Beyond Beauty Paris est le rendez vous annuel de la rentrée pour les professionnels de la cosmétique. Cette année du 13 au 16 septembre, quelques 19 000 professionnels, dont 28% d’internationaux sont venus découvrir les tendances et nouveautés de la beauté, de l’innovation et du spa, auprès de 505 exposants. Le bio, le naturel est vraiment chaque année plus représenté. Cette fois pas vraiment d'espace dédié Natural & Bio mais des marques qui déclinent chacune le bio à leur façon, avec d'ailleurs plus ou moins de rigueur. Les organismes certificateurs tiennent aussi leur stand et les questions fusent pour s'y retrouver dans la jungle des logos, mention, des labels et certifications, d'autant que la rentrée apporte deux nouvelles certifications : Cosmos et Natrue. Au niveau du packaging on sent quelques avancées de la filière pour une offre plus éco responsable. Voici quelques stands relevés lors de mon passage mardi dernier. Des idées pas forcément bio ou écolos mais qui pourraient bien le devenir.



Ceux que j'ai plaisir à retrouver à Beyond Beauty
A mon arrivée j'ai de suite fait le tour des stands dont j'apprécie la qualité des produits bio et la démarche globale. D'abord les partenaires et fabricants référencés par Abonéobio : Comptoir du Lys pour la marque Coslys et Allo Nature, deux sociétés familiales angevines, ainsi que Guayapi Tropical qui propose des produits bio et issus du commerce équitable, et qui a fait récemment l'actualité avec enfin l'autorisation de commercialisation de la Stévia.

ainy

Puis le stand de Daniel Joutard, fondateur de la marque Aïny, bio et respectueuse du commerce équitable. Une gamme de soins aux plantes sacrées qui a nécessité 3 ans de mise au point et qui a reçu au salon Beyond and Beauty le prix de la marque certifiée bio.

Ceux que j'ai découvert :

Et la surprise de découvrir au milieu des allées un espace dédié à la Polynésie Française, avec la rencontre du fondateur de la Cosmetic Academy, un concept de personnalisation de cosmétique qu'on aimerait bien voir s'implanter en France après le succès à Tahiti. Et je suis repartie avec des flacons qui sentent bon la Polynésie, L'huile de Monoï de Tahiti, une lotion qui évoque le lagoon, un masque noir aux perles de Tahiti, un gommage à la pulpe de Moorea....Que du rêve ! (Merci Olivier )



Restons dans les parfums. J'ai découvert le potentiel d'Inesens, un concept d'identité olfactive proposée par Sensorys. Pour faire simple, il s'agit de transformer le parfum liquide en parfum solide (intégré dans des microbilles de polymères), qui vient prendre la forme d'un tube, de petite taille pour ajouter par exemple sur des cintres ou comme une fine baguette qui se glisse discrètement dans un mobilier. Evite la propagation de particules en suspension dans l'air et donc pas de pollution sur le sol ou dans l'environnement. Pour l'instant le procédé n'est pas au point pour utiliser des matières premières bio mais peut être qu'un jour...La société Sensorys fait partie de la Cosmetic Valley un cluster qui défend le savoir faire Made in France de la filière cosmétique.

du verger  la beauté

Coté cosmétique, j'ai vraiment apprécié le parfum de la petite gamme gourmande Pomarium, aux parfums de pommes de Normandie qui évoque le monde de l'enfance, avec un coup de coeur du "nez" pour l'huile sèche

maquillage bio certifié

A suivre aussi en octobre le lancement d'une petite gamme de maquillage certifiée bio Terrabio, par une société Belge avec une fabrication italienne. La gamme est certifiée Ecocert Italie (je ne sais pas si le cahier des charges est différent de celui d'Ecocert France ?). En tout cas leur stand en carton recyclé réalisé par une société flammande était vraiment très réussi. J'ai regretté de ne pas avoir eu d'appareil photo :(



Coté saveurs, j'ai goûté les NEED, ces gommes d'acacias qui sont vendus en tubes (22 gommes dans un tube d'alu aux couleurs vives ), à base de plantes. Un nouveau geste pour apprécier les principes actifs des végétaux sans forcément recourir au sirop ou à la gelule. J'ai testé ces « bonbons santé » sans sucre à base de véritable gomme d'acacia, d'actifs de plantes, d'huiles essentielles et de colorants d'origine naturelle. J'ai goûté la passiflore (anti stress), la badiane (beauté de la peau) et le fenouil (digestion, avec un gout anisé agréable). Normalement il faut en prendre 3 à 4 par jour pendant 20 jours. A noter qu'il existe une version pour arrêter de fumer à base de valériane (je ne fume pas alors je n'ai pas goûté !) sensé agir pour modérer le stress, une version pour celles qui suivent de près leur silhouette à base de fucus (une algue coupe faim) et une autre avec du Guarana pour le coté tonifiant. Selon la société bruxelloise New West SA qui fabrique les gommes NEED, les principes actifs se libèrent progressivement par la salive. J'ai aimé la présentation ludique, la forme du tube qui se glisse facilement dans un sac à main, seulement ce n'est pas (encore ? ) bio !



Et au fil des allées, la fatigue du piétinement m'entraine sur un stand où l'on me présente le Lady's Secret ! Et là surprise ce n'est pas de la cosmétique mais des accessoires pour le confort du pied notamment dans les chaussures à talon ! Vous savez le pied qui glisse, les orteils qui sortent de la chaussures ouverte, les ampoules au talon, les collants qui s'effilent ...bref voilà des semelles de mousse astucieuses, des talonnettes adhésives, souples, qui vont apporter du confort aux dames ! Sauf que là aussi on aimerait bien voir une solution à base de matières premières naturelles et écologiques; Peut être une prochaine fois ?...Le savoir faire du groupe français de la chaussure (JFL) (qui n'est pas du choletais, berceau de la chaussure ^^ ) va bien nous trouver une déclinaison bio ?

Et pour finir, un coup de gueule !
Sur plusieurs stands on retrouve des éponges naturelles teintes ou naturelles. Quelques questions m'amènent vite à comprendre que le prélèvement se fait en milieu naturel, pas en France car la législation en le permet pas mais plus au sud, là où l'on est moins regardant, par exemple en Tunisie ! Comme accepter le pillage chez nos voisins pour remplir nos spas ? La culture des éponges n'existe pas à priori, donc la prochaine fois que vous êtes tenté par l'achat, retenez vous et ce commerce cessera !

Lire d'autres articles sur Abonéobio sur le marché de la cosmétique, sur le salon Beyond Beauty, sur les certifications bio, labels bio et mentions bio, l'intérêt des cosmétiques bio...

++ A la rentrée, de nouveaux labels bio européens pour les cosmétiques bio, Cosmos, NaTrue,...
++ Le bio à Beyond and Beauty
++ Cosmétiques Made in France
++ La piraterie du bio !
++ La cosmétique bio coté coulisses
++ La valse des logos et labels bio
++ Cosmétiques bio, le bonheur est il dans le pot ? Droit de réponse à Cosmébio suite au reportage Envoyé Spécial
++ Les cosmétiques ont des effets indésirables
++ La semaine du Monoï de Tahiti, Monoï Here ++ Le paradis rime avec écologie : Papeete se met aux énergies durables
++ Le palmarès des cosmétiques 2009 intègre les cosmétiques bio
++ Le top 10 des ingrédients cosmétiques 2009