Pour satisfaire les envies des consommateurs de jeans délavés et vieillis, des entreprises n'ont pas hésité à mettre en péril la santé de leurs ouvriers. Des milliers de Turcs, salariés du jean blanchi, sont aujourd'hui atteints de silicose, une maladie incurable et mortelle. On leur a demandé de sabler des jeans à haute pression pour un effet délavé, mais sans leur donner le matériel de protection. Ces gestes effectués sans masque adapté et sans gant, dans des cabines sans aération (ou même sans cabine), ont conduit à faire entrer le sable dans leurs poumons. Désormais interdite en Turquie cette technique fait scandale. C'est l'hécatombe chez les jeunes ouvriers victimes de la mode et des grandes marques, déjà plus de 50 décès de moins de 30 ans. La mort par silicose pour un salaire de misère aux portes de l'Europe.



Envoyé Spécial a enquêté pour savoir dans quelles conditions sont produits les Jeans des grandes marques en Turquie "Jeans à la mode, le prix à payer" diffusé le 07 janvier. Ce sujet est aussi traité sur France 24 "Quand la mode tue" et passera sur M6 dans 66 minutes le 17 janvier, "le scandale des jeans qui tuent". Combat difficile pour ces salariés qui a 95 % n'étaient pas déclarés par leur entreprises sous traitantes de multi nationales.


A savoir que le sablage a été remplacé par notamment par le ponçage et l'usage du permanganate (entre autres) également irritant pour les voies respiratoires, par des techniques modernes de laser (mais plus coûteuses !).

Avec une question posée par ces salariés victimes : "les coupables sont ils ceux qui fabriquent ou ceux qui achètent ces jeans ?" "Peut être que les gens se sentent bien en portant ces jeans délavés mais nous cela nous rend malades";
Porter un vêtement, c'est porter aussi l'éthique de son histoire, et là on est mal !!! Bien souvent nos achats ne présentent pas de garanties suffisantes et nous cautionnons malheureusement par nos choix ces conditions indécentes, parfois bien naïvement.

Au delà de l'approche humaine et problèmes de santé, le cycle de vie d'un jean pose bien des questions. En amont, le jean fabriqué à partir de coton qui nécessite des milliers de litres d'eau pour sa culture : de 7000 à 29000 litres d’eau pour 1 kilo de coton, selon le WWF, là où l'eau est déjà rare. On ajoute à cette culture des pesticides et des engrais. Ensuite il faut le délaver et le teindre avec des conséquences de ces techniques d'ennoblissement sur les hommes mais aussi sur les cours d'eau : pollution par rejets. Enfin, avant d'être porté, il faudra transporter le jean en pièces détachées qu'il faudra réunir pour assembler. Ainsi un jean peut parcourir 65 000 kms selon les journalistes du Guardian. L'empreinte écologique d'un jean n'est donc pas neutre non plus.

empreinte écologique d'un jean
Source : Ademe

Lire d'autres articles sur aboneobio sur la fabrication du jean, sur le cycle de vie d'un jean, sur le recyclage du jean, sur la consommation de matières premières pour fabriquer un jean, sur l'arrivée des jeans bio chez les fabricants, sur le parcours de nos vêtements fabriqués à l'étranger ...:

++ Jean, l'incontournable se met au bio
++ Enceinte, faites recycler votre jean par un atelier de confection
++ Les dessous de la lingerie, pas très écolo !
++ Le parcours d'un pull en cachemire, vous avez dit développement durable ?
++ Jean propre ?
++ Changeons d'étiquette : Max Havelaar cherche des étudiants ambassadeurs du coton bio
++ Pourquoi choisir du coton biologique ?
++ Green Touch au salon Tissu Premier à Lille en septembre
++ Textile en bambou : fausse idée écologique ?
++ Traces de résidus chimiques dans les tee-shirts pour enfants
++ Mulliez, la fibre écologique et citoyenne pour les vêtements professionnels
++ Choisir un pressing écologique pour ses vêtements ?
++ Bio Tissus pour acheter du tissu bio et équitable sur internet
++ Ethical fashion 2009 la mode éthique à Paris
++ Résolutions écolos en 2010