances “au ski” représentent une pression migratoire, indispensable à l’économie des territoires, qui repose majoritairement sur le tourisme, mais dangereuse pour le climat et la biodiversité.

Doit-on pour autant se passer des sports d’hiver ?

Choisir une station portant le flocon vert

Lire la suite...

Les nouvelles tribus écolos

img_4166.jpgLa consommation responsable a toujours été multiforme, mais désormais les courants se définissent plus spécifiquement, se retrouvent, se communautarisent grâce aux réseaux sociaux, et dans certains cas se radicalisent. Pourtant, ces écolos, société disparate s’il en est, est toujours mobilisée à divers degrés pour une même cause : l’écologie; celle-ci allant de l’environnement au bien-être animal en passant par la santé.

Alors pourquoi se bat-on entre “nous” ?

Lire la suite...

Top 10 des articles les plus lus en 2017 sur abonéobio

2016 est une année record: un triste record en termes de réchauffement climatique, avec des températures globalement bien plus élevées que la moyenne, et par extension, en termes de pollution. Cette année, nous avons aussi été secoués par les différents scandales de maltraitances animales et les consomm’acteurs n’ont jamais été aussi divisés sur la question vegane.

Heureusement, en 2016, le bio ne s’est jamais aussi bien porté, suivi d’encouragements réglementaires pour faire évoluer la consommation dans le bon sens, comme l’introduction du bio ou local à hauteur de 20% dans les cantines au 1er janvier 2020, ou l’interdiction des microbilles de plastiques dans les cosmétiques ainsi que les cotons-tiges en plastiques! Toutes ces informations, nous les avons partagées sur nos réseaux sociaux twitter et facebook en tête, et nous les avons parfois analysées et décryptées sur le blog, avec des interviews de professionnels.

Cette année encore, vous avez aimé nos articles pratiques, positifs autour des produits bio ou une philosophie de vie plus naturelle, et voici votre top 10!

Lire la suite...

Un hiver douceur avec les huiles essentielles d’agrumes

agrume_nel.jpgLes fruits de saison étant les agrumes, abonéobio souhaite mettre en valeur les richesses des huiles essentielles qui en sont extraites. Que l’on pense à l’orange de Noël, aux pelures de clémentines déposées sur la cheminée ou aux zestes d’agrumes qui parfument les pains d’épices, les bûches, les épices à vin chaud ou les thés de Noël, ils rappellent la chaleur de la maison, la douceur de l’enfance, l’esprit de Noël. Plus généralement, ils invitent à la relaxation.

De plus, les HE d’agrumes sont riches en limonène (d-limonène) mais aussi en glutathion, un anti-oxydant qui protège également de certains polluants et poisons (dont la combustion de carburant et fumée de cigarette), et du vieillissement en général.

Alors, prêts pour une cure d’HE d’agrumes?

Lire la suite...

L’écologie au cinéma, solution pour une prise de conscience ?

images.jpgRingard, l’écologie sur grand écran ? Il suffit de voir que Trashed a patiemment attendu 4 ans dans les cartons avant sa sortie française en novembre dernier, entre un documentaire hollywoodien avec Léonardo DiCaprio (Avant le déluge) et une réalisation franco-française de Marie-Monique Robin, pour se dire que les distributeurs ne misent pas trop sur la conscience écologique pour remplir des salles.

Pourtant, ces documentaires sont utiles pour alerter, sensibiliser ou fédérer les consom’acteurs. On ne ressort jamais indemne d’une projection : soit on se découvre l’envie d’agir concrètement, soit on se rend compte des dégâts que nous générons et on souhaite changer cet état de fait!

Qu’est-ce qu’on attend ?

Lire la suite...

Sélection de chocolats et douceurs pour un Noël plus Bio.

Ambiance-noel__2_.jpgPouvoir apprécier un chocolat noir ou au lait ayant des formes, des textures ou des arômes élaborés et originaux n’est plus réservés aux chocolats des marques bien connues de l’agroalimentaire. Heureusement, le secteur du bio a fait, comme en cosmétique, beaucoup d’effort pour l’élaboration de douceur aux chocolats afin de ravir tous les palais, sans l’amertume des conditions de récolte ! En choisissant un chocolat bio, non seulement la composition sera transparente - sans nanoparticules ou phtalates - et en plus vous serez gagnant au niveau éthique. Moins de risque de voir les entreprises lourdement impliquées dans l’exploitation et le travail d’enfants dans les plantations de cacaoyers (en Côte d’Ivoire notamment). Sans compter une possible déforestation dans le cas d’une huile de palme non certifiées RSPO.

Lire la suite...

Quelques astuces d’abonnés au bio pour cuisiner sainement

img_cuisine.jpgMalgré tout ce que l’on sait sur l’état de notre planète, nous, consommateurs, nous tournons majoritairement vers le bio pour des raisons de santé (56%, sondage BVA, mars 2014).

En tout premier lieu, on préfère les fruits et légumes, oeufs et autres aliments bio, puis on choisit ses cosmétiques bio plutôt que conventionnelles et des produits d’hygiène écologiques certifiés. L’alimentation étant le premier point d’entrée vers le bio, il semble parfois contradictoire d’avoir des ustensiles toxiques alors que l’on choisit des aliments plus sains.

Idée reçue n°1 : c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes.

Lire la suite...

Salon Marjolaine : à la découverte des trésors de la ruche avec Catherine Ballot-Flurin

Incontournable parmi les salons bio, Marjolaine se tient actuellement et jusqu'au 13 novembre à Paris, comme à son habitude au Parc Floral, avec une sélections dithyrambiques d’invités à écouter au fil des 130 conférences et ateliers organisés lors de cette 41ème édition du Salon sur le thème de l’abeille.

Catherine Ballot-Flurin fait partie de ces personnes qui se sont accrochées à leurs idéaux et réussissent à les imposer. Que fait-elle ? Elle produit du miel, sur son terrain au pied des Pyrénées, et d’autres trésors de la ruche. Mais, en vérité la question n’est pas ce qu’elle fait, mais comment elle le fait : avec le respect des abeilles, une humilité et une sincérité qui impressionne. Il faut la voir présenter ses ruchers, et sa manière d’aborder les abeilles, sans protection, sans enfumoir, à mains et bras nus, pour récolter du miel. Tout le miel ? “Certainement pas!” vous dira-t-elle, le miel, comme la gelée royale ou la propolis sont indispensables aux abeilles et leur retirer leur moyen de subsistance, c’est stresser l’ensemble de la ruche qui doit continuer à surproduire pour le besoin des hommes.

Lire la suite...

6 tonnes de pesticides récupérées par les jardineries botanic

botanic-pesticides2016.PNGAlors que les abeilles se meurent lentement mais inexorablement, l'opération mise en place par l'enseigne botanic® peut nous redonner un peu d'espoir. En effet, la sixième édition de la collecte de pesticides initiée par l’enseigne de jardinerie naturelle a montré une fois de plus que ce service inédit de récupération de pesticides est plébiscité par les éco-citoyens. Au total, plus de 6 tonnes de produits phytosanitaires sous forme liquide, solide, gazeuse, ont été rapportées sur 4 jours (les 23-24 septembre et les 30 septembre-1er octobre derniers). Un nouveau record pour cette collecte d’automne : 2 tonnes de plus qu’en 2015 ! Depuis sa création en 2014, l’opération a permis de récupérer près de 35 tonnes de pesticides !

Lire la suite...

Le changement d'heure et LED : pas de pitié pour les économies d'énergies!

Attention, dans la nuit de samedi à dimanche, à 3 heure du matin, il ne sera que 2 heure...

Eh oui, ce week-end, comme tous les ans, nous allons une nouvelle fois devoir changer les aiguilles de nos vieilles horloges. A l'origine, le changement d'heure, c'est incongruité française depuis 1976 (et depuis harmonisée au niveau européen) devait permettre aux foyers de faire des économies d'énergie en tirant parti de l'ensoleillement naturel.

En soi, l'idée est bonne, sauf que les chronobiologistes dénoncent régulièrement les effets néfastes sur la santé (quoique dormir une heure de plus n'est pas vraiment un problème, au passage à l'heure d'hiver). De plus, les différents plans d'économies d'énergies comme les heures de nuit pour l'électricité, la mise en route de l'éclairage public sur la tombée de la nuit, l'amélioration de l'isolation ou même la démocratisation des ampoules LED, qui consomment beaucoup moins que les ampoules à filaments, rendent anecdoctiques pour certains les économies générées par le seul changement d'heure. Pourtant en 2009, selon une étude de l'ADEME (Agence De l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie) les économies réalisées sont de l’ordre de 440 GWh, soit l’équivalent de la consommation en éclairage d’environ 800 000 ménages et 44 000 tonnes de CO2 évitées (sur la base 1 kWh consommé produit 100 gramme de CO2).

Lire la suite...

Ces applis anti-gaspi qui changent la vie

street-marketing-optimiam-20.jpgLe gaspillage, c’est mal et ça coûte cher à tout le monde : 10 millions de tonnes de produits gaspillés, 16 milliards d’euros de pertes et un impact carbone estimé à 15,3 millions de tonnes de CO² pour la planète! (chiffres : Date Limite)

Agir contre le gaspillage c’est déjà être écolo, sans forcément être adepte du bio. Pour preuve, des start-up tentent d’inciter aux bons gestes : gourmands, économiques et écologiques.

Ces applications proposent de mettre en relation les consommateurs (et plus) avec des points de vente à proximité pour les encourager à consommer les invendus plutôt que de les jeter ou de les “javelliser”. Si la grande distribution s’y met depuis quelques années sous l’impulsion d’idées innovantes pour faire vendre les moches, les frais à date limite rapprochées ou juste faire changer les mentalités, les commerces de bouches voient aussi leurs intérêts à vendre moins cher, mais vendre tout de même, les surplus de la journée. De belles start-up voient ainsi le jour dans les capitales européennes, et notamment en France!

Lire la suite...

5 astuces bio et naturelles contre les poux

cheveux-enfant-anti-poux-bio_naturel.jpgQue les parents fébriles à la vue de la première alerte sur le retour des poux en collectivité lèvent la main!

Le problème des poux, c’est qu’une fois arrivés, ils se refilent d’un enfant à l’autre jusqu’à totale désespérance des parents perdus dans la multitude d’injonctions parapharmaceutiques, largement arrosées de personnage Disney qui n’apportent aucune efficacité, mais rassure notre progéniture. Est-ce que Cendrillon, la souillon, avait des poux? Mais non, voyons ! Preuve que ce produit bourré de base irritante voire allergisante (on a vérifié : SLS, ALS et méthylisothiazolinone, au moins) et agissant sur le système nerveux du parasite doit fonctionner !

Bref, faudrait-il soigner la peste par le choléra? Évidemment que non, et on partage nos astuces anti-poux 100% bio et naturelles!

Lire la suite...

Pour Romain Ruth de Cosmébio, la cosmétique bio doit garder son avance

ImpressionBonne nouvelle pour la planète, après les parabènes, les microbilles de plastiques et les coton-tiges en plastique seront interdits à la vente en France dès 2018 et avant janvier 2020. Vos produits préférés sur abonéobio ne sont pas touchés par ces interdictions puisque tous les bâtonnets ouatés SilverCare sont fait d’embouts en coton bio sur des tiges en papier, labellisé FSC, et que les gommages corps et exfoliant visage Coslys, utilisent des billes de jojoba, de la poudre de riz ou de la coque d’amande. Des ingrédients écologiques, compatibles avec le cahier des charges de labels exigeants comme Cosmébio, BIDH ou Natrue.
Pour les consommateurs qui n’avaient pas déjà fait le choix du bio, et de produits responsables, c’est évidemment mieux : les produits d’hygiène conventionnelle deviennent, à force de législation, plus écologiques !

Mais que risque-t-on à force de déresponsabiliser le consommateur ? Et qu’en pense les producteurs qui ont fait le choix du bio depuis longtemps ?

Lire la suite...

2016, le bio affiche une croissance historique en France

logo_agence_bio.JPGComme chaque rentrée, les chiffres de l’Agence Bio sont là pour nous remonter le moral : le bio ça marche, en France ! Haut les coeurs, les abonéobios, l’Agence Bio annonce encore +20 % de croissance du marché bio au premier semestre 2016 comparé au même résultat du premier semestre 2015. Que les climato-sceptiques se rassurent, c’est encore une goutte d’eau à l’échelle mondiale, mais cela montre bien que la tendance de fond (ou devrait-on dire lame de fond) réclame toujours plus de bio : pour les consommateurs, pour les producteurs, pour la planète!

Lire la suite...

Le tour du monde d’Etamine du Lys avec le Vendée Globe

samuel_1.jpgLes marques Etamine du Lys et Famille Mary deviennent les partenaires principaux du navigateur Romain Attanasio pour la mythique course de voile, en solo, sans assistance et sans escales : Le Vendée Globe. Si Etamine du Lys nous avait habitué à de nombreux partenariats reconduits chaque année avec des partenaires locaux, engagés dans la protection de la faune et la flore marine, c’est la première fois que la marque de produits d’entretien écologique sponsorise un bateau sur un événement d’une telle envergure.

Lire la suite...

La vente à domicile, l'autre secteur qui séduit le bio

Loin de nous l’idée de dézinguer le modèle de la vente à distance, sur lequel Abonéobio s’est développé, mais on aime aussi quand les acteurs du bio se démarquent par leur originalité. On trouve du bio pour tout le monde : ceux qui achètent en supermarché bio, en magasins spécialisés, ceux qui préfèrent la vente directe, ceux qui passent leur commande sur internet… et même ceux qui aiment recevoir pour tester, découvrir et acheter chez soi!

La marque française PURE a fait le choix de la vente à domicile pour vendre ses produits, bio et écologiques, sur base végétale, qu’ils soient des compléments alimentaires, de l’hygiène de la maison, des cosmétiques ou du maquillage.

Lire la suite...

- page 1 de 211

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+