Etre une femme aujourd'hui ne suffit pas pour donner la vie. L'infertilité grandit, et au delà ce sont les troubles du système reproducteur qui sont inquiétants. Partout dans le monde, des millions de femmes mais aussi de jeunes filles (avec la puberté très précoce) y sont confrontés. Les perturbateurs endocriniens sont dénoncés pour expliquer cette hausse des pathologies: bisphénol A mais aussi phtalates (voir mon article : le DEHP dangereux phtalate présent dans le nutella), ...Demain le Sénat doit voter une loi interdisant le recours au bisphénol A. Mais les industriels s'insurgent, avec un chantage sur la fermeture de leurs entreprises, ne sachant pas par quoi le remplacer (plus de 6.3 millions de tonnes de BPA produits d'ici 2015). Le calendrier serait incompatible avec la réalité industrielle : et la santé on en fait quoi ? . Puberté précoce (des petits filles ont des seins et des règles a 6 ou 8 ans !), myomes utérins, endométriose, syndromes des ovaires polykystiques, grossesse extra utérine, ménopause précoce, cancer du sein (la maladie touche 1 femme sur 8 en Europe), ...la liste des troubles de la reproduction est douloureuse pour les femmes. On sait que le système reproducteur est influencé par des facteurs divers (patrimoine génétique, alimentation, âge, hygiène de vie, ...) auxquels s'ajoutent désormais les nombreuses données sur les perturbateurs endocriniens. Ces substances s'interfèrent avec "la production, la sécrétion, le transport, le métabolisme, la fixation, l'action ou l'élimination des hormones naturelles". Et le problème lié à une exposition peut n'apparaitre que bien plus tard (c'est la brique manquante d'une fondation d'un édifice, invisible jusqu'au jour où le bâtiment devient bancal et s'effondre). A noter que les conséquences touchent aussi les générations suivantes : on constate davantage de malformations de l'appareil génital chez les petits fils des femmes ayant consommé du DES pendant la grossesse. Le principe de précaution devrait s'imposer, surtout quand on sait que l'exposition à de faibles doses de perturbateurs endocriniens ne sont pas sans conséquences.

perturbateurs endocriniens santé femmes

La liste de ces perturbateurs endocriniens est longue, en voici quelques uns :

  • Atrazine (herbicide parmi les plus utilisés aux USA), interdit en Europe en 2002 mais sa présence dans le sol continue de contaminer l'eau. Selon une étude de l'Inserm, la présence d'atrazine dans les urines de la femme augmente de 50 % le risque pour son enfant de souffrir d'insuffisance pondérale et de 70 % d'avoir un petit périmètre crânien à la naissance
  • Bisphénol A (BPA) Initialement c'est un oestrogène de synthèse destiné à un usage pharmaceutique. Depuis 1957 il est dans nos produits du quotidien en plastique durcit (biberon (interdit en 2011), bonbonne eau, ...) mais aussi dans les boites de conserve (dans les résines époxydes sur les parois intérieurs)
  • DDT insectide puissant interdit pour sa toxicité depuis 1972 aux USA, et en 1986 en Europe. Mais comme le DDT et DDE sont résistants, ils sont encore présents dans l'environnement et les organismes vivants et continuent leur pollution.
  • DES diethylstilbestrol : oestrogène synthétisé en 1938. Prescrit jusqu'au début 1970 voir 1980 en Europe. Il est encore utilisé comme hormones de croissance dans l'alimentation animale. Les études démontrent chez les filles dont les mères ont pris du DES pendant la grossesse plus de malformation de l'utérus ou du vagin, cancer du col de l'utérus, cancer du sein, ...
  • Dioxines
  • PBB (retardateurs de flammes)
  • PCB (utilisés comme isolants dans les transformateurs électriques, les gaines des cables, les condensateurs, ...) Interdits depuis 1987 mais ils sont persistants et s'accumulent dans l'environnement et la chaine alimentaire. Cf mon article les français ont trop de produits chimiques dans le sang
  • Phtalates : depuis 2005 en Europe, le DEHP, DBP et le BBP sont interdits dans l'industrie du jouet et des articles de puériculture (pour éviter que bébé porte à la bouche) mais autorisé ailleurs ! Le DEHP jugé très dangereux (phtalate classé toxique pour la reproduction) peut être mis dans les produits destinés au grand public sans dépasser 0.5 % ! UN scandale quand on constate sa présence dans l'alimentation, comme le Nutella ! ...


girl disrupted dérèglement hormonal feminin

Pour comprendre les enjeux de ces perturbateurs endocriniens et leurs impacts sur les troubles de la santé reproductive féminine, je vous invite à lire le livre « Menace sur la santé des femmes », publié par WECF France édité aux Editions Yves Michel, en librairie dès le 12 octobre 2012, 11 euros. L'ouvrage est rédigé clairement et très fourni en références. Il s'agit d'une adaptation de « Girl, disrupted » publié dès 2008 par une équipe de 18 experts internationaux faisant le point sur les données.