Florescens permet aux entreprises d’externaliser leur fonction marketing en mettant à disposition des compétences en marketing stratégique et opérationnel pour concevoir, organiser et mettre en œuvre leurs plans de développement.



C'est une jeune société (au féminin) engagée, convaincue que l'entreprise a un rôle à jouer pour le développement durable. Quel est-il ? Jusqu'où doit aller l'entreprise dans son intégration de la problématique ? A t'elle un rôle sur les individus ou n'agit-elle que sur l'organisation ?



Ces questions, Florescens a décidé de les poser à travers un questionnaire diffusé par Internet et a reçu près d'un millier de suggestions, de propositions d'actions...

Méthodologie :
Ce baromètre avait pour objectif de mieux connaître les comportements professionnels face au développement durable, d’évaluer l’intérêt que portent les entreprises à ce sujet et d’identifier les actions qui leur paraissent fondamentales.

Première étape : bilan de l’existant pour savoir si la définition du développement durable est partagée par tous et quelles sont les actions qui sont aujourd’hui menées par les entreprises.

2ème étape : approfondir le pilier « économie » du développement durable, pilier le moins connu de la définition. Des citations pouvant appartenir à une démarche développement durable pour recueillir un avis (« tout à fait d’accord », « plutôt d’accord », « plutôt pas d’accord », « pas du tout d’accord » et « ne sais pas »).

3 ème étape : savoir comment les professionnels voyaient la responsabilité de l’entreprise face au développement durable et comment ils auraient envie d’agir s’ils en avaient la possibilité, par des questions ouvertes.

4ème étape : vérifier si le Pacte PME est une notion connue dans l’entreprise et s’il apparaît comme une démarche s’inscrivant dans le développement durable. "L’objectif du Pacte PME est de faciliter et renforcer les relations entre les PME innovantes et les grands comptes, dans l’intérêt de chacune des deux parties prenantes. Il est signé par les grands comptes, le comité Richelieu (qui représente les intérêts des PME) et OSEO, porteur de l’ensemble du dispositif en tant qu’acteur de référence du soutien à l’innovation".

Les résultats sont disponibles ici.

Voici quelques extraits :

A priori, vous diriez que l’entreprise et le développement durable c’est un modèle à construire ? une escroquerie (2,91%) ?, une utopie (3,40%) ?
  • La réponse est écrasante : près de 92% des répondants sont confiants et estiment que le développement durable est un modèle à construire.
  • Surprenant, 12,6% des répondants n’ont pas cité « l’environnement » comme étant un pilier du développement durable.
  • Les sensibilités sont quasiment identiques entre les hommes est les femmes.
  • Une très forte majorité des répondants se retrouvent pour déclarer qu’une telle démarche Développement Durable dans l'entreprise est le résultat d’une action conjointe, individuelle et collective. L’individu doit se prendre en charge mais la « collectivité », quel que soit ce qu’il y a derrière ce terme, a pour rôle de stimuler cette action individuelle et de l’accompagner.
Voici quelques exemples d'actions développement durable au bureau cités par les participants au baromètre :

  • Recherche d'économies sur consommables,
  • recyclage des matériaux,
  • tris sélectifs,
  • recyclage papier,
  • pas d'impression inutile,
  • éteindre les écrans d'ordinateur,
  • remplacement des sources lumineuses,
  • procédure de courrier électronique pour la facturation et les courriers
  • réduire les déplacements source de CO2,
  • réduire la température ambiante à 19° maxi,
  • utiliser de l'énergie propre,
  • modifier les politiques d'achat de fournitures : exemple papier recyclé pour les imprimantes...


Et chez vous, coté bureau, des initiatives à signaler ?