Nos déchets plastiques polluent la terre mais aussi les océans. Un 7ème continent est créé par ces plastiques accumulés via les courants marins. Cinq gigantesques tourbillons concentrent des millions de tonnes de plastique venus des côtes et des fleuves : deux dans l'Atlantique, deux dans le Pacifique (au nord et au sud) et un dans l'Océan Indien. Le plus connu représente six fois la superficie de la France !. On observe une masse de déchets qui s'enfonce jusqu'à 30 mètres dans les fonds marins. Au final c'est cinq kilos de plastique pour un kilo de plancton ! Au milieu des océans, on retrouve même des parechocs de voitures !. L'expédition d'observation dans le Pacifique Nord réalisée cet été a confirmé le constat alarmant de ces vortex de déchets. En Juin 2014, une nouvelle expédition se rendra dans l'Atlantique Nord. Ces plastiques se dégradent, et se mélangent à l'eau de mer pour constituer une soupe improbable, toxique pour les micro-organismes. Les plastiques se retrouvent dans les estomacs des poissons, des oiseaux marins..., et se retrouvent dans la chaine alimentaire, avec un danger pour l'homme.

7ème continet-pollution-plastique-océans

Que pouvons nous faire, ici maintenant en tant que consommateur ? Dans chaque acte de la vie quotidienne prendre conscience de l'omniprésence du plastique et de son absence de biodégradabilité, et opter au maximum pour réduire sa dépendance : refuser les sacs plastiques (on en voit encore circuler ), privilégier les achats en vrac (épicerie, ...) et les conditionnements rechargeables (cf article précédent : réduire ces déchets en rechargeant ses flacons Etamine du Lys), privilégier le durable au jetable (vaisselle, emballages, ...), sélectionner les emballages biodégradables, ne pas hésiter à changer de fournisseurs si le suremballage pose problème (exemple lorsque vous passez commande de plats de sushis pour le déjeuner et que l'ensemble est servi avec un volume impressionnant de plastique qui finit à la poubelle), ne rien jeter dans la nature (elle nous renvoie ses déchets, à juste titre)...C'est peut être une goutte d'eau mais si chacun fait sa part (à la manière du colibri), la production de produits à base de plastique évoluera.

5kilos de plastique pour 1 kilo de plancton
Une soupe improbable avec 5 kilos de plastique pour 1 kilo de plancton dans les zones où la concentration des déchets est la plus forte.



Cap vers le 7e continent par CNES