Le professeur Dominique Belpomme, est cancérologue à l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris et Président de l’ARTAC, Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse.

Dans un précédent billet, présentant pourquoi il est important de changer de produits et de passer à la bio, nous évoquions les nombreux produits chimiques à l'origine d'une pollution qui nous ronge au quotidien.

Aujourd'hui, des questions se posent sur le rapport entre le cancer du sein et les pesticides. Le professeur Belpomme précise que l'on constate une hausse importante du nombre de cancers du sein (en rappelant que le risque de mortalité reste important).

Une étude américaine qui date de plusieurs années indiquait que plus d'un cancer sur deux n'est pas expliqué par des facteurs classiques (tabac, stress, alimentation, ....). Toutes les recherches actuelles convergent pour tenter comprendre les origines de plus d'un cancer sur 2 :
  • hypothèses virales
  • possibilité de cause physique, dû à des rayonnements (mais cas rares et circonscrits)
  • causes chimiques restent les plus importantes et les recherches se concentrent actuellement sur l'impact des pesticides, notamment une catégorie de pesticides organaux chlorés, qui malgré leurs retraits dans de nombreux pays sont encore présents dans les sols, contaminent toute la chaîne alimentaire pour se retrouver dans les tissus graisseux

C'est à ce titre que le professeur Belpomme alerte et indique qu'il est important que les femmes enceintes soient protégées des pesticides qui passent la barrière placentaire et contaminent le foetus, pour ensuite désorganiser la glande mamaire du bébé.

Je vous invite à écouter l'interview du professeur D Belpomme par Radio Ethic

Aujourd'hui, il n'y pas d'autres solutions que la prévention. Certes il existe des méthodes alternatives aux pesticides, mais malheureusement ils ne s'imposent pas.
L'Union Européenne a retiré certains pesticides mais il arrive sans cesse d'autres substances chimiques dont on ne sait pas ce qu'elles vont donner et le temps de mettre en place de nouvelles recherches et d'avoir les conclusions, elles auront contaminé l'environnement et nous avec !

Par précaution, optez pour le bio dans votre assiette et sur votre peau : 2 kg de produits chimiques à la fin d'une année pour les gestes du quotidien (douche, shampoing, crème, ..produits d'entretien..) l'impact n'est pas neutre !

Et n'oubliez pas, si vous voulez débuter en bio, Abonéobio est là pour vous aider, avec une solution innovante et confortable.

Et pour ceux qui auraient raté la première diffusion, regardez cette vidéo et prenez une douche froide !