Pour la troisième année, les ateliers de la Terre sont l'occasion de rassembler des responsables politiques, des dirigeants d’entreprises, des scientifiques, des leaders d’opinion et des médias dans un environnement privilégié. Multidisciplinaire et internationale, cette rencontre a pour ambition de donner une nouvelle vigueur aux discussions sur le développement durable. Les Ateliers de la Terre ont débuté ce jeudi 11 décembre à Courchevel sur le thème des mutations comportementales.



Bettina Laville, Avocate Associée de Landwell & Associés, Présidente du Mouvement Vraiment Durable, Fondatrice et Présidente d’honneur du Comité 21, a ouvert les débats avec Jacques Huntzinger, Ambassadeur de France en charge du pôle culturel de l'Union pour la Méditerranée, Pascal Picq, Paléoanthropologue, Maître de conférence au Collège de France, et Pierre Rabhi, Président des Colibris, Mouvement pour la Terre et l’Humanisme. Ils ont exprimé leur inquiétude quant à la volonté politique des dirigeants mondiaux de fonder un mode de développement qui évite l’effondrement des équilibres écologiques et sociaux, ce qui transformerait la planète en un habitat incapable de supporter les 10 milliards d’être humains dans les prochaines années.

L’inertie des positions à la conférence de Poznan et les tergiversations européennes sur le « paquet climat énergie » font appréhender, qu’une fois encore, les crises dues au disfonctionnement du marché et à l’irresponsabilité des comportements, en particulier spéculatifs, n’amènent pas à privilégier des solutions de court terme. C’est donc une refondation de long terme qu’il faut construire.

Les Ateliers de la Terre ont choisi le thème crucial des mutations comportementales et le débat s’est cristallisé sur la nécessité de trouver un juste équilibre entre les efforts individuels et l’engagement de tous les acteurs politiques et économiques. Pour Pascal Picq, les obstacles majeurs aux changements de comportements viennent de nos représentations culturelles et des résistances face à l’adoption d’un nouveau modèle. Les individus, selon lui, ont en effet des difficultés à abandonner une logique qu’ils connaissent, même si elle est imparfaite et ne les satisfait pas, pour un modèle qui serait meilleur mais où ils ne pourraient se retrouver.

Pour Bettina Laville, soit nos comportements fondent de vraies mutations, soit nous regarderons les mutations se faire. Face aux crises actuelles, elle s’interroge sur cette volonté de reconstruction à l’identique d’un modèle qui a justement montré ses failles et qu’il serait temps d’abandonner définitivement au profit d’un nouveau modèle de développement qui reste à inventer.

Pierre Rabhi rappelle alors qu’il préfère pour cette raison parler de « sobriété heureuse » qui permet à l’individu de retrouver la joie intérieure, la gratitude et l’émerveillement.

Voilà donc le 3 ème forum pour le développement durable lancé ! La suite du programme sur ces 3 jours d'évènements sur le site Planetworkshops

Lire sur Abonéobio d'autres articles concernant les Ateliers de la Terre et l'urgence à protéger notre planète :

++ Le déclin de la biodiversité préoccupe huit français sur dix
++ La crise du credit écologique : on consomme 2 planètes ! WWF pointe les enjeux à 2030