Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dimanche 23 novembre 2014

Du coté de l'entreprise...

Fil des billets - Fil des commentaires

2014 , vers la fin du gaspillage alimentaire ?

 

Selon la FAO (organisation de l’Onu pour l’alimentation et l’agriculture), nous gaspillons chaque année environ 1300 milliards de tonnes de produits alimentaires, soit près d’un tiers de la production mondiale.

Contre cette invraissemblance, un mouvement d’engagés a vu le jour aux Etats Unis, en 1999, et gagne peu à peu l’Europe au plus fort de la crise économique, en 2008. Le freeganisme (gratuivorisme ou « philosophie » du déchétarien). Consiste à se servir dans les poubelles des magasins, boutiques, Grande Disribution, en produit peu ou pas périmés, mais que les enseignes jettent quand même comme ils sont jugés « invendables ».

Pour ces activistes, responsables associatifs, écologistes ou altermondialistes, l’objectif est autant de faire des économies que de lutter contre un gaspillage alimentaire à l’outrance. Pourquoi jeter un sac de 2kilos de pommes si seulement l’une d’entre elles est abîmée ? Pour la grande distribution, qui gère son stock selon la formule comptable « pertes et profits », cela ne change rien, mais pour les plus démunis et notre planète, cela change tout. Il fallait beaucoup de courage et d’audace pour prouver à la grande distribution ses erreurs, en fouillant ses poubelles, néanmoins, cela a fait bouger les choses.

2014 a été déclarée par l’union européenne année de la lutte contre le gaspillage alimentaire. A ce titre, voici quelques initiatives intéressantes qui, si elles sont couronnées de succès, montre que l’audace finit par payer, comme disait Danton.

Intermarché : les fruits et légumes moches séduisent !

La première mobilisation du genre contre le gaspillage des enseignes « conventionnelles » a été la campagne d’Intermarché pour les Fruits et Légumes moches. Une initiative couronnée de succès dans l’hypermarché de Pontaut Combault (77), où les consommateurs ont été sensibilisés et incités à acheter des fruits et légumes qualifiés d’inesthétiques à un prix 30% moins cher. Outre la présence des cultivateurs lors d’un week-end dédié en mars dernier, des soupes et des jus ont été préparés à partir de ces produits afin de démontrer leur qualité gustative. Un affichage et des slogans bien pensés ont accompagné l’opération qui a été largement relayée sur les réseaux sociaux. Récemment, la campagne s’est même vue déclinée en anglais dans un film parodique « inglorious vegetable ». Moche is the new chic!

CORA : la jeunesse innove contre les dates de péremption

Comment trouver des solutions innovantes aux problèmes actuels ? Dans le cadre d’un projet école-entreprise baptisé Challenge Créativité, 3 jeunes ingénieurs de l’école des Mines d’Alès ont réfléchi à la revalorisation des produits périssables et aux dates limites de consommation (DLC/ DLUO). Depuis début juillet 2014, la société CORA teste donc dans ses magasins d’Alès et de Limoges un nouveau dispositif de merchandising et de signalétique basé sur la responsabilisation de tous. Si certaines enseignes proposent des réductions sur les produits à « date courte », il s’agit ici de réintroduire ces produits dans le circuit, sensibiliser le consommateur et rendre ces denrées plus attractives. Ecologiquement, l’initiative est louable ; économiquement elle est même rentable ! Pour Olivier DELESCLUSE, qui dirige l’hypermarché CORA d’Alès : «Ce merchandising new look apporte à nos rayons beaucoup de dynamisme et va faire économiser 50 000€ par an. L’état‐major de CORA va d’ailleurs mettre en œuvre ce dispositif dans 30 autres magasins. En plus, le personnel de nos magasins a immédiatement adhéré à cette innovation. Je salue donc la créativité et le sens des réalités de ces 3 jeunes élèves-ingénieurs : leur dispositif crée de la valeur économique et sociale ».

En plus de la signalétique, voici quelques exemples de slogans imaginés par les élèves: « Sois malin, mange‐moi demain », « Cabossé mais bien conservé », « Je ne suis pas caillé, tu peux y aller », « Osez, même si la fin n’est pas loin ! »…

Ci dessous une vidéo réalisée pour la soutenance des 3 élèves-ingénieurs.

Les enseignes bio : la bonne conduite des consomm’acteurs.

Dans les enseignes bios, ce ne sont pas les mêmes problématiques. Les consommateurs sont bien évidemment plus « éveillés » sur les dates de consommation, ou les fruits « moches », néanmoins tout est fait pour limiter au maximum le gaspillage alimentaire.

Dans un autre domaine les magasins bio s’attachent depuis des années à promouvoir le vrac. Ce mode de consommation permet de proposer des produits jusqu’à 30% moins cher, de réduire les emballages (les bouteilles sont réutilisées), ainsi que le gaspillage (en adaptant la quantité souhaitée). Il permet également de développer la production agricole biologique en construisant des filières françaises d’exploitation (notamment les graines de tournesol) Depuis le début de l’année et jusque septembre 2014, le magasin Biocoop « Saveurs & Saisons » de Villeneuve d’Ascq (Nord pas de Calais), teste le vrac liquide en alimentaire avec la mise à dispositiion d’huiles (olive, colza, mélange…) de vinaigre, ou de vin… La Biocoop Scarabée de Rennes teste également un système de distribution automatisé inspiré du concept déjà proposé pour les produits d’entretiens écologique comme la marque Etamine du lys.

Bientôt dans vos supermarchés ? Quand la législation s’en mêle…

On se souvient de Frédéric Daerden, ce bourgmestre d’Herstal en Belgique qui avait soumis un supermarché à l’obligation de don de ses invendus à des associations. L’initiative, qui avait enthousiasmé les écologistes, est le point de départ d’une nouvelle proposition de loi contre le gaspillage alimentaire, en France. L’objectif est d’inciter les enseignes de la grande distribution à donner leurs invendus à des associations caritatives plutôt que de les jeter. Il faudra suivre de prêt les débats et ce qu’il en ressort, comme cette proposition est d'ores et déjà controversées, autant par les entreprises que les écologistes et les associations. En attendant, nous pouvons nous réjouir que les industriels de la grande distribution cherchent des solutions économiquement durables et écologiquement acceptables.

Se former grâce au e-learning et aux MOOC

 

Aujourd'hui pour se former plus besoin de se déplacer. Les modules de formation sont accessibles via internet. Chacun peut même profiter du savoir d'un(e) professeur de renom en s'inscrivant dans un cours en ligne, ouvert et massif appelé MOOC (Massive Open Online Course), une formation qui se repère sur un CV. Déjà initiées aux USA, en Allemagne, au Royaume Uni, en Espagne, les plateformes de MOOC regroupent jusqu’à 21 universités partenaires. En France, les grandes écoles s'y sont lancées : Ecole polytechnique, Ecole Centrale de Lille, HEC, ...avec des modules de 6 à 8 semaines, de 3 à 8 heures par semaine, pour 3000 à 10 000 inscrits, voire même 160000 inscrits pour UDACITY en 2011 à Stanford aux USA, cours sur l'intelligence artificielle !. Aujourd'hui UDACY rassemble 1.6 million d'étudiants, COURSERA, 6 millions et 108 formations. Certains MOOCs sont ouverts désormais à une formation diplômante. Autre avantage, l'apprentissage en mode collaboratif permet aux deux parties (ceux qui enseignent et ceux qui apprennent) de participer conjointement à l'évolution des supports pédagogiques via des ressources partagées. On parle alors de cMOOC (issu de l'approche connectiviste). C'est tout un écosystème qui est en train d'émerger, avec de nouvelles applications préparées en coulisses par des startup et la naissance du mouvement FUN (France Universités Numériques) depuis octobre 2013. A Nantes, lieu d'accueil du Web2Day, un évènement particulier s'est tenu le 24 janvier : la Journée des Moocs ou l'enseignement de demain ? L'occasion de débattre sur la révolution des méthodes d'apprentissage de la formation tout au long de sa vie, la nouvelle pédagogie de l'enseignement supérieur, la coopération entre institutions et collectivités, la viabilité du modèle économique préservant la gratuité de l'accès aux cours, ...bref sur les enjeux des MOOCs en France.

MOOC massive open online course

Les MOOC et l'entreprise ?

La formation au sein d'une entreprise a souvent un caractère confidentiel : le sujet traité, les outils proposés, le savoir faire détaillé, ...semblent à première vue difficilement compatibles avec la notion d'ouverture inclue dans la démarche des MOOCs. Et pourtant, l'entreprise pourrait y gagner en allégeant ses coûts annuels de formation (en moyenne elle dépense 1500 euros par salarié, un montant souvent rédhibitoire pour une TPE). En proposant à ses salariés de se former via des MOOCs, l'entreprise intègre une nouvelle valeur, celle du connectivisme où "l'apprentissage est le processus de création de connexion et de développement de réseaux". Après le savoir faire, le savoir quoi, c'est le savoir où, (où trouver les ressources quand elles sont nécessaires). L'entreprise en profite pour développer son agilité : elle ouvre ses frontières, elle crée des ponts avec ses pairs, elle nourrit des connexions avec d'autres participants et élargit sa veille benchmarketing.

Le e-learning et l'entreprise ? Mais la formation corporate nécessite souvent du sur mesure. S'assurer des contenus, en adéquation avec le contexte par nature évolutif de l'entreprise, auprès d'apprenants qui ne maitrisent pas forcément l'autonomie dans l'apprentissage, voilà quelques arguments pour se concentrer plutôt sur une formule de formation via le e-learning. Le gros avantage étant d'offrir une souplesse via un temps de connexion à l'outil choisi et non pas subi. C'est l'outil qui s'adapte au rythme de l'individu et non pas l'inverse.

formation e-learning Pure

Un exemple d'application du E-learning au sein du groupe Nature et Stratégie : Les conseillères de vente de la marque Pure (des gammes Fleur des Mauges et Armille) utilisent depuis 3 ans un programme interne de formation destiné à la force de vente. 300 personnes y participent, pour un coût moyen annuel de 70000 euros (hors temps de préparation des contenus). Il s'agit d'une formation créée sur mesure, Diartis, sur la base de modules de 7 à 8 minutes, au contenu pédagogique agréable. Des séquences courtes pour maintenir la concentration. Des informations à la fois sur les produits, le métier de conseillère, l'évolution du statut, des outils de prospection, également de l'actualité sur le marché du bio, de la culture générale, ...A la fin de chaque module, quelques questions QCM permettent de valider l'étape. Les utilisatrices ont également accès librement à une bibliothèque de données et à l'ensemble des modules élaborés depuis 3 ans. Elles peuvent revoir un sujet avant un rendez vous, approfondir, ... cette pratique permet d'accompagner des personnes qui doutent souvent de leurs compétences. Chacune a le choix de se connecter au moment propice pendant sa semaine, (dans la journée, le soir, le dimanche, ...). L'accès à distance permet en outre de réduire les déplacements entre le lieu de résidence des conseillères (présentes partout en France) et le siège de la société.
Cette année, une formation supplémentaire sera mis en place, en collaboration avec la FVD (Fédération de Vente Directe). Certaines conseillères pourront ainsi accéder à une formation en e-learning qualifiante, reconnue par l'Etat (examen de fin de parcours avec une partie théorique et un entretien ) et diplômante (diplômes en cours de validation par l'Education Nationale), pour valider des acquis d'un niveau BTS par exemple. Pour en savoir plus http://www.fvd.fr/vente-directe-academie-0

Et rien n'empêche d'encourager le salarié à suivre individuellement une formation via un MOOC notamment pour les formations "classiques" de type bureautique, gestion du temps, ...

Et pour les créateurs d'entreprises, quelques MOOC intéressants :

  • Pour aider à financer son projet http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/financer-sa-creation/un-mooc-pour-les-createurs-en-recherche-de-fonds-59773.php,
  • Pour développer http://www.passeportpourdevelopper.com/
  • Pour mieux transmettre sa société http://www.passeportpourtransmettre.com/


Sources :
http://www.journeedesmooc.com/
http://www.formation-professionnelle.fr/2013/11/04/les-moocs-faits-lentreprise/

Exemples de MOOC
http://www.ocean-flots.org/flots.html

Abonéobio vous souhaite une très belle année 2014 !

 

Janvier est le mois des bonnes résolutions...alors, si vous souhaitez passer au bio sans contrainte et sans augmenter votre budget, si vous souhaitez consommer propre et naturel et prendre soin de vous avec des produits bio de qualité, si vous souhaitez gagner du temps et profitez d'encore plus de plaisir, ...rejoignez nous : en 2014, passez à l' abonnement bio ! Pour cette nouvelle année, Abonéobio vous prépare de belles surprises : de nombreux avantages, des privilèges clients et encore plus de remises sur les abonnements !

meilleurs-voeux-2014-aboneobio

Au plaisir de vous retrouver très vite parmi nos clients privilégiés !

Abonéobio vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année

 

Une année s'achève. Le temps de se ressourcer en famille, entre amis, de s'accorder des moments de bien être partagé. L'actualité d'Abonéobio fut riche cette année avec un changement de propriété pour un nouveau départ. Nous serons à vos cotés pour vous accompagner à vivre ses fêtes pour le plus grand plaisir de tous. Profitez, savourez, et on s'occupe du reste.
Très belles fêtes de fin d'année à tous !

aboneobio joyeuses fêtes de fin d'année 2013

Nature et Stratégie encourage à consommer autrement

 

L'acte d'achat aujourd'hui connait quelques remous. Certes la crise nous amène à revoir nos dépenses, mais l'essentiel est ailleurs. La notion de propriété s'efface pour laisser place à la notion de partage, de consommation parcimonieuse, à ce que l'on nomme la consommation collaborative : puisque nous utilisons en moyenne une perceuse seulement 12 minutes dans sa vie, autant la louer le jour où c'est nécessaire. Ce principe ne cesse de l'élargir aujourd'hui à de nombreux domaines : covoiturage, co-surfing, co-lunching,...Si autrefois les familles ne consommaient que ce dont elles avaient véritablement besoin, elles ont ensuite appris à céder au principe de la tentation, tellement mis en avant dans nos hypermarchés. Après des années de surconsommation, désormais se présente une troisième voie : nous ne pouvons plus nous permettre le luxe de gaspiller, alors quitte à consommer, autant acheter des produits qui nous plaisent, avec lesquels nous nous sentons bien. Anticiper son achat, réfléchir à ce qui nous convient le mieux, tester et consommer au juste prix ce que nous aimons, voilà exactement le concept d'aboneobio, marque reprise récemment par le groupe Nature et Stratégie. Apprendre à raisonner autrement, à garder le plaisir sans les excès. A Noël, pour la première fois, près d'un français sur deux optera pour la consommation collaborative, dont 28 % offriront des cadeaux d'occasion.

ABONEOBIO : produits bio par abonnement

La consommation collaborative s'inscrit aussi dans un temps partagé avec l'autre, dans un climat de confiance. Ce peut être notre voisin, notre collègue, un ami de notre réseau. Dormir chez l'autre, partager un repas, lui racheter un produit, troquer son temps, ...tout ces actes redonnent de la valeur à l'échange humain. Rien de nouveau cependant, autrefois nos grands parents savaient aussi donner de leur temps. Désormais c'est juste une nouvelle manière de l'exprimer. Le supermarché collaboratif La Louve en projet sur Paris s'appuie justement sur le temps donné par chaque membre, 3 heures par mois, pour valider son modèle économique, à l'instar de la Foodcoop de Brooklyn qui rassemblent quand même 16000 membres. De même si la vente à domicile a un tel succès du coté des clients comme des salariés, c'est justement que ce mode opératoire permet de répondre à des attentes profondes. Depuis 25 ans, au sein du groupe Nature et Stratégie, l'écoute des clients via ces réunions à domicile, nourrit la réflexion, l'anticipation et développe l'agilité de la PME. Du coté des clients, une soirée de vente est aussi l'occasion d'un échange, d'un lien social, de s'informer sur un produit, un prix, un service, ...Quant aux salariés, les enquêtes démontrent que le salaire n'est pas le moteur essentiel au bonheur : le sens donné au travail, la qualité des produits et services, la confiance, la proximité, la disponibilité, l'accessibilité du dirigeant notamment, la vision, l'exemplarité, l'optimisme, ....voilà les critères qui comptent dans le classement The Great Place To Work.

VDI le bien être vendu à domicile

Avec ces marques, telle que Abonéobio (les produits bio vendus en abonnement), PURE (le bien être vendu à domicile) marque vendue par les sociétés Fleurs des Mauges et Armille, le groupe Nature et Stratégie s'inscrit dans la tendance, dans l'évolution des comportements, tels qu'on peut les vivre en France, mais aussi eu Europe, aux USA, en Asie, ...

Nature et Stratégie produits bio corps et maison

Souvenons-nous de la phrase de Ghandi : « vivre simplement pour que simplement les autres vivent. »

Voir le détail du sondage TNS Sofres http://www.tns-sofres.com/etudes-et-points-de-vue/observatoire-de-la-confiance-de-la-poste-nov-2013-les-cadeaux-de-noel

Un shampooing bio Coslys à la Kératine végétale

 

Nos cheveux sont très souvent agressés par différents facteurs, tels que la pollution de l'environnement, le stress, une alimentation non adaptée. A cela s’ajoute les colorations, les brushing et lissages en tout genre. Avec un tel traitement, leur durée de vie diminue de trois jusqu’à huit mois. Les cheveux deviennent difficiles à coiffer. C’est un vrai casse-tête pour les discipliner. Recourir de nouveau au lisseur peut paraitre une solution à court terme. Sauf que l’excès de chaleur altère la structure des cheveux : ils sont abîmés et se cassent facilement. C’est le cercle infernal : de quoi s’arracher les cheveux pour trouver une solution ! Découvrons ensemble une nouveauté mise sur le marché par Coslys, rendez vous dans les coulisses du laboratoire de formulation des cosmétiques Coslys pour en savoir un peu plus.

shampooing bio et masque keratine coslys

Pourquoi de la kératine végétale dans un shampoing Coslys ?

A l’écoute de ses consommateurs en quête de solutions pour leurs cheveux agressés et fragilisés, Coslys a mobilisé son laboratoire de Recherche et Développement, spécialisé dans la chimie du végétal depuis plus de 25 ans, pour mettre au point ce soin à base de kératine. En effet, la qualité de cheveu, sa capacité à résister à ces agressions, son élasticité, sa brillance, dépendent de la kératine. Présente de manière naturelle dans nos cheveux, la kératine en représente même 95 % de leur densité. Sauf que le stock n'est pas renouvelable. Face à toutes ces agressions, comment agir pour préserver le capital de ces cheveux altérés sans avoir à les couper ? Coslys a travaillé pendant plus d'une année, au sein de son laboratoire de recherche et développement, pour mettre au point le 1er rituel de soin pour cheveux fragilisés & indisciplinés, labellisé Cosmebio, sans tensioactif sulfaté ni huile essentielle, et contenant de la kératine végétale. Le soin se compose d’un rituel en 2 étapes, constitué d’un shampooing et d’un masque. Les résultats sont visibles dès la 1ère utilisation.

Pourquoi sélectionner de la kératine végétale ?

La kératine est une protéine fibreuse très résistante, faite de longues chaînes d'acides aminés. A cause des diverses agressions, elle s'amincit et s'affine. L’utilisation de produits à base de kératine végétale est nécessaire pour renforcer la fibre capillaire. Elle se trouve sous deux formes : animale ou végétale. La kératine utilisée par Coslys est 100% naturelle et vegan (respect du monde animal). Elle est issue du blé, du mais, de champignon et de la glycine, on parle aussi de phyto-kératine. Extraite par un procédé doux, à base d'eau, qui préserve sa qualité, ce qui n'est pas le cas des autres kératines végétales extraites par solvant (hexane, ...). Rien à voir avec la kératine animale que l'on trouve en très grande majorité dans les produits capillaires, issue des déchets d'animaux d'abattoirs (plumes de volailles, coquilles d'oeufs, laine de mouton, cornes, sabots, ...). Sans compter la pollution dus aux traitements chimiques préventifs ou curatifs contre les parasites de ces animaux qui se retrouvent potentiellement dans la kératine animale utilisée. Comment savoir de quelle kératine il s'agit ? Si elle est animale, la mention "kératine" est indiquée dans la liste INCI. Si la kératine est végétale, il est nécessaire de lire l'intégralité de l'INCI, car elle peut être répartie sur plusieurs noms. Par exemple, la kératine présente dans ce shampoing Coslys correspond à un assemblage de trois protéines, très proches de la protéine de la kératine naturelle : hydrolyzed corn protein (peptides de mais), hydrolyzed wheat protein (peptides de blé), hydrolyzed soy protein (peptides de soja).

shampoing-keratine-bio-coslys

Pourquoi utiliser des tensioactifs non sulfatés ?

Après de nombreuses études et essais par le laboratoire, Coslys a retenu pour ce shampooing à la kératine des tensioactifs parmi les plus doux. Le shampooing combine une base lavante d’origine végétale sans sulfate et de la phytokératine car cette alliance permet de nettoyer le cheveu sans l’agresser. Etant donné qu'il s'agissait d'un shampooing à la kératine, la formulation ne pouvait pas contenir de tensioactifs sulfatés puisque le sulfate empêche la kératine de se fixer sur le cheveu (cf selon une étude réalisées aux USA à propos du lissage brésilien).

Pourquoi la liste INCI ne suffit pas à interpréter la composition ?

La formulation de produits cosmétiques étant complexe, la lecture de la composition sur la base de l'INCI induit parfois des erreurs d’interprétation. L’analyse critique d’un produit ne peut se faire sur la seule base de la liste INCI, sans test, sans connaissance chimique pointue, sans analyse précis des pourcentages et sans échange direct avec le formulateur du produit, pour en comprendre aussi les subtilités. (CF article précédent d’aboneobio sur le sujet : La Liste INCI suffit elle à dire que le cosmétique est sain ? ) Par exemple, un ingrédient peut être classé comme irritant dans la fiche de donnée de sécurité, et pourtant être moins irritant que son voisin, n'existant pas de données comparatives à ce stade. Le formulateur, professionnel ayant obtenu un diplôme, maitrise un savoir faire qui lui permet d'associer des ingrédients entre eux. Il ne s'agit pas juste de mettre des ingrédients et de mélanger. La composition d'un cosmétique peut mettre des mois voire des années avant d'être validée. A ce titre, un tensioactif classé irritant peut être associé judicieusement à d'autres matières premières, qualifiées de plus apaisantes, qui vont agir sur l'ingrédient pour en diminuer le potentiel irritant. Il est tentant de faire un raccourcit entre la présence d'un ingrédient classé potentiellement irritant et le fait de déclarer l'ensemble du produit final comme irritant. C'est faux.

Pourquoi avoir choisi comme tensioactifs du sodium lauryl sulfoacetate et disodium lauryl sulfosuccinate ?

  • Le potentiel irritant de ces deux tensioactifs a été comparé à celui de l'Ammonium Lauryl Sulfate ALS (toléré en cosmétique bio, mais non utilisé par Coslys) et à celui du sodium lauryl éther sulfate, SLES (appelé aussi sodium laureth sulfate) couramment utilisé en conventionnel.
  • Coslys a demandé à des laboratoires indépendants de réaliser des tests sur des transplants de peaux synthétiques (pour mémo, Coslys respecte la Charte One Voice, par conséquent les ingrédients et les produits finis sont non testés sur les animaux). La lecture des résultats par des dermatologues démontre que le potentiel irritant de ces deux tensioactifs est moins important, en ce qui concerne les érythèmes, les rougeurs et les œdèmes.
  • Par ailleurs, d'autres tests réalisés cette fois sur le produit fini auprès d'un panel, permettent d'affirmer que l'ensemble de la combinaison de ces ingrédients a un potentiel d'irritation totalement nul. (il ne s'agit pas d'un potentiel moyennement ou faiblement irritant mais bien d'une absence totale de potentiel d'irritation).
  • D'ailleurs ces tensioactifs sont parfaitement adaptés aux peaux sensibles. Ils existent sur le marché depuis plus de 10 ans, utilisés jusqu'à présent pour la cosmétique de luxe, réservés à des gammes de produits visage pour peaux sensibles haut de gamme, du fait de leur coût élevé (et oui le sodium lauryl sulfoacetate et disodium lauryl sulfosuccinate coûtent plus cher que l'Ammonium Lauryl Sulfate notamment).
  • Autre point important, les molécules des tensioactifs retenus par Coslys ont une tête hydrophile plus grosse que celle du SLES par exemple, ce qui signifie qu'elle rentre moins en profondeur, qu'elle pénètre moins dans les couches superficielles de l'épiderme et par conséquent qu'elle l'assèche moins (moins délipidante) et de fait, rend la peau moins irritée.


Quelle reconnaissance de ce cosmétique bio sur le marché professionnel ?

shampoing bio keratine coslys prime natexpo

Ce 1er shampoing bio à la kératine végétale a reçu le Trophée de Bronze Natexpo 2013, dans la catégorie Beauté au Naturel Le jury composé de professionnels a reconnu l'innovation dans la conception de ce cosmétique. Il a fallu pas moins de deux années au laboratoire Coslys pour aboutir à une formulation stable, avec la kératine qui va bien, et suffisamment bon marché pour être lancée. (La liste des lauréats est disponible ici : http://www.natexpo.com/fr/programme-evenements/les-gagnants-des-trophees-natexpo-2013/)

Pourquoi un rituel en 2 étapes ?

Le shampooing, de part sa formulation, permettra de nettoyer les cheveux les plus fragilisés en douceur. Utilisé quotidiennement, Il renforce la fibre capillaire et protège les cheveux de la chaleur du sèche-cheveux ou du fer à lisser. Ne contenant pas de sulfates, il permettra à la kératine de se fixer à la fibre capillaire. Le masque bio à la kératine pourra être utilisé en cure après chaque shampooing puis 1 à 2 fois par mois. Il va renforcer l’action du shampooing. La formule du masque cheveux fragilisés et indisciplinés est enrichie en kératine et en céramides végétales. Les céramides font partis du ciment interstitiel. Comme la kératine, ils sont dégradés suite aux nombreuses agressions subies par le cheveu et ne peuvent pas être remplacés naturellement. Dans ce masque bio, les céramides végétales, issus d'un assemblage de différents végétaux agissent comme un réparateur des écailles des cheveux. A noter qu'il existe aussi des céramides synthétiques (par exemple dans les produits conventionnels). Ce protocole de soin innovant et respectueux du cheveu est capable de modifier la forme du cheveu, tout en le protégeant de la chaleur des appareils électriques. Son action est durable jusqu’au prochain shampooing. Il renforce le processus de lissage des cheveux d’un fer à lisser pour des cheveux lisses et brillants. Une seule application augmente significativement la résistance et la brillance du cheveu.

Réduire ses déchets en rechargeant ses flacons Etamine du Lys

 

Chaque année, la semaine sur la réduction des déchets, est l'occasion de valoriser les bonnes pratiques. Réduire le volume de nos poubelles passent aussi par la réduction de la production des déchets. Pour nos produits d'entretien il est possible de réutiliser nos flacons en allant les recharger. Le vrac s'adapte aussi aux liquides et notamment aux produits entretien bio. Lessive, produit vaisselle ou produit ménager, le service de recharges des bidons par le consommateur, permet de faire des économies d'emballages, d'alléger le coût d'élimination des déchets, de réduire les ressources consommées, de limiter les émissions de gaz à effet de serre lors du transport mais aussi lors de la fabrication,... Avec le nouveau service en vrac des produits entretien écologique proposé par Etamine du Lys, sur un cycle de 15 recharges, de 521 g à 1.7 kg de plastique sont ainsi économisés. Les fûts qui servent à recharger les flacons des clients sont aussi sont réemployés. Le consommateur a de son coté la garantie d'un bon produit entretien écologique, certifié par Ecocert, avec une hygiène sécurisée. Il peut maitriser son budget en rechargeant la quantité dont il a besoin, avec une réduction sur le prix non négligeable, d'environ 20 %. Ce service a été mis au point avec un partenaire spécialisé dans la conception de machines, ainsi pas de risque de fuite lors de la recharge : le système intègre un anti-goutte et un anti-débordement. Ce self service anti gaspillage est disponible dans les magasins qui en font la demande.

meuble distributeur vrac recharge produits entretien écologique

http://www.reduisonsnosdechets.fr/

semaine européenne réduction déchets

Green Way of Life pour une détergence écologique engagée

 

Un nouveau label écolo arrive dans les rayons des produits bio : le label The Green Way of Life qui garantit la performance, le respect de la santé des utilisateurs et la préservation de l'environnement ! Portée par les pionniers du bio, par les fabricants puristes de produits d'entretien écologique, engagés depuis plus de 10, 20 ou même 40 ans dans le respect du développement durable, l'association européenne du même nom entend dénoncer les allégations trompeuses de certains fabricants qui n'hésitent à plonger dans le greenwashing : ces dérives portent un discrédit sur la profession et dévalorisent les efforts engagés en matière d'innovation, recherche et développement. L'association passe à l'action en lançant son label The Green Way to Life permettant ainsi aux consommateurs de mieux se repérer lors de leurs achats de produits verts, notamment en France et en Italie, en optant pour le standard le plus exigeant, garantissant des produits aussi efficaces que ceux conventionnels, tout en étant sains, et respectueux de l'environnement. Le cahier des charges de ce nouveau label de qualité écologique supérieure a été préparé en coulisses pendant deux années, s'appuyant à la fois sur les dernières avancées scientifiques et techniques (sur les ingrédients, les formulations, ..), et sur l'expérience de ces membres fondateurs. A ce jour l'association regroupe plusieurs fabricants de produits entretien écologique : Laboratoire Alvend, Étamine du lys, Ekibio, Ècosì, Ecover France, Officina Naturae, Pierpaoli, Sanecovit, Laboratoire Science & Nature, Body Nature, Peter Malaise, Bernard Ollié, Fabrizio Zago. A terme, sa vocation est de regrouper des fabricants, des distributeurs et de consommateurs.

LABEL GREEN WAY OF LIFE produits écologiques

Pour être labellisé, l'association évalue l'impact écologique de l'ensemble du cycle de vie d'une formule :

  1. Comment sont extraites les matières premières, puis transformées jusqu'au produit final ?,
  2. Quelle est sa performance lors de l'usage du produit et quels sont les risques pour la santé et la sécurité du consommateur ?
  3. Quelle assimilation, comment réduire l'impact global de l'usage de ce produit ?

label green way of life produits entretien bio

Il s'agit d'une démarche unique, prenant en compte les remarques et constats des producteurs mais aussi des distributeurs, des fournisseurs de matières premières, des experts en environnement ainsi que les attentes des consommateurs. Par rapport à la certification Ecocert détergence écologique, ce label s'intéresse à l'origine géographique des matières premières, il prévoit des tests de performance, de toxicité aquatique, de biodégradabilité aérobie ET anaérobie...

Si un fabricant souhaite apposer ce logo sur ses produits et devenir un Green Walkers, outre le respect du cahier des charges, il devra être membre de l'association (loi 1901 à but non lucratif), s'engager à labelliser un pourcentage minimum de ses produits (il s'agit d'une approche globale et pas seulement pour valoriser un ou deux produits de sa gamme !), respecter un code éthique (intégrité, justice, honnêteté et transparence). La première étape étant de candidater (sur le site de www.thegreenwaytolife.org), puis de tester ses formules et packagings (en les confrontant à une base de données mise à disposition par les experts, incluant des centaines de molécules pouvant être présentes dans les formulations de produits d'entretien écologiques). Si les tests sont positifs, alors le fabricant pourra s'engager dans le processus de labellisation, dont la validation sera effectuée par le comité scientifique indépendant, qui auditera l'ensemble de la chaîne de production (de la formulation, au processus de fabrication, à l'emballage et packaging).

Les premiers produits labellisés The Green of Life seront disponibles mi 2014.

Abonéobio repris par Samuel Gabory dirigeant du groupe Nature et Stratégie

 

Depuis fin 2007 Abonéobio propose son service d’abonnement unique pour se faire livrer ses produits d’entretien bio et les cosmétiques de toute la famille. Six ans plus tard, Abonéobio se développe et rejoint le groupe Nature et Stratégie, fort de 140 salariés et 20 millions d'euros de chiffre d'affaires. Laurence Moulin, fondatrice d’Abonéobio nous invite à mieux connaître celui qui vient de racheter la marque : Samuel Gabory, dirigeant de Comptoir des Lys et du groupe Nature et Stratégie, également co-fondateur et président de Cosmebio (association professionnelle de la filière de cosmétiques naturels et bio).

rachat aboneobio par Nature et Strategie

« Votre ancrage dans la bio date de l’enfance, et votre esprit d’entreprendre a été nourri par les racines familiales, quelles ont été les étapes clés de votre parcours ? »
Je suis tombé dedans petit, puisque la première entreprise a été créée par ma mère, Jeanine Gabory en 1985. A l'époque, on ne parlait pas encore de produits bio mais de produits "respectueux de l'homme et de son environnement". Personnellement quand je l'ai vu créer sa société : femme, mère au foyer avec des enfants, démarrant de rien, j'ai trouvé que c'était formidablement courageux et difficile. Je pense, Laurence que vous comprenez. Je suis revenu travailler 10 ans plus tard en créant le Laboratoire de fabrication Alvend.

Abonéobio rachat par Nature et Stratégie

« La cosmétique bio reste un marché de niche, comment une marque peut-elle aujourd’hui s’imposer ? »
En racontant une vraie histoire (LEGITIMITE), en apportant un ou des "plus" aux consommateurs (INNOVATION) et en s'impliquant dès le début de sa création dans la commercialisation (PRAGMATISME).

« Dans le courant de l’été 2013, vous investissez dans le E-Commerce en rachetant ABONEOBIO, qu’est ce qui vous a séduit dans ce concept ? »
Pour moi l'abonnement c'est prévoir et prévoir c'est faire des économies.

« Il y a 6 ans lors de la création d’aboneobio, le business de l’abonnement était inexistant. Aujourd’hui les concepts d’abonnement à des box à thèmes se multiplient. Une actrice américaine célèbre (Jessica Alba) connaît d’ailleurs un vrai succès avec son site créé en janvier 2012. Quelle vision de ce marché souhaitez-vous partager avec les lecteurs d’aboneobio ? »
L'idée aujourd'hui c'est de permettre aux futurs clients d'aboneobio de découvrir de nouveaux produits, de s'initier à une consommation naturelle et bio, d'économiser par l'intermédiaire du circuit court, enfin de faire des économies par une gestion intelligente du couple achat / consommation

« Parlons un peu de prospective, en tant que président ré-élu à la tête de Cosmebio, quel regard portez-vous sur l’évolution du marché des produits bio pour le corps et la maison ? Quelles évolutions à venir dans les produits et les services ? »
Après 10 années de folie, ce marché trouve sa vitesse de croisière (+ 2 à 3 % par an). Il se recentre sur ces 3 fondamentaux, peut-être dans un ordre différent des premières années : EFFICACITE / SANTE / NATURALITE

« Le groupe Nature et Stratégie est présent à l’international, quels marchés vous semblent incontournables ? Où sont les consommateurs avides d’une consommation responsable dans le monde ? »
Le fait déjà de penser que l'International est indispensable est une très bonne chose. Ne jamais penser que seuls les Français pensent à leur avenir et à la préservation de l'environnement. Tous les pays sont demandeurs du Bio - du Bon - du Made in France. Personnellement je ne pensais pas un jour vendre un produit à Oulan-Bator, Djakarta ou Tokyo; par contre chaque pays à sa culture marché, sa règlementation, ses circuits de distribution.

« Revenons à Abonéobio, quelles vont être les prochaines étapes depuis la reprise par votre société de ce projet ? » Les consommateurs vont-ils profiter de surprises ?
Les prochaines étapes vont être déjà d'apprendre à se connaitre mutuellement. Je ne suis pas seul sur ce projet, avec ma collaboratrice Céline, nous préparons les fêtes de fin d'années, surprise surprise. Concernant le blog d'Abonéobio, nous préservons la ligne éditoriale. Ainsi nous continuerons de partager ensemble des informations sur la consommation durable, la santé, la préservation de notre planète, ...et à souligner les initiatives qui nous permettent d'avancer vers plus de conscience dans notre consommation. En conclusion, je souhaite continuer l'aventure d'Abonéobio pour bien sûr vous faire apprécier nos produits mais aussi et surtout, pour partager une aventure humaine.

Découvrir le concept d'abonnement bio proposé par Aboneobio : http://www.aboneobio.com/concept_aboneobio.php

Comptoir des Lys poursuit l'aventure d'aboneobio

 

Le concept innovant d'abonnement bio aux produits du quotidien, pour le corps et la maison, créé par abonéobio va se développer sous l'impulsion de la société Comptoir de Lys qui vient de racheter la marque, la boutique, et le blog. Déjà présent via une sélection de ses produits présentée dans l'e-commerce, notamment les marques Coslys et Etamine du Lys, la société CDL qui reprend l'activité va maintenir le service identique en étoffant la gamme de produits. Partageant la même éthique, les deux entrepreneurs, Laurence Moulin et Samuel Gabory se sont naturellement rapprochés pour pérenniser la qualité du "service client" qui a fait la réputation d'aboneobio. Les clients qui appréciaient les grands conditionnements de cosmétiques bio en 5 litres seront ravis, ainsi que les abonnés qui vont pouvoir continuer à profiter d'une prestation personnalisée sans équivalent sur le marché. Fondé en septembre 2007 par Laurence Moulin, aboneobio va partir à la conquête de nouveaux clients, tout en profitant d'une expérience de plus de 6 ans sur la vente de produits bio par abonnement et de nombreux abonnés fidèles, ambassadeurs de la marque. Ce rachat va donner un élan au développement de la marque en France et à l'étranger.

Aboneobio produits bio par abonnement

A découvrir le concept d' abonnement bio aboneobio

- page 1 de 23

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+