La crise n'a pas ralenti la croissance des produits bio. En 2009 on a consommé le double du volume de 2005. Aujourd'hui le marché Français de l'alimentation bio représente 3 milliards d’euros. Mais la progression profite surtout aux importations qui représentent 38 % des produits bio car la France n'arrive pas à assurer en volume. Pour les fruits et légumes bio certifiés on va jusqu'à 65 % d'importations ! Ce qui bien sûr limite sérieusement l'intérêt notamment au regard de la pollution émise lors des transports. L'autre point concerne le niveau de certification du label bio européen qui tolère une contamination OGM (dite inévitable) inférieure à 0.9 % par ingrédient . L'importation veut dire aussi une qualité moins rigoureuse que celle exigée désormais avec le label bio cohérence né en France en avril 2010.



Photo : Terre et Terroirs

Si la production est insuffisante, c'est que dans le passé la France n'a pas assez soutenu les conversions en bio qui prennent 3 à 4 années. Aujourd'hui l'engouement des consommateurs pour le bio est réel et encourage 300 agriculteurs français chaque mois à se lancer dans le bio. En 2009, on compte +86 % d'agriculteurs en conversion bio par rapport à 2008. A noter que la région Pays de la Loire est la 3ème région de France avec le plus de surfaces en conversion (15940) et le Maine et Loire (l Anjou) est le 4ème département pour le nombre de surfaces en bio (17148 ha). Le coup de pouce des aides financières de l'Etat joue son rôle, couplé aussi aux préoccupations grandissantes des impacts sur la santé et sur l'environnement.



Reste que pour respecter les objectifs fixés lors du Grenelle de l'Environnement, il faudrait beaucoup plus ! En effet, alors que nous ne sommes qu'à 2.46 de la surface agricole utilisée (SAU) consacrée au bio, il nous faudrait être à 6 % en 2010 et à 20% en 2020 ! La marche est haute, voir difficilement atteignable ?.



Parmi les bonnes nouvelles, on peut noter dans le rapport de l'Agence bio la progression du bio dans la restauration collective dont les achats ont plus que doublé en 1 an, en passant de 44 millions d’euros en 2008 à 92 millions en 2009. La campagne du WWF OUi au bio dans ma cantine a surement été un facteur important notamment au regard de la demande des citoyens. Mais là encore pour arriver aux objectifs du Grenelle fixés à 20 % de produits bio dans les cantines pour 2012, il nous faudra passer de 92 M€ en 2009 à 180 M€, si la production locale arrive à suivre... !.

Autre donnée intéressante : 12 % des ventes de produits alimentaires bio se fait désormais directement du producteur au consommateur, par le biais notamment du développement des Amap en France.

Lire d'autres articles sur aboneobio sur le marché des produits bio en France, sur l'alimentation bio et le fait de consommer bio, sur les producteurs bio, sur le bio dans ma cantine, sur les résolutions écologiques des consommateurs en 2010...

++ Des solutions locales pour un désordre global, film de Coline Serreau
++ Ego bio, Bio Activistes, Bio Nostalgiques, Bio en devenir,...quel consommateur bio en 2010 ?
++ Faire ses courses sans OGM
++ Plus de producteurs bio en France
++ Le label Bio Cohérence : du bio pur !
++ Ma cantine bio ? Pas vraiment : seulement 1 % des achats sont des produits bio !
++ Mamans, exigez du bio à la cantine pour vos enfants !
++ Le fast food bio version Marc Veyrat
++ Résolutions écolos en 2010
++ 2010 l'année de la consommation partagée
++ Le Déclic de la Pratique Bio d'Abonéobio
++ La consommation de produits bio progresse en 2009
++ Abonnons nous au bio !
++ Consommer bio rassure un français sur deux
++ Le bio plus cher ? Le prix écologique le choix du citoyen
++ Plus de consommation verte chez les 25 49 ans
++ Epargne solidaire : soutenir le projet d'un agriculteur bio via Terre de Liens
++ Et si on aidait les agriculteurs bio ?
++ Les Amap vous connaissez ?
++ Vous mangez local et de saison ? Vous êtes un locavore !
++ Appel à projet pour le bio
++ Victime de son succès, le bio a des états d'âme
++ Terrena veut faire de l'agriculture intensive écolo
++ Tripler les surfaces bio à Paris, ambition affichée par la région
++ Du bio ...importé !