Tous les étés les tubes de crèmes solaires remplissent les rayons. Chaque année plus de 15 millions de tubes de crèmes solaires sont vendus en France. Elles contiennent en très majorité des filtres chimiques pour protéger des UVA et UVB dont certaines études démontrent le danger à la fois sur la santé (perburbateurs endocriniens) et sur l'environnement (tuent les coraux). Notre corps absorbe une grande partie de ce qu'on applique sur la peau (60 %). On retrouve ces filtres chimiques dans l'organisme et dans le lait maternel. Or ils perturbent, entre autres, le développement des organes génitaux (étude de Margaret Schlumpf sur les rats, Université de Zurich). Par ailleurs ils sont très nocifs pour l'environnement : déjà 10 % des massifs coralliens sont détruits par les filtres chimiques des crèmes solaires. Le phénomène est visible à l'oeil nu : les coraux sont malades, au contact des crèmes solaires ils blanchissent et meurent en quelques heures. Et c'est une menace sur toute la planète car ces coraux sont l'un des écosystèmes majeurs de la planète. Et si chacun prenait ses responsabilités et refusait les crèmes solaires classiques pour n'acheter que des crèmes solaires bio ?

filtres solaires chimiques ou naturels

Le reportage d'Envoyé Spécial "Les crèmes solaires en question" de juillet 2009, rediffusé ce jeudi 22 juillet 2010 alerte chacun sur l'impact de sa consommation personnelle de crème solaire. Ce geste n'est pas du tout neutre, ni pour sa santé, ni pour l'environnement. (revoir le reportage Envoyé Spécial sur les crèmes solaires)

Alors que contiennent ces crèmes solaires classiques qui soient nocifs ?

Les filtres solaires chimiques (UVB contre les coups de soleil, UVA contre le vieillissement) se retrouvent dans le lait maternel. Il est donc important que les mamans enceintes ou qui allaitent soient particulièrement vigilantes sur les crèmes utilisées. Les effets de ces pertubateurs endocriniens sur le bébé se découvriront beaucoup plus tard à l'age adulte. selon le toxicologue témoignant dans le documentaire, les filtres solaires chimiques sont impliqués dans l'évolution des cancers. Les cancers qui progressent le plus sont ceux liés à la modification du système hormonal (cancer du sein de la prostate, des testicules).

composition à éviter crème solaire

Le reportage évoque notamment le filtre chimique 4-MBC (méthylbenzylidène camphre) très fort perturbateur endocrinien retiré chez bon nombre de fabricants désormais, mais il existent d'autres substances qu'il faut également éviter. L'association américaine Environmental Working Group (EWG) a réalisé une étude et a sorti une liste noire des crèmes solaires dont des marques françaises. Elle dénonce notamment la présence d'une forme de vitamine A "palmitate de rétinol" présente dans 41 % des produits solaires et soupçonnée d'être cancérigènes et dans le doute, l'association recommande de ne pas choisir une crème solaire incluant de la vitamine A. Autre substance peu recommandable selon EWG, l'oxybenzone, qui est un composé chimique présent dans 60% des produits solaires analysés, utilisé comme filtre ultraviolet. L'oxybenzone est un perturbateur endocrinien qui pénètre dans l'organisme et retrouvé chez 97 % des américains testés. Voir le classement des crèmes solaires selon EWG avec des notes de 1 (la meilleure) à 10 (la pire).

Avant d'appliquer votre crème solaire, regardez bien l'étiquette et ne prenez pas de crème solaire avec ces composants (source Carevox) :
Les filtres ayant une activité œstrogénique sur les rats

  • Benzophénone-1 (BP-1), Benzophénone-2 (BP-2)
  • Benzophénone-3 (BP-3 ou BZ-3 ou oxybenzone)
  • 4-méthylbenzylidène camphre (4-MBC)
  • 3-benzylidène camphre (3-BC)
  • Octyl- (OMC)

Source : Margaret Schlumpf, Toxicology, décembre 2004
A noter aussi :

  • l'Octocrylen : perturbateur hormonal retrouvé dans le lait humain par Margaret Schlumpf, il est présent dans toutes les crèmes du groupe l'Oréal (Garnier, la Roche Posay, Vichy,...) selon le reportage Envoyé Spécial,
  • l'Ethylhexil méthoxycinnamate cité par Marie France Corre
  • butil methoxidibenzoilmetane
  • octyl salicylate
  • octinoxate

Les filtres instables à la lumière

  • Oxybenzone (benzophénone-3)
  • Octyl-méthoxycinnamate (OMC)
  • La stabilité de l’oxybenzone est un sujet de controverse. L’industrie des filtres solaires affirme (évidemment !) qu’il est très stable ; des scientifiques indépendants le disent “relativement” photostable. Mais des chercheurs de l’université de Hambourg, en Allemagne, ont démontré qu’il est rapidement oxydé par la lumière.

Les filtres qui traversent la barrière de la peau

  • Oxybenzone (benzophénone-3)
  • Octyl-métoxycinnamate (OMC)
  • 4-méthylbenzylidène camphre (4 MBC) faiblement

Les ingrédients à bannir

  • PABA et Padimate O : Ces ingrédients ont déjà été abandonnés par beaucoup de fabricants, car ils sont allergènes. Mais ils ont également des propriétés “photomutagéniques”, c’est-à-dire qu’ils peuvent engendrer des modifications génétiques dans les cellules de la peau, sous l’effet de la lumière


Quelles solutions adopter pour se protéger du soleil ?

Ne pas s'exposer aux heures les plus chaudes (entre 12h et 16h), se protéger avec des vêtements appropriés et un chapeau. Utiliser de la crème solaire bio adaptée à son type de peau indices allant de 15 à 30, contenant des filtres minéraux (naturels) (dioxyde de Titane et oxyde de Zinc), formulée sans nanoparticule.



Certains parlent de risques avec le dioxyde de titane mais attention à la confusion : le dioxyde de titane présente un risque pour celui qui est exposé aux poussières de particules de dioxyde de titane (présent en suspension sous forme aérienne) et qui les inhalent, provoquant ensuite une accumulation dans les poumons. C'est pourquoi cette substance est classée comme cancérogène probable. Mais cela n'a rien à voir avec le dioxyde de titane présent dans les crèmes solaires appliquées sur la peau. Le dioxyde de titane est dispersée dans une huile photostable. Il ne pénètre pas l'épiderme, et efficace à 100 % tant qu'il est sur la peau. Il est qualifié du meilleur filtre au monde, selon le reportage.

Poussons un peu la réflexion : et si c'était le contraire ? Et si les crèmes solaires (classiques) nous rendaient "malades" et si l'exposition (modérée) pouvait être bénéfique ? A lire dans le détail l'excellent article de Raffa le soleil ami ou ennemi (qui date déjà de 2005) présentant notamment les résultats d'une étude américaine de 1990 démontrant que les cancers de la peau étaient plus nombreux chez les marins travaillant à l'intérieur des bateaux que chez ceux officiant sur le pont des navires. Et chez ces derniers, le mélanome frappait le plus souvent des parties du corps non exposées, comme le tronc et les jambes. Cela fait réfléchir évidemment !.

A la fin du reportage d'Envoyé Spécial une dermatologue qui prescrit une crème solaire indice 50 à sa patiente atteinte d'un cancer de la peau et greffée. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le lien avec le reportage sur les médicamenteurs : les coulisses des prescriptions de médicaments où l'on apprend que l'industrie pharmaceutique investit 2 fois plus dans le marketing que dans la recherche !. Elle met le paquet sur les médecins et le marketing : 25 000 euros investis par médecin qui reçoit en moyenne 330 visiteurs médicaux par an !. Pour prévenir le cancer de la peau (et les autres !), on se dit quand même qu'il serait urgent de faire un point sérieux sur les compositions à avoir ou à éviter !

Alors, quitte à acheter une crème, choisissez une crème solaire bio ! Et si vous passez au Mexique, sur la mer des Caraïbes, vous pourrez l'utiliser dans ce parc aquatique Xel ha qui filtre les entrées et ne laisse passer que les soins solaires bio pour aller nager avec les dauphins !

Lire d'autres articles sur le blog du bio d'aboneobio, sur les avis d'aboneobio pour bien choisir sa crème solaire et tous les cosmétiques bio quotidien et les produits d'entretien écologiques pour bien vivre en famille dans une maison bio

++ comment bien choisir sa creme solaire
++ La cosmétique solaire et bio, efficace et saine !
++ Les nanoparticules dans les solaires, réponse de Melvita
++ Bien choisir ses cosmétiques en regardant les tensioactifs
++ Comment installer un piège à mouches à la maison ?
++ Bien choisir son gel hydroalcoolique pour se laver les mains
++ Bien choisir son dentifrice pour des dents saines
++ Choisissez bien votre stick à lèvres !
++ Bien choisir son huile essentielle
++ Le phénoxyéthanol, un éther de glycol à éviter dans les cosmétiques
++ Cosmétiques pour bébé : prudence !
++ Des cosmétiques bio pour bébé
++ Parabens and co
++ Les cosmétiques ont des effets indésirables
++ Huiles essentielles : quelles précautions ?
L'huile d'argan, ou huile d'argane, l'or vert du Maroc, précieux à plus d'un titre.
Les huiles essentielles pour la peau
++ Huile de calophyllum bio, un trésor en hiver
++ Le jojoba bio, une cire végétale exceptionnelle qui régule le sébum
++ Comment je soigne mon entorse avec des produits bio et naturels
++ Peaux jeunes, combattre l'acné des ados avec des soins bio
++ Bien choisir sa microfibre pour un ménage écologique
++ Bien jardiner bio
++ Bien choisir son désinfectant
++ Bien choisir son éponge pour le ménage et la toilette
++ L'été et ses moustiques, comment s'en débarrasser et soulager les piqures ?