L'eau de pluie est précieuse pour arroser le jardin ou la pelouse, les plantes intérieures, nettoyer la voiture ou la terrasse, voire même pour alimenter les toilettes ou la machine à laver quand le règlement sanitaire de son département l'autorise. Installer un récupérateur d'eau est un geste écolo simple et pourtant pas suffisamment appliqué.



Ce qui est aberrant dans notre système c'est que la chasse d'eau des toilettes utilise de l'eau potable alors qu'on pourrait très bien mettre en place des systèmes de récupération d'eau de pluie. J'ai découvert que la règlementation posait un problème au niveau de l'usage intérieur et notamment du circuit de rejet des eaux "usées" issues des eaux de pluies et que les conditions sanitaires imposées n'étaient pas les mêmes d'un département à l'autre (?). A priori en Maine et Loire, on ne peut pas faire grand chose. Si vous avez des expériences à ce sujet, merci de laisser un commentaire.

récupérer l'eau de pluie ekologeek

Récupérer l'eau de pluie, c'est le geste écolo 98 de l'association Ekologeek :)


Voici ce que dit la loi selon l'Arrêté du 21 août 2008 relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments, modifié le 21 octobre 2008 :

  • Tout raccordement, qu’il soit temporaire ou permanent, du réseau d’eau de pluie avec le réseau de distribution d’eau destinée à la consommation humaine est interdit...." (article 3).
  • En gros recycler l'eau de pluie pour un usage extérieur ne pose aucun problème mais cela se complique à l'intérieur des bâtiments : "l’eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles peut être utilisée pour des usages domestiques extérieurs au bâtiment. L’arrosage des espaces verts accessibles au public est effectué en dehors des périodes de fréquentation du public. A l’intérieur d’un bâtiment, l’eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles, autres qu’en amiante-ciment ou en plomb, peut être utilisée uniquement pour l’évacuation des excrétas et le lavage des sols. L’utilisation d’eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles est autorisée, à titre expérimental, pour le lavage du linge, sous réserve de mise en oeuvre de dispositifs de traitement de l’eau adaptés et que la personne qui met sur le marché le dispositif de traitement de l’eau déclare auprès du ministère en charge de la santé les types de dispositifs adaptés qu’il compte installer, et que l’installateur conserve la liste des installations concernées par l’expérimentation, tenue à disposition du ministère en charge de la santé" (article 2).
  • Petit détail qui a son importance : "Tout point intérieur du réservoir doit pouvoir être atteint de façon à ce qu’il soit nettoyable. Le réservoir doit pouvoir facilement être vidangé totalement" (notamment dans le cas d'une cuve enterrée sous la maison ^^)

Coté finances, évidemment les prix varient selon le niveau de récupérateur d'eau installé. Il faut savoir que ce type d'équipement donne droit à un crédit d'impôt à hauteur de 25 % de la dépense occasionnée pour un équipement posé entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2011.

Pour l'installation d'un récupérateur d'eau, l'interlocuteur reste la mairie : le Code général des collectivités territoriales (CGCT) prévoit à article R. 2224-19-4 prévoit que"toute personne tenue de se raccorder au réseau d'assainissement et qui s'alimente en eau, totalement ou partiellement, à une source qui ne relève pas d'un service public doit en faire la déclaration à la mairie". Et comme l'engouement pour la récupération de cette eau gratuite titille évidemment les fournisseurs d'eau payante et peut représenter un manque à gagner, voilà qu'on nous met en place une taxe : fin 2009, le Sénat a voté une loi pour que les récupérateurs d'eau de pluie soient déclarés en mairie, et il est question d'une taxe qui sera à régler selon le volume du récupérateur. Donc à suivre...

Le problème c'est que l'eau gratuite de pluie qui est rejetée dans le réseau d'assainissement doit aussi être taxée car elle devra être "nettoyée". Mais ça se complique. Comment évaluer le volume ? Comment évaluer la qualité de l'eau qui sera rejetée et soumise aux traitements ?

On a encore tout à construire à ce sujet pour que l'intelligence écolo prime sur les arguments économiques. Dans un monde où l'eau potable devient réellement un bien précieux, il est indécent que continuer à la jeter dans nos toilettes !

Venez partager votre expérience, si vous avez installé un système de récupérateur d'eau pour un usage à maison, si vous n'avez pas pu faire aboutir votre projet, si vous avez des expériences à l'étranger, ...

Lire d'autres articles sur aboneobio sur les équipements d'une maison écolo, d'une maison autonome, d'un habitat sain et écologique, sur les enjeux de l'eau potable dans le monde...

++ L'air intérieur de la maison est pollué ? Un quizz pour le savoir
++ Le Guide de la Maison Ecologique par 60 Millions de consommateurs
++ Raconte moi la maison autonome...
++ Bien jardiner bio
++ La renovation écologique de sa maison : le guide des Amis de la Terre
++ La Maison Ecologique
++ Isoler sa maison avec des matières premières bio, recyclées
++ Profiter d'un prêt écologique à 0 % pour des travaux à la maison
++ L'habitat bio, écologique et économique
++ La laine pour une isolation naturelle et écologique de votre maison ?
++ L'écologie est dans les murs
++ Ekokook pour une cuisine responsable et écologique, geste par geste
++ Coca cola pompe l'eau aux paysans indiens
++ Nos eaux usées n'arrivent pas à éliminer les micropolluants
++ eau et cancer : quelle eau faut il boire ? ++ L'eau c'est la vie !
++ Bientôt l'ordonnance écolo : elle existe déjà en Suède
++ La gestion de l'eau à la maison, les conseils de la famille Kiagi
++ Comment réduire sa facture d'eau ?
++ La journée mondiale des toilettes, le manque d'assainissement tue des enfants, l'ONU réagit