Comment le leader des lessives peut il devenir un acteur de l'économie sociale et solidaire ? La présence au Forum mondial "Convergences 2015" d'Unilever a de quoi surprendre ! Certes le groupe s'affiche au coté du label privé "Rainforest Alliance Certified" dont il bénéficie pour certains de ces produits (comme les sachets de thé Lipton) mais on est loin de ce qu'on peut attendre d'un acteur engagé. Sur le segment des produits d'entretien, la priorité serait de travailler sur la composition des lessives par exemple qui contribuent à l'eutrophisation de nos cours d'eau, à la pollution d'une denrée qui devient rare (l'eau !). A la place, Unilever se lance en Indonésie sur la vente d'échantillons de shampoing à 2 centimes la dose, et en Espagne dans une gamme de lessives à petit format (permettant d'assurer les 5 machines de la semaine). L'idée étant de déclencher une vente dans un contexte où le consommateur réduit ses achats. Sauf que l'inciter à repasser à la caisse plus souvent, avec une lessive certes concentrée, c'est aussi l'inciter à rejeter plus d'emballages, sans réaliser le volume représenté à la fin d'une année. Chez aboneobio nous pensons à l'inverse que seuls les grands conditionnements (recharges de 5 litres de lessive bio ) et une prise de conscience globale de sa consommation de l'année, permet d'agir et de mieux consommer.

marques du groupe Unilever

Bref, la grande distribution s'agite autour de la notion de consommation responsable. A croire que le créneau est porteur ! Auchan nous sert ses produits bio à moins de 1 euro. Leclerc réactive son site Conso Responsable, Carrefour cherche un emplacement pour son enseigne bio, doublé par Auchan qui a réussi son ouverture magasin test "Coeur de Nature". Chez Casino, c'est la marque MDD bio qui se veut made in France. Chacun y va de son engagement, selon son propre cahier des charges. L'important étant d'occuper le terrain. Désormais c'est donc au tour d'Unilever de s'afficher comme un acteur responsable. Agir pour réduire la pauvreté "D’ici 2020, nous voulons donner accès à la santé et à une bonne alimentation à 1 milliard d’individus en plus sur la planète", affiche Unilever. En attendant, les actions se portent sur les armoires frigos qui consomment moins d'énergie et les palettes en bois qui pèsent moins lourds. C'est déjà ça diront certains.

Challenges a interviewé Bruno Witvoët, PDG France de Unilever :


Unilever, champion du consommer responsable ? par Challenges

Cette vague de communication autour d'un discount responsable n'est pas saine pour le consommateur. Brouiller les pistes, se racheter une notoriété sur quelques actions, sans traiter le coeur du problème, à savoir l'impact même de la composition des produits sur la santé du consommateur, et sur l'environnement, permettra juste de patienter pour mieux sauter plus tard. Le consom'acteur a le vouloir d'achat. A lui d'agir maintenant !