Abonéobio : Le blog du bio

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mercredi 26 juillet 2017

Adieu pétrole, bonjour plastique végétal

 

Le plastique, pas si fantastique ? Emballages alimentaires, flacons, bouteilles… Dur dur de s’en passer dans notre quotidien. Pour préserver l’environnement –et parce que les ressources en pétrole sont limitées- les industriels sont en quête d’alternatives.

Lire la suite...

Entretenir son jardin de manière naturelle, c’est facile !

 

potager-naturel-aboneobio.jpgPour entretenir son jardin ou son potager, nul besoin de multiplier les produits chimiques, pesticides ou insecticides. De nombreuses méthodes naturelles sont tout aussi efficaces, et souvent bien moins cher !

Lire la suite...

Inauguration du Domaine de Longchamp : un lieu dédié à l'écologie et à l'humanisme

 

La fondation GoodPLanet, reconnue d’utilité publique en 2009 a été créée par Yann Arthus Bertrand il y a 15 ans. Il ne manquait plus qu’un site pour accueillir gratuitement famille, scolaires, institutionnels, artistes... autour d’une programmation multiple: expositions, projection de documentaires, conférences et séminaires organisés par des entreprises ou des associations engagées, parcours et ateliers pédagogiques pour les écoles, potager inspiré de permaculture, restauration bio, concerts...

Lire la suite...

Premières journées « J’agis pour mon patrimoine naturel » avec la Fondation Nicolas Hulot

 

ImpressionDepuis 2014, les journées du patrimoine intègrent le patrimoine naturel, et nous vous en parlions déjà à l'époque. Cette année, les journées du patrimoine sont le 17 et 18 septembre prochains et la Fondation Nicolas Hulot apporte tout son poids médiatique pour renforcer cette dynamique "nature" d'un rendez vous très prisé des français !
Le site http://www.jagispourlanature.org/, relai de toute activité de bénévolat nature pour "s'aérer utile" est mis en avant pour rechercher et trouver (plus simplement que sur le site du ministère de la culture) une activité nature mais toujours patrimoniale, près de chez soi!

Lire la suite...

Menace sur l’huile d’olive bio : des mouches OGM libérées en Europe?

 

oliveraie_tarragone1.gifAlors que la bactérie Xylella fastidiosa, qui tue à petit feu les oliveraies de la région des Pouilles, vient d’être retrouvée en Corse, une nouvelle méthode de lutte contre les ravageurs pourrait bien menacer la biodiversité de ces écosystèmes fragiles Depuis quelques années, la mouche de l’olive qui pond ses larves dans les olives, et ravage de ce fait les récoltes, est de plus en plus active : les techniques agricoles permettant - normalement - un meilleur rendement (comme les insecticides) ont également décimés les populations de prédateurs naturels de la mouche de l’olivier!

La société Oxitec,affiliée au leader phytosanitaire Syngenta, propose de libérer dans les oliveraies espagnoles des mouches de l’olive génétiquement modifiées, afin de rendre les femelles stériles et contrôler les populations. Oxitec prévoit de lâcher jusqu'à 5000 de ces mouches par semaine près de Tarragone. L'essai sur le terrain devrait durer un an, de juillet 2015 à 2016 et couvrira une zone sous filet de 1 000m². Toutefois, si les mouches s'échappent , elles pourront se propager sans aucun contrôle...

Une menace pour l’environnement?

Pour Juliette Leroux de la FNAB, si cela venait à arriver, “ce serait une première en Europe. La dissémination d’insectes génétiquement modifié a déjà été organisée à New York et au Brésil, mais les données de leur impact sont difficilement accessibles.

Bactorocera-oleae.jpgLe but précis de ces mouches “OGM” est de limiter les populations de mouche de l’olive : soit une action directe sur la biodiversité, avec toutes les différentes conséquences potentielles et les effets secondaires sur l'équilibre délicat des écosystèmes locaux, l'environnement et l'alimentation. Les mouches OGM d'Oxitec sont manipulées avec de l'ADN synthétique, un mélange d'organismes maritimes, de bactéries, de virus et d'autres insectes. Bien qu'Oxitec prétende que leurs souches étaient stables en laboratoire, personne ne peut prédire la stabilité génétique ou le comportement écologique de ces insectes une fois libérés.

"Libérer des insectes génétiquement modifiés dans l'environnement est une expérience dangereuse qui aura pour effet de transformer l'ensemble de l'Europe en un laboratoire en plein air. Les insectes ne respectent pas les frontières et aucune stérilité n'est efficace à 100%. Les mouches pourraient échapper à la zone de test et si, comme avec de nombreuses expériences, les choses ne se déroulent pas comme prévu, il sera impossible de l'arrêter. Tout contrôle ou retrait des insectes génétiquement modifiés serait impossible, encore plus que pour les cultures transgéniques", explique le Dr Janet Cotter de l'Unité internationale scientifique de Greenpeace.

Pénurie d’huile d’olive bio?

oliveraie_.pngActuellement, les mouches de l'olivier sont contrôlées avec des insecticides chimiques, qui perdent cependant en efficacité, ou en utilisant des moyens biologiques tels que des pièges à insectes, des techniques spécifique d'élagage et d'irrigation ou des insectes rendus stériles par irradiation. Pour la quinzaine d'organismes européens dénonçant la pratique proposée par Oxitec, dont la FNAB en France, les impacts socio-économiques négatifs des essais sur le terrain pourraient être immenses. Par exemple, les agriculteurs biologiques pourraient ne pas être en mesure d'éviter que leurs produits entrent en contact avec ces mouches,donc que leurs produits contiennent des larves modifiées et que les certifications “bio” leur soient retirées. Des marchés pourraient être perdus en conséquence - et dans un scénario extrême - l'ensemble de la récolte bio dans la région méditerranéenne pourraient être touchée si les consommateurs rejettent ces produits.

Juliette Leroux tempère “il existe des solutions écologiques pour lutter contre la mouche de l’olive. Les produits naturels sont certes plus lents et moins efficaces, mais d’autres techniques sont tout à fait adaptées comme l’élagage des arbres, la modification des dates de récoltes ou simplement de revoir à la baisse les rendements. Malheureusement, cela nécessite de produire différemment, en remettant en cause l’idéologie du rendement”. Des propos qui ne s’appliquent pas qu’aux oliveraies et qui résonnent singulièrement alors que la France est en pleine crise agricole.

La libération dissémination est prévue pour juillet 2015. La récente demande d'Oxitec a été déposée en mars 2015 mais n’est apparue dans le registre public de l'UE que la semaine dernière. Pour rappel, en 2013, une première tentative de mener des essais sur le terrain en Espagne a été interrompue après de vives protestations publiques.

Berges Saines : une initiative citoyenne pour nettoyer les rives de Seine

 

berges-saines-seine05.jpgLa mauvaise qualité de notre eau et de notre environnement n’est pas toujours le fait d’industriels qui contaminent sols et rivières. Preuve en sont les déchets les plus communément retrouvés sur les berges de nos cours d’eau et qui sont le fait de dépôt sauvage ou d’inconscience.

Depuis quelques années de nombreuses opérations de nettoyages, comme les Initiatives Océanes de l’Association SurfRider Europe, ou Nettoyons la Nature du “mouvement Leclerc” (du nom des enseignes de grande distribution). La dernière née de ces initiatives n’est pas la moins remarquable : Berges Saines, pilotée par l’association La Seine en Partage, mobilise près de 300 communes le long des rives de la Seine. C’est alors aux mairies de fédérer leurs habitants pour se ré-approprier leur territoire en le débarrassant des déchets apportés par le fleuve.

Le bilan de l'année 2015

Organisée du 9 au 12 avril dernier, « Berges Saines » est une opération à la fois écocitoyenne, pédagogique et festive. Il s’agit toujours de volontaires, mobilisés le temps d’une demi-journée à oeuvrer ensemble, et souvent ravis d’agir pour la protection de la nature, la sauvegarde de tout l’écosystème et la mise en valeur de leurs paysages. Les enfants sont souvent de la partie, et peuvent comprendre la signification de geste quotidien (pourquoi on jette dans une poubelle) en découvrant la nature. En effet, les berges de Seine, comme tout milieu humide est un trésor de biodiversité. Selon les organisateurs « un enfant qui a participé à « Berges Saines » deviendra un adulte plus responsable ». berges-saines-seine02.jpg

Entretien avec Pascale Dugat, déléguée générale et porte-parole de l’association La Seine en Partage.

Abonéobio :Qui est à l’origine de l’opération Berges Saines ?

berges-saines-seine04.jpgNotre association, « La Seine en Partage », regroupe depuis 2001 un grand nombre de communes riveraines de la Seine avec comme vocation de valoriser tous les atouts que notre fleuve peut apporter à nos régions. Nous travaillons donc pour le développement du transport fluvial et du tourisme fluvial, l’aménagement des berges, la lutte contre les inondations, la protection de l’écosystème, une meilleure qualité de l’eau, etc. Ce sont des maires adhérents de notre association qui nous ont dit un jour qu’il fallait absolument faire quelque chose pour refaire des berges les lieux de promenade et de convivialité qu’elles avaient toujours été et donc qu’il fallait les nettoyer de tous les déchets que des inconscients y déposaient. Les riverains en avaient assez que certains considèrent la Seine comme un égout à ciel ouvert et ses berges comme des décharges publiques. Et comme nous savions que ni l’Etat, ni les Régions, ni les Départements n’avaient les moyens de faire ce nettoyage, nous avons eu l’idée de lancer un appel à la mobilisation des riverains eux-mêmes pour qu’ils prennent leur courage à deux mains, relèvent leurs manches et fassent eux-mêmes un grand nettoyage de printemps une fois par an. C’était en 2012 et c’était la première opération « Berges Saines »

A :Quel a été l’accueil des mairies à l’exposition de ce projet ? Certaines ont-elles été plus difficiles à convaincre ou au contraire emballées par l’idée ?

Tous les maires ont été emballés. C’était pour eux une merveilleuse occasion d’organiser une manifestation sympathique, chaleureuse, à un moment où tous les riverains prennent conscience des dangers de toutes les pollutions, comprennent que l’eau est un bien plus précieux que tout et veulent se réapproprier leurs berges avec, en plus, un désir de faire quelque chose par eux-mêmes.

A :Les initiatives Océanes investissent désormais les terres avec des opérations sur les berges des rivières, voire des canaux comme à Paris le nettoyage du Canal St Martin. Estimez-vous qu’ils sont des concurrents pour une manifestation comme Berges Saines ?

Au contraire! Plus il y aura d’initiatives pour lutter contre toutes les formes de pollution et mieux cela sera pour tout le monde. La sauvegarde de l’environnement, de l’écosystème est « le » combat que nous devrions tous mener. Il s’agit, je vous le rappelle, de la sauvegarde de notre planète.

A :Sur ces 4 ans, quels ont été les déchets les plus improbables retrouvés par nos concitoyens ?

A part les voitures, les motos, les réfrigérateurs et les vieux matelas retrouvés en masse, le plus improbable a été un coffret à bijoux retrouvé à St Pierre-du-Vauvray, dans l’Eure. Certes, il ne s’agissait pas de joyaux de très grande valeur mais nous nous sommes tous demandés pourquoi et comment ces bagues, bracelets et colliers dans ce joli petit coffret avaient été jetés dans la Seine. Il devait y avoir une histoire d’amour là-dessous. La gendarmerie à laquelle, bien sûr, nous avons remis le coffret devait faire une enquête. Nous n’en avons pas encore les résultats…

A : Quel est votre constat sur ces dernières années ? Plus ou moins de déchets à périmètre constant ?

-L’opération couvre plus de 300 kilomètres de berges et notre « récolte » annuelle oscille entre 50 et 200 tonnes de déchets. Mais ce qui est intéressant c’est que les maires qui participent depuis l’origine à l’opération ont tous remarqué qu’il y avait, au fil des ans, de moins en moins de déchets sur leurs berges, comme si « Berges Saines » donnait mauvaise conscience aux… inconscients. « Berges Saines » est évidemment la meilleure opération de sensibilisation qu’on puisse imaginer pour la protection de l’environnement car c’est une opération pleinement « participative » et qui, en plus, permet souvent à des riverains de la même communes de se rencontrer et de faire connaissance.

A : Ne pensez-vous pas qu’il devrait y avoir plus de poubelles, cendriers, lieux pour les déchets des animaux dans nos villes ?

Bien sûr. Mais beaucoup de communes ont déjà fait beaucoup d’efforts avec des déchetteries, du tri sélectif, des distributeurs de sacs pour les déjections canines, etc. On se demande pourquoi des gens vont jeter un vieux matelas ou une bicyclette rouillée dans la Seine pou sur les berges alors qu’il y a souvent, plus près de chez eux, une déchetterie. C’est une question d’information, de formation, d’éducation. Mais il faudrait, peut-être aussi, en venir à sanctionner ces gens-là comme la loi le prévoit.

A : Que pensez-vous de l’initiative de San Francisco qui interdit notamment les bouteilles plastiques et les remplace par des fontaines à eau ?

C’est une excellente idée. Nous récoltons, chaque année, au cours de la journée « Berges Saines », nous ramassons 30 tonnes de bouteilles plastiques abandonnées sur les berges. Et je vous rappelle qu’il faut… 1.000 ans pour qu’une bouteille plastique disparaisse dans la nature. Les sacs plastiques vont déjà être interdits chez nous. C’est bien.

Pour le moment, pas encore de date pour l'édition 2016, mais n'hésitez pas à vous renseigner auprès de votre mairie, si vous habitez le long de la Seine... Ou de participer aux opérations de nettoyage des plages cet été!

berges-saines-seine03.jpg

On a participé à Berges Saines 2015!

Prôner le bio sans en être soi-même convaincu ne serait pas vraiment honnête, alors abonéobio participe dès que l'occasion nous est donnée.

Ainsi, j’ai rejoint les équipes de volontaires de ma ville : 40 pour 12.000 habitants, le chiffre ne fait pas vraiment rêver.

Cependant, j’ai été agréablement surprise de voir que l’opération était plébiscité par toutes les tranches d’âge. De nombreux couples ou parents avaient fait l’impasse sur un dimanche de farniente au soleil pour venir avec leurs enfants participer à cette manifestation citoyenne. L’ambiance était joyeuse malgré les tonnes de déchets disparates retrouvés! La perspective d’avoir fait une bonne et belle action pour la planète et pour sa ville prime sur tout le reste.

Au vu des nombreux baton de coton-tige, je me rappelle alors ce spot de l’ADEME “Déchets, l’important c’est de ne pas participé”, et je suis effarée de penser qu’en 2015 des gens jettent toujours ceux-ci n’importe comment!

Au terme de notre après-midi, tous autant que nous sommes avons ramassé pas moins de 750 kilos de déchets, selon le coordinateur. Je tiens a adresser une pensée aux services techniques de la ville, mobilisés un dimanche pour collecter les nombreux sacs remplis des déchets ramassés le jour même aux 4 coins de la ville.

Une belle action collective qui doit se poursuivre au fil des ans pour profiter d’une Seine propre et de berges agréables pour les promenades.

http://www.yvelines1.com/le-journal/journal-lundi-14-avril-2015/

A vos agendas ! Du 20 au 30 mars 2015, la 10ème semaine pour les alternatives aux pesticides

 

10semaine-alt-pesticides.jpgLa Semaine pour les Alternatives aux Pesticides (SPAP) est une opération nationale et internationale annuelle ouverte à toutes et tous visant à promouvoir les alternatives aux pesticides. Pendant les 10 premiers jours du printemps, période de reprise des épandages de pesticides, le public est invité à mieux s’informer sur les enjeux tant sanitaires qu’environnementaux des pesticides et sur leurs alternatives au travers de centaines de manifestations partout en France et dans une vingtaine d’autres pays.

La prochaine Semaine pour les Alternatives aux Pesticides fêtera ses 10 ans, du 20 au 30 mars prochain, dans toute la France. Il reste donc un mois pour boucler les derniers préparatifs, préparer le Tour de France des initiatives et diffuser les nombreux événements et des petites surprises qui jalonneront les festivités

Plus que quelques jours pour participez au concours de graphisme

Plus que quelques jours pour participer à notre concours de graphisme lancé en partenariat avec le collectif citoyen les Engraineurs et Générations Cobayes! Vous avez jusqu'au 27 février prochain pour présenter un visuel qui illustre la problématique des pesticides soit par leur impact sanitaire et environnemental, soit par les alternatives qui existent. N'hésitez pas non plus à participer en votant pour votre/vos visuel(s) préféré(s) !

10semaine-alt-pesticides02.jpg Des événements et de nombreux partenaires

En 2014, la 9ème édition de la Semaine pour les Alternatives aux Pesticides avait réussi à proposer plus de 600 évènements partout en France, avec des conférences, des projections de film, des ateliers et des journées de formations pour des alternatives aux pesticides, des visites et des balades de sites remarquables (communes 0 sans pesticides, ferme de coccinelle, etc.) Cette semaine a mobilisé près 54 partenaires nationaux et internationaux, et environ 300 acteurs locaux pour faire vivre l’événement.

Les partenaires de la 10ème Semaine

Pour la deuxième année consécutive, l'association Noé conservation, sera partenaire de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, rejoint par Alain Baraton, jardinier en chef du domaine de Versailles et parrain du programme de conservation de la biodiversité des Jardins de Noé. Chaque jour pendant la Semaine pour les alternatives aux pesticides, le jardinier chroniqueur sur France Inter, amoureux de la nature présentera un des points de la charte des Jardins de Noé via une petite vidéo et distillera ses conseils pour jardiner au naturel tout en préservant la biodiversité.

Inscrivez vos événements sur le site Internet!

100_5445.JPGPour les professionnels et les associations, il est encore tant d’inscrire vos événements afin d’être référencé et présenter lors des prochaines actions de communications. Tous les événements prévus pendant la Semaine pour les alternatives aux pesticides seront relayés sur la carte interactive du site Internet, Que vous soyez l'organisateur d'un événement local, régional ou national, n'hésitez pas à le recenser sur la carte interactive mise à disposition des internautes, cela permet aux participants de savoir ce qui est organisé près de chez eux. Pour cela, il vous suffit de vous rendre sur le site Internet puis de cliquer sur espace organisateur afin de créer un compte et inscrire votre événement. Vous pouvez également télécharger un petit guide des inscriptions en ligne ici

Francis Hallé, un botaniste engagé pour protéger la forêt

 

Le 27 novembre dernier, au théâtre foirail de Chemillé, capitale française des plantes médicinales, une projection du film Il était une forêt, sorti en 2013 et réalisé par Luc Jacquet (connu pour ses films documentaires tel que : La marche de l’Empereur et Le renard et l’enfant) était organisée. C’est à cette occasion que nous avons pu interviewer Francis Hallé, Botaniste et biologiste, initiateur du film.

francis-halle.png

C.H. : Comment êtes-vous devenu botaniste ?

F.H. : Lorsque l’on est enfant, on a un intérêt spontané pour la nature, les animaux. En ce qui me concerne, petit à petit, les plantes ont pris le dessus. Elles m’ont toujours fasciné : silencieuses, immobiles, inattendues et pourtant si prodigieusement vivantes ! C’est comme cela que je me suis spécialisé dans l’étude des arbres et des forêts tropicales humides.

C.H. : Comment vous est venue l’idée de faire un film ?

F.H : Lorsque je démarre mon activité dans les années 60, les forêts primaires équatoriales paraissent inépuisables et invincibles. Aujourd’hui, les forêts primaires (forêts âgées de plus de 7 siècles) ont toutes disparu de la surface de la terre ! Je souhaitais garder des images pour nos enfants, tant qu’il en est encore temps.

C.H. : Comment s’est déroulé le tournage ?

F.H. : Le tournage a durée 4 ½ mois. Il nous fallait trouver des forêts équatoriales et qui plus est accessibles par l’équipe de tournage. Ce ne fut pas chose facile et nous nous sommes rendus au Gabon et au Pérou. Il n’était pas rare d’entendre le bruit des tronçonneuses juste à nos côtés alors que nous étions en plein tournage. La situation est très alarmante.

C.H. : Comment empêcher les problématiques observées dans le film ?

F.H. : Les forêts sont abattues pour le négoce des bois exotiques. Il est essentiel de connaître l’origine des bois avant d’acheter un parquet, des meubles, etc. Malheureusement des labels tel que le FSC ne protègent que les forêts nord-américaines et nord européennes, qui ne sont pas les plus menacées. Par contre, certains pays, comme le Costa Rica, ont mis en place des plantations commerciales ayant pour vocation de répondre à la demande de teck tout en contribuant au développement forestier durable.

http://www.fao.org/docrep/x4565f/x4565f06.htm

CH. : Pouvons-nous aussi agir en France ?

FH. : La forêt a souvent été représentée comme l’enfer, le danger, la peur. Or elle n’est pas si hostile ! Elle représente même un véritable intérêt collectif ! La surface supérieure de la forêt, appelée aussi Canopée, est un capteur solaire hors pair dont dépend le bon fonctionnement de la forêt. Les feuilles en surfaces sont ainsi 4 fois plus riches en molécules biochimiques que dans les sous-bois. C’est une richesse pour le monde pharmaceutique, biologique et donc pour la médecine.

http://fr.mongabay.com/rainforests/1007.htm

Dans le domaine agricole, il faut comprendre que notre mode de culture est un héritage de la civilisation romaine qui a toujours dissocié agriculture et forêt. Il nous faut donc changer notre façon d’aborder la forêt, et pour cela une association a été créé : AFAF afin de promouvoir l’agroforesterie dont la journée nationale vient de se déroulée le 1er décembre dernier. Mal connue, l’agroforesterie présente de nombreux avantages.

  • Economiques : elle renforce la compétitivité du secteur agricole et améliore la rentabilité des exploitations.
  • Ecologiques : les systèmes agroforestiers permettent de protéger la biodiversité, de contribuer à la lutte contre le changement climatique, d’assurer une gestion plus durable des ressources en eau ou encore d’empêcher l’érosion des sols.

http://www.agroforesterie.fr/actualites-agroforesterie.php

il-etait-une-foret.jpg

Il est tout à fait possible de vivre en harmonie avec les arbres. Avec le livre : Du bon usage des arbres, plaidoyers à l’intention des élus et des énarques, vous apprendrez à vivre au quotidien aux cotés des arbres !

http://www.actes-sud.fr/catalogue/parcs-et-jardins/du-bon-usage-des-arbres

Preserver la mer ce n est pas qu en ete

 

Stand_Inf__eau_mer__Mediterranee_2000_.jpg Préserver la mer, ce n'est pas qu'en été!

La mer bleue turquoise, l’air rempli d’embruns, les plages de sable fin…en été nous sommes sous le charme de notre beau littoral et nous nous découvrons des comportements respectueux de notre environnement qui sont à la porté de tous : aller à la plage en vélo ou à pied, récupérer ses déchets en attendant de trouver une poubelle, lait solaire plutôt qu’huile pour limiter la dispersion d’un produit gras en surface (ces produits freinent toute photosynthèse sous l’eau). Aujourd’hui, on attend plus qu’une chose : l’été prochain pour recommencer !

Malheureusement une marée noire, vient ternir le tableau : la conscience écologique s’étiole et les français se disent de moins en moins préoccupés par les enjeux et les risques environnementaux*. Le recul le plus marqué concerne le réchauffement climatique, auxquels seuls 42% des Français se disaient exposés en 2013, contre 72% en 2007. Pour la pollution atmosphérique, ce sentiment n’est désormais ressenti que par 56% d’entre eux, contre 62% en 2007. Pourtant, à voir le record de température enregistré pour l’année 2014, sur l’ensemble du globe terrestre, il est nécessaire de communiquer et d’inciter tout un chacun aux éco-gestes et la prévention.

*enquête menée auprès de 4.727 adultes par le service de l’observation et des statistiques du CGDD: le sentiment d’exposition à un risque environnemental est en forte baisse depuis le dernier sondage similaire, mené en 2003.

Les Eco acteurs du littoral méditerranéen

Les plages du littoral de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur comptent 800 km de côtes et celles de la Corse, 1 000 km. Des espaces naturels fortement impactés par l’afflux de touristes pendant la saison estivale. Selon le Réseau Mer, ces régions accueillent jusqu’à 8 fois leur population habituelle… Une pression énorme pour des environnements fragiles.

Chaque été depuis 12 ans, les structures d’éducation à l’environnement et au développement durable du Réseau Mer vont à la rencontre des baigneurs et des plaisanciers méditerranéens pour les sensibiliser aux écogestes simples et respectueux du milieu marin.

Cet été, 117 journées ont été organisées sur 35 communes et 69 plages. Cela a permis de sensibiliser environ 7 000 personnes sur les 800 km du littoral de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et des côtes de la Corse du Nord. En mer, plus de 70 journées ont été organisées avec près de 1 700 plaisanciers accostés et sensibilisés.

Stand_Inf__eau_mer__CC_des_Golfes_de_St_Tropez-Observatoire_marin_.JPGLes actions mises en œuvre par Écogestes Méditerranée et Inf’eau Mer chaque été, se dérouleront désormais tout au long de l’année avec des stands et des interventions auprès des habitants, des touristes et des plaisanciers. L’idée est d’élargir l’effort de sensibilisation, hors saison, vers de nouveaux territoires. La démarche s’ouvrira à d’autres partenaires notamment auprès des professionnels de la plaisance et du tourisme pour toucher ainsi un autre type de public. Afin de multiplier les actions de sensibilisation et d’information auprès de la population, Écogestes Méditerranée et Inf’eau mer lancent un appel à partenariat visant à intégrer de nouveaux partenaires à la campagne. Tout type de partenariat alimentera la démarche, qu’il s’agisse d’une structure privée ou publique, locale ou régionale, ou qu’il s’agisse d’un partenariat technique ou financier. Si vous ou votre structure est intéressée vous pouvez d'ores et déjà contacter Florent Beau (artenariat Préservation des milieux marins) ou Amandine Franc (partenariat Préservation des plages).

D’autres initiatives privées ont été mise en place par les ports de St Tropez (Communauté de communes du Golf de St Tropez, le parc national de port Cros et la station Nautique de Cavalaire). L’idée était de proposer des kits « Plaisance Responsable » en partenariat avec les marques de produits ménagers écologique Etamine du lys et les cosmétiques bio Coslys. Durant tout l’été, ces kits ont été distribués gratuitement par le personnel du Port de Cavalaire à tous les plaisanciers Cavalairois ainsi qu’à ceux en escale. Ce kit permet d’initier le discours de sensibilisation sur la préservation de la méditerranée et l’encouragement à l’utilisation de produits écologiques.

Une pêche durable que l’on soit au bord de la mer…ou pas

Le poisson c’est bon mais c’est encore meilleur quand on est sensibilisé aux enjeux environnementaux. Pour mieux comprendre, visionnez cette vidéo réalisée par le WWF qui démontre que pêche durable et commerce peuvent tout à fait cohabiter ensemble.

Car la saisonnalité ne concerne pas que les fruits et légumes, les poissons aussi ! _MG_3962.jpg les périodes de reproduction ne sont pas les même d’une espèce à l’autre. En tenir compte, permet aussi de participer activement à la protection des fonds marins et le maintient de la biodiversité. Les magasins Biocoop ont mis en place un petit guide bien pratique relayant les périodes pendant lesquels les poissons sont les plus abondants. On y apprend que pour ces prochains mois nous allons pouvoir nous cuisiner : Calmar, Congre, Églefin et Rouget barbet sans nuire à leur cycle de vie. Par contre, on attendra un peu pour le thon, la sole, la dorage sauvage et le merlu.

PrintIl existe aussi le programme de certification et d'écolabellisation MSC (Marine Stewardship Council) qui reconnaît et valorise la pêche durable. Après de nombreuses critiques concernant le laxisme de la certification, le Marine Stewarship Council semble prêt à revoir les standards de se certification dès 2015. Ce label rassemble pêcheries, entreprises de transformation, scientifiques et organisations environnementales afin de transformer le marché et encourager les consommateurs à faire des choix durables en produits de la mer. Recettes, lieux d’achat de produit certifiés, sensibilisation des enfants par le biais de supports éducatifs…un site bien riche d’informations.

Peut-être que votre poissonnier connait le label “pêcheur responsable”? Ce label a été mis en place par Franceagrimer. Il permet aux professionnels de la pêche d’être reconnu pour leur comportement responsable. Ou bien fait-il déjà parti du réseau “Pavillon France”, le réseau de tous les acteurs de la filière pêche française -pêcheurs, mareyeurs, artisans poissonniers, enseignes de la grande distribution. Regroupés au sein d’une association, France Filière Pêche, créée en 2010, celle-ci s'attache à promouvoir la consommation de produits issus de la pêche française et à l’accompagner dans sa volonté de progrès vers une pêche encore plus durable et responsable.

Alors en attendant le farniente des vacances en bord de mer, soyons actif pour la respecter !

Septembre, le mois des événements pour faire bouger la planète!

 

Il faut croire que septembre est le mois idéal pour lancer un bon nombre de manifestations à tendance environnementaliste! Alors que la Semaine de la Mobilité Durable est un événement européen qui se pérennise d’année en année, que les week-end “Nettoyons la nature” rassemblent toujours plus de particuliers et de scolaires, de nombreuses initiatives voient le jour à la faveur de ce début d’automne. Bougez_OK CS4_2011-1 Idéalement requinqués ou gonflés à bloc après des vacances loin du stress, aurions-nous plus de motivations pour mener à bien quelques bonnes actions pour la planète, ou l’envie d’assainir dès la rentrée nos modes de vie? Il est indéniable que ce mois de septembre est riche de propositions pour qui veut s’informer, bouger durablement, manger localement et agir responsablement!

Les pionniers de la consommation collaborative : le vide-grenier!

affiche_braderie_2014.jpgAvec le ménage de printemps, celui de septembre est un incontournable. Il n’est pas étonnant que le mois de septembre concentre un nombre impressionnant de vide-grenier et diverses brocantes. Alors que les marchés aux puces remontent au Moyen-âge, les vide-grenier ont vus leur apparition dans les années 70-80, soit au début de l’âge d’or de la société de consommation, pour devenir à ce jour une institution pour qui cherchent des occasions intéressantes, du lien social, ou juste une idée de sortie amusante pour les grands et les petits. Ces vide-grenier, foire à tout, brocante, bourse aux jouets ou peu importe le nom qu’il leur est donné sont en soi les pionniers de la consommation collaborative, dont le modèle économique est en ce moment sur toutes les lèvres. La plus célèbre des braderies, de Lille, a eu lieu les 6 et 7 septembre, mais des animations sont encore au rendez-vous. Si vous n’avez pas l’envie ou les moyens d’y faire un tour, le site http://vide-greniers.org/ (qui vient de se relooker) recense de manière exhaustive toutes les brocantes de France. Et si vous souhaitez faire une bonne action vous pouvez retrouver les agendas des grandes ventes des antennes locales de l’association Emmaüs, pour acheter pas cher et solidaire, ou pour faire un don.

http://www.braderie-de-lille.fr/ http://vide-greniers.org/braderies/histoire%20des%20vide-greniers.html http://www.emmaus-idf.org/grandes-ventes-et-evenements

La Semaine Européenne de la Mobilité : du 16 au 22 septembre

Si le temps le permet, pourquoi ne pas profiter d’un été indien pour découvrir le vélo, ou le covoiturage? En France, a semaine de la Mobilité est sous le patronage du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, mais elle a une double vocation de sensibilisation pour la santé publique et pour l’environnement. En effet, les effets de la pollution dû à l’utilisation de la voiture sont connues, mais il ne faut pas oublier que pratiquer une activité physique, telle que la marche, le vélo, la trottinette, bref la mobilité dite “douce”, a des répercussions positives sur la santé. En 2013, plus d’une centaine de collectivités avaient organisé des événements ou des animations spécifiques, plaçant ainsi la France au 5ème rang européen ! Voici un aperçu du programme pour cette année 2014 :

• Mardi 16 septembre : Journée des vélo-écoles;

• Jeudi 18 septembre : Journée du covoiturage;

• Samedi 20 septembre : Journée du transport public.

• Samedi 20 - dimanche 21 septembre : Journées Nationales des Voies Vertes Journee_Patrimoine-Fumel.jpg

www.bougezautrement.gouv.fr

Bio et Local, c’est idéal! Du 20 au 28 septembre

Les associations du réseau FNAB (Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique) vous invitent dans le cadre de la campagne “Manger bio et local c’est idéal” à rencontrer des producteurs bio près de chez vous. En 2014, le réseau recense déjà une centaine d’événements dans toute la France, afin de permettre à chacun de découvrir les produits issus de l’agriculture biologique et développer les circuits de proximité. Pour la première fois cette année, certains événements seront assurés en partenariat avec la Fête de la Gastronomie qui se déroule, elle, du 26 au 28 septembre. affiche_belblog1.jpg La campagne “manger bio et local c’est idéal” rappelle que ces circuits courts, ou de proximité, créent plus d’emplois, protègent l’environnement et le succès des manifestations permet de changer de manière profonde et durable notre manière d’appréhender l’agriculture et l’alimentation. Et pourquoi ne pas vous rentrer dans une AMAP? Les AMAP n’attendent pas une campagne nationale pour promouvoir, quotidiennement et à l’année, le travail des agriculteurs bio de leurs régions. Vous pourrez découvrir la diversité des produits proposés, puisque ceux-ci dépassent de plus en plus les limites de l’alimentaire. Comme à l’AMAP de Treillières (44), où Abonéobio passe régulièrement y distribuer du vrac de produits d’entretien. Avis aux intéressés!

http://bioetlocalcestlideal.org http://www.fete-gastronomie.fr http://www.facebook.com/fete.gastronomie http://www.amapdetreillieres.fr

Les Journées Européennes du Patrimoine les 21 et 22 septembre

Journee_Patrimoine-Chatenay-Malabry.jpg La 31ème édition des journées Européennes du Patrimoine ouvre le champ du “patrimoine” à la nature pour la première année en 2014! L’observatoire de Lyon ouvrira notamment ses portes pour une visite guidée autour de la biodiversité du parc de l'observatoire. Dans toute la France, de nombreuses associations animeront des visites guidées, des conférences ou des ateliers pour découvrir les richesses naturelles de nos régions, ou ouvrir les lieux fermés aux publics, comme des jardins inscrits au titre de monuments historiques. Il est intéressant de constater que le patrimoine n’est plus simplement une affaire de culture ou d’architecture. En effet, la nature comme certains monuments historiques est “classée” ou “protégée”, il semble alors légitime de pouvoir lui consacrer une place à l’occasion de ces journées Européennes.

www.journeesdupatrimoine.culture.fr

http://www.facebook.com/journeeseuropeennesdupatrimoine

Journee_Patrimoine-Allos-.jpg

Qu’avez vous prévu de faire lors de ce mois de septembre chargé :participer près de chez vous, partir enfin en vacances, profitez d’un peu de calme pour buller ou au contraire faire le ménage avant le retour des mauvais jours?

- page 1 de 44

Annonces Abonéobio


Retrouvez Abonéobio
sur Google+