Les plantes dépolluantes sont nos amies et pas seulement à la maison. Elles peuvent aussi nous aider à reconquérir des friches industrielles désaffectées et polluées, à restaurer des carrières ou des sites dégradés, pour y gagner du foncier et reconstruire de nouvelles activités sur un environnement redevenu sain par la technique de phytoremédiation. C'est le défi que l'Ineris propose de relever. En effet, l'Institut national de l'environnement et des risques a rendu public les résultats de ses recherches. Un espoir pour ces communes propriétaires de sols pollués par une activité chimique notamment.

dépollution des sols pollués par les plantes

Avec une aide de l'ADEME, de l'Union Européenne et de l'Ecole des Mines de Douai, les chercheurs de l'Ineris ont déposé des sédiments pollués (avec de l'Arsenic, du plomb, du zinc, du cadium, ...) sur certaines parcelles expérimentales, et ils ont comparé les résultats avec des parcelles où les sédiments étaient non pollués, des parcelles où les sédiments étaient amendés (additionnés) de substances (micro-organismes) pour favoriser l'action des plantes, et des parcelles où seules les plantes (la fétuque et la canche, deux herbacées locales) étaient amenées à agir. Et c'est là que les résultats étaient les plus concluants : les racines des plantes absorbent les polluants, ainsi elles les fixent et empêchent la pollution de se répandre partout dans les sols où d'aller polluer la flore et la faune un peu plus loin. Voilà que les plantes sont devenues de vraies auxilaires utiles au Green Business : elles arrivent à extraire les polluants des sols, à les accumuler et les stocker. On peut même récupérer les métaux lourds, une fois les plantes incinérées pour les recycler. Un bémol toutefois, les plantes ne peuvent pas s'enraciner très profond (80 cm en moyenne) et ne peuvent donc aller chercher des pollutions plus profondes. Néanmoins c'est plutôt une bonne nouvelle, car en dépolluant les sols on redonne de la valeur au terrain et un environnement sain à ceux qui le cotoie !

Source : La Tribune

A la maison, les plantes dépolluantes sont aussi très utiles pour respirer un air sain. La présence de plantes vertes permet d'éliminer une partie de ces polluants et alléger voir supprimer les symptômes de maux de tête, irritations oculaires, toux et vertiges. C'est bon pour votre santé et pour l'environnement !
Quelques exemples de plantes amies :

  • L'Azalée et Rhapis (R. excelsa) : contre l'amoniaque, avoir un pot près de l'évier de la cuisine (dans les placards de cuisine on trouve souvent des produits dégraissant avec de l'Amoniaque, des produits pour les sols, de l'eau de javel, à supprimer rapidement par des produits d'entretien écologiques
  • Le chrysanthème : contre le trichloréthylène (peintures et solvants)
  • Le lierre, Sansevière, Aglaonéma, Spathiphyllum, Dracaena : contre le benzène (détergents non écolo ! plastiques, adhésifs, cigarettes, peintures, résines, ...)
  • Le ficus benjamina, Chlorophytum, Philodendron, Alocasia, Sansevière, Syngonium, Dracaena, Spathiphyllum : contre le formaldéhyde ( produits d'isolation (laine de verre, laine de roche, mousses...), mais aussi les colles à moquette, panneaux de particules et contreplaqués, les tissus d'ameublement, et encore les produits ménagers non écolos.
  • Le philodendron : contre lepentachlorophémol (PC) traitement du bois
  • Le chlorophytum, Pothos, Sansevière, Lierre...: contre le monoxyde de carbone (dégagé notamment quand les appareils de chauffage sont défectueux, la fumée, ...
  • Le cactus monstrueusus : contre les ondes magnétiques
  • Le Philodendron : contre les PCP (Pentachlorophénol), sont présents des années après application de traitement fongicide du bois.
  • Le Chlorophytum et l'Aglaonéma : contre le Toluène solvant présents dans les peintures, les laques, les adhésifs de moquette ou de tissus, les mousses de polyuréthane...
  • Le Spathiphyllum et le lierre : contre le Trichloréthylène présents dans les solvants de lazures, de colles, de vernis, de peintures (et aussi dans les peintures à l'eau)


Lire d'autres articles sur Abonéobio sur les plantes dépolluantes, sur la pollution au quotidien dans nos intérieurs, la pollution dénoncée par UFC Que Choisir, ce que cachent les étiquettes de nos produits de ménage ...

++ Cultiver des plantes pour mieux respirer
++ Des poisons dans nos maisons
Désodorisants intérieurs : danger !
La pollution nous ronge au quotidien
++ Ces poisons qui nous entourent, complément d'enquête
++ pourquoi changer de produits et passer au bio
++ Reach, les substances chimiques doivent être enregistrées.
++ Le scandale de la France contaminée par l'uranium
++ les médicamenteurs : les coulisses des prescriptions de médicaments !
++ PCB : sommes nous contaminés ?
++ Ether de Glycol : danger ! ++ Le Monde selon Monsanto
++ Que cachent les étiquettes des produits d'entretien conventionnels ?