Le bouchon en liège naturel est la solution de bouchage qui a la plus faible empreinte carbone…C'est ce que vient de révéler le Bilan Carbone de l’ADEME réalisé pour le compte de la fédération française des syndicats du liège. Un résultat qui n’empêche pas la FFSL de définir collectivement un objectif de diminution supplémentaire de 10% de ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2010.

Vous vous souvenez de la pétition qui circulait en Mars 2008, soutenue par Yann Arthus-Bertrand et Jean-Marie Pelt, pour l’entretien durable et la replantation d’hectares de forêt de chêne-liège dans le bassin méditerranéen ?. Pari réussi pour les professionnels de la filière avec plus de 12 000 signatures recueillies pour préserver le liège et les forêts de chênes-liège…



Plus de détails sur cette étude bilan carbon de la filière chêne liège :

  • Le bilan global de la FFSL est de 8 600 tonnes de CO2 (sans prise en compte de la fin de vie des bouchons) soit l’équivalent des émissions moyennes de 1 000 français.

  • Les principaux postes d’émission sont les transports de bouchons, la fabrication des emballages, la consommation d’énergie et les déplacements de personnes. Une étude complémentaire sur l’optimisation des conditionnements des bouchons pour améliorer les frets amont et aval des bouchons a donc aussi été lancée.

  • La génération du matériau liège est le résultat de la photosynthèse et donc ne nécessite pas l’utilisation d’énergie fossile ou thermique ce qui permet de dire que cette matière première est à bilan neutre contrairement aux matières premières des bouchages alternatifs.

  • La prise en compte de la « fin de vie » du bouchon montre aussi de nettes différences. Les émissions ou économies/stockage de carbone de déchets éliminés dépendent du mode de gestion des déchets en France, selon qu’ils soient incinérés ou enterrés. Pour les bouchons en liège, on retiendra un stockage de – 735 eq C02 /tonne de liège alors que pour les matières synthétiques on retiendra une émission de + 805 kg eq C / tonne de matière synthétique.

Finalement le liège c'est un matériau renouvelable, qui contribue à…
  • Préserver la biodiversité : parce que les forêts de chêne-liège (suberaies) sont des sanctuaires écologiques. Elles abritent une faune et une flore d’exception dont plusieurs espèces en voie d’extinction. Les suberaies méditerranéennes appartiennent à l’un des patrimoines végétaux les plus riches du monde après les Andes tropicales (jusqu’à 135 espèces pour 1000 m2)

  • Préserver la nature : le chêne-liège joue naturellement un rôle de rempart contre l’érosion, la désertification et les incendies, qui sévissent régulièrement en région méditerranéenne. Le mode de gestion durable des subéraies contribue à la préservation de la nature (le mode de prélèvement traditionnel du liège ne détruit pas l’arbre, mais garantit au contraire le renouvellement de cette ressource forestière car le liège se régénère naturellement).

  • Préserver les hommes et une forme de travail équitable : 100 000 personnes vivent du liège via la filière bouchons de liège sur le pourtour méditerranéen, du Portugal à l’Algérie. Les forêts de chêne-liège abritent une économie locale et des savoir-faire précieux : porc ibérique, cueillette de champignons (Espagne, Portugal, Italie), ramassage du bois de chauffe (Maroc, Algérie, Tunisie), tourisme...


Pensez aussi à la collecte pour recycler vos bouchons de liège après usage !

Lire sur Abonéobio d'autres articles concernant la biodiversité, la forêt durable, le bois certifié, ...

++ Défendre la biodiversité, une priorité pour FOREST GARDEN PRODUCTS
++ L’huile de palme pour faire rouler nos voitures ….une aberration écologique !
++ Les bois exotiques
++ Forest Love, l'été sera chaud dans la forêt, by Greenpeace
++ Ne mettez plus votre serviette à laver !
++ L'Outre Mer se penche sur la perte de la biodiversité